Avertir le modérateur

tour

  • Régionales 2010 le premier tour,

    les sondages n'étaient pas mauvais.

     

    Abstention record 53,6 % et la majorité sanctionnée, cela s'est confirmé. Ce que ne pouvait annoncer les sondages c'est l'écart accentué entre le PS et l'UMP puisqu'il passe de deux points à 3,3 points, 29,48 % pour 26,18%.

    img001.1268648064.jpgLe tableau suivant donne en valeurs arrondies les résultats nationaux.

    La droite ne s'attendait pas une telle défaite et elle argumente l'abstention record qui d'après son analyse fait qu'elle n'a pas obtenu le score qu'elle espérait. Probablement, mais c'est également vrai pour les socialistes dont les sondages annonçaient une victoire supplantant l'UMP. Le scrutin des régionales est toujours porteur d'une forte abstention puisque n'intervenant que faiblement sur la politique du pays, il se présente ainsi comme un correctif local sans grand pouvoir. Ce fait a eu probablement pour effet de démobiliser aussi les sympathisants socialistes qui se sont dits puisqu'il en est ainsi, nous irons voter au second tour. En fait, aussi bien à l'UMP qu'au PS l'argument abstentionniste joue pour l'UMP par dépit de sa politique en voulant lui donner une leçon, et au PS par le fait que la victoire était acquise. Or pour la droite tout espoir n'est pas perdu, sachant qu'un sursaut de leur électorat est possible bien que la dynamique soit pour la gauche, ce qui s'est toujours confirmé.

    Ces élections ont aussi remis en selle le FN qui voit des scores intéressants supérieurs à 10 % dans onze régions ou il peut se maintenir au second tour. C'est donc le pire des scénarios pour l'UMP, seule elle est battue quasiment partout ne disposant pas suffisamment de réserve, dans ce cas le grand chelem souhaité par Martine Aubry n'est pas à rejeter.

    Il lui reste des bastions possibles comme la Champagne-Ardennes ou elle fait 31,7 % pour 31 % au PS mais avec le FN en embuscade avec 15,8 % en troisième position Europe écologie faisant 8,4 %. Une triangulaire est donc envisageable ce qui donnerait à coup sur la victoire du PS. Dans le cas d'une alliance UMP-FN rien n'est sur pour la gauche, elle ferait dans son ensemble 48,9 % et 50,6 % pour l'UMP-FN avec les voix de droite en partageant équitablement celles du Modem. Avec un score de 15,8 % le FN peut figurer au conseil régional d'autant plus qu'il est peut être envisageable qu'il augmente son avance. C'est donc une région qui a toutes les chances de rester à gauche.

    Pour la Franche-Comté la situation est semblable, le FN est la troisième force avec 13,1 % derrière l'UMP 32,1 % et le PS 29,8 %. Une triangulaire est donc envisageable ce qui donnerait la victoire au PS. Comme dans le cas Champagne-Ardennes l'alliance UMP-FN avec les voix de droite seraient porteuse de 49,35 % pour 49,05 à toute la gauche en partageant les voix du Modem en deux parties. La encore le FN se place en arbitre.

    Quand à l'Alsace la situation est fortement indécise l'UMP est à 34,9 % et PS + Europe écologie à 34,5 % le FN à 13,4 % restant probablement au second tour. Dans cette triangulaire l'UMP pourrait obtenir, en partageant en deux les voix du Modem et de l'Alsace d'abord, 41,15 % et la gauche 44,95 %, la région passerait à gauche. L'ensemble des voix de droite en partagent de la même façon le Modem ainsi que l'Alsace d'abord en deux donnerait la gauche vainqueur.

    En Corse ou la participation a été bonne 62,38 %, l'UMP est à 21,3 %, Femu à Corsica liste autonomiste Siméoni et indépendantiste Jean-Guy Talamoni Corsica Libera ont obtenu 27,7 % tandis que la liste PS + PRG de Paul Giacobbi obtient 15,48 % et le parti communiste Dominique Bucchini 10,02 %, soit si l'on ajoute 10 % et l'alliance écologique indépendante partagée en deux on obtient 30,3 % sans les voix du Modem et du FN qui font respectivement 4,2 % et 4,1 % à partager entre l'UMP et  les listes nationaliste et indépendantiste et PS + PRG. Il est évident que les listes Siméoni et Jean-Guy Talamoni vont fusionner et seront présentes au second tour. Dans ce cas une victoire du PS+ PRG+Communiste l'emporterait au second tour. Le score des nationalistes est historique, il s'explique par une campagne efficace par l'usure de la droite au pouvoir depuis 26 années et par celle d'une partie de la gauche.

    En Île de France le score du PS est l'un des moins bons 25,26 % par contre Europe écologie fait un très bon score 16,58 % supérieur à la moyenne nationale, et l'UMP est à 27,7 %. Le Front de Gauche est à 6,5 %,le NPA à 3,1%, Lutte ouvrière à 0,6 %. L'ensemble des voix de gauche ferait 52,04 % sans le Modem, l'Alliance écologique indépendante 1.4 % et Debout la République de Nicolas-Dupont Aignan de 4,1 % et le FN 9,2 %, les socialistes ont toutes les chances de l'emporter.

    Pourquoi la droite va perdre,

    Ces élections ne sont pas majeures pour la politique du pays et la droite qui est déçue veut donner un avertissement au gouvernement sachant que les conséquences seront mineures, elle s'abstiendra encore au second tour autant que pour le premier, d'autant que Nicolas Sarkozy ne modifiera pas sa politique, ce qu'elle n'accepte pas. Il y a un fort mécontentement parmi les médecins libéraux qui attendent une augmentation de leurs honoraires le passage de la consultation généraliste à 23 € au lieu de 22 €. C'est un corps qui pèse beaucoup à droite, et à chaque fois qu'il s'est opposé à la politique en place elle a perdu. Ils savaient bien ces médecins, les sondages l'ont suffisamment annoncé que l'UMP était à la dérive, et malgré cela ses électeurs ont boudé ces élections, on ne voit pas ce qui pourrait leur faire changer d'avis.

    S'il est une constatation que l'on puisse faire, c'est le score de Ségolène Royal en Poitou-Charentes ou, avec 38,9 %, elle arrive en tête des présidents de région ce qui ne peut que lui donner de l'élan pour la primaire socialiste si elle est reconduite. L'UMP est à 29,4 % et n'a pas de voix au second tour. Europe écologie est à 11,9 % le Front de gauche à 4,6 % le NPA à 1,8 % et Lutte ouvrière à 1 %. Ces voix pourraient lui donner au second tour 46,3 % ce qui n'est pas suffisant, le FN à 7,7 % ne pouvant se maintenir peut jouer contre elle et avec un lobbying UMP très fort peut reprendre la région. Son ouverture au Modem ainsi que celle aux écologistes est payante pour le moment mais rien n'est fait, d'autant qu'ils n'ont cessé de tout faire pour lui barrer la route, et Dieu sait ce qu'elle a été critiquée ! Certes son score est moins éclatant qu'en 2004 mais elle n'avait pas le tout contre Ségolène, et son score actuel n'en n'est que plus honorable, voir la vidéo de son allocution ici.

    Rien n'est joué,

    dans ce premier tour et rien ne semble indiquer un revirement pour l'entre-deux-tours. La majorité se veut très offensive au cours de cette semaine. Le Premier ministre a prévu plusieurs déplacements. L'UMP est toute mobilisée ce qui montre, malgré que ce scrutin ne semble pas si important pour Sarkozy puisqu'il n'en tiendra pas compte, qu'il met tout en œuvre pour éviter une large défaite qui, malgré ses dires, le placerait dans une mauvaise posture. Tous ses représentants ont appelé hier à la mobilisation, assurant que «rien n'était joué», l'UMP et le PS étant au coude-à-coude dans plusieurs régions. Il est évident que le grand chelem s'il a lieu serait grave et pour le moment la majorité montre ses dents. Ce qui peut lui donner des arguments ce sont les tractations à gauche du second tour ou elle tape autant que faire se peut dessus pour montrer les mariages de circonstance, mais c'est vrai aussi pour L'UMP.

    Xavier Bertrand, le leader de l'UMP, a refusé l'idée d'un vote sanction arguant qu'un vote ou 20 millions de personnes ne se sont pas exprimées n'est pas significatif, on ne peut que lui donner raison. Il justifie le résultat par l'ampleur de la crise oubliant de déclarer que les réformes ont mis à mal notre économie bien avant. François Fillon dans le département des Hauts-de-Seine a déclaré, il y aura moins de régions à gauche au second tour martelant à qui veut l'entendre que Jean-Paul Huchon n'a pas réussit à rassembler sa majorité et à convaincre les habitants de l'Île de France de son bilan, sans apporter la moindre preuve comme d'habitude. C'est donc la guerre entre UMP et socialistes qui une nouvelle fois va diviser les Français en deux blocs, et l'UMP utilisera tous les arguments les plus vils, voila ce à quoi cette république conduit.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu