Avertir le modérateur

gaza suite 2

  • Gaza, le conflit israélo-Palestinien, suite 2,

    Sarkozy et les autres.

    Il occupe le terrain dans le but d'une solution humanitaire totale urgente vu la situation catastrophique provoquée par ces bombardements sur la population civile, encore hier trois écoles gérées par l'Agence de L'ONU d'aide aux réfugiés ou des dizaines de civils s'étaient réfugiés ont été bombardées.

    L'attaque la plus meurtrière, à Jabaliya (nord), a tué 43 Palestiniens, selon les services d'urgences palestiniens. L'ONU, dans un communiqué, a fait état de 30 morts et 55 blessés.

    les-trois-ecolers-bombardeesphoto_1231255671919-1-0.1231319279.jpg

    L'offensive Israélienne a coûté la vie au moins à 660 Palestiniens et aurait fait plus de 2950 blessés depuis le 27 décembre 2008 selon les services d'urgence Palestiniens. Il est évident qu'il faut que cesse cette tuerie, et toute action de qui que ce soit ne peut être que positive même si elle apparaît vouée à l'échec.

    les-enfants-morts-de-lecole-photo_1231307222873-1-0.1231335027.jpg

    Les enfants que l'on enterre.© AFP - Mahmud Hams

    Dans cette optique, celle de Sarkozy suivant l'avis de Bernard Kouchner qu'il fallait occuper le terrain, il ira loin ce Bernard, et contre l'avis du staff de l'Elysée qui avait conseillé l'ajournement du voyage, la présidence Tchèque inexistante, des Allemands et des Britanniques frileux, et l'administration Américaine finissante, est parti pour gagner des points, il n'y qu'à l'international qu'il en gagne, (Le Canard enchaîné) serait à féliciter, mais elle s'entache d'un manque de considération eu égard à ses partenaires de l'UE. La délégation conduite par le ministre des Affaires étrangères tchèque, la Tchécoslovaquie vient de prendre le relais de la France, Karel Schwarzenberg, présent sur place, et qui comprenait pour la forme notre ministre des affaires étrangères Bernard Kouchner, est passée inaperçue au point de susciter des réactions désobligeantes sur Sarkozy. Une attitude qui commence à irriter. Quand chacun conduit sa propre mission, cela affaiblit la position stratégique de l'Europe, avait déclaré plus tôt le ministre Italien des Affaires étrangères Franco Frattini, on voit qu'il n'avait pas encore compris que l'Europe, il s'en fou si elle ne lui rapporte rien. Ah ! Ces Italiens qui croient encore au père Noël.

    la-republica-890212-1051604.1231319670.jpg

    Certains journaux comme le Washington-Post n'arrivent pas à comprendre que d'un coté il y a une délégation Européenne et de l'autre Sarkozy qui fait sa tournée en ignorant cette délégation, ils vont commencer à comprendre que Sarko les prend pour des nuls, si ce n'est déjà fait. C'est tout à fait une attitude de fanfaronnade à mettre à l'actif de sa modestie. Elle est à rattacher de celle qu'il a prise pour des infirmières Bulgares maintenues prisonnières par Kadhafi, alors que la communauté Européenne faisait des pieds et des mains depuis plusieurs années pour les libérer avec le médecin palestinien. Dans ce cas, il avait obtenu un résultat positif, ce qui n'est pas le cas pour ce voyage ou finalement son action n'a rien donné sinon de faire le tour des capitales, et à faire mousser les présidents Hosni Boubarak et Mamoud Abbas qui n'en demandaient pas mieux.

    En quelques heures, il a dîné avec Ehud Olmer premier ministre Israélien, il a rencontré le président Bachar-el-Assad en Syrie auquel il a demandé de ramener le Hamas «impardonnable et irresponsable» à la raison, et celui de Liban Michel Sleiman à Beyrout sans oublier la force intérimaire de Nations Unies au Liban (finulII). Ces partenaires Européens ne peuvent qu'apprécier d'autant qu'il montre ainsi qu'il se fou de l'Europe et du traité de Lisbonne qu'il à modifié à sa guise et que certains ont approuvés.

    Il devait intervenir avant l'arrêt du conflit, c'est à dire avant que le Hamas soit complètement décimé, d'ou cette précipitation à squeezer la délégation Européenne. Bientôt, il ne pourra plus s'approprier de telles initiatives Barack Obama entre en fonction le 20 janvier, il a donc profité pleinement jusqu'à plus soif de la vacance interminable laissée par les élections Américaines laissant l'Amérique sans voix dans cette période de troubles financiers et du conflit Israélo-Palestinien.

    Nicolas Sarkozy est parti furieux du Proche-Orient.

    Les Israéliens n'ont pas été corrects d'après un spécialiste du Proche-Orient et favorable au voyage de Sarkozy sur l'entrée de l'armée Israélienne dans Gaza 36 heures avant le départ de Sarkozy. La ministre de affaires étrangères Tipzi Livni savait que Sarko rêvait d'un cessé le feu entre les deux camps, il aurait été le roi de la planète terre, et lors de sa venue à l'Elysée, elle avait dit qu'elle ne s'y opposerait pas, mais elle s'est bien gardé de dire que l'armée entrerait dans Gaza.

    Alors Sarkozy fait publier un communiqué par le quai d'Orsay «la France condamne l'offensive terrestre contre Gaza». Mais, afin de se rattraper lors d'un entretien à deux journaux Libanais, il estime soudain nécessaire de condamner le Hamas, «le comportement du Hamas est provocateur irresponsable et impardonnable», on ne sait jamais si les Israéliens heureux d'entendre cette phrase seraient touchés au point d'accorder à Sarko le cessé le feu qu'il était venu chercher. Un manipulateur hors pair.

    Gaza zone interdite à la presse,

    journalistes_gaza_article_big.1231340574.jpg

    Gala.fr

    Israël interdit toujours le territoire Palestiniens aux étrangers. La guerre à Gaza, c'est aussi celle de l'info. Ou, pour certains, la guerre à l'info. Israël maintient toujours en effet le blocus et les journalistes étrangers ne peuvent pas mettre le pied dans le territoire malgré une décision récemment prise par la Cour suprême. Si cet arrêt imposait au gouvernement de laisser les médias faire leur travail, les huit journalistes choisis n'ont toujours pas reçu le feu vert. Le responsable du Bureau de presse gouvernemental a opposé un refus. Sa justification étant qu'Israël ne voulait pas risquer la vie de ses soldats pour assurer la protection des envoyés spéciaux.

    Dans ces conditions tout est faussé, Israël peut dire ce qu'il veut, et on se demande comment d'aucuns peuvent accorder à Israël autant de crédit sur sa valeur démocratique, et sur le comportement du Hamas qu'il accuse de tous les maux et qui n'a aucune fenêtre ouverte sur le monde.

    La presse Algérienne francophone estimait mercredi que l'opération israélienne contre Gaza «sabordait» l'Union pour la Méditerranée (UPM), en rappelant une déclaration d'Alger dénonçant lundi le «caractère politique» du secrétariat général de cette organisation.

    Les Israéliens sabordent l'UPM de (Nicolas) Sarkozy, titre ainsi L'Expression (privé) en s'interrogeant sur «l'avenir de ce projet» du président français.

    «On ne peut appartenir à une UPM dont un des supposés membres est un Etat qui privilégie la guerre, un Etat qui terrorise et tue des femmes et des enfants»,

    affirme pour sa part Le Quotidien d'Oran (indépendant).

    Celui-ci estime que l'UPM «bat de l'aile», en rappelant que le ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci avait déploré lundi la composition «politique» du secrétariat général de l'UPM, au terme de sa réunion ministérielle en novembre à Marseille. Ce qui est surprenant c'est qu'ils aient cru en cette UMP.

    Une victoire de l'armée Israélienne sur le Hamas n'est pas possible, telle est la conclusion de la revue britannique Jane's Defence Weekly, spécialisée dans les questions de défense.

    «La situation sécuritaire dans le sud d'Israël et à Gaza ne va donc pas s'améliorer, même à long terme, écrit David Hartwell, spécialiste du Proche-Orient. Israël estime probablement qu'il a encore une semaine à dix jours pour achever ses opérations à Gaza». «Néanmoins, ajoute-t-il, il devra montrer des résultats tangibles pour justifier devant la population Israélienne le coût en vies et en argent. Ainsi, tandis que les appels à un cessez-le-feu vont aller croissant, les combats vont se poursuivre à Gaza, jusqu'à ce qu'Israël estime qu'il a atteint ses objectifs ou que les Etats-Unis commencent à faire part publiquement de leur inquiétude quant au coût diplomatique des opérations, une hypothèse peu probable à court terme étant donné la situation, avec le gouvernement» le 03/01/09.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu