Avertir le modérateur

lycéens

  • Ségolène Royal et les jeunes dans la rue,

    une indignation pour l'UMP.


    Une fois de plus Ségolène Royal a créé la polémique en disant simplement aux jeunes de descendre dans la rue d'une façon pacifique, c'est au cours d'une interview au journal de 20 heures de TF1 le 12/10/10, qu'elle a fait cette déclaration, «le Premier ministre va suspendre sa réforme des retraites car les Français sont entrés en résistance». Il n'en fallait pas plus pour que l'UMP crie indigné, comme on peut l'être contre la politique Sarkozyenne, c'est à dire le verbe haut et fort. Tout le clan UMP de Sarkozy de Xavier Bertrand, au premier ministre à Eric Woerth, MAM, à Jean-François Copé sont montés au créneau. «Mme Royal ne peut pas avoir été candidate à l'élection présidentielle et demander sérieusement à des enfants de 16 ans de manifester pour une retraite qui les touchera dans un demi-siècle».

    Voici la vidéo de l'interview de Ségolène Royal à l'adresse http://www.wat.tv/video/royal-francais-sont-entres-34nt1_2i0u7_.html.

    Il n'y a aucune instrumentalisation des jeunes, dans cet interview à descendre la rue, simplement à reconnaître, que tout citoyen à le droit de s'exprimer, et à 16 ans on est responsable de ses faits et gestes devant la loi, d'autant plus que la responsabilité pénale a été abaissée à 13 ans. Il est bien évident que l'entrée en manifestation des jeunes lycéens est redoutée, le spectre du CPE est encore présent dans les mémoires, il fallait donc taper fort contre Ségolène Royal même si elle à eu le courage de clamer que ces jeunes se sentent aussi concernés par cette réforme injuste, qui ne résoud pas leur problème d'emploi mais l'aggrave, si l'on travaille plus âgé, mais aussi par solidarité pour leurs parents. D'ailleurs, au moment ou j'écris, le mouvement étudiant prend de l'ampleur, près de 500 lycées sont mobilisés ou bloqués, et des affrontements avec la police ont été recensés.

    Selon l'Union Nationale Lycéenne, une trentaine  d'établissements étaient bloqués à Paris, au moins cinq à Toulouse et ses alentours, et de nombreux rassemblements étaient signalés par la police et les syndicats dans la Haute-Garonne et le Val-de-Marne. Parallèlement aux blocages, des rassemblements réunissant plusieurs centaines, voire plusieurs milliers de lycéens sont recensés dans toute la France. Plusieurs milliers de personnes défilaient dans le centre-ville de Toulouse, dont des lycéens et des salariés du public, de chez Airbus ou Air France. Des rassemblements sont aussi signalés à Montpellier, avec près de 1 500 lycéens, selon la police. Des petits groupes d'une dizaine d'élèves manifestaient dans divers endroits de Marseille.

    Des interpellations ont eu lieu à Lyon, Chambéry, en Seine-Saint-Denis, dans le Val-de-Marne et à Montreuil après des incidents.



    Un jeune de 16 ans a été «légèrement blessé au visage par un tir de flash-ball», il risque de perdre l'œil. L'Inspection générale des services, la police des polices, a été saisie sur demande du préfet. La maire de Montreuil, Dominique Voynet, a «condamné les violences policières contre les lycéens» dans sa ville. De son côté, la FCPE, première fédération de parents d'élèves, a appelé «les parents qui le peuvent à encadrer les cortèges lycéens dans les manifestations», afin d'éviter «d'éventuels affrontements avec les forces de l'ordre ou des casseurs».

    C'est l'escalade et le gouvernement ferait bien de ne pas envenimer les choses. En Mai 68 le préfet de police de Paris Maurice Grimaud qui avait succédé à Maurice Papon avait su éviter une catastrophe qui aurait transformé le mouvement étudiant en effusion de sang. Il serait souhaitables que nos autorités restent calmes et laissent faire car la situation est explosive, les gens sont à bout, et l'incivisme est partout, les gens en ont assez de ces réformes et sont sur les nerfs. Ce gouvernement ne voit rien, ne connait rien de ce qui se passe, et si un malheur devrait arriver, il en serait responsable.

    Le Monde.fr a lancé une enquête auprès de ses abonnés au sujet des propos de Ségolène Royal si controversés, cette enquête donne ce matin 14/10/10 le résultat ci dessous.

    img030.1287044738.jpg

    On voit que l'UMP a tout faux et que ces propos sont accueillis favorablement par une large majorité d'internautes au Monde.fr. Ségolène Royal a contre attaqué affirmant mercredi 13/10/10 sur France Info qu'elle n'avait «jamais appelé les jeunes à manifester dans la rue» contre la réforme des retraites, elle a dénoncé «l'instrumentalisation» par la droite qui a pris une phrase de ses propos du 12/10. Valérie Pécresse ministre de l'enseignement supérieur, a jugé «extrêmement choquant qu'une personnalité politique comme Madame Royal appelle les lycéens à sécher les cours».

    Seule contre le parti majoritaire, Ségolène Royal en a remis une couche en réclamant le retrait du projet. «Si le gouvernement est inquiet de la colère des jeunes, qu'il retire la réforme des retraites et les manifestations cesseront».

    Bien entendu, la droite ressort les vieilles formules, c'est la gauche qui manipule la jeunesse. Or pour ce qui est de manipuler le gouvernement ne se gêne pas pour véhiculer de fausses informations. Ce qui ne fait que diviser les Français. Le bras de fer Sarkozy+UMP - Ségolène Royal n'est-il pas la suite du débat de l'entre deux tours le 02 mai 2007 entre Sarkozy et Ségolène, lorsque Sarkozy lui rétorque, «Madame permettez-moi de vous dire, vous faites erreur, le financement des retraites est financé jusqu'en, 2020, ce n'est contesté par personne». Ce qui d'ailleurs est exact reportez-vous au graphique de Eurostat publié dans mon précédent article, Il ne lâchera pas. Alors on rétorque que la crise à modifier la donne ce qui n'est pas exact, c'est bien plus la politique de classe que l'effet de la crise qui a appauvri la France

    François Hollande Interviewé par France 2 au journal de 20 heures par David Pujadas sur les propos de Ségolène Royal, pour qu'elle soit désavouée par son ex-partenaire, a parfaitement esquissé le piège. A la question de David Pujadas est-ce que vous pensez que les jeunes de 15 et 16 ans sont à leur place, lorsqu'ils sont dans la rue pour manifester, et François Hollande de répondre,

    «c'est à eux de le dire, je pense qu'ils éprouvent une grande inquiétude pas, par rapport aux retraites elles mêmes, c'est dans 40 ou 50 ans pour beaucoup d'entre eux, c'est par rapport à leur propre avenir, quel va être leur insertion dans l'emploi si en plus leurs parents n'ont pas le métier, leur travail qui correspond à leur diplôme...». On peut écouter cette interview sur http://jt.france2.fr/20h/.

    TF1 et France 2 chaînes gouvernementales et l'UMP n'ont pas réussit à faire désavouer Ségolène Royal de ses propos par une majorité de Français. De plus, Martine Aubry dans à vous de juger le 14/10/10 a rétorquer à Arlette Chabot qui lui posait la même question, que l'on avait pris une phrase dans ce qu'elle avait déclaré.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu