Avertir le modérateur

pétain suite 73

  • Philippe Pétain, après sa condamnation, suite 73, et fin.

    les réponses du général de gaulle, du général Héring, controverses et analyses.

     

    Support Wikipedia Charles de Gaulle.

    «Toute la carrière de cet homme d’exception avait été un long effort de refoulement. Trop fier pour l’intrigue, trop fort pour la médiocrité, trop ambitieux pour être arriviste, il nourrissait en sa solitude une passion de dominer, longuement durcie par la conscience de sa propre valeur, les traverses rencontrées, le mépris qu’il avait des autres. La gloire militaire lui avait, jadis, prodigué ses caresses amères. Mais elle ne l’avait pas comblé, faute de l’avoir aimé seul. Et voici que, tout à coup, dans l’extrême hiver de sa vie, les événements offraient à ses dons et à son orgueil l’occasion tant attendue de s’épanouir sans limites, à une condition, toutefois, c’est qu’il acceptât le désastre comme pavois de son élévation et le décorât de sa gloire [...] Malgré tout, je suis convaincu qu’en d’autres temps, le maréchal Pétain n’aurait pas consenti à revêtir la pourpre dans l’abandon national. Je suis sûr, en tout cas, qu’aussi longtemps qu’il fut lui-même, il eût repris la route de la guerre dès qu’il put voir qu’il s’était trompé, que la victoire demeurait possible, que la France y aurait sa part. Mais, hélas ! Les années, par-dessous l’enveloppe, avaient rongé son caractère. L’âge le livrait aux manœuvres de gens habiles à se couvrir de sa majestueuse lassitude. La vieillesse est un naufrage. Pour que rien ne nous fût épargné, la vieillesse du maréchal Pétain allait s’identifier avec le naufrage de la France».

    — Charles de Gaulle, Mémoires de guerre, l’Appel, 1940-1942 .

    «Le testament de Pétain,

    Je ne laisse pas de mémoires personnels car j'ai toujours constaté que leurs auteurs trop enclins à se justifier de leurs erreurs, ont, avec la vérité des accomodements qui les rendent pleins d'indulgence pour eux mêmes et très sévères pour les autres».

    Réponse à de Gaulle.

    Le général Héring.

    En ma qualité d'ancien commandant de l'Armée de Paris et président de l'Association pour la défense de la mémoire de Pétain, je crois de mon devoir et de mon droit de redresser un certain nombre d'erreurs d'appréciation commises au préjudice de deux grands chefs, le Maréchal et le général Weygand, voire même d'entorses à la vérité historique qui m'ont douloureusement frappées à la lecture des extraits des mémoires du général de Gaulle parus dans le n°289 de la revue de Paris-Match.

    Lorsque le gouvernement a pris la décision en 1940 de faire appel au général Weygand, il s'est souvenu d'une des dernières recomandations du Maréchal Foch,

    «si la france se trouvait dans une telle situation je ne vois que Weygand qui pourrait l'en tirer».

    Cette décision arrivait malheureusement trop tard. Dès sa prise de commandement le général Weygand se rendit compte de l'extrême gravité de la situation. Vous ne pouvez pas vous faire une idée de ce que j'ai vu et de ce que je souffre m'a-t-il dit en revenant de sa reconnaissance dans le nord.

    Loin de se laisser abattre par l'adversité, le nouveau commandant en chef n'en conservait pas moins la ferme intention de lutter jusqu'à l'épuisement de ses forces, ses ordres en font foi,. Les les évènements ne tardèrent pas à le dépasser. Après la capitulation de l'armée Belge et le replit des forces Britanniques, la retraite du groupe des armées du nord s'imposait. C'est alors que le général Weygand prit la décision de jouer la carte de la Somme et de l'Aisne. Entre temps de Gaulle nommé sous-secrétaire d'État à la guerre était venu apporter au commandant en chef le secours de ses conseils l'engageant à retirer l'armée Française d'Afrique du Nord pour continuer la guerre en partant de cette nouvelle base. Le général Weygand accueillit cette proposition par un éclat de rire que l'orgueulleux conseilleur ne devait jamais lui pardonner. La manoeuvre stratégique imaginée par de Gaulle n'était en effet qu'une vue de l'esprit.

    1. Le repli improvisé des Forces Françaises en Afrique du Nord était irréalisable. Les Allemands opérant avec des avants gardes motorisées auraient atteint la Méditerranée avant nous.
    2. Grâce à leur aviation ils auraient coulé la flotte de transport avant même l'embarquement des troupes.

    En supposant qu'une partie des Forces Françaises échappant à l'étreinte Allemande, eut réussit à gagner l'Afrique du nord, elle aurait été incapable de faire tête à une attaque Allemande par l'Espagne, attendu que l'Afrique du nord se trouvait démunie de troupes et de moyens de ravitaillement.

    En accordant à la France un armistice qui n'était nullement une capitulation, puisqu'il laissait à la France non seulement sa flotte mais une Armée, Hitler a laissé passer l'occasion de porter à la coalision le coup décisif, ses lieutenants pour la plupart le lui ont amèrement reproché. A vrai dire le maréchal Pétain et le général Weygand n'ont jamais douté du caractère mondial que pouvait prendre le conflit. C'est une des raisons pour lesquelles ils n'ont pas hésité à demander un armistice qui, seul, pouvait leur donner la possibilité de reconstituer une armée prête à rependre la lutte dans des conditions nouvelles. Le général de Gaulle en arrivant en Afrique du nord à la suite du débarquement des Forces Anglo-américaines a été trop heureux de pouvoir disposer de l'armée d'Afrique reconstituée par les généraux Weygand et Juin sur l'ordre de Pétain. Dans l'armistice quel eut été le sort des 40 millions de Français livrés à l'envahisseur ? De Gaulle n'a pas partagé les souffrances du peuple Français pendant l'occupation ne peut pas s'en rendre compte. Pour lui les Français n'avaient qu'à faire de la résistance. C'eut été du joli alors que ni les Anglais, ni les Américains ne se trouvaient en mesure de leur venir en aide.

    Pour répondre à l'accusation d'ambition sénile portée par de Gaulle contre son ancien chef le maréchal Pétain, qu'il me suffise de rappeler le passage suivant de ma déposition au procès du maréchal devant la Haute cour:

    quand je me suis présenté à la villa Sévigné, le lendemain du jour ou l'Assemblée nationale venait de conférer à celui qu'elle considérait comme le sauveur de la France, le titre de chef de l'Etat avec les pleins pouvoirs, j'ai demandé au maréchal, «peut-on vous féliciter ?» - «A titre de martyr seulement» m'a-t-il répondu sans me cacher son émotion.

    A sa place un ambitieux se fut contenter de me serrer la main, avec un sourir satisfait. Les mémoires, sont en général écrits pour la plus grande gloire de leur auteur. C'est humain. Encore que l'auteur mette une certaine discrétion dans les louanges qu'il se décerne, et surtout qu'il ne travestisse pas la réalité historique pour appuyer sa thèse. Malgré les bons souvenirs que je conserve de mon ancien collaborateur et ami de l'État-major du maréchal Pétain, il ne m'est pas possible de suivre dans une voie que je réprouve.

    «Amicus Plato, sed magis amica veritas»

    Le général Héring,

    texte paru dans le numéro 292 de Paris-Match le 30 octobre-6 novembre 1954. Tiré de la référence réponse à de Gaulle.

    Controverses et analyses.

    Au procès Pétain, l’avocat Jacques Isorni avec ses confrères Jean Lemaire et le bâtonnier Fernand Payen lance la légende du «détournement de vieillard», Pétain aurait été abusé par Pierre Laval qui aurait profité de son grand âge. Sous la IVème République, le RPF gaulliste emploie la fameuse phrase de Charles de Gaulle dans ses mémoires,; «la vieillesse est un naufrage», «la tragédie est que le Maréchal est mort en 1925 et que personne ne s’en est aperçu». L’historien Éric Roussel, entre autres, a montré que ce jugement gaullien n’explique en rien les choix du chef de l’État français, et qu’il n’a en réalité qu’une finalité électorale, pour rallier le plus possible de voix contre le «régime des partis» honni, les gaullistes doivent rallier les ex-pétainistes sans se déjuger de leur action dans la Résistance, d’où cette excuse commode de Pétain par l’âge de l’intéressé. En réalité, comme le montrent Marc Ferro, Jean-Pierre Azéma ou François Bédarida, les choix de Pétain étaient parfaitement cohérents et bénéficiaient d’appuis dans les milieux les plus divers de la société. Yves Durand souligne qu’il bâtissait son régime comme s’il avait du temps devant lui, sans se soucier de la possibilité de sa disparition prochaine. Quant aux fameuses «absences du Maréchal» rapportées par Jean-Raymond Tournoux, Marc Ferro ou Jean-Paul Brunet, il se mettait à disserter soudain sur le menu du jour ou le temps dehors face à des visiteurs, il s’agissait surtout d’une tactique pour éluder les questions gênantes en jouant du respect qu’inspirait sa qualité d’octogénaire. Le journaliste Robert Aron, aurait contribué, selon Robert Paxton, à lancer la légende parallèle de «l’épée et du bouclier», voir l'article 230 suite 38 Pétain aurait tenté de résister pied à pied aux demandes Allemandes, et secrètement cherché à aider les Alliés, pendant que de Gaulle préparait la revanche, d’autre part, il y aurait un «Vichy de Pétain» opposé au «Vichy de Laval».

    Mon analyse eu égard à celle des historiens n'a qu'un poids insignifiant, mais au fil de cette fresque et ayant vécu cette période de la collaboration bien qu'adolescent, et n'étant pas informé, il est évident que Pétain à collaboré, en fait personne ne le nie. Les gesticulations tendant à montrer qu'il y avait deux Vichy ne tiennent pas la route. Ce qui apparaît le plus grave c'est qu'il a laissé faire la persécution des juifs, la solution finale article 240 suite 48 le montre, même son gouvernement a devancé par l'action de Laval ce que souhaitaient les Allemands. Hitler n'en attendait pas tant, mieux même, il n'a rien fait contre la milice qui assassina comme au meilleur temps du régime nazi. Avoir couvert de tels actes, est de la part du maréchal impardonnable. Pourquoi, tout simplement parce qu'il avait la confiance des Français pleine et entière, il les a trompés. On aurait pu espérer qu'il fut le bouclier, qu'il fasse obstacle aux exigences nazies, il put le faire que pouvaient faire les Allemands contre cette volonté, l'emprisonner, ils auraient été bien embarrassés aux yeux de tous les Français qui l'avaient plébiscité.

    Il est évident que Pétain était antisémite comme beaucoup à l'époque et que de plus il préférait le régime national socialiste à celui des communistes, il n'était pas le seul, beaucoup n'ont collaborés que sur ce motif.

    J'ai eu de la peine lorsque Pétain fut condamné à mort par ce que j'ai toujours pensé qu'il s'était sacrifié par ce que les parlementaires qui lui ont donné les pleins pouvoirs comme les 80 qui les lui ont refusés sont encore plus coupables que lui de s'être défilé devant leurs responsabilités, ce furent malheureusement des lâches.

    On ne peut dissocier Pétain de Verdun c'est pour cela que je n'ai pas admis sa condamnation à mort et il faut bien reconnaître que la Haute cour ne lui était pas favorable et que dans le contexte de vengeance l'époque, le jugement ne pouvait être autre chose que ce qu'il fut. En outre, mais cela fait parti de la collaboration dès lors qu'elle est acceptée, la France à non seulement été purgée pas sa dette d'armistice mais aussi par sa main d'œuvre déportée dans le STO et pour le mur de l'Atlantique qui par ailleurs a enrichi les entreprises collaborationnistes. En fait Pétain n'est qu'une victime de ses opinons mais aussi des Français qui lamentablement n'ont pu résister à l'invasion Allemande en 1940, Pétain fut en 1940 une erreur des Français.

    Références ,

    http://www.cheminsdememoire.gouv.fr/page/affichebiblio.php?idPage=7946&idBiblio=1410&idLang=fr

    Index général.

    Article 192, gloire et trahison .

    Article 193, suite 1, les origines de la première guerre mondiale.

    Article 194, suite 2, Philippe Pétain entre en guerre .

    Article 195, suite 3, la bataille de Verdun .

    Article 196, suite 4, la bataille de Verdun, Douaumont est repris .

    Article 197, suite 5, la bataille du Chemin des Dames .

    Article 198, suite 6, les mutineries .

    Article 199, suite 7, la victoire de la Malmaison .

    Article 200, suite 8, de la bataille de l'Aisne jusqu'à l'armistice .

    Article 201, suite 9, l'offensive vers l'Aisne suite, l'attaque .

    Article 202, suite 10, l'offensive vers Compiègne .

    Article 203, suite 11, l'offensive Allemande en Champagne .

    Article 204, suite 12, à la Main-de-Massiges .

    Article 205, suite 13, la seconde victoire de la Marne .

    Article 206, suite 14, la bataille de Picardie .

    Article 207, suite 15, l'offensive sur la ligne Hidenbourg .

    Article 208, suite 16, l'offensive Française en Champagne Argonne .

    Article 209, suite 17, les dernières batailles avant l'armistice .

    Article 210, suite 18, les dernières batailles avant l'armistice suite .

    Article 211, suite 19, l'armistice du 11 novembre 1918 .

    Article 212, suite 20, l'armistice à Rothondes .

    Article 213, suite 21, le soldat inconnu .

    Article 214, suite 22, pouvait-on éviter la Première guerre mondiale ?

    Article 215, suite 23, pouvait-on éviter la Première guerre mondiale ? Suite .

    Article 216, suite 24, pouvait-on éviter la Première guerre mondiale ? Suite .

    Article 217, suite 25, pouvait-on éviter la Première guerre mondiale ? Suite .

    Article 218, suite 26, La France avant et pendant la Première guerre mondiale .

    Article 219, suite 27, dans l'entre deux guerres .

    Article 220, suite 28, la seconde guerre mondiale .

    Article 221, suite 29, la bataille de France le drôle de guerre .

    Article 222, suite 30, la bataille de France, le Fall Gelb, suite .

    Article 223, suite 31, l'invasion de la France, la débâcle .

    Article 224, suite 32, l'invasion de la France, l'exode .

    Article 225, suite 33, les derniers jours jusqu'à l'armistice .

    Article 226, suite 34, l'armistice du 22 juin 1940 .

    Article 227, suite 35, fascisme et national socialisme responsable de la guerre...

    Article 228, suite 36, fascisme et national socialisme responsable de la guerre...Suite .

    Article 229, suite 37, le régime de 1940 .

    Article 230, suite 38, que pensent les historiens du maréchal .

    Article 231, suite 39, la révolution nationale .

    Article 232, suite 40, la révolution nationale, suite .

    Article 233, suite 41, la révolution nationale, l'Ordre nouveau .

    Article 234, suite 42, la révolution nationale, l'éducation de la jeunesse, et la famille .

    Article 235, suite 43, la révolution nationale, l'Ordre nouveau du retour à la terre .

    Article 236, suite 44, le droit au travail et la protection sociale .

    Article 237, suite 45, la révolution nationale État policier, juridictions spéciales .

    Article 238, suite 46, les juifs en France avant et pendant le régime de 1940 .

    Article 239, suite 47, les juifs en France pendant le régime de 1940, suite .

    Article 240, suite 48, les juifs en France pendant le régime de 1940, la solution finale .

    Article 241, suite 49, la collaboration d'État, l'entrevue de Montoire, la milice .

    Article 242, suite 50, la collaboration d'État, l'entrevue de Montoire, la milice, suite .

    Article 243, suite 51, la collaboration d'Etat, l'entrevue de Montoire, la milice, suite .

    Article 244, suite 52, la collaboration économique et privée .

    Article 245, suite 53, le S.T.O. .

    Article 246, suite 54, le mur de l'Atlantique .

    Article 247, suite 55, l'Opération Torch .

    Article 248, suite 56, vivre en France sous l'occupation .

    Article 249, suite 57, la ligne de démarcation, et la zone libre .

    Article 250, suite 58, la résistance intérieure .

    Article 251, suite 59, la résistance intérieure, suite .

    Article 252, suite 60, la résistance intérieure, suite .

    Article 253, suite 61, la résistance intérieure, suite .

    Article 254, suite 62, la résistance juive et la résistance extérieure .

    Article 255, suite 63, la fin du régime de Pétain .

    Article 256, suite 64, la libération de la France .

    Article 257, suite 65, la libération de la France, suite .

    Article 258, suite 66, la libération de la France l'opération Overlord .

    Article 259, suite 67, la libération de la France, les batailles de Cherbourg, Caen, la bataille des Haies et la percée d'Avranches .

    Article 260, suite 68, la libération de la France, la bataille de Caen, la bataille des Haies et la percée d'Avranches .

    Article 261, suite 69, la libération de la France la percée d'Avranches, fin .

    Article 262, suite 70, la libération de Paris .

    Article 263, suite 71, son procès pour haute trahison .

    Article 264, suite 72, son procès pour haute trahison, fin .

    Article 265, suite 73, les réponses du général de Gaulle, du général Héring, controverses et analyses .

    Fin le 11 mars 2001.

    --------------------------------------------------------

     

     

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu