Avertir le modérateur

ps

  • Régionales, François Hollande et le PS.

    Arriveront-t-il à leurs fins ?

    Les régionales qui viennent de s'achever ont montré une chose que pour battre le FN il fallut qu'ils fassent un lourd sacrifice, c'est à dire n'avoir aucun représentant à l'assemblée régionale du Nord-Pas-de-Calais-Picardie et de la Provence-Alpes-Côte d'Azur et appeler à voter pour la droite leur ennemie naturel cela, après qu'ils ont créé ces 13 nouvelles régions. Comme dit l'autre c'est pas payé ! Bien sûr cela fut payant puisque aucun représentant FN n'obtint une région mais ce n'est pas pour autant qu'il n'a pas d'élus ! Il va donc pouvoir s'implanter, s'enraciner et apprendre la gouvernance de ces grandes régions en même temps que la droite l'ennemie séculaire de la gauche. Mais pas que ça, pécuniairement c'est catastrophique, plus un sous pour les socialistes de ces régions ! La droite se marre, elle va en engranger alors qu'elle était battue !

    Est-ce un coup de maître de François Hollande et de Manuel Valls ? De prime abord on peut dire oui, mais après analyse approfondie non ! Parce que les rivaux du PS sortent renforcés !

    Pour Christophe Barbier dans son édito, c'est Sarkozy le grand perdant parce que la droite à sept régions mais trois qui ne sont pas d'elle, et de plus, pour les autres la victoire fut ric-rac. En outre, la droite fut en échec avec les têtes de liste aux centristes, ils ont tous été battus sauf Hervé Morin vainqueur de justesse. Mais, dans cette hécatombe la droite a eu le bonheur de récupérer des voix du FN, qui lui permirent de sauver les meubles et ainsi de gagner en Île de France par exemple. En d'autres termes, la droite est dans le caca, elle n'a plus de leader, pas de programme et avec la primaire elle va exploser ! Mais elle vit sur le rejet des socialistes comme ils vivaient sur celui de Sarkozy ! Donc rien n'est perdu pour elle !

    Quelle pourrait être la satisfaction des stratèges Hollande et Valls, avoir barré la route eu FN ? Une satisfaction bien mince d'autant que la droite vote pour lui ! Ce n'est que retarder l'inéluctable, avec près de 6,8 millions de vote le FN virera en tête à la présidentielle d'autant qu' entre temps il va se renforcer. Mais aussi c'est permettre à Sarkozy, de limiter les dégâts et de virer encore plus à droite ou il va bientôt être plus radical que Marine Le Pen ! Il a viré NKM pour Vauquiez si ce n'est pas marcher sur le FN alors c'est quoi ? Mais plus il va à droite plus MLP voit son audience croître alors ? La droite préfère MLP à Sarkozy tout simplement !

    Franchement ce coup de maître n'en est pas un c'est même un coup foireux. Parce que si le PS s'était contenté de l'alliance avec les partis à sa gauche il aurait gagné les mêmes régions mais en plus son ennemi ancestral aurait mordu la poussière. Mais aussi, et ce n'est pas la moindre chose quand on voit Bartolone à coté de Pierre Laurent et Emmanuelle Cosse qui n'ont cessé de taper sur Hollande. L'unité de la gauche à tous crins est catastrophique, mais le PS pouvait-il faire autrement ? Non, il n'aurait obtenu que 2 régions au mieux. Mais que c'était dur de voter pour Bartolone encadré par ses deux ennemis.

    Alors, la question que l'on se pose devant ces points négatifs, quel avantage pour le PS ? Avoir empêcher le FN de gagner des régions la belle affaire ! Qui lui en tiendra compte ? Pas Sarkozy qui se frotte les mains de leur connerie, alors que, s'ils avaient laissé le FN gagner c'était la guerre à l'UMP avec seulement 4 régions, voire 3 parce que le FN n'aurait pas soutenu Valérie Pécresse laissant la région Île de France à la gauche. Au ni ni de Sarkozy, il fallait que le PS répondre par le ni ni Valls. Vous voyez le tableau à l'UMP ! C'était précipiter son éclatement !

    Je me suis d'ailleurs dis lorsque j'ai entendu Valls clamer cette abstention que c'était une lourde faute, tout simplement parce qu'empêcher un parti soutenu par plus de 6, 8 millions de Français est contre la démocratie et de plus, c'est se donner des soucis pour plus tard. On ne peut rien faire contre un parti qui a récupéré 41 % d'ouvriers des classes laborieuses, alors qu'il n'a jamais rien fait pour eux !

    Vous vous rendez compte que ce sont les Communistes et le Front de gauche qui se défoncent pour les soutenir et ils votent FN ! On ne peut rien faire à cela, la logique d'antan est à la poubelle ce que d'ailleurs, ils devraient comprendre. Non, ils s'obstinent dans une idéologie qui conduit à la perte de la gauche, la gauche n'existant déjà presque plus. Ce que le président Hollande a comprit depuis longtemps.

    Les temps de guerre n'existent plus, la lutte des classes non plus et Karl Marx on n'en parle plus. Les années ou les communistes étaient le premier parti de France c'est fini depuis longtemps. C'est l'économie maintenant et là il faut des entreprises qui embauchent, on ne peut y échapper, même si nombreuses elles profitent de la situation pour faire de la surenchère.

    Ils n'ont pas fait leur inventaire. Les ouvriers ont évolués et pas eux ?

    Et la question est pourquoi se portent-t-ils vers le FN ? Parce que les Communistes et le Front de gauche sont impuissants à faire appliquer leur politique. Et pourquoi sont-t-ils impuissants tout simplement parce que c'est le patronat qui tient les ficelles. C'est aussi pour cela que le FN ne résoudra rien, même ce sera pire. Tout abandon de l'euro conduira à la catastrophe, les taux d'emprunts vont monter puisque nous ne seront plus soutenus par BCE.

    D'ailleurs, ce qui est extraordinaire, c'est que le patronat est le principal responsable du chômage, il a viré tous les séniors qu'il gardait pour que Sarkozy l'emporte en 2012.

    Les commerçants, et agriculteurs, qui bien tranquilles dans leur commune en province votent FN par la propagande de préférence nationale ! Ils ne sont plus le fer de lance de la droite ! Comment peuvent-ils croire que le FN va leur mettre des saucissons au plafond ? Comment peuvent-ils croire que la fermeture des frontières résoudra le problème de l'immigration ? Comment peuvent-ils croire que la sortie de l'Euro apportera du bien être. Comment peuvent-ils croire que ceux qui ont eu en charge notre destinée depuis des décennies sont des mauvais parce qu'ils n'ont pas réussit à réduire le chômage. On reste perplexe devant tant d'angélisme.

    L'argument de «on a tout essayé» alors on change est très grave et c'est bien sûr du n'importe quoi, mais de plus, c'est mettre la France dans un état de guerre civile. En outre, les attentats ont eu un effet dynamique, ils n'avaient qu'à dire je vous l'avais dit ! Là aussi, croire qu'ils peuvent empêcher les attentats en fermant les frontières en rejetant les immigrés, en supprimant les mosquées c'est croire au père noël ! Quel est le programme économique du FN ? Il va augmenter le SMIC, il n'y a pas de sous ! Il va faire un clash avec la zone euro, il va se faire jeter ! Vraiment, ceux qui votent pour lui devraient réfléchir.

    La France est à un tournant politique majeur, les vieux partis comme la gauche et la droite doivent évoluer, se recomposer, changer leurs hommes, se fusionner dans un même objectif réduire le chômage en premier. Il faut que chacun mette de l'eau dans son vin pour former une grande coalition du centre avec les hommes de bonne volonté. Mais surtout, comprendre qu'ils ne peuvent plus rester dans un dogmatisme conflictuel.

    François Hollande, qui l'a comprit depuis longtemps, a donc une énorme responsabilité, c'est à lui qu'appartient ce changement politique. Ce n'est plus la droite elle n'est plus crédible. Sarkozy est hors course il en a trop fait et de plus, s'il est encore actif c'est parce que ses avocats font durer la suspension dans l'attente d'une décision de la Cour de cassation dans l'affaire des écoutes. La Cour d'appel de Paris a validé les écoutes qui lui valent sa mise en examen pour corruption et trafic d'influence. L'enquête à donc repris. Le pourvoi en cassation n'est pas suspensif. En fin d'instruction il est passible d'un renvoi en correctionnelle.

    J'ai souvent comparé François Hollande à Guy Mollet parce qu'il adopte la même politique. Mollet était élu président du Conseil sur un programme de gauche et il appliquait un programme plutôt centriste ce qui lui valait l'hostilité de la gauche sans avoir l'appui du centre droit. Guy mollet laissa la SFIO dans un état de mort. Sa chance fut de prendre la roue du général de Gaulle, mais de De Gaulle il n'y en a pas. Tous deux se sont frottés à un état de crise politique, la guerre d'Algérie, le FN, mais les institutions de la cinquième République font que François Hollande reste au commandes alors que Guy Mollet était renversé, ce qui donnait une quatrième République instable. C'est pourquoi je dis que c'est à Hollande de résoudre cette crise. Pour cela il lui faut des appuis. S'il s'adresse au centristes qui sont dans le trou, ils vont lui demander des conditions qu'il ne pourra satisfaire par exemple de réduire les dépenses ce qui serait suicidaire en ce moment. Quant aux UMP c'est pire. S'il s'adresse à la gauche de sa gauche elle va lui demander d'augmenter les dépenses ce qu'il ne peut accepter. Donc François Hollande est bridé.

    Pour qu'il soit débridé, il faut qu'il gagne la présidentielle de 2017, c'est à dire qu'il batte la droite au premier tour, ce qui mettrait tout le monde au pied du mur pour une recomposition politique. Mais dans ce cas, pour une recomposition politique nationale avec les centristes, il lui faudra sacrifier ceux qui l'ont porté à la présidence et qui ne sont pas du centre. Impossible, la seule solution réside dans une coalition du centre avant la présidentielle de 2017, ce qui sauverai ce qui reste des socialistes et le pays du FN.

    Bien sûr, il y a une autre hypothèse celle ou Alain Juppé s'impose mais Sarkozy va l'exploser !

  • L'université d'été du PS égale à elle-même,

    une confrontation d'idées compréhensives mais qui crée la désunion.

    De la Marseillaise rejaillit l'union, on se dispute mais on s'aime et à la fin de la récrée le dimanche 25 août on chante, document Le Monde.fr / Jean-Claude Coutausse.

    Support Wikipedia Les socialistes ne changeront pas, et le fait qu'ils sont au pouvoir n'a pas calmé leur ardeur à montrer leurs divisions. Normal direz-vous, d'autant plus que la politique de François Hollande est plutôt centrée entre droite et gauche suivant les obligations. En fait elle n'est pas lisible pour beaucoup c'est le tord du démocrate socialiste, qui se met tout le monde à dos, à l'instar de François Bayrou démocrate de droite. Alors, dans ces universités d'été, chaque ténor y va de son aura. C'est devenu un rituel pour tous les partis. Ne faut-il pas à chaque grande rentrée de période estivale montrer sa présence des fois que l'on vous aurait oublié ? La politique n'est que de la concurrence, et l'on est vite dépassé par d'autres. Montrer sa présence afin de rassembler ses partisans pour s'imposer à nouveau comme le leader est une obligation. Au PS, contrairement aux autres partis il n'y a pas un leader qui fait taire tous les autres. Les Marine, Copé, Fillon, Mélenchon, Laurent et d'autres, nagent sans trop de contradicteurs, tout au moins on n'en a pas vu !

    Au PS, les ténors comme Ségolène Royal qui marque son retour politique à la Rochelle, ville ou fut mise à terre par Olivier Falorni, prononça le discours d'ouverture en tant que présidente de la région. Manuel Valls, Christine Taubira, bien que non encartée au PS, furent, lorsqu'ils arrivèrent, entourés, comme des vedettes, par une foule de journalistes, caméramen et de sympathisants, ce qui fixa la cote socialiste de leur popularité du moment. Cette chaleur les réchauffe, ils en ont besoin pour montrer leur influence tant il est vrai, qu'en politique, seul compte le nombre de sympathisants même si ce que l'on porte comme projet est sujet à controverses mais qu'importe c'est l'adhésion qui compte.

    Cette université du PS démarra sur le conflit entre ces deux calibres du gouvernement, l'un plus à droite et l'autre plus à gauche. L'un, auréolé d'une cote populaire à faire rougir le président, applique simplement la politique sécuritaire précédente, non pas qu'elle fut mauvaise sur tous ses points, le respect de la loi s'impose à tous, mais laisser les Roms s'installer près des habitations dans des conditions hors de toute humanité est intolérable. Quant à la sécurité bien que tout aussi volontaire et positif, il apporte un plus en effectifs de forces de l'ordre, il faut dire que Sarkozy ne fit que du vent réduisant ces forces de plus de dix milles agents ! Par contre, il déconne tout autant quant au tout carcéral, porteur d'un raisonnement à l'emporte pièce pour faire plaisir à ses policiers, l'exemple de Trappes le prouve, voir, Trappes comme toute ville de banlieue a ses quartiers islamophobes et islamiques.

    L'autre plus intelligente raisonne et réfléchit, sa cote popularité ? Elle s'en fout ! Pour elle, qui n'a pas d'argent pour construire des prisons trouve, avec bons nombres de magistrats qui ne sont pas des imbéciles vivant au quotidien le drame de la récidive, que le tout carcéral appliqué depuis 10 années n'a fait que l'aggraver. Les prisons, surpeuplées, sont devenues des lieux qui ne font plus leur office purgatoire, elle veut donc apporter une solution sachant bien qu'elle sera contestée et qu'elle ne pourra résoudre le problème, qui est plus du ressort de la société et de la misère qui la mine, que dans des solutions plus adaptées à la récidive, voir, Les peines plancher une bonne fausse loi de la droite. Il faudrait plus de suivi et une vraie réadaptation à la vie sociale au sortir de prison, et du travail, mais là, les moyens sont sans répônse, voir aussi, Les cambriolages sous l'influence de la misère de notre société.

    Ces gros calibres se sont donc chamaillés pendant la période estivale avant cette université, faisant la joie de la droite et de la presse qui s'en est donné à cœur joie n'ayant rien à se mettre sous la dent. Un vrai gros couac gouvernemental qui comme les autres finira dans le cercueil des disparus. Le président a tranché en penchant de droite à gauche, mais une préférence pour Valls et reportant la réforme après les élections municipales, c'est plus prudent. Pour Manuel Valls c'est un consensus la justice et la sécurité sont liées pour réussir. Pas question d'opposition, mais collaboration.

    Vous pensez bien que ces gros calibres arrivant à la Rochelle furent entourés par leurs fans, cherchant à se montrer comme si c'était des dieux, mais ne font-ils pas leur boulot ?

    Mais ce qui fit le plus de bruit fut la taxe carbone remise au tapis par les écologistes, il fallut qu'ils mettent du piment à leur université d'été et qu'elle déteigne sur celle des socialistes pour tester leur réaction. Elle fut sans ambiguïté, trop de taxes tuent les taxes. Encore une taxe a-t-on entendu de droite à gauche au PS, Ségolène Royal en tête ! On va encore taxer les petits, et c'est vrai l'expérience précédente de Nicolas Sarkozy, sous l'influence de Nicolas Hulot, se lança dans cette aventure qui se résuma après épuration de son contenu à ne taxer que les utilisations domestiques écartant celles de l'industrie.

    Rappelez-vous, l'ancien ministre Jean-Louis Borloo ministre de l'écologie en avait, fait, le pauvre, un des engagements majeurs du Grenelle de l'environnement. Cette Contribution, Énergie Climat, CEC, destinée à limiter les émissions de gaz à effet de serre, consistait à taxer, sur le principe «pollueur-payeur», la consommation d'énergies fossiles émettrices de CO2 dans les secteurs du transport et de l'habitat, une bonne mauvaise idée. Elle devait s'appliquer à la fois aux ménages, en contrepartie d'une compensation financière, et aux entreprises.

    Un coup politique de Sarkozy après les élections européennes de juin 2009 ou les Verts obtinrent 16,3 % de suffrages. Mais ce fut sans compter avec la majorité de droite qui la rendit inopérante sous la pression des lobbies industriels, la taxe carbone se réduisant à un impôt pesant sur les ménages. Voir aussi La vérité sur la taxe carbone.

    Les trois mousquetaires aux journées d'été d'Europe écologie les Verts le 22 août à Marseille/AFP/ Franck Pennant , document Le Monde.fr.

    Il faut reconnaître que les écologistes se sont pris à rêver, si l'environnement était enfin pris en compte ? Philippe Martin le ministre de l'écologie remplaçant Delphine Batho dû admettre vu le tollé de ce nouvel impôt, bien que cette taxe sur le climat énergie, qui était actée, ayant reçu l'approbation du président, qu'il lui fallait mettre un peu d'eau dans son vin. Il fut aussitôt prié de mettre les points sur les "i" en déclarant, ce n'est pas une taxe nouvelle, ce n'est pas une fiscalité additionnelle, mais une fiscalité de substitution. En d'autres termes, on retire à Pierre pour donner à Paul, et le tour est joué ! Jean-Marc Ayrault dans son discours de clôture, assura que la future contribution climat énergie, annoncée jeudi par le ministre de l'écologie, Philippe Martin, ne «modifierait pas le niveau des prélèvements» fiscaux en France. Elle «ne sera pas un impôt de plus, mais une réforme fiscale, une réorientation de la fiscalité», a-t-il déclaré. Voilà qui ne nous rassure pas, dixit François Hollande avec la transition écologique en dévoilant lors de la conférence environnementale les grands principes de la future contribution climat-énergie.

    Le 24, donc la veille de la clôture de cette université d'été du PS, Christine Taubira annonça pour mettre, tout le monde au parfum, la création d'une peine probatoire de prison. Une «réforme sérieuse, rigoureuse, qui assure la sécurité des Français», qui serait proposée dans sa réforme pénale, hors prison, avec des mesures pour renforcer les sorties aménagées de détention. Selon, Christine Taubira, le projet permettra d'améliorer la réinsertion par la «construction avec le détenu d'un projet pour lui permettre de devenir à sa sortie un citoyen libre et responsable» !

    J'aime bien Taubira, elle raisonne ce qui est rare chez les politiques, voir Christian Estrosi, au langage honteux, se servant de cas douloureux pour sa politique. Mais il ne faut pas rêver, il n'y a pas d'argent et sans travail, la récidive ne sera pas jugulée, malgré le désir de justice. Pour le moment, rien de précis, il faut donc attendre après les municipales.

  • Les socialistes qui n'en finissent pas de se chamailler,

    et les Strauss Kahmiens qui n'ont pas encore digéré l'affaire de leur mentor,

    et Bernard Tapie qui déclare que les centristes sont à droite et que seule Martine Aubry à l'expérience pour être présidente de la république.

    On se demande ou va le PS ?

    Support Wikipedia Ce n'est pas Bernard Tapie mais le parti radical qui parle et qui met en œuvre sa politique pour des discussions éventuelles avec Martine la seule qui a l'expérience gouvernementale ayant été ministre d’État, capable de discuter au même niveau qu'Obama et Sarkozy selon le parti, sachant qu'il ne se contentera pas d'un strapontin ministériel. Quand à François Hollande il n'a aucune expérience et il ne comprend même pas qu'il puisse être désigné à la primaire. Finalement à force de tels arguments, vu que la droite est toujours majoritaire, il n'y aura bientôt plus personne à gauche qui pourra, selon ce parti, prétendre gouverner le pays puisque aucun de ses politiques n'aura d'expérience ministérielle de haut niveau !

    Du coté de Martine Aubry et de François Hollande on fait des sourires aux Strauss Kahniens. Depuis une semaine, ils se succèdent rue Solférino et à l'Assemblée nationale sous le lobbying de Martine et de François, ils mettent toute leur énergie pour les convaincre de se rallier à eux. Les Cambadélis, Moscivici, Valls, Peillon, Destot, Collomb, Huchon qui ont tant espéré en DSK pressent Martine de se décider, mais elle laisse planer un doute sur sa participation à la primaire, «je me donne encore jusqu'au 06 juin, et pas avant ?» Pourquoi le 06 juin à cause simplement de la prochaine audition de DSK devant ses juges ou, il peut plaider coupable ou non coupable ou être blanchi ? Elle leur a avoué qu'elle avait poussé DSK à se présenter. Invraisemblable que l'on puisse encore soutenir sa candidature avec ce passé, et on se demande s'ils ont encore une tête sur leurs épaules ?

    Voyons DSK même blanchi n'est pas un homme de gauche, sa fortune par celle de son épouse, ne colle pas même s'il peut avoir des penchants à gauche, elle est maintenant mise au grand jour. En outre les soutiens qu'il avait à droite ne faisaient-ils pas sa cote médiatique ? Il serait étonnant qu'il puisse lui être encore favorables. Il est entaché par cette affaire pour longtemps.

    Finalement le pacte de Marrakech tient toujours, n'avait-elle pas affirmé devant la presse qu'elle ne voulait pas être une candidate de substitution ? Malgré cela, elle cherche un maximum de soutiens, déjeuné avec Lionel Jospin au Récamier une terrasse privée du 6ème arrondissement de Paris. Elle drague Jean-Marc Ayrault un proche de François Hollande. Et le o6 juin, avec Bertrand Delanoé, elle va à Metz . Par ailleurs les Strauss Kahniens poussent pour qu'elle s'oriente plus au centre en s'alignant sur la ligne Strauss Kahnienne, «si tu veux rassembler, tu dois te défaire de ton alliance avec la gauche du parti», a plaidé Gérard Collomb, le maire de Lyon, son adversaire notoire depuis trois ans, qui redoute l'affrontement entre M. Hollande et Mme Aubry et plaide pour une candidature unique. Martine. «Je ne serai pas la candidate de la gauche du parti», en oubliant que c'est bien la gauche du parti qui l'a propulsée secrétaire nationale lors du tout sauf Ségolène au congrès de Reims, de plus, n'avait-elle pas déclaré qu'elle ne se présenterait pas à l'élection présidentielle en novembre 2008 préférant l'unité du parti !

    Il est bien évident que si Martine Aubry veut être présidente, il lui faut ratisser large comme le fait Ségolène n'hésitant pas à accepter lors des élections régionales des écologistes, des Modemistes, et des communistes dans sa liste. Martine la Dame des 35 heures doit faire oublier que le PS a été rejeté par les ouvriers, non pas que les 35 heures aient été une avancée sociale contre le chômage, mais l'esprit du partage n'a pas marché d'autant que le patronat a ramé à l'envers. De plus la droite n'attend que sa candidature pour matraquer sachant que pour beaucoup de Français les 35 heures sont encore un frein au développement économique.

    Les Strauss Kahniens  orphelins cherchent qui soutenir ? François Hollande souffre du lourd handicap de ne pas avoir eu un grand ministère à gérer, quand à Martine plus expérimentée n'a-t-elle pas été N° 2 du gouvernement Jospin, mais trop à gauche ne peut rassembler. Hollande a indiqué qu'il étofferait son équipe le 28 juin  espérant y intégrer des poids lourds pour faire contrepoids à Martine. Il ouvrirait aussi vers les écologistes voulant rencontrer Eva Joly et Nicolas Hulot.

    Martine met en garde, ne vous laissez pas embobiner par François, il a déjà proposé le poste de premier secrétaire à dix personnes, «il est incapable de décider, moi, je serais capable d'imposer les mesures qui s'imposent». Dans ce contexte de rivalité franchement affichée entre les deux secrétaires l'ancien et le nouveau le PS est en ballotage et les Strauss Kahniens en profitent pour faire de la surenchère, «jamais je n'ai été autant courtisé s'exprime l'un deux». Vincent Peillon viserait la direction du parti, Pierre Moscovici un rôle imminent en échange de sa non candidature. Quand à Manuel Valls il entend faire valoir sa présence. Dans ce jeu de cache cache on se demande quelle confiance on peut apporter à ce parti, qui est incapable d'unité. Les primaires ne font que le diviser en montrant au grand jour les rivalités. De plus en plus Ségolène Royal qui se tient en dehors de ce bras de fer Hollande-Martine pourrait bien tirer les marrons du feu et finalement apparaître la mieux placée pour affronter Sarkozy.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu