Avertir le modérateur

hollande sarkozy

  • Pour François Hollande autorité mais pas autoritarisme,

    l'un est le fruit d'une culture et l'autre de l'inculture.

    Support WikipediaC'est au journal de 20 heures de David Pujadas sur la 2 le mardi 03 janvier 2012, qu'a une question du présentateur sur son autorité supposée insuffisante, que François Hollande a répondu par ces deux mots autorité, mais pas autoritarisme. Dénoncée en premier par Martine Aubry lors de la primaire socialiste, le qualifiant de mou, et par d'autres disant de lui qu'il n'avait jamais rien fait, l'UMP, jamais en reste pour enfoncer le clou, une telle occasion qui ne se rate pas, le traite de ne pas avoir d'autorité.

    L'autorité d'une personne tient à la reconnaissance de ses attitudes, connaissances et compétence et rien d'autre, c'est une valeur. N'est-ce pas avant tout une question de culture ? Le cultivé a apprit de s'imposer par ses réflexions. L'autoritaire abuse par l'hypertrophie de l'autorité qu'il crée provoquant une absence de pluralisme, ce n'est pas une valeur.

    La réponse de François Hollande reflète tout à fait sa différence avec Sarkozy. L'«inculture» de Sarkozy, n'est plus à démontrer, dès le jour ou il eut la possibilité d'agir en tant que ministre de l'intérieur le 25 octobre 2005 lors des émeutes de banlieue, il n'hésita pas à clamer sur la dalle d'Argenteuil entouré de forces de police «je vais nettoyer cette racaille au Karcher» mots qui marquèrent de suite l'homme, et qui mirent le feu aux banlieues. Et puis, cette fameuse phrase «casse-toi pauvre con», prononcée au Salon de l'agriculture en 2008 lorsqu'il fut élu président, phrase qui restera collée à son image dans les profondeurs futures de l'histoire. Il est bien évident que si la droite de l'époque avait eu un présidentiable plus «cultivé», elle n'aurait jamais soutenu Sarkozy qui, comme un bulldozer a écarté, par ses mouvements d'épaule, ses adversaires. Politiquement redoutable dès lors qu'il a le pouvoir, tel est Sarkozy.

    Pour Henri Guaino conseillé spécial du président, «Sarkozy gère tout à l'affect, la contre partie de l'affect c'est la brutalité», le JJD ! François Hollande c'est autre chose, diplômé d'HEC, de Sciences Po, et de l'ENA, son langage est différent ainsi que ses réparties déconcertantes, nous l'avons vu avec Pujadas, laissant bien souvent ses interlocuteurs dans l'incertitude.

    Nous avons une opposition du comportement dans ces deux hommes, l'un qui veut forcer, et qui peut réussir à faire bouger les choses, pour son dogmatisme, en repoussant ceux qui ne sont pas de son avis. L'autre qui veut convaincre par la réflexion tout en laissant planer un certain flou. Est-ce pour autant mou ? Le flou est le trait de celui qui hésite pesant les différents aspects d'une chose que sa réflexion lui dicte. L'autoritaire est souvent prétentieux il sait tout et veut faire tout n'ayant pas confiance aux autres. C'est le cas de Sarkozy qui se soucie peu des réactions qu'il provoque se trouvant finalement seul à décider. Dans le cas de François Hollande il nous faut attendre qu'il soit élu. Mais on sait qu'il est moins dogmatique plus ouvert au dialogue du pour et du contre, et qu'il aura une gouvernance s'il est élu plus soft. De plus, il n'hésitera pas à modifier sa politique si elle ne répond pas à l'objectif.

    Il pratique l'intelligence économique dans un esprit d'éthique et de déontologie tenant compte de l'intelligence sociale par la mutualisation de l'information. Il fera donc une économie adaptée. Le premier exemple est l'abandon de son projet d'unification de l'impôt sur le revenu et de la CSG, thèse défendue par l'économiste Thomas Piketti, pour seulement un rapprochement par étape à partir de trois lois de finance. Sarkozy contre vents et marées reste toujours sur ses positions, mêmes si elles sont néfastes, il est borné. La politique de Sarkozy contraint Hollande à s'adapter aux circonstances, la TVA sociale appliquée en fin de mandat, mesure d'extrême droite oblige, tandis que Sarkozy, nous l'avons remarqué, ne tient compte des circonstances qu'à l'extrême limite de la contrainte qui se traduisent, souvent, par des faits d'annonce, plutôt que par des actes.

    Pour diriger la France, il faut être ferme devant les antagonismes, mais pas autoritaire pour imposer aux citoyens son idéologie qui est une méthode d'extrême droite, par l'application de la toute puissance de l’État, ce qui ne fait que braquer, jusqu'à la révolte, surtout si la politique est injuste et discriminatoire.

    Le choix des Français sera donc, outre les programmes qui resteront fous, s'aventurer est dangereux en cette période tourmentée, entre deux hommes opposés en tout, et qui ne s'apprécient pas.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu