Avertir le modérateur

macron; zemmour

  • Faut-il perdre de la liberté pour vivre,

    et déporter les musulmans ?

    Support Wikipedia Les sujets que j'ai retenus ce mois de décembre, sont le travail du dimanche du catalogue Macron pour doper la croissance, la suite de l'interview d'Éric Zemmour au Corriere Della Sera du 30 octobre et les incidents de Joué-les-Tours, Dijon et Nantes. Le catalogue Macron un texte libéral pour l'aile gauche du PS et trop mollasson et dur à droite pour les professions règlementées. Les propos d'Éric Zemmour sur les musulmans qui provoquèrent l'arrêt de «Ça se dispute» entre Zemmour et Nicolas Domenach. Et la politisation du FN sur les trois faits divers attribués pour sa propagande politique à une vague d'actions terroristes. Tout cela sur un fond de chômage qui ne cesse de croître malgré les efforts de l'exécutif. Il faut bien distraire les Français sur des sujets d'importance médiatique.

    Le chômage nous y sommes habitués depuis des décennies, il n'est plus un sujet d'actualité, il fait partie de nos conditions de vie et François Hollande fut très imprudent de déclarer que son bilan sera fonction de sa baisse. Il n'a aucun pouvoir sur la politique des entreprises, autre que de leurs insuffler de l'argent dont elles sont libres d'en faire ce qu'elles veulent. Les chiffres de novembre donnés en décembre montrent 27.400 pertes d'emplois soit + 0,8 % ce qui porte, sans ce réjouir, à 3,488 millions de chômeurs en catégorie A, soit 181.000 de plus qu'en début d'année dont de nombreux quinquagénaires. J'insiste sur ces plus de 50 ans qui plombent tous les efforts, mais soulagent les entreprises, qui, profitants du changement politique, virent à plein charriot ceux qu'elles gardaient par contrainte. L'après Sarkozy permit cette vague de chômeurs due aux conséquences d'une politique industrielle volontairement bloquée pour la réélection de Sarkozy. De nombreuses entreprises étaient en situation de dépôt de bilan, les dix années de droite furent catastrophiques bien qu'habituées à être subventionnées, elles n'ont pas investi et ne se sont pas adaptées aux marchés.

    Hollande n'aurait jamais dû s'engager à battre Sarkozy parce qu'il n'était pas taillé pour ce poste, trop confiant, faisant un peu juvénile après la machine UMP, mais aussi irréaliste eu égard à la situation économique de l'ère sarkozyste. Mais revenons au travail du dimanche qui passionne tant certains compatriotes.

    Ce travail du dimanche me fit penser au début du travail salarié de la femme. Beaucoup d'entre nous n'ont pas connu le temps ou l'épouse restait au foyer familial pour les taches ménagères, les enfants et son époux avait pour obligation de nourrir la famille. C'était l'époque de la famille et je vous assure que ce n'était pas si mal. Je me souviens que le dimanche je mettais mon costume pour aller à la messe et ma mère faisait le repas que nous attendions. Nous n'étions pas riches mais heureux entre nous. C'était, aussi, un jour ou la famille se retrouvait avec oncles et cousins et les conversations étaient passionnées. Et puis vint la société de consommation qui bouleversa tout avec la libéralisation de la femme. Si elle lui apporta un statut social, la reconnaissance d'égalité à l'homme, son émancipation tant sur les mœurs que sa liberté d'agir en femme indépendante, ce que j'approuve, l'obligea au travail salarié. Mais pas seulement à cause de cela, à cause aussi, et c'est à ce que je voulais en venir, au fait que l'époux ne pouvait plus, par son seul salaire, répondre à l'évolution de la société de qui détruisait, petit à petit la qualité de vivre que nous avions. À cela, ajoutez la libéralisation du crédit et vous obtenez une cellule familiale ou les époux travaillent pour éponger leur crédits dans une ambiance ou chacun pense à son boulot pendant que les enfants vont comme ils peuvent. Je ne suis pas certain que l'on y ait gagné quand le nombre des divorces ne fait qu'augmenter. Peut être sommes nous allés trop loin puisque la famille a explosé ? D'une société familiale nous sommes passés à une société d'égoïsme ou le chacun pour soi domine. La télévision, les ordinateurs, les tablettes, les smartphones, internet, font que l'on se parle de moins en moins, on pianote. Les enfants n'ont plus goût à la lecture absorbés dès qu'ils rentrent de l'école à s'envoyer des meals. Le français se perd et la culture n'est plus que pour les familles d'une certaine classe sociale. À cela, ajoutez les difficultés de logement ou ces familles se trouvent par contrainte dans la périphérie des villes parce que les loyers sont moins élevés, et vous avez une autre fracture de la société. Faut-il pour autant cultiver le travail par celui du dimanche pour accroître le revenu familial ? Peut être, mais ne sont concernés que ceux qui travaillent, ce qui ne réduit pas le chômage mais fracture un peu plus la société. Vous avez compris je ne suis pas pour travailler le dimanche, mais peut-on aller contre cette évolution ?

    Elle s'impose dans une société de consommation par le touriste qui achète et autant qu'il achète en France. Le catalogue Macron, qui n'est pas encore une loi, fait la distinction entre les villes à fort potentiel touristique international qui peuvent ouvrir jusqu'à minuit et les autres. Le texte prévoit de passer de 5 à 12 ouvertures dominicales annuelles sur autorisation du maire, ce n'est pas une révolution. Son avantage résiderait dans le fait qu'il réglementerait l'anarchie entre les autorisations préfectorales et communales qui conduisent à des conditions salariales différentes. Le principe resterait le volontariat avec des conditions salariales et de repos bien posées. Faut-il s'en réjouir oui, dès lors que déjà ce travail du dimanche existe et qu'il devient nécessaire de le circonscrire.

    Venons en à l'interview d'Éric Zemmour au Corriere Della Sera dont l'archive de l'interview est donnée ici. Le Corriere titre:

    «Il successo di Zemmour, l'arrabbiato anti-elite, La Francia si è suicidata ».

    Le succès de Zemmour, l'anti-élite en colère, La France s'est suicidée.

    Quelques extraits de l'opinion de Zemmour ressentie par Montefiori Stefano correspondant à Paris du Corriere, «Contro l?eredità del maggio 68, il femminismo, l?immigrazione, l?Europa e le nozze gay, Zemmour ha scritto un libro pieno di rimpianto per l?epoca d?oro (secondo lui) in cui gli uomini sapevano imporre la loro autorità di padri e mariti e la Francia non era «invasa dai musulmani salafisti». «Contre l'hérédité de mai 68, le féminisme, l'immigration, l'Europe et le mariage Gay. Zemmour a écrit un livre plein de regrets de l'époque d'or dans laquelle les hommes savaient imposer leur autorité de père et d'époux et la France n'était pas envahie des musulmans salafistes». «La gente mi ferma per strada e mi dice che finalmente qualcuno esprime la loro sofferenza. Il popolo francese non si rassegna a vedere la Francia morire sotto i suoi occhi». «Les gens m'arrêtent sur la route et me disent que finalement j'exprime leur souffrance. Le peuple français ne se résigne à voir la France mourir sous leurs yeux». «Ma io lo rivendico, il populismo». «Mais moi, je revendique le populisme». «Ma io non denuncio un complotto, critico un?evoluzione della società imposta dalle élite francesi. Negli ultimi quarant?anni queste élite hanno agito secondo le tre D: derisione, decostruzione, distruzione della Francia, in nome dei grandi ideali, ovvero l?Europa, l?apertura al mondo, il progresso». «Mais moi, je ne dénonce pas un complot, je critique une évolution de la société imposée par l'élite française. Durant les dernières quarante années cette élite a agit selon trois directions, dérision, déconstruction, destruction de la France au nom de grands idéaux vers l'Europe, l'ouverture au monde, le progrès». Siamo il Paese con la prima comunità musulmana d?Europa «Nous sommes le Pays avec la première communauté musulmane d'Europe». «I miei antenati erano berberi di religione ebraica, non erano certo i galli, ma io oggi dico che i miei antenati sono i galli. Tutto questo non esiste più. I musulmani hanno un loro codice civile, è il Corano. Vivono tra di loro, nelle periferie. I francesi sono stati costretti ad andarsene».Lei allora che cosa suggerisce? Deportare cinque milioni di musulmani francesi?«Lo so, è irrealista, ma la storia è sorprendente. Chi avrebbe detto nel 1940 che un milione di pieds-noirs , vent?anni dopo, avrebbero lasciato l?Algeria per rientrare in Francia? » «Mes aïeux étaient berbères de religion hébraïque, mais ils n'étaient pas des coqs, mais moi actuellement, je dis que mes aïeux étaient des coqs. Tout ceci n'existe plus. Les musulmans ont leur code civil, c'est le Coran. Ils vivent entre eux dans les banlieues. Les Français ont été contraints de s'en aller. Alors qu'est-cela suggère? Déporter cinq millions de Français musulmans ? Je le sais, c'est irréaliste, mais l'histoire est surprenante. Qui aurait dit qu'en 1940 un million de pieds-noirs, vingts après auraient laissé l'Algérie pour rentrer en France ?».

    Éric Zemmour évoque bien la déportation irréaliste de cinq millions de musulmans ! Il fait un amalgame de tout et pour lui l'anti-élite c'est le peuple. Évoquer le départ des pieds noirs à une déportation des musulmans revient à sous entendre un conflit armé entre eux et les Français. Je croyais cet homme plus intelligent ! Mais, il est exact, des Français ont quittés des zones commerciales de banlieues, on n'y voit plus de commerçants français ! Mais Éric Zemmour pousse le bouchon un peu loin, ce n'est pas parce que certaines zones sont désertées de commerces français que les habitants de ces zones les ont quittées. D'une façon générale, Zemmour exagère dans ses propos pour bien marquer son opinion politique. La liberté de parole n'est plus une liberté dès lors que les arguments sont mensongers, exagérés de faits réels qui trouvent un échos parmi ceux qui voient dans les musulmans le malheur français. Je ne suis pas comme Mélenchon qui désapprouve son éviction de «itélé», à cela, il rejoint Marine Le Pen, Christine Boutin et le député Éric Ciotti, tout comme Louis Alliot vice président du FN ! Cette censure de «iTélé» qui est une chaîne privée ne l'empêche pas d'exercer son talent ailleurs, il n'est donc pas censuré.

    Quant aux faits divers des agressions de Dijon, de Joué-les-Tours et de Nantes, il apparaît qu'elles n'ont aucun lien.

    À l'agression de Dijon par un homme de 40 ans ayant eu 157 passages en psychiatrie en une dizaine d'années, la procureure de la République Madame Marie-Christine Tarrare déclara, cette dramatique affaire est l’œuvre d'un déséquilibré et il ne s'agit absolument pas d'un acte terroriste, de plus, elle indiqua que l'homme gardé à vue avait «reconnu parfaitement les faits, tout en jugeant ses motivations floues et peu cohérentes».

    À Joué-les-Tours un jeune Français de 20 ans d'origine burundaise fut tué par les policiers après qu'il blessa trois fonctionnaires. Il hurla «Allah Akbar», (Dieu est grand) avant d'être abattu au commissariat de Joué-les-Tours. L'agresseur avait commis des actes de délinquance classiques mais n'était pas fiché pour des activités à caractère terroriste », précisa au commissariat de Joué-lès-Tours Bernard Cazeneuve. En revanche son frère était connu pour ses positions radicales et envisagea, un temps, de partir en Syrie avant d'y renoncer.

    À Nantes ce fut une camionnette qui fonça dans la foule blessant onze personnes dont quatre grièvement, avant que l'agresseur se porta une dizaine de coups de couteaux. Dans son véhicule, immatriculé en Charente-Maritime, on retrouva un carnet contenant des propos confus témoignant de difficultés psychologiques et familiales. L'homme était connu pour vol simple et recel en 2006 et dégradation de véhicules en 2008. Son état fut jugé sérieux mais ses jours ne seraient pas en danger.« On ne peut parler d'acte de terrorisme », estima la procureure de Nantes, ajoutant, «ça paraît un cas isolé». Il n'y a pas «de revendication particulière», dit-elle. «Ça ressemble, sous réserve de vérifications, à un acte du même genre que ce qui s'est produit à Dijon», dimanche.

    Ces trois faits divers sanglants ont marqué les esprits. Un amalgame fut vite fait pour attribuer ces faits à des actes terroristes. Pour Alain Philippot ces actes relèvent évidemment du terrorisme, allant jusqu'à dire que le gouvernement à les jambes qui flageolent ! Quant à Marine Le Pen, elle railla l'UMP pour son silence sur ces drames. D'une façon générale les politiques furent prudents en déclarant qu'il fallait approfondir. Seul le FN s’aventura à qualifier ces actes de terrorisme.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu