Avertir le modérateur

l'europe

  • L'Europe, les petites listes ne comptent pas,

    un paramètre de l'abstention ?

     

    Les petites listes n'ont pas droit de citer, celles qui auront plus de 5 % seront prises en compte et les autres seront hors jeu. Comment donc voter dans ce cas si l'on veut sanctionner cette Europe qui ne fonctionne pas ! N'a-t-elle pas été construite par les grands partis qui se sont faits une Europe pour eux ?

    En se basant sur le sondage du 19-20 mai appliqué aux 8 régions du découpage électoral et présenté dans mon dernier article ici, le FN, pour commencer par l'extrême droite serait crédité de 7 %, le NPA et MPF-CPNT liste Villiers- Nihous de 7 % chacune, à gauche, le front de gauche Buffet-Mélanchon de 5 %, liste Alliance écologique indépendante de 2 %, autres listes 2 %, Lutte ouvrière 1 % et Debout la République de Dupont-Aignan inclassable de 1 %, et tous les autres abstentionnistes blancs ou nuls les plus de 54 % seront oubliés.

    Le calcul que je vais présenter montre en fait que ces petites listes sont écartées par le calcul des sièges à pourvoir.

    Le nombre de députés Français est de 72 répartis de la façon suivante :
    - Nord-Ouest (Nord-Pas de Calais, Picardie, Basse et Haute-Normandie) : 10,
    - Ouest (Bretagne, Pays de Loire, Poitou Charentes) : 9,
    - Est (Alsace, Lorraine, Champagne Ardenne, Franche Comté, Bourgogne) : 9,
    - Sud-Ouest (Aquitaine, Languedoc Roussillon, Midi Pyrénées) : 10,
    - Sud-Est (Rhône Alpes, PACA, Corse) : 13,
    - Massif Central-Centre (Auvergne, Centre, Limousin) : 5,
    - Île-de-France : 13,
    - Outre-Mer : 3.

    Ce nombre de députés par région est faible, et les places sont donc chères. On constate, dans une répartition proportionnelle que seuls l'UMP, le PS, le Modem et Europe-écologie, peuvent avoir des députés. Le nombre de députés se répartirait de la façon suivante sachant on ne peut avoir moins de un député :
    - Nord-Ouest, UMP 4, PS 3, Modem 2, Europe-écologie 1.
    - Ouest , UMP 3, PS 3, Modem 2, Europe-écologie 1.
    - Est , UMP 3, PS 3, Modem 2, Europe-écologie 1.
    - Sud-Ouest, UMP 4, PS 3, Modem 2, Europe-écologie 1 .
    - Sud Est, UMP 5 . PS 4, Modem 3, Europe-écologie 1.
    - Massif Central-Centre, UMP 2, PS 2, Modem 1.
    - Île de France, UMP 5, PS 4, Modem 3, Europe-écologie 1.
    - Outre-Mer, UMP 2, PS 1.

    En dessous d'Europe-écologie aucune des petites listes n'aurait de députés. Ce calcul n'a aucune prétention puisque la répartition nationale en voix est appliquée à chaque région, mais il montre, chiffres à l'appui, que ceux qui votent pour les petites listes n'ont aucune chance de voir leur vote pris en considération, et c'est cela qui est scandaleux. Aucun média, aucun commentateur, ne relève ce déni de démocratie seul Dupont-Aignan s'est élevé contre cette honte, voir son intervention lors du débat sur la cinq, ici :

     

    A partir ce de fait, combien sont ceux qui n'iront pas voter ou qui déposeront des bulletins blancs ou nul, 54 % d'après le sondage, et je pense qu'il y en aura encore beaucoup plus. Pourquoi, par ce que la seule alternative serait de voter pour le parti socialiste si l'on veut battre l'UMP, ce que beaucoup refusent. Ce ne peut être le Modem qui fait cause commune, dans son programme, avec l'UMP même s'il s'en défend. Son seul objectif est de prendre des voies aux déçus du PS et du Nouveau Centre allié à l'UMP, sachant qu'il ne peut en prendre qu'à ces deux formations. Il est pour la même Europe que celle qu'il a construite avec le MRP, le parti de Raymond Barre, de Jean Lecanuet en constant accord avec le RPR de l'époque, et ce n'est pas lui qui s'opposera à l'alliance Sarkozy, Berlusconi, Andela Merkel, Barroso pour rendre cette Europe encore plus à droite, sachant qu'en Italie la gauche est en perte de vitesse laminée par le parti au pouvoir. L'objectif de François Bayrou n'est pas l'Europe mais l'élection présidentielle et pour lui ce scrutin est un pas vers cette élection. Pour l'Europe, il est prêt à tout accepter dès lors qu'elle lui donne une potentialité en voix permettant de montrer son importance politique. En fait, il joue de jeu de l'UMP affaiblir le PS seul opposant efficace puisque les petits partis sont d'emblée hors jeu.

    Cela ne réjouis pas, mais si l'on veut être efficace contre l'UMP, il n'y a pas d'autre alternative que le vote socialiste. Il ne faut pas déconsidérer ces élections, elle jouent une partie de nos conditions sociales, or nous savons que l'Europe que nous préparent Sarkozy et consorts n'est pas sociale, mais commerciale, c'est à dire le profit des entreprises sur le dos des salariés par les délocalisations et la recherche de la main d'œuvre la plus bon marché. Qui peut combattre efficacement cette alliance si ce n'est les socialistes qui ont un programme Européen. Oh ! Ils ne sont pas tout blanc les socialistes, les autres non plus d'ailleurs, ils ont fait des erreurs les autres aussi, mais ils sont encore présents pour défendre une Europe plus sociale. Après cette crise qui, est il ne faut pas se le cacher, est celle du capitalisme bancaire dont ses portes drapeaux ont été Sarkozy , Georges Bush, Angela Merkel, Berlusconi, Gordon Brown, Manuel Barroso, mêmes s'ils s'en défendent. Il nous faut donc modifier cette Europe pour aborder l'après crise. Bien sur, cette autre Europe ne pourra modifier ce qui a été fait, la ratification du traité de Lisbonne qui a été faite par voie parlementaire restera ce qu'elle est. L'Europe des 27 aussi, mais au parlement Européen et à la commission de Bruxelles, une autre orientation pourrait être prise, et si, par suite des divisions des voix envers les petits partis de gauche et des abstentionnistes qui font le jeu de l'UMP viendraient à le renforcer, les déçus ne pourront se plaindre.

    Le remaniement ministériel que nous prépare Sarkozy serait aussi une résultante de la victoire de l'UMP et par la même celle de Barroso qui, en catimini, a accepté la nomination de Christine Lagarde pour succéder à la commissaire à la concurrence, Neelie Kröes, qui ne brigue pas de nouveau mandat, en vertu d’un accord conclu fin avril entre Nicolas Sarkozy et le Président de la Commission, José Manuel Barroso, qui sera très probablement reconduit. Il est certain que, si José Manuel Barroso ne serait pas reconduit, puisqu'il doit être confirmé aussi avec l'accord du Parlement Européen, le plan Sarkozy tombe à l'eau. On voit bien qu'un vote positif à gauche pourrait conduire à son départ. Les Commissaires Européens sont nommés par leur gouvernement avec l'accord du Conseil mais ces nominations doivent être normalement approuvées politiquement par le Parlement, on voit de suite sur la Commission de Bruxelles les répercussions qui peuvent naître d'un Parlement à gauche.

    La Commission Européenne est chargée d’élaborer les projets de lois avant de les soumettre au Parlement Européen et au Conseil représenté par les ministres et des chefs d'Etat. Elle est responsable de l’exécution des décisions au Parlement et au Conseil. Enfin, la Commission se charge de la gestion de l’Union Européenne, de l’application des politiques comme des programmes, et de la gestion du budget.

    Il faut savoir aussi que le Parlement Européen n'a pas l'initiative des lois. Il n’a pas le pouvoir de soumettre une loi, c’est la Commission Européenne qui est à l’initiative de tous les projets. Si la majorité des parlementaires le décident, le Parlement peut demander à la Commission Européenne de soumettre un projet de loi.

    Le président de la Commission Européenne est désigné par le Conseil à la majorité qualifiée pour le moment, et cette désignation doit être normalement approuvée par le Parlement Européen, le contraire serait anormal. Elle sera composée de 27 membres, commissaires, un par pays membre, après approbation du traité de Lisbonne par tous les États membres. La Commission Européenne est le gouvernement de l'Europe, nommée par le Conseil, elle est l'organe central des lois de surveillance et de contrôle, son rôle est donc majeur, et elle est en liaison directe avec le Parlement Européen. Elle ne change ni de composition ni de politique quel que soit le vote des électeurs, ce qui la rend anti démocratique et qui nourrit le malaise Européen. C'est politiquement une erreur si le Parlement de couleur politique différente s'oppose à la Commission donc au Conseil cela pourrait conduire à donner au Parlement le poids qui devrait lui revenir. Actuellement le Parlement Européen ne sert à rien . Il faut donc modifier cette disposition en lui en donnant les moyens.

    De plus, si le Parlement Européen venait à gauche l'Irlande devant voter une seconde fois sur le traité de Lisbonne pourrait, eu égard à l'opposition du Parlement, confirmer son opposition au traité, ce qui le mettrait définitivement hors jeu.

    Le schéma suivant montre le rôle central de la Commission dans les Institutions Européennes.

    schema_institutions_eur.1243619380.jpg

    Le Parlement Européen comprendra 732 membres à ces nouvelles élections.

    Alors, il faut choisir soit le vote du cœur, soit le vote socialiste pour changer de politique Européenne on ne peut faire autrement, il faut savoir ce que l'on veut.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu