Avertir le modérateur

immolations

  • Les immolations en France, l'acte extrême du désespoir,

    et pourtant nous sommes un pays civilisé !

    Un Tibétain en exil à New Delhi en Inde s'immole le 26 mars 2012 lors d'une manifestation. Crédits photo : STRDEL/AFP, document Le Figaro.fr

    Support Wikipedia On avait l'habitude de voir s'immoler par le feu des prêtres Tibétains, en protestation contre l'occupation Chinoise. La centième immolation s'est produite le mercredi 13 février à Katmandou au Népal. Un jeune Tibétain s'est aspergé d'essence et y a mis le feu à proximité du sanctuaire bouddhiste de Bodnath, fréquenté par de nombreux pèlerins et touristes. C'est un acte politique, 99 immolations eurent lieu depuis l'occupation Chinoise, elles sont d'ailleurs sévèrement combattues par de lourdes peines infligées à la famille de ceux qui se sont immolés. Elles sont un sacrifice par le feu de son corps à une cause pour laquelle rien d'autre ne peut plus faire évoluer la situation politique, elles sont souvent un sacrifice inutile, mais symboliquement énorme. Il dérange, par ce qu'il montre, d'une certaine façon, par sa portée médiatique, l'injustice des hommes envers d'autres, et dans le cas du Tibet, c'est l'ogre Chinois qui a avalé ce pays pacifique en obligeant son chef le Dalaï-lama à l'exil en Inde.

    Mais c'est aussi parfois ce qui fait bouger les choses lorsque l'on se rend compte, que vraiment il y a encore politiquement à faire. En ce sens cet acte ultime peut montrer son utilité, il n'est donc jamais sans fondement.

    La mondialisation de la communication donne à cet acte une dimension bien au delà du suicide par ce que le feu c'est la grande souffrance, mais c'est aussi la purification de l'âme. Habituellement les immolations se produisaient dans les pays en voie de développement, à l'instabilité politique, et aujourd'hui aucun pays n'échappe à ce sacrifice ultime, la misère, l'intolérance, l'injustice, le manque de dialogue poussent de plus en plus cette contagion comme une réponse personnelle à une situation désespérée. En Italie, en Grèce, même l'Arabie Saoudite, et maintenant en France les immolations se développent.

    Cette immolation outre, un acte politique, apparaît un acte citoyen extrême lorsqu'il n'y a plus, aux yeux de celui qui s'immole que le mur qu'il voit comme limite à sa vie, c'est donc un échec personnel eu égard soi, à son entourage, ou à la rigidité de la société. Il y a bien sûr des désespérés dont le comportement est incompréhensif puisque rien ne laissait supposer un tel acte. On ne connait jamais parfaitement les motifs qui poussent à l'immolation, de sorte qu'il est difficile d'en saisir vraiment toutes les causes, seul ce qui est superficiel nous apparait.

    La société est-elle coupable ? Elle fonctionne suivant des règles applicables à tous. C'est le cas de ce chômeur Djamel Chaab de 43 ans, qui en fin de droits d'indemnisation, avait prévenu plusieurs médias locaux de son intention de passer à l'acte devant son agence de Nantes-Est, pour protester contre le rejet de son dossier alors qu'il estimait avoir travaillé suffisamment d'heures. Un acte de folie mourir pour quelques heures, était-ce vraiment le motif ? On peut penser que c'est finalement la goutte qui à fait déborder son désespoir acculé devant le mur de sa détresse. Le quotidien local Presse Océan avait publié sur son site deux courriels envoyés par cet homme,

    Mardi 12 février, 10 h 12, «aujourd'hui, c'est le grand jour pour moi car je vais me brûler à Pôle emploi. J'ai travaillé 720 h et la loi, c'est 610 h. Et Pôle emploi a refusé mon dossier».

    Mardi 12 février, 12 h 55, «je suis allé à Pôle emploi avec 5 litres d'essence pour me brûler, mais c'est fermé le 12/02/2013, alors ça sera demain le 13 ou le 14, car ce serait vraiment préférable au sein de Pôle emploi merci».

    Mort pour 110 heures, c'est affreux, mais que faire ? C'est aussi un traumatisme pour le personnel de cette agence contraint d'appliquer le règlement. Il a cherché de l'aide une dernière fois en vain puisque un policier essaya de le joindre, mais cet homme ne répondait pas. Alors une surveillance fut mise en place devant l'agence, mais, il est arrivé par une rue adjacente déjà en flammes, et hors de la vue des policiers. L'agence est bien entendu hors de cause d'autant qu'il lui avait été remis un dossier d'allocation spécifique de solidarité. C'est donc un cas très marginal qui correspond à une détresse personnelle qui probablement l'aurait poussé au suicide plus tard.

    Deux jours après ce drame, un homme de 49 ans aussi sans emploi tenta de se suicider en pleine rue, à Saint-Ouen, il fut hospitalisé à l'hôpital Saint-Louis à Paris avec des brulures du premier et second degré, ne mettant pas ses jours en danger. Ce chômeur était bien inscrit à Pôle emploi, mais il n'avait jamais fait part de son intention de se suicider, indiqua le directeur de Pôle emploi.

    Serait-ce l'ultime revendication des chômeurs enfin de droit ? Le nombre de chômeurs en fin de droit a explosé au cours de l'année 2012. Sur les 5 millions d'inscrits à Pôle emploi, seuls 2,2 millions perçoivent ainsi une indemnité chômage.

    L'Unedic estime que, si l'indemnisation recule, c'est d'abord en raison d'un bond de l'activité partielle des chômeurs. Au-delà de 110 heures travaillées dans le mois, un chômeur n'a plus le droit à une indemnité chômage, tout en restant inscrit sur les listes. En juin 2012, 603. 160 chômeurs avaient ainsi trop travaillé pour être indemnisés, un chiffre record et qui a progressé fortement depuis le début de l'année. En décembre, 98. 000 personnes sont arrivées au bout de leurs droits à indemnisation, alors qu'en 2011 ce chiffre ne dépassait pas les 90. 000 par mois, selon l'Unedic. Le nombre de chômeurs bénéficiaires des minima sociaux a également explosé bien plus vite que le nombre total des chômeurs. Il y a eu 14,4 % de bénéficiaires de l'allocation spécifique de solidarité, ASS, et 13,3 % de bénéficiaires du RSA de plus en un an. Deux allocations qui plafonnent à 470 euros par mois pour une personne seule et se traduisent bien souvent par une brutale perte de revenu pour les chômeurs concernés, source abonnées Le Monde.fr.

    Il faut donc s'attendre au cours de 2013 eu égard à une croissance quasi nulle que ce moyen de désespoir devienne celui de la revendication ultime, pour laquelle on est désarmé.

    Début mars, les données sur le taux de chômage en Europe nous apprennent qu'il a explosé puisqu'il atteint 11, 9 % en janvier soit 18,99 millions dans l'Union monétaire, et aucune éclaircie n'est envisagée dans les mois à venir. Quant à la récession, elle plonge. On voit donc que la politique menée de réduction des dépenses par des réformes structurelles ne mène nulle part, si l'on n'y adapte pas de croissance.

    Aux États-Unis faute d'accord budgétaire avec la chambre des représentants d'importantes coupes dans le budget de l’État vont entrer en vigueur samedi 2 mars, à hauteur de 85 milliards de dollars, 65 milliards d'euros, jusqu'à la fin 2013. La chambre des représentants est contrôlée par les républicains et Barack Obama s'y est affronté sur la façon de rééquilibrer les comptes publics, alors que l'endettement s'élève à plus de 16.000 milliards de dollars, 12. 000 milliards d'euros. Les démocrates estiment qu'il faut augmenter les recettes fiscales, avec une hausse d'impôts sur les plus hauts revenus. Les républicains plaident pour une réduction des dépenses. C'est l'éternel problème entre droite et gauche qui ne résout rien. Réduire les dépenses appauvrit les peuples et la récession apparaît, alors qu'il y a de l'argent pour des impôts sans que le pouvoir de vie de ceux qui en ont s'affaiblisse. C'est la société capitaliste au plus haut niveau, affaiblir la classe sociale pour son profit sans penser un seul instant à l'intérêt du pays.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu