Avertir le modérateur

suite 31

  • Des Chevaliers de la Table Ronde au gouvernement mondial, dossier suite 31.

    la suite du programme.

     

    Les faux prophètes Médiévaux
    L'histoire des chevaliers templiers
    Les quatorze premiers Grands Maîtres du prieuré de Sion
    Histoire moderne de la Franc-maçonnerie
    La Franc-maçonnerie: une religion
    Le Général Albert Pike
    Les Illuminatis
    Retournons maintenant aux premiers jours des Illuminati
    Les guerres napoléoniennes
    Programme révolutionnaire
    Les guerres mondiales
    Le gouvernement mondial.

     

    Les faux prophètes Médiévaux.

    Ce fut avec une prophétie de Saint Rémy, l'évêque qui a baptisé Hlodwig Clovis roi des Francs, que commencera réellement à se propager la prophétie du Grand Monarque, plus précisément en l'an 496 A. Dieu.

    La prophétie de Saint Rémy. voir ici

    «Vers la fin des temps, un descendant des rois francs régnera sur tout l'antique empire romain. Il sera le plus grand des rois de France et le dernier de sa race. Il arrivera comme par miracle. Il sera de la vieille cape. Le trône sera posé au Midi. Après un règne des plus glorieux, il ira à Jérusalem, sur le mont des Oliviers, déposer sa couronne et son sceptre, et c'est ainsi que finira le saint empire romain et chrétien».

    L'époque médiévale fut particulièrement prolifère en matière de faux prophètes. Outre Merlin l'enchanteur, il y eu également d'autres faux prophètes, dont les prophéties allèrent tous dans le même sens, annonçant la venue d'un Grand Monarque messianique, venant pour sauver le monde de la destruction.

    De ce nombre sont, Saint Césaire d'Arles, et le faux prophète Français d'origine Juive du nom de Michel de Notre Dame, ou plus connu sous le nom de Nostradamus, et qui vécu dans les années 1500 A. Dieu. La prophétie de Césaire, en accord avec la plupart des prophéties du Grand Monarque, annonce pour la fin des temps, la venue de ce Prince Messianique, alors qu'à l'étranger, la venue du Grand Monarque se retrouve sous les formes les plus diverses. En Allemagne, il est devenu la légende de «L'Empereur endormi», qui naquit avec l'exhumation du Corps de Charlemagne (Le premier Charles), et qui fut revivifiée après le règne de Frédérick II de Hohenstaufen.

    La prophétie de Saint Césaire d'Arles.

    La plus ancienne des prophéties qui se rapportent encore aux temps actuels est celle de Saint Césaire d'Arles (470-542). Elle fut découverte parmi les papiers de Mgr Du Lau, dernier archevêque d'Arles, mort pendant la révolution de 1789.

    «Au Dieu Tout-Puissant tout seul il appartient de connaître d'avance les choses futures, et le lait salutaire des prophéties provient uniquement de ce Dieu aussi tendre que puissant. «Donc, dit l'Apôtre, ne méprisez pas les prophéties». Mais tandis que nous nous mouvons et nous vivons, le temps présent, ce ravageur infatigable, nous absorbe. Ignorant l'avenir et très imprévoyants, nous consumons en vain le cours si restreint de notre existence. Malheur à celui qui ne songe plus à édifier dans son cœur une habitation éternelle ! Le Seigneur a réfléchi et il a accompli tout ce qu'il a annoncé. Vous êtes en effet, Seigneur, le seul Très-Haut, puissant, véridique et le Créateur fécond de toutes choses. A travers la succession des années innombrables qui s'accumulent avec une puissante impétuosité jusqu'au Jugement dernier comme les vagues de la mer sur les sables des rivages, combien de graves événements s'accompliront !» lire la suite ici.

    Nostradamus, lire la suite ici.

    Quos legent hosce versus nature censunto,
    Profanum vulgus et inscium ne attrectato,
    Omnesque astrologi, blenni, barbari procul sunto !
    Qui aliter facit, is rite sacer esto !

    Que ceux qui lisent ces vers y réfléchissent lonquement !
    Que le vulgaire profane et ignorant ne s'en approche !
    Que tous les astrologues les sots, les barbares s'en écartent !
    Qui passe outre, qu'il soit maudit selon le rite !

    La prophétie du Grand Monarque. voir ici

    «Quelques-uns de nos docteurs, assurait l'évêque d'Hippone, disent qu'un roi franc possédera un jour l'empire romain dans toute son étendue. Ce roi viendra dans les derniers temps du monde, il sera le plus grand et le dernier de tous les rois. Il rendra l'âme à Jérusalem, sur le monts des Oliviers, et immédiatement après l'Antéchrist viendra».

    Une fois de plus, on y retrouve l'annonce du retour, à la fin des temps, du plus grand des monarques. Dans cette même lignée, la mort de Charles I qui mourut décapité lors de la première révolution d'Angleterre, ainsi que la prophétie d'origine Franc-maçonnique, annonçant sa résurrection représente le retour au trône de sa postérité légitime. En l'honneur de la Reine Henriette son épouse, les Maçons portent encore le nom «d'enfant de la veuve».

    Ce fut en écosse que, pour la première fois, fut instituée un rite initiatique de type chevaleresque, auquel vint s'attacher une affiliation aristocratique non ouvrière. Dans les pays Celtes, la résurrection du Roi Arthur, telle qu'il avait été annoncé par le faux prophète Merlin, nourrit la même idéologie. Et ainsi, cette idée de la venue d'un Grand Monarque se retrouve jusque dans les traditions de l'Islam, qui veut qu'un grand Roi Chrétien finisse par écraser les armées Musulmanes, à la Fin des Temps.

    Pour Nostradamus, qui était un Juif versé dans l'occultisme et les sciences hermétiques des sociétés secrètes, la venue de ce grand monarque viendrait à partir d'un schisme provoqué par la destruction de Paris, et dont la venue entraînerait une ère de paix, juste avant la venue de l'AntiChrist. Et puis Nostradamus ajoute ensuite que ce même Roi, qu'il qualifie de Messianique, mourra dans la guerre contre les musulmans, pour ressusciter ensuite afin d'être glorifié par le monde entier.

    Puis finalement, cette prophétie du Grand Monarque se retrouve également au sein même des rites occultes des initiés, et plus précisément dans le fameux Arbor Mirabilis d'Ulrich de Mayence, voir ici le roman de Nostradamus, d'où l'origine Sataniques de toutes ces prophéties moyenâgeuses. En près de mille cinq cent ans, les prophéties Sataniques de la venue du Grand Monarque a été annoncé par plus de quatre vingt faux prophètes, dont quarante quatre étaient en France.

     

    L'histoire des chevaliers templiers.

    La lignée du Saint-Graal et ses influences sur notre monde !

    La lignée du Saint-Graal remonte au roi Français Mérove 458 A. Dieu, avec toute la lignée des rois d'Europe et même le pape Étienne IX, chef de l'Église au XIème siècle. Charlemagne et Pépin III se diront mariés à des princesses Mérovingiennes, entrant ainsi de plein droit dans cette lignée de sang. Le roi Français Philippe Auguste II, fils de Louis VII, capturera le duché d'Anjou et le transférera à la dynastie des Habsberg qui prospérera à travers l'Europe.

    Les croisades joueront alors un rôle majeur pour cette lignée de sang. Plusieurs des croisades furent Françaises et eurent pour mission de libérer la Terre Sainte des Musulmans. En l'an 1061 A. Dieu, Godefroi de Bouillon conquit Jérusalem. Il déclarera être de la lignée de David et créera une société secrète appelé «L'Ordre de Sion», appelée aujourd'hui les «Prieurs de Sion», (1099).

    Dans les années à venir Godefroi de Bouillon et son groupe secret établiront des plans pour la réalisation de leurs objectifs, et qui était de mettre en place un Ordre mondial, capable de contrôler toutes les affaires politiques et économiques mondiales, dans le but de remettre en place ce futur descendant de la lignée mérovingienne, qui selon les prophéties Maçonniques devaient un jour régner sur le monde entier, dossier précédent.

    En 1118, Hugues de Payns créera les «Chevaliers Templiers» qui éliront Beaudoin de Renauld, frère de Godefroi, en tant que leur 1er Grand Maître. Godefroi de Bouillon, duc de Basse-Loraine comte de Boulogne, et Vicaire du Saint-Empire, fut également le guide et le promoteur de la première croisade. Godefroy, étant lui-même de la lignée Mérovingienne, adoptera la marque Mérovingienne comme emblème, symbolisée par une croix rouge.

    Ce fut après une lutte terrible et un épouvantable carnage, que finalement il fonda un ordre chevaleresque du nom de «l'Ordre des Prieurés de Sion» en l'année 1099, dont les quartiers généraux furent établis à l'abbaye Notre Dame de Sion, à Jérusalem. Cette Ordre, qui fut fondé premièrement en l'honneur de la Vierge Marie, porta également le nom de «L'Ordre de prieuré de Notre Dame de Sion».

    Face au pouvoir temporel des Pontifes Romains et à la dynastie Capétienne, les descendants Mérovingiens opposèrent une opposition occulte. Cette quête du spirituel conduisit Godefroi à rencontrer des membres d'une confrérie, les Frères de l'Ormus, qui se rattachaient à la fois à des traditions initiatiques venue de l'Ancienne Égypte, et de la Grèce Antique, ainsi qu'à certains enseignements provenant de certains groupes hébraïques héritiers des esséniens. Ormus ou Ormessius, prêtre séraphique d'Alexandrie, se prétendant convertis au Christianisme, avait à l'époque fondé la Société dite, «Des sages de la Lumière», cette société qui fut l'ancêtre directe des «Illuminatis» et dont l'emblème était également la croix rouge.

    Ce fut donc à cette époque que les Ordres Maçonniques commencèrent graduellement à changer, passant d'un Ordre pratique relatif au métier de constructeur, à l'Ordre spéculatif, par l'association directe avec l'occultisme de L'Ancienne Égypte. Mais Godefroi de Bouillon ne pourra parachever son œuvre. Il meurt en 1100, mais d'autres prendront le flambeau. En 1118, Hugues de Payen, qui allait être élu l'année suivante premier grand maître du prieuré de Sion, fonde avec Bisol de Saint-Omer et Hugues de Champagne, l'Ordre du Temple, mieux connu comme «Les Chevaliers Templiers, dont également il fut le premier «Grand Maître»». Et c'est ainsi que l'Ordre du Temple et celui des prieurés de Sion, connurent leur première filiation.

     

    Les quatorze premiers Grands Maîtres du prieuré de Sion:

    Fondateur: Godefroi de Bouillon

    1er: Hugues de Payen de 1119 à 1136

    2ème: Robert de Craon de 1136 à 1147

    3ème: Evrard de Barres de 1147 à 1150

    4ème: Hugues de Blanchefort de 1150 à 1151

    5ème: Bernard de Tremblay de 1151 à 1153

    6ème: Guillaume de Chamaleilles de 1153 à 1154

    7ème: Evrard de N & de 1154 à 1154

    8ème: André de Montbard de 1155 à 1156

    9ème: Bertrand de Blanchefort de 1156 à 1169

    10ème: Philippe de Milly de 1169 à 1170

    11ème: Eudes de Saint-Amand de 1170 à 1180

    12ème: Arnaud de Toroge de 1181 à 1184

    13ème: Gérard de Ridefort de 1184 à 1188

    14ième: Jean de Gisors de 1188 à 1220.

     

    Les buts affichés des Chevaliers Templiers.

    Grands bâtisseurs du fait de leur rôle militaire, Les Templiers devinrent durant l'époque des croisades, les protecteurs des corporations faisant métier de construire (notamment les franc-maçons), et furent reconnus par elles comme leur maîtres et comme leur chefs naturels, étant par ce fait même élevés par eux aux degrés les plus élevés de la Franc-maçonnerie.

    Durant leur séjour en terre sainte, la surveillance des routes de Jérusalem pour les pèlerins devint leur prétexte pour légitimer leur présence, alors qu'en fait, il caressait un tout autre but ! Pour arriver à leurs fins, ils se déclarèrent soumis au Pape et à aucune autre autorité. Les «neufs» personnes appelées les «pauvres chevaliers» se rendirent à Jérusalem et furent reçues dans les quartiers de Beaudoin à Jérusalem.

    Le Roi Beaudoin, qui fut nommé à cette époque, Empereur sur Jérusalem, appartenait également à la Lignée Mérovingienne. Ils y passèrent une dizaine d'années à une activité précise. Ils creusèrent les alentours du Temple pour y découvrir les trésors du Temple de Salomon.

    En 1953, un rouleau de cuivre découvert près de la mer Morte, démontra qu'un trésor de près de 138 tonnes d'or et d'argent y avait été englouti par les prêtres Juifs en l'an 70 A. Dieu.

    Après avoir déterrés ces trésors, ils revinrent donc en Europe avec les richesses de Salomon. Ils bâtirent des châteaux partout en Europe et devinrent les fameux gardiens du Graal.

    Éblouis devant la richesse et le pouvoir, ils se séparèrent bientôt de l'Évêque de Rome et établirent leur propre loi !

    Ce fut à cette époque qu'ils établirent leur propre système bancaire à travers toute l'Europe prêtant leur or aux rois et aux gouvernements. Ils inventèrent un système de transfert d'or d'une ville à une autre, ou d'une banque à une autre simplement en écrivant une note sur un papier. Aujourd'hui, on appelle cela des chèques.

     

    Leur vrai but était le contrôle monétaire et politique au niveau mondial.

    Bien vite, les Templiers seront solidement implantés à Lyon, où ils y posséderont leur propre capitale, véritable cité interdite, où ils exploiteront commercialement les ports de mer, étendant ainsi leurs tentacules sur toute l'Europe.

    Bientôt leur présence et encore plus leur richesse indisposera à ce point les Rois de France que ceux-ci essaieront de les détruire. Philippe le Bel, roi dictateur, se prit de haine contre eux, et leur fit la guerre. Ripostant à cette attaque, les Templiers firent Kidnapper le Pape Boniface VIII et tuèrent son successeur Bénédicte XI. En 1305, le roi Philippe s'arrangea pour placer son propre candidat à la papauté, Clément V, Évêque de Bordeaux. Ensemble, ils organisèrent l'Inquisition et tentèrent de se débarrasser des mérovingiens et de s'enquérir de leurs trésors.

    C'est à Lyon que se décideras leur fin. Le 13 octobre 1307, tous les Templiers de France furent arrêtés incluant leur Grand Maître Jacques de Molay. Molay et Geoffroy de Charney, propriétaire du Suaire de Turin, moururent brûlés sur le bûcher ! Leurs adeptes furent alors persécutés et contraint de fuir. Mais l'Ordre se maintint, reconstitué secrètement par Beaujeu, et il trouva asile en Écosse sous la conduite du dernier Grand Maître clandestin, dont le nom est connu, d'Aumont.

    Protégé par le Roi Robert Bruce, il créa pour eux l'Ordre du Chardon, qu'ils associèrent au «Rite Écossais» Ordre Maçonnique déjà en place en Écosse. Et par prudence, ils se fondirent, en outre, dans la corporation opérative maçonnique, dont la fidélité à leur égard ne s'était jamais démentie. L'ordre Maçonnique Écossais était à ce point affilié à l'Ordre des Templiers, qu'il fut rapporté que lors de l'exécution de Jacques de Molay, les Maçons abandonnèrent les chantiers en cours et de mirent en grève illimitée.

    Aux cours des années qui suivirent, les Templiers imprégnèrent la Franc-maçonnerie Écossaise de leur ésotérisme et de leur occultisme et en furent les chefs secrets. Ce fut au travers du Rite Écossais que les Chevaliers Templiers fondèrent leurs degrés maçonniques (au nombre de 33), dont les différents groupes qui leurs sont associés, desquels sont sortis les Roses Croix et les Illuminatis, lesquels font parti intégrante de certains de ces degrés de la Franc-maçonnerie.

    Au temps de la révolution Française, on voyait les Templiers comme des Architectes, des Mages et des Sages. Ils étaient regardés comme des héros, voire, des mystiques !

    La mort de Jacques de Molay aux mains du roi Philippe ne fut jamais oubliée ! Durant la Révolution Française alors que la tête de Louis XVI tombait de la guillotine, un homme s'approcha de l'échafaud, plongea sa main dans le sang du roi, la secoua autour de lui, et s'écria,

    «Jacques de Molay, tu es vengé !».

    Les objectifs, les connaissances et l'esprit des Templiers existent encore de nos jours dans les Loges Maçonniques. Il existe même au États-Unis une société appelée «la Société Jacques de Molay» ! Les Mormons et les Maçons ont des rites issus des Templiers. B Helena Blavotski parle de la sagesse des Templiers. Adolph Hitler faisait parti d'une société secrète appelée «Groupe de Thulé», qui plus tard se transformera en «Parti Nazi», voir l'Ordre de Thulé précurseur du nazisme, ici .

    Au début appelés les «Prieurs de Sion» ils avaient 3 buts:
    - Acquérir les biens du monde
    - Développer un Gouvernement Mondial
    - Asseoir sur le trône un seul roi, avec la pensée Mérovingienne.

    En 1903, on présenta au tsar de Russie un document appelé «Le protocole des sages de Sion». Le Tsar le déclara outrageux et provocant et demanda qu'il soit détruit ! En 1919, on le distribua aux troupes Russes qui massacrèrent 60 000 juifs rendus coupable de la révolution! Hitler s'en servit pour nourrir ses haines diaboliques.

    Le protocole est signé par les représentants de Sion du 33ème degré qui est, le plus haut niveau de la Franc-maçonnerie. Il y a un siècle, une grande statue bâtie par un Français du nom de «Auguste Bartholdi », Frédéric Auguste (1834‑1904), franc-maçon, sculpteur, auteur du Lion de Belfort et de La Liberté éclairant le monde érigée dans le port de New York. Il fut membre de la loge parisienne Alsace‑Lorraine. Ce secret fut découvert le 4 juillet 1987.

    Mérovée avait de longs cheveux comme Samson... Dans la tombe de Childéric I (fils de Mérovée) ouverte en 1653, on trouva 300 petites abeilles miniatures en or... Napoléon avait une robe de couronnement avec 300 abeilles... Marie-Louise d'Autriche (Habsberg) avait une robe royale avec abeilles... C'était le symbole de la lignée Mérovée.

    La suite au dossier 32.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu