Avertir le modérateur

fraternité

  • La nouvelle stratégie de Royal,

    à la fête de la fraternité.


    Déjà à l'université d'été de la Rochelle du 27/08/10, voir pour ses partisans ce sera elle, ou elle déclarait lors de l'ouverture «c'est unis que nous gagnerons», à la fête de la fraternité à Arcueil le samedi 18/09, Ségolène Royal se place en rassembleur des socialistes, et même un peu plus à gauche. Elle s'est finalement résolue au clin d'œil à gauche, sentant lui échapper les primaires socialistes au profit de DSK dont je persiste à penser qu'il ne s'engagera pas, n'est-il pas proche de Sarkozy ? Mais c'est surtout par rapport à Martine Aubry. Après réflexions se replacer dans le parti ne peut que lui être profitable, elle a tout à y gagner, en dehors, elle perd. Et la question de cette logistique n'est-elle pas le fruit des rencontres bi-mensuelles avec Martine qui, je pense aussi, ne se présentera pas ?

    Claude Bartelone député PS explique le 24/09/10 sur France Inter qu'il y aurait une entente entre Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn pour la présidentielle 2012. «Je suis persuadé qu'il y aura comme candidature ou celle de Dominique Strauss-Kahn, ou celle de Martine Aubry, et que nous aurons à partir de là un candidat qui permettra à la gauche de gagner et au pays de retrouver un minimum d'espoir», a-t-il déclaré. Voila encore une intervention qui ne peut que raviver les affrontements entre les ténors du PS qui voient que finalement ces primaires sont réglées au départ. Pour lui, c'est éviter un affrontement fratricide entre DSK et Martine qui ne peut qu'être contre productif ! En cela, il reprend l'argumentation de Laurent Fabius «les primaires vont permettre à plusieurs candidats d'être candidat, mais il faudra faire prévaloir l'unité et je pense que, parmi les grands candidats, ce serait mauvais qu'il y ait un affrontement» dit-il. On sent dans ce parti, comme dans celui de l'UMP un désordre, avoir prévu des primaires il y a un temps, et puis maintenant avec cette charge de Bartelone, se rendre compte, qu'en fait pour lui, deux personnalités politiques du PS seraient en mesure de battre Sarkozy, et cela à cause des sondages ! C'est bien une manœuvre pour mettre Ségolène Royal et les autres dans le vent

    1413417_7_daf3_segolene-royal-lors-de-la-fete-de-la-fraternite.1284997722.jpg

    Document Le Monde.fr, REUTERS/GONZALO FUENTES

    Ségolène Royal lors de la Fête de la fraternité à Arcueil, le 18 septembre 2010.

    De toutes évidences sa stratégie d'isolement engagée depuis le congrès de Reims ou elle a été battue par le tout sauf Ségolène n'a fait que la marginaliser comme possible candidate à la candidature du PS puisqu'elle à vu ses principaux soutiens la quitter, le dernier en date étant Jean-Louis Bianco son plus fidèle partisan. Nous savons tous que depuis son éclatante victoire aux régionales, ou d'une opportunité faite par Martine elle a lancé «nous devrions nous voir», et le fait est qu'elles se voient au moins deux fois par mois, n'est-il est logique de penser qu'entres elles se trame une logistique en vue de la présidentielle ? De plus, il est évident que Ségolène à un autre punch que celui de Martine pour engager un combat présidentiel, dont elle déjà une expérience. Sa stratégie de rassemblement, curieusement, est écoutée puisque Martine ne pouvant se rendre à Arcueil y a détaché un proche en la personne de Claude Bartelone fidèle second couteau de Laurent Fabius bien qu'il ait toujours présenté une certaine aversion pour Ségolène, c'est dire le renversement d'attitude du PS. «Si on m'avait dit il y a un an que je me retrouverais ici» en dit long sur le changement logistique. Mais cela n'est-il pas aussi la conséquence du rapprochent avec Laurent Fabius ou paraît-il ils auraient pris, Ségolène et lui, leur petit déjeuner ensemble, j'ai lu cela quelque part.

    Mais, il ne fut pas le seul, il y eu d'autres figures Arnaud Montebourg, Manuel Valls, l'avocat Jean-Pierre Mignard, le mécène Pierre Bergé. Et, enfin, invité surprise, Jean-Luc Mélenchon, le président du Parti de gauche, venu utiliser la tribune pour défendre l'idée partagée avec Mme Royal d'un référendum sur les retraites. Quel changement ! Je ne me Ségonolise pas affirme Mélenchon,

    «il faut vraiment que le pays aille mal pour que des gens qui se sont tirés la bourre se retrouvent ici».

    C'est dire avec quelle rancœur ils y sont allés. Mais cela ne veut-il pas signifier que Ségolène porte un espoir pour que finalement ils y soient allés, eux, qui n'ont cessé de la critiquer ? «Face aux désordres du pouvoir, il est extrêmement important que les socialistes incarnent la crédibilité, la cohérence s'est exclamé» Manuel Valls. La force tranquille de François Mitterrand, le slogan qui lui permit d'accéder après deux échecs à la présidence lui à servit de talisman pour ce rassemblement, autant Mitterrandienne que Martine Jospinienne.

    grande-898929-1063209-francois-mitterrand.1285005648.jpg

    C'est devant plus de 3000 sympathisants de désir d'avenir que Ségolène s'est exprimée en se posant comme un recours à la France martyrisée de Sarkozy, «une France qui est entre de mauvaises mains», «le bateau gouvernemental prend l'eau de toutes parts s'est-elle exclamée». Prônant une politique de respect, sans renouveler les erreurs du passé. On sent dans cette démarche la volonté de se replacer dans la course à la candidature présidentielle et les socialistes font le dos rond pensant qu'elle à plus de capacité de nuisances que de remporter les primaires. Elle veut que l'on prenne en compte ses propositions qui s'appuient sur son expérience en Poitou-Charentes, elle se bat pour s'imposer. Elle ouvre large pour tenir compte des propositions des autres leaders socialistes, elle a besoin d'eux alors qu'il y a quelque temps d'aucuns se disaient qu'elle irait seule provoquant de fait une scission avec le PS.

    Alors Ségolène Royal battue non, elle s'invite aux Français avec l'espoir d'être à nouveau celle qui fera une politique autrement par ce que c'est une femme. Elle montre sa dynamique, elle veut se replacer dans la course car elle sait bien que s'engager dans une campagne présidentielle ce n'est pas du gâteau, il faut être d'attaque tous les matins, elle l'a prouvé. Ce n'est pas le profil de DSK, quand à Martine quitter sa mairie de Lille et le secrétariat du PS pour une hypothétique élection présidentielle ce qui lui ferait tout perdre est un risque qu'elle ne prendra pas. Seule Ségolène en aura la dynamique et dans ce genre d'exercice, c'est toujours celui qui avance qui l'emporte.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu