Avertir le modérateur

hollande royal

  • Entre Hollande et Royal,

    je préfère tout de même Ségolène, par Martine Aubry.

    Mais aussi, vous imaginez Hollande président de la république? On rêve! Par Laurent Fabius.

    Mais aussi, s'il y a bien un socialiste qu'il n'invitera jamais à la fête de la rose c'est bien Hollande, et puis Ségolène Royal n'a qu'un seul défaut c'est son compagnon, par Arnaud Montebourg.

    Mais pour le Parisien libéré, c'est maintenant Hollande le favori du PS !

    Support Wikipedia Voila des positions qui clarifient le choix de ténors socialistes même la première secrétaire du PS préfère Ségolène à Hollande lors de propos tenus au cours d'un déplacement dans le cadre de la campagne des cantonales. Ce propos signifierait que dans un duel Hollande Royal, le PS derrière Martine soutiendrait Royal si bien sûr Martine ne s'engagerait pas. Or le Parisien libéré journal titre que c'est Hollande le favori maintenant que DSK n'est plus en course. Cela montre une chose c'est que le PS est dans la panade, et se disperse. A force de refuser un tel à un tel il ne sait plus ou il en est. Le tout sauf Ségolène serait remplacé par le tout sauf Hollande de manière à pousser Martine ? C'est à en perdre la raison !

    A l'interview sur France 2 de 13 heures par Laurent Delahousse le dimanche 22/05 son discours montrait qu'elle avait maintenant un pied dans le secrétariat et l'autre dans la candidature socialiste. Mais son envie c'est que la gauche gagne, «c'est d'être utile à mon pays», mais cela implique aussi qu'il faut une tête forte au PS pour maintenir son unité. Si Martine ne s'engage pas, Laurent Fabius n'a-t-il pas déclaré qu'il pourrait s'engager, nous assisterions à nouveau à la confrontation de la première primaire socialiste de 2006, Hollande remplacerait DSK ? Tout se joue dans la balance Martine Aubry et Laurent Fabius, lequel des deux s'engagera ? Fabius laissant Aubry tirer la première !

    Mais les choses changent bien vite, la presse en ligne voit Martine Aubry s'engager à la suite de son «oui» répondant à la question de savoir si elle ferait partie des femmes ou des hommes qui pourraient être candidats à la primaire socialiste. En fait ce n'est pas un franc oui mais plutôt un «oui» par obligation.

    Ségolène emboitant le pas dans ce tsunami se sent libérée n'a-t-elle pas déclaré qu'elle souhaitait un débat avec son ex ce qui ne lui posait pas de problème puisque ce serait une confrontation politique. En fait se connaissant bien, ils se redoutent et il serait curieux de les voir s'affronter sur le terrain politique, même si théoriquement il n'y aurait pas d'incidence sur la gestion de leurs enfants. Ségolène étant plus à gauche que François Hollande devrait recueillir une majorité de socialistes maintenant que DSK est out, même si le tout contre Ségolène fonctionne encore un peu. De même, n'a-t-elle pas souhaité une confrontation avec Marine Le Pen histoire de refaire son retard médiatique.

    Le jeu médiatique porté par le soutien de la bande des quatre de DSK que sont Stéphane Fouks Chief Executive Officer France d’Euro RSCG Worldwide, également PDG d’Euro RSCG C&O ami des puissants, Gilles Finchelstein directeur des études de Euro RSCG Worldwide et membre depuis 2008 du club Le Siècle, Anne Hommel interlocutrice de tous les médias qui veulent approcher l'homme fort de la banque de la planète, Ramzi Khiroum conseillé spécial d’Arnaud Lagardère, porte parole et membre du comité exécutif, et des ténors socialistes Moscovici, Cambadéllis en tête qui offraient à DSK une primaire de façade, avait une faille puisque sans plan B. La chute DSK décapite tout l'échafaudage même si d'aucuns comme Martine et Hollande clament que c'est à lui de dire s'il s'engage aux primaires, alors que Ségolène tourne la page . Désemparés des socialistes et non des moindres viennent à se poser la question des primaires puisque les jeux sont plus ouverts, craignant des affrontements suicidaires et finalement de perdre quelques soient les candidats. Cet objectif sous entend bien sûr la candidature de Martine qui serait déclarée sans primaire la candidate du PS.

    Ces réflexions ne font reculer François Hollande et Ségolène Royal, décidés malgré les obstacles de tenter leur chance jusqu'au bout. Pour Ségolène un échec importe peu, elle n'a rien à perdre, elle est habituée, mais elle a tout à gagner reléguée en troisième position sur l'échelle des médias derrière Martine. Obstinée comptant sur sa force de frappe Désirs d'avenir, elle peut même y aller seule. La situation pour Hollande n'est pas la même, bien que n'ayant aussi rien à perdre, il a de forts handicaps m'ayant jamais occupé de postes ministériels et ne possédant pas de force de frappe.

    En fait si l'on analyse le rejet de Ségolène dans l'opinion c'est surtout de l'antipathie plutôt que du raisonnement. Les critiques la concernant sont sans fondement, son bilan dans sa région est positif, n'a-t-elle pas été réélue avec une forte majorité ? Croyez-vous que nous serions ou nous en sommes si elle avait été élue en 2007, surement pas. Elle n'est pas comme notre Sarkozy qui a joué avec nous changeant au grès du vent sa politique pour nous faire croire qu'il n'y que celle qu'il préconise qui est la bonne. Analysez objectivement sans rejet de caractère et vous verrez qu'elle est la seule à pouvoir tenir le poste de présidente de la république.

    Allez y comprendre quelques chose, aujourd'hui 24 mai les deux femmes Martine et Ségolène muent par le même désir écarter Hollande vont présenter le projet socialiste à Poitiers, capitale du Poitou-Charentes, évènement prévu de longue date dans leur tour de France paraît-il ?

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu