Avertir le modérateur

tsahal

  • Le conflit israélo-palestinien, révélations sur Tsahal.

    Pourquoi la guerre a tué autant de civils !

    img662.1233765086.jpg

    Un char Israélien aux abords du check point de Sufa au sud de la bande de Gaza le 24 décembre 2008, document Marianne.

    Comme je l'ai écrit dans mon précédent article Israël se devait de laver ses erreurs faites lors de la guerre du Liban contre le Hezbolah. C'est maintenant bien reconnu. Cette guerre contre Gaza à donc été bien programmée, tout était écrit dans le rapport Vinograd du juge qui a présidé la commission d'enquête sur les ratés de la guerre du Liban.

    Le détail qui n'était pas prévu,

    est le nombre de civils tués. Les militaires ont eu pratiquement les mains libres, d'ou le résultat 1300 morts en 22 jours dont un demi millier d'enfants et de femmes, une région dévastée, des milliers de maisons détruites, des hôpitaux, des écoles, des centres de distribution d'aide humanitaire rasés ou endommagés.

    La liberté dans le massacre.

    Personne ne s'en ait ému dans la société Israélienne, personne ne s'est inquiété des bavures qui pourraient être commises, et les autorités militaires certaines de leur impunité n'ont eu aucun regret estimant que leur mission était réussie avec des pertes minimales, au total 13 militaires et civils tués, une bricole. Il apparait donc de plus en plus que les tirs de roquettes, ces piqures de moustiques qui n'ont fait aucun mort, ont été en fait un prétexte à Israël, pour montrer sa force. Et il fallait pour cela une action du Hamas qui ne s'est pas fait attendre à la suite de la violation par Israël de la trêve en pénétrant dans la bande de Gaza tuant 6 ou 7 militaires Palestiniens.

    Dès la fin de la guerre de 39/40 au moment de l'armistice ou nous avons connu les crimes Nazis contre les juifs, ces millions qui ont été gazés, assassinés en une véritable industrie, avec ses règles et nous avons tous été indignés que l'on avait pu faire ces horribles choses à des êtres humains qui n'avaient rien fait d'autre que d'être Juif. Je me souviens de ceux qui habitaient juste à coté de ma maison, des Juifs certes mais des bons Juifs qui n'avaient rien fait, ils portaient cette infâme étoile jaune que nous Français avions contribué à sa mise en œuvre avec les Allemands. Un matin, ils, les Français, sont venus les prendre sans ménagement et nous ne les avons plus revus.

    Qui aurait pensé que plus de 60 années plus tard ces mêmes Juifs se seraient conduit de la sorte pour assoir leur pouvoir sur un peuple qui ne leur a rien fait. Le 04 février à Strasbourg le président Mahmoud Abbas a rappelé son opposition aux tirs de roquettes du Hamas, cliquez ici .

    «Je suis contre ces roquettes, cela ne va pas dans le sens de la paix et de la stabilité dans la région».

    Dans le même temps je suis contre l'agression inique et meurtrière d'Israël a-t-il déclaré. On ne peut pas mettre sur le même pied une roquette qui ne tue personne avec la force militaire d'Israël «qui a tué femmes et enfants et vieillards». Interrogé sur les sanctions contre Israël, il a répondu,

    «il est clair qu'il faut demander des comptes pour que cela ne se répète pas. Ce qui a été fait par les forces Israéliennes se sont des crimes réels».

    Des reportages sur la souffrance des Palestiniens n'intéressent personne, des journalistes Israéliens.

    Le succès de Tsahal ne tient rien du hasard, depuis deux ans l'armée a multiplié les actions de guerre notamment dans une base transformée en village Palestinien ou soldats du contingent, mais aussi réservistes se sont entrainés aux techniques de contre-guérilla dans des ruelles et autour de fausses mosquées. Durant cette guerre l'armée Israélienne a disposé de renseignements précis grâce à son réseau d'informateurs mais aussi de données fournies par les drones, ces avions de reconnaissance sans pilote qui filment sans cesse la bande de Gaza.

    Ainsi Tsahal a pu mener 2000 raids sur les sites répertoriés. De plus, les enseignements Américains de la guerre d'Irak ont été appliqués pour verrouiller au maximum l'information en empêchant les fuites. Tous les soldats se sont vus confisquer leur portable, les journalistes ont été interdits au motif qu'il fallait assurer leur sécurité. Simple alibi, «nous n'avions aucune attention de voir des reporters se promener dans les jambes des soldats et de divulguer des renseignements à l'ennemi comme ce fut le cas au Liban». Il n'était pas non plus question de permettre à des officiers d'exprimer dans les médias des critiques contre leurs supérieurs. Pour parfaire le tableau, mêmes les autorités religieuses se sont elles aussi mobilisées. L'aumônier en chef de l'armée, le général-rabbin Avichait Rontzki s'est déplacé en personne sur les lignes du front pour renforcer l'esprit de combat.

    «Lorsque vous manifestez de la pitié envers un ennemi cruel, vous faites preuve de cruauté envers vos soldats purs et honnêtes. C'est terriblement immoral, c'est une guerre contre des tueurs».

    Avec de tels propos de la part d'un religieux, il y a des questions à se poser sur le sentiment de ces Juifs.

    Aux premiers instants du massacre, Ehoud Olmert a cru utile de préparer les esprit au cas ou les choses tourneraient mal prévoyant de nombreux morts de soldats dans les abris pour civils Israéliens, et sans état d'âme la consigne était de donner l'impression qu'Israël était devenu fou, résume un officier. C'est le seul langage qu'ils comprennent, «c'est aussi l'unique moyen de rétablir notre pouvoir de dissuasion sur la région face à l'Iran, la Syrie, le Hezbollah et le Jihad mondial».

    Pour concrétiser cette opération et préserver les soldats, une vaste opération de blanchiment des militaires a été accordée après quelques hésitations. Par exemple, le raid sanglant contre la police du Hamas qui a fait une centaine de morts a été autorisée par l'équipe de juristes placée sous la direction de la colonelle Pnina Sharvit-Baruch. Ces experts juristes ont en outre estimés que tuer des civils dans une maison dont les habitants avaient été au préalable invités à quitter les lieux peut être justifié.

    Au cas ou le Hamas n'aurait pas compris le message, Israël a prévu un second round plus sanglant.

    Notre objectif n'est pas de lier les mains de l'armée mais de l'emporter de façon légale. D'où le témoignage faux-fuyant d'un commandant d'unité d'infanterie Golani, lors d'opérations, «nous avons détruit des maisons que nous pensions piégées sans ternir compte de la présence éventuelle de civils dans le bâtiment». Les nouveaux plans d'attaque, neutraliser les mines et engins dissimulés en procédant à des bombardements massifs afin de déclencher leur explosion avant que les fantassins opèrent. Cette méthode a été abondamment utilisée à Gaza le long de la frontière Égyptienne dans le secteur de Rafah truffé de tunnels de contrebande, aucune maison n'a été épargnée. Dans le nord à Beit Lahyia, la moitié des bâtiments ont été détruits à l'état de décombres. Toutes maisons supposées d'être piégées ont été détruites sans même en avoir référé aux supérieurs. Le général Ashkenasi, chef d'état major ne l'a pas dissimulé,

    «si le Hamas avait tiré à partir des plages, les choses auraient été différentes, mais il a décidé, et nous n'y pouvons rien, de nous attaquer à partir de mosquées, de maisons, d'hôpitaux, et d'installations des Nations Unies».

    1.400 nouveaux logement en Judée-Samarie, Cisjordanie 05/02/09 ?

    Le ministère de la Défense serait sur le point d'autoriser un projet de construction de grande envergure en Judée-Samarie avec 1 400 appartements dans l'implantation d'Adam, d'après l'organisation La Paix maintenant.

    S'il est approuvé, ce projet doublerait la taille d'Adam, situé au nord de Jérusalem et qui compte actuellement 3 000 habitants. Le porte-parole du ministre de la Défense Ehoud Barak a cependant nié les allégations de la Paix maintenant.

    Le Jérusalem Post a découvert un document du ministère de la Défense daté du 10 décembre 2008 contenant les plans d'un tel projet à Adam-Est, une partie de la ville qui n'a pas encore été développée. Or ce plan n'a pas été autorisé.

    En revanche, le ministère aurait autorisé la construction de 50 nouveaux logements dans le «nouveau quartier» d'Adam-Est pour les 45 familles installées à l'avant-poste illégal de Migron. Elles s'y installeront dès que la construction sera terminée.

    Pourquoi se gêner, nous sommes les plus forts, implantons, et si les Palestiniens ne sont pas contents, nous pouvons frapper encore plus sanglant.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu