Avertir le modérateur

suite 9

  • La Franc-maçonnerie, dossier suite 9,

    au XXème siècle suite.

     

    «Contrairement à une idée fausse assez largement répandue, il n'existe pas d'organisation centrale qui aurait autorité sur l'ensemble de la Franc-maçonnerie régulière dans le monde. Les structures de l'Ordre maçonnique étant nationales, il existe dans chaque pays une seule «Grande Loge», qui a sous son obédience exclusive toutes les loges de son territoire. Dans certains pays, comme les États-Unis par exemple, il existe une Grande Loge par état. Les Grandes Loges, qui sont un peu plus d'une centaine dans le monde, sont indépendantes, autonomes et souveraines.

    Chacune d'entre elles présente un caractère original, avec des particularités d'usages qui reflètent dans une certaine mesure la mentalité ambiante et les traditions locales. Mais toutes sont reliées entre elles par un consensus quant aux principes et aux usages qui constituent l'indispensable base de la régularité maçonnique.

    Ces critères communs sont connus sous le nom anglais de «Landmarks», c'est-à-dire les bornes à ne pas dépasser sous peine de sortir du domaine de l'Ordre. Même la Grande Loge Unie d'Angleterre, qui est la plus ancienne et la plus importante, avec quelque 600 000 membres, n'a pas d'autre action directe sur le plan international que celle d'accorder, refuser ou retirer sa «reconnaissance». Mais le soin scrupuleux qu'elle met à respecter et à faire respecter les principes qu'elle a été la première à codifier, donne à ses décisions en ce domaine un poids et un prestige particuliers.

    Par contre, la grande loge d'Angleterre entretient de mauvais rapports avec le Grand Orient de France, puisqu'il y a eu une rupture entre les deux organisations à la fin du XIXe siècle au sujet du théisme.

    Le théisme (du grec Théos, dieu) est une croyance ou une doctrine qui affirme l'existence d'un Dieu (ou de dieux) et son influence dans l'univers, tant dans sa création que dans son fonctionnement. Selon le théisme religieux, la relation de l'homme avec Dieu passe par des intermédiaires, la religion.

    Selon le théisme philosophique, Dieu régit l'univers directement.

    Le théisme est opposé à l'athéisme. Parmi les formes de théisme, on peut citer le panthéisme, le monothéisme et le polythéisme».

    La loi de séparation de l'Église et de l'État, loi du 09 décembre 1905 encore en vigueur aujourd'hui réclamée par les francs-maçons depuis 1886, stipule que «la république ne reconnaît, ne salarie, ne subventionne aucun culte», qu'elle assure la liberté de conscience et qu'elle garantit le libre exercice des cultes. C'est le fondement juridique de la laïcité française, complété constitutionnellement en 1946 et en 1958. Cette séparation, qui apportera la paix religieuse dans notre pays jusqu'à aujourd'hui, vaudra néanmoins à la franc-maçonnerie les foudres de l'Église.

    A l'aube du XXe siècle, la Franc-maçonnerie Française connaît une prospérité qui va durer jusqu'à la Première Guerre mondiale. Certes, elle est loin d'atteindre les effectifs que lui prêtent ses adversaires, le Grand Orient de France dépasse tout juste les 17 000 membres, la Grande Loge de France, nouvellement créée compte 5 000 frères, le Droit Humain encore moins. En tout donc, moins de 25 000 francs-maçons. Cependant, leur influence dans la républicanisation du pays est forte. Les mesures inspirées par les travaux dans les loges sont parfois votées au parlement avec l'appui des frères députés ou sénateurs.

    L'influence maçonnique est bien sûr liée à la victoire du Bloc des gauches en 1902. La présidence du Grand Orient est tenue par des radicaux, Lucipia [1], Desmons |2], Delpech [3], Lafferre [voir le dossier suite 8], et il en est de même à la Grande Loge avec notamment Gustave Mesureur [4]. Pour les élections, des comités républicains, créés et animés par les loges partout en France, ont fait campagne de façon ouverte en faveur des candidats de gauche. Lorsque le franc-maçon Emile Combes est nommé à la présidence du Conseil, sa politique anticléricale lui vaut le soutien des obédiences.

    Cette loi de décembre 1905 va précipiter, à la fin de l'affaire des fiches, la fin de l'intervention directe de la maçonnerie dans la vie politique. Les risques de telles ingérences apparaissent clairement aux dirigeants maçonniques. A cela s'ajoute, suite à la loi sur les associations de 1901, la constitution de partis politiques, à gauche notamment les radicaux et les socialistes de la SFIO. La Franc-maçonnerie n'est plus le seul lieu de réflexion politique. Son rôle de relais entre les idées et l'action se voit concurrencer par celui des partis. Néanmoins, dans une large majorité, les loges continuent de se préoccuper de réformes sociales.

    Les grands projets côtoient les vœux d'améliorations pratiques, le code du travail comme le statut juridique des enfants naturels, les coopératives ouvrières comme la surveillance des logements malsains, la création d'un ministère du Travail comme la criminalité juvénile. Les actions concrètes non plus ne manquent pas, en témoigne l'ouverture, dans les locaux maçonniques, d'universités populaires. Tous les problèmes sont y abordés, à l'exception de ceux provoqués par la situation internationale. Un courant pacifiste s'établit en France avant la première guerre mondiale et il se manifeste aussi dans la Franc-maçonnerie.

    En 1913, deux Loges, «le Centre des Amis» et la «Loge Anglaise 204» quittent le Grand Orient et fondent la «Grande Loge nationale indépendante et régulière», qui sera immédiatement reconnue par la Grande Loge unie d'Angleterre et qui restera jusque dans les années 1960 principalement animée par des Anglais ou des Américains résidant en France.

    «En 1948, cette obédience changera de nom pour celui de Grande Loge nationale Française, qu'elle porte encore aujourd'hui.

    Pour comprendre l'histoire de la Grande Loge nationale Française, GLNF, il convient de remonter dans le contexte du Second Empire par une décision prise par le GODF concernant le rétablissement du système républicain en France. L'Église catholique romaine [5], craignant de perdre à terme son statut privilégié de religion d'état, s'engageait de tout son poids dans les questions politiques et condamnait avec une égale vigueur la Franc-maçonnerie et la République Française, comme on a pu le lire au précédent dossier.

    Ce conflit bouleversa l'équilibre sociologique des loges, les catholiques pratiquants et les royalistes se tenant désormais à l'écart des loges, celles-ci devinrent assez rapidement républicaines et anticléricales».

    Le courant pacifiste qui apparaît en France dans la Franc-maçonnerie, avant la Première Guerre mondiale, disparaît dans celle-ci comme dans le reste du pays dès le début du conflit à la suite de la formation du premier cabinet de René Viviani [6] président du Conseil et franc-maçon d'Union sacrée qui comprenait 9 francs-maçons, tandis que le Frère Joffre dirige l'armée Française. Gaston Doumergue sera le ministre des affaires étrangères, le Frère Bienvenu-Martin ministre de la justice, le Frère Albert Messimy le ministre de la guerre, le Frère Augagneur ministre de l'instruction publique, le Frère René Renoult le ministre des travaux publics, le Frère Fernand David le ministre de l'agriculture, le Frère Paul Jacquier ministre de l'intérieur, le Frère Albert Dalimier le ministre des Beaux-arts.

    L'Union sacrée est le nom donné au mouvement de rapprochement politique qui a soudé les Français de toutes tendances (politiques ou religieuses) lors du déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le terme fut utilisé pour la première fois à la Chambre des députés le 4 août 1914, par le Président de la République, Raymond Poincaré [7], dans son message aux Assemblées. Cela fut le cas immédiatement car l’ensemble des organisations syndicales et politiques de gauches, essentiellement la CGT et la SFIO, se rallièrent au gouvernement. Cette unanimité nationale persista, mis à part quelques dissidences de gauche, jusqu’à la fin du conflit. Un mouvement analogue se produisit chez l'ensemble des belligérants comme en Angleterre, en Russie ou en Allemagne, lorsque le Parti socialiste allemand, le SPD, votera l’entrée en guerre en août 1914, lançant le mouvement qui pris le nom de Burgfrieden.

    Dès le 26 août 1914 René Viviani reconstitue son gouvernement pour en faire l'équipe de l'Union Sacrée. Delcassé est aux Affaires Etrangères, Augagneur à la Marine, le Frère Marcel Sembat au ministère des Travaux publics, Gaston Doumergue aux Colonies, Fernand David à l'Agriculture, Bienvenu-Martin au Travail, Paul-Jacquier sous secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Albert Dalimier aux Beaux-arts.

    Pendant la guerre du fait de la mobilisation les obédiences voient leur activité se ralentir. Les Frères sont dispersés, parfois les Temples sont saccagés et le mobilier détruit comme c'est le cas de la «Loge Jean de la Fontaine à Château-Thierry». En Suisse le Bureau international des relations maçonniques s'occupe de victimes de la guerre.

    Les convents ne se réunissent plus mais les discussions continuent au sein des loges, notamment à partir de 1917 avec la chute du tsarisme en Russie et l'avènement du bolchevisme. On discutera d'ailleurs après la guerre de l'opportunité de reconnaître la République des soviets. On débat également du type de paix à négocier avec l'adversaire. A Paris le franc-maçon Arthur Groussier [8], militant socialiste se met à la disposition du général Gallieni, et devenu vice président du Conseil militaire, organise la résistance et encourage la construction de tranchées dans les banlieues. Il refusera trois fois le porte feuille de ministre du travail que lui offrent Painlevé et Clemenceau, et il encourage le syndicaliste Léon Jouhaux à se mettre au service du gouvernement de guerre.

    Une conférence internationale réunit en janvier 1917, au siège de la Grande Loge de France, plusieurs obédiences européennes. Il y est lancé un appel à la création de la Société des Nations. Une conférence similaire réunit en juin 1917 les représentants de 16 obédiences alliées ou neutres au siège du Grand Orient de France avec les mêmes objectifs.

     

    [1] Lucipia.

    thm00455b-lucipia.1243109724.gifLucipia Louis Adrien (1843-1904). Membre de la Commune de Paris journaliste, il participe à la Commune. il est déporté en 1870 en Nouvelle Calédonie, et revient en 1880 après l’amnistie générale. Il est élu au Conseil Général de la Seine de Paris dont il sera président. Il sera également président du conseil municipal de Paris et vice-président de la Société des Journalistes républicains. Il est initié franc-maçon, en 1888, à la loge «Les Droits de l’Homme», à Paris. Il sera président du Grand-Orient de France.

     

    [2] Desmonds.

    desmons_frederic0832r3.1243110564.jpgFrédéric Desmons (1832-1910) est un pasteur, franc-maçon et homme politique . Frédéric Desmons est initié le 8 mars 1861 aux mystères maçonniques au sein de la Loge «L'Echo» du Grand Orient de France fondée à Nîmes quelques années plus tôt en 1857 par un certain Firmin Fatalot, cadre aux chemins de fer. Il y obtient tout à fait régulièrement les trois degrés symboliques.

    De 1881 à 1894, Frédéric Desmons est député du Gard. De 1894 à 1909, il est sénateur Radical du Gard. Desmons entre dans le combat républicain avec passion et détermination aux côtés de Léon Bourgeois et d'Emile Combes, notamment pour la défense de la laïcité des institutions et la séparation de l'Eglise et de l'Etat, les lois sur les associations. Il est vice-président du Sénat de 1902 à 1905. Il est opposé au cumul des mandats.


    [3] Delpech.

    delpech_auguste0187r3.1243171764.jpgAntoine Auguste Gabriel Delpech ancien sénateur de l'Ariège né le 22/12/1846, décédé le 11/03/1935. En 1894, Auguste Delpech quitte l'enseignement pour aborder la carrière politique et se présenter comme sénateur de l'Ariège dans l'arrondissement de Foix, sous l'étiquette de républicain-radical.

    Au Sénat, Auguste Delpech appartint au parti de la gauche démocratique. Violemment anticlérical, profondément républicain, il «approuve la libre recherche des améliorations légales et pacifiques, mais réprouve toute mesure violente. Il regrette pour l'honneur, pour l'intérêt de sa cause que, dans les assemblées publiques, on ne se montre pas plus sévère à l'égard de certains agitateurs qui ont aussi peu de conscience que de réelles convictions».

    Il fut membre fondateur de la Ligue des Droits de l'Homme et président du Conseil de l'Ordre du Grand-Orient de France.

    Il collabora à de nombreux journaux et revues :

    La Dépêche de Normandie, La Dépêche de Toulouse, L'Aurore, La Raison. Il publia un livre anticlérical, L'Apôtre qu'il signa Nivode, et fit paraître de nombreux autres ouvrages en particulier, Ce qui se passait en France avant 1789 (1889), L'Eglise romaine et la Civilisation, La France sous la troisième République (1902), Un monopole à détruire (1904), Au Pape Léon XIII, La Franc-maçonnerie et l'Eglise (1892), Jeanne d'Arc (1894), Le syllabus, l'encyclique et la déclaration des Droits de l'Homme (1901), et enfin, en 1910, Défendons l'âme Française.

     

    [4] Gustave Mesureur.

    Homme politique né le 2 avril 1847 à Marcq-en-Barœul dans le Nord et décédé le 19 août 1925 à Paris. Fondateur de l'Association pour les réformes républicaines puis du Comité d'action pour les réformes républicaines, il devient en 1901 le premier président du Parti radical-socialiste.

    Député du département de la Seine (75) de 1887 à 1902.
    Ministre du Commerce, de l'Industrie, des Postes et Télégraphes du 1er novembre 1895 au 29 avril 1896 dans le gouvernement Léon Bourgeois.
    Maire de La Celle Saint-Cloud (78) de 1912 à 1919.
    Il fut à trois reprises Grand Maître de la Grande Loge de France.

     

    [5] Eglise catholique romaine.

    l'Église catholique romaine est la plus importante branche du christianisme. Elle est la plus importante Église sur Terre en nombre de fidèles. Avec une estimation de plus d'1,1 milliard de fidèles.

    Elle se définit, notamment dans les paroles du Credo, comme «une» (vraie foi unique, en qui subsiste l'unique institution fondée par le Christ pour y rassembler le peuple de Dieu), «sainte» (par son lien unique avec Dieu, d'«Épouse du Christ»), «catholique» (en grec «universelle», répandue sur toute la Terre et portant l'intégralité du dépôt de la foi) et «apostolique» (fondée par les apôtres et poursuivant leur mission). C'est à cette Église qu'auraient été confiée la transmission et l'interprétation de la Révélation.

    La révélation est, pour une religion, la connaissance qu'elle affirme détenir de source divine. Les manifestations divines par lesquelles cette connaissance est parvenue aux hommes sont tantôt des apparitions (théophanies), tantôt l'inspiration à des prophètes de textes considérés comme sacrés. Des religions abrahamiques comme le judaïsme, le christianisme et l'islam, en particulier, sont dites révélées.

    Cette Église s'appuie à la fois sur les Saintes Écritures et sur la tradition apostolique, «l'une et l'autre doivent être reçues et vénérées avec égal sentiment d'amour et de respect».

     

    [6] René Viviani.

    250px-rene_viviani_01.1243176810.jpgRené Raphaël Viviani, né à Sidi-Bel-Abbès (Algérie) le 8 novembre 1863 et mort au Plessis-Robinson (Hauts-de-Seine) le 7 septembre 1925, était un homme politique, ancien premier ministre du Travail, inventeur de l'impôt sur le revenu et cofondateur du journal L'Humanité avec Jean Jaurès.

    Il devient député 1898-1902 de la Seine, puis de la Creuse 1906-1922 puis Sénateur 1922-1925 de ce même département, il est le premier titulaire du «Ministère du Travail et de la Prévoyance Sociale» de 1906 à 1910, créé par le 1er cabinet Clémenceau [6.1].

    Anticlérical, il fonde le Parti républicain socialiste en 1910.

    Il occupe ensuite les fonctions de Ministre de l'Instruction publique et des Beaux-arts du 9 décembre 1913 au 9 juin 1914. Il devient président du Conseil dans deux gouvernements successifs :

    *Premier gouvernement du 13 juin 1914 au 26 août 1914 (qui succède au 4e gouvernement d'Alexandre Ribot du 09 juin 1914 au 12 juin 1914 succédant à Gaston Doumergue, 1er gouvernement du 9 décembre 1913 au 2 juin 1914), durant lequel il est amené à gérer la Crise de juillet suite à l'Attentat de Sarajevo (28 juin 1914), qui finit par faire entrer la France dans Première guerre mondiale le 3 août 1914, jour de la déclaration de guerre de l'Allemagne. Jusqu'à cette date, il cumulait le portefeuille de ministre des Affaires étrangères, poste qu'il doit céder à Gaston Doumergue.

    *Deuxième gouvernement du 26 août 1914 au 29 octobre 1915, se succédant à lui-même, il reprend également dès le 13 octobre 1915 le portefeuille des Affaires étrangères qu'il avait confié à Théophile Delcassé.

     

    [6.1] Gouvernement Clemenceau.

    Le 25 octobre 1906, Georges Clemenceau, alors ministre de l'Intérieur et homme fort du Parti Radical, est appelé à la présidence du Conseil par le Président de la République Armand Fallières. Il forme un gouvernement qui va durer près de 3 ans, une longévité assez rare sous la IIIe République. Ce gouvernement sera confronté à une période charnière pour le régime : il s'agit d'un côté d'entériner le caractère laïc de la République, et de l'autre, de faire face aux mouvements sociaux qui se développent et prennent un tour de plus en plus radical.

     

    [7] Raymond Pointcaré.

    180px-poincare_larger.1243174610.jpgRaymond Poincaré, né le 20 août 1860 à Bar-le-Duc (Meuse) et mort le 15 octobre 1934 à Paris, est un homme d'État, cousin du mathématicien Henri Poincaré.

    Il entre en politique en 1887, en étant élu député de la Meuse. En 1892, il est rapporteur de la commission des Finances, au moment du Scandale de Panamá. À trente-six ans, il a déjà été trois fois ministre, de l'Instruction publique (1893), sous Dupuy, puis des Finances 1894-1895 après la victoire électorale des modérés, et de nouveau chargé de l'Instruction publique en 1895.

    Il est partisan de la laïcité mais à condition que celle-ci soit dégagée de tout anticléricalisme, ce qui l'éloigne naturellement des radicaux et des socialistes. En effet, Poincaré prône une «école neutre», dont la vocation aurait été de produire de vrais patriotes. Il peut être considéré comme le leader des modérés, qui arborent souvent l'étiquette «progressiste» et qui évoluent au fil du temps du centre gauche vers la droite républicaine, selon le phénomène du sinistrisme. Durant l’affaire Dreyfus, il adopte une attitude prudente. Il fait d'abord partie de ceux qui souhaitent étouffer un scandale qu'ils jugent contraire à la raison d'État. Il se rallie finalement au camp dreyfusard, plus par légalisme que par conviction. Cela ne le rapproche pour autant pas de la gauche, avec laquelle il garde ses distances. Il ne soutient absolument pas la politique de Waldeck-Rousseau et encore moins celle d’Émile Combes.

    Il préfère ensuite le Sénat à la Chambre où il représente la Meuse entre 1903 et 1913 puis entre 1920 et 1934.

    Belle consécration, il est élu à l’Académie française en 1909, et est également professeur aux écoles HEI-HEP.

    Élu président de la République le 17 janvier 1913, il présidera la France jusqu'en 1920, durant une période marquée par la Première Guerre mondiale, pendant laquelle il est l'artisan de l'Union Sacrée politique et sociale, aux côtés de René Viviani ou Georges Clemenceau.

     

    [8] Arthur Groussier le fondateur du code du travail.

    107-arthur-groussier.1243187060.jpgArthur Jules Hippolyte Groussier,(1863-1957) est un syndicaliste, franc-maçon et homme politique. Grande figure du socialisme, fut député de Paris, vingt-huit années durant.

    Initié en 1885 à la Loge «L'Émancipation» du Grand Orient de France la principale obédience de notre pays. Il s'affilie aussi à la Loge «Bienfaisance et Progrès». En 1907 il est élu au Conseil de l'Ordre. Il ne quittera pour ainsi dire pas cette instance jusqu'à la seconde guerre mondiale.

    L’action législative de ce réformiste à qui l’on doit, entre autres, la première édition du Code du travail.

    Arthur Groussier mène de brillantes études à l’École des arts et métiers d’Angers, dont il sort titulaire d’un diplôme d’ingénieur mécanicien.

    En politique, il glisse vite du syndicalisme militant vers le socialisme en adhérant à la Fédération des travailleurs socialistes de France précurseur de la CGT fondée au tournant du siècle. En 1893, il est élu député du 10e arrondissement de Paris au nom du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire (POSR). Il intègre le premier groupe parlementaire socialiste avec Jean Jaurès, Jules Guesde, René Viviani, etc. Il rejoint le Parti Socialiste en 1898 lors de la fusion des différents groupes.

    Ayant abandonné la vie politique, il devient en 1925 le Président du Conseil de l'ordre du Grand Orient de France, c'est-à-dire Grand Maître. Son mandat est interrompu en 1940 par le Gouvernement à Vichy, et renouvelé en 1944-45. Il a alors 82 ans et devient presque aveugle. Il reste encore très actif au sein de l'obédience.

    En hommage, le plus grand des temples du Grand Orient installés au siège de l'obédience rue Cadet porte son nom. Il sert en particulier aux conférences publiques et aux tenues exceptionnelles.

    Le dossier suivant suite 10 prolongera la Franc-maçonnerie au XXème siècle, l'entre deux guerres

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu