Avertir le modérateur

fn

  • Le FN pas encore un parti comme les autres,

    malgré le talent et le sourire de Marine pour effacer l'héritage.

    Support Wikipedia Redresser la barre lorsque depuis des décennies elle fut d'extrême droite d'autant qu'il y reste quelques nostalgies malgré les discours plus softs, plus acceptables, n'est pas chose facile. Il faut du temps beaucoup de temps, d'autant plus que sont nombreux les adversaires politiques qui continuent d'enfoncer le clou là ou ça fait mal. L'essence d'un parti est son noyau et l'on sait que les atomes gravitent autour. Modifier la famille c'est perdre un peu de son âme. Cela résume les difficultés du FN à grandir malgré ses avances vers ceux qu'il a troublés. Il lui faut piocher ailleurs pour satisfaire ses ambitions, les élections municipales approchent ainsi que les européennes et là, ceux qui se laissèrent tentés un instant par une possibilité gratifiante furent déçus. Ce parti n'était pas ce qu'ils en avaient imaginés, le noyau les fit fuir. N'est pas d'extrême droite qui veut, il faut une bonne éducation à la base. La recherche d'un second souffle pour ces figures égarés de gauche, du centre et de droite qui rejoignirent le FN fut une déception, ce n'est ce qu'ils croyaient. L'épreuve initiatique fut impitoyable il fallut sonder ceux qui arrivaient surtout s'ils n'avaient pas gravé dans leur cœur le sigle FN. Ce n'était que des parvenus.

    En fait, quelques soient les cotés ou l'on se tourne l'altruisme en politique n'est que pour certains, bien protégés, qui ont de quoi subvenir à leur existence. On se demande d'ailleurs pourquoi ils font de la politique pour ce qu'elle apporte comme satisfactions ? C'est un boulot à plein temps d'être sur le devant de la scène médiatique, et il faut de l'argent. Et puis, pour qui veut se lancer en politique c'est quasiment impossible sans de larges appuis médiatiques, beaucoup de temps, des décennies pour arriver à une certaine reconnaissance. Les Français n'accordent déjà plus de crédit aux politiques, les exemples ne manquent pas de ceux qui eurent une large carrière, qui disparus fondèrent des clubs de réflexion et autres groupuscules qui ne sont que des sources d'appoint pour les deux grands partis. Le microcosme politique est très éclaté, chacun peu y trouver sa place comme l'est d'ailleurs la société française puisqu'ils en sont issus. Les difficultés que rencontre le FN pour avoir un nombre de candidats à présenter à ces élections tient à ces facteurs, d'autres avant lui y furent confrontés.

    On doit reconnaître que les possibilités politiques sont très réduites et que le mécontentement des Français ne suffit pas à lui seul à pourvoir des cadres d'un poids suffisant pour affronter le suffrage des français. On peut faire élire dans des lieux favorables un candidat FN, comme à Brignoles dans le Var, mais de là à ce que d'autres candidats FN l'emportent dans la joute politique, c'est une autre affaire. Comment le FN peut-il grandir autrement qu'en attirant les déçus de la politique menée par les deux partis hégémoniques et par ceux qui ne croient pas aux discours de gauche et de droite ? Le FN n'applique que ce que d'autres avant lui appliquèrent, c'est à dire faire croire qu'il apportera à la classe ouvrière et aux petits commerçants une meilleure existence. L'histoire montre que ce fut une catastrophe qui conduisit à une plus grande misère.

    Il veut apparaître comme le parti miraculeux qui va changer la situation. Être dans l'opposition constitue un confort, et d'aucuns se disent pourquoi ne pas essayer, raisonnement du tout ou rien faisant fi des causes, et des conséquences. C'est le raisonnement qui balaye le connu pour l'inconnu. Il est bien connu que le malheur des uns fait le bonheur des autres. Seulement ce n'est pas si facile en politique par ce que l'on se rend vite compte, lorsque l'on gratte un peu, que ceux de droite comme de gauche qui menèrent et mènent la France, ont balayé et balayent toutes les possibilités de répondre au mal que nous avons à nous sortir de la glu qui nous immobilise.

    La France n'est pas un pays comme les autres, elle est minée par le paradoxe qui consiste à attendre de l’État qu'il apporte son soutien social, et par le fait que personne ne veut le payer. C'est à la fois un avantage d'aider les plus faibles, mais c'est un inconvénient par ce que ça coûte. C'est simple on veut tout, mais, que ce soit l'autre qui paye. Et là, pas plus le FN que les autres formations politique ne savent résoudre cette équation.

    Les Français sont habitués aux largesses de l’État providence et aux lois sociales qui, dans un temps passé, pouvaient être admises et qui, quoique qu'en prétendent des politiques, sont des boulets face à la concurrence mondiale dans un marché sans règle d'autant plus que les fortunes sont placées dans des paradis fiscaux. L'impuissance à condamner ces fraudes sera aussi une difficulté pour le FN. Quant à quitter l'Union Européenne comme il le clame pour éviter sa contrainte reviendrait au retour du Franc et à une forte dévaluation. Les Français voient bien que cette politique serait catastrophique, de sorte que la récolte de cadres venant des autres partis est difficile. Enfermés dans ce dilemme les dirigeants FN rament.

    Le FN a beau marteler qu'il est devenu le premier parti de France, il n'en a pas moins des difficultés à couvrir plus de 15 % des 30.000 communes de plus de 3.500 habitants. Bien que les sondages lui sont favorables le FN n'aurait investit que 623 têtes de listes pour les municipales qui doivent être bouclées au 29 février pour le premier tout et au 11 mars pour le second pour les villes de plus de 3.500 habitants. Cela fait un peu plus de deux mois dont la période des fêtes.

    Dans les régions ou il a des partisans, le Nord-pas-de Calais, la PACA, le FN peut faire bonne figure. Mais, dans le reste du pays, le FN manque de cadres. En Basse-Normandie, les Pays de Loire ou il est fortement soutenu il n'aurait pas de pointures.

    Se lancer dans une élection, c'est autre chose que d'adhérer à une politique. Se montrer candidat FN n'est pas toujours bien vu. Dans des départements déjà bien structurés comme la Seine-Saint-Denis le FN fera probablement un meilleur score que lors de la dernière municipale. Il ne peut espérer plus. La naissance d'un parti oblige à former ses cadres, et pour cela les politiques qui sont de l'ENA et de Science Po, formations qui sont dédiées à la politique, ne sont pas attirés par le FN contrairement à l'UMP et au PS, qui offrent des possibilités de carrière. Le FN est encore un parti embryonnaire, même s'il est un parti qui compte au plan national. On devient un grand parti aux municipales, elles montrent l'implantation nationale.

    c4nlogo

  • L'abstention politique la plaie de notre démocratie, ne mène qu'à une impasse.

    Elle ouvre la porte au FN le parti des extrêmes.

    Support Wikipedia Par opposition à la qualification de parti d'extrême droite, il est le parti des extrêmes tout en étant un parti de droite. C'est le copié collé avec la patine du temps de ce qui se passa au Royaume d'Italie après la guerre de 14-18, ou, avec les alliés de la Triple Entente, elle vainquit l'Empire Austro-hongrois. Ce n'était donc pas l'Italie d'aujourd'hui qui est une nation unifiée. La guerre de 14-18 fut sanglante et le traité de Versailles qui s'en suivit ne lui donna pas ce qui lui fut promis. Durement touchée, la grande misère s'installa, ce qui fit le jeu des nationalistes. Déçus de ne pas avoir obtenu des alliés les territoires qu'elle convoitait, les fascistes parlèrent alors d'une victoire mutilée, la misère aidant, ce fut le fascisme mussolinien qui s'installa, voir dans Philippe Pétain Maréchal de France, fascisme et nationalismes responsables de la guerre suite 35 et 36.

    Pourquoi évoquer ce fait d'histoire par ce qu'il nous apprend que les politiques extrêmes qu'elles qu'elles soient, ne conduisent qu'au désastre révolutions ou guerres.

    Le front national est bien sur loin de tout cela, mais dans l'application philosophique qu'a-t-il politiquement de différent ? Prêcher la préférence nationale, pour laquelle je devrais être content, c'est du nationalisme, alors que le monde est en mouvement, en recomposition par le brassage des populations. C'est aller contre son temps par ce qu'il est impossible dans notre pays, sans un régime fasciste policier, d'imposer la préférence nationale. C'est impossible aussi pour d'autres raisons. Tout d'abord notre engagement dans l'Europe, n'oublions pas que nous en avons été parmi les principaux acteurs. La préférence nationale irait à l'encontre de nos engagements, et son non respect reviendrait à ne pas reconnaître la parole de la France. Pour un parti qui prône l'honneur de la France se serait un non sens. Conclusion, sur ce point le FN ment et prend les Français crédules en otages. L'autre raison ce sont les immigrés et l'immigration qui ne peut être jugulée, tout le démontre, et l'on voit mal la France pratiquer une politique raciale discriminatoire, une sorte d’apartheid en quelque sorte dans le pays des droits de l'homme. Là, aussi, le Front national ment. Quant aux Roms qui vont pouvoir travailler librement à partir de 2014 en France et dans les autres pays de l'U.E, là aussi le FN ment. Comment combattra-t-il cette décision européenne sans rompre avec l'U.E ?

    Quant à la sécurité, que pourrai-t-il faire de plus que ce qui est fait ? Être plus carcéral sur les peines plancher et autres peines, qui d'ailleurs sont toujours appliquées ? La réforme Taubira est toujours en stand-by. Là aussi le FN ment. De plus, que pourrai-t-il faire que ce qui est fait contre le marché de la drogue et les exécutions de dealers, lorsque des familles entières au chômage ne peuvent vivre que de ce commerce ? Rien, d'autant qu'il faudrait encore plus de policiers et d'investigateurs alors que l'on manque cruellement de moyens de financement, la droite ayant réduit drastiquement les effectifs de la police, là aussi le FN ment. Quant aux cambriolages en nette augmentation, comment pourrai-t-il les stopper ? Quant aux plaintes qui sont déposées, on ne perçoit aucune suite. Les dealers ne sont jamais appréhendés !

    Quant à l'économie comment faire plus que François Hollande qui est accusé de faire le jeu du patronna au détriment des salariés que ce soit sur les retraites ou sur la réduction des charges salariales ! Là aussi, comme la droite de gouvernement, le FN ment.

    Quant à notre dette et notre déficit qui doit être de 3 % fin 2014 comment ferai-t-il pour l'atteindre ? Aucune réponse n'est donnée. On voit que tout est pipeau et que le FN a une oreille du coté des Français qui en n'ont assez de payer une crise dont-ils ne sont pas responsables. Mais comment résoudre les méfaits de cette crise autrement ? Pénaliser les banques lorsque l'on a besoin d'elles pour nos emprunts pour notre industrie et payer nos fonctionnaires, impossible, là aussi le FN ment.

    Et puis, la question massue, pourquoi ferai-t-il mieux que les gouvernements précédents ? Par ce que les autres auraient échoués ? Bien au contraire, ce manque de responsabilité lui fait dire n'importe quoi, surfant sur les dix années d'échecs précédents !

    Les Français sont donc déboussolés refusant d'admettre que nous avons perdu de nombreux domaines productifs, et qu'il nous faut réduire notre endettement. On ne voit donc pas comment le FN pourrait redonner de la compétitivité et récupérer ce qui est perdu ? Quant à relancer l'investissement il faut du financement. Comment, sachant que nous remboursons 50 milliards par an sur nos emprunts ? L'autre solution serait de réduire encore nos avantages sociaux, retraite, famille, santé, et le blocage des salaires pour dégager du financement. En d'autres termes, une misère plus grande.

    Quant on entend l'argumentation on a essayé l'UMPS, maintenant on vote FN ! Mais c'est jouer à la roulette russe ! Cela signifie que ceux qui tiennent cette argumentation ne pensent pas aux conséquences d'une France qui se dégagerait de l'Union européenne, thème majeur du FN ! Le désengagement de l'Union européenne aurait de lourdes conséquences sur notre monnaie qui redeviendrait le franc. Nous subirions une lourde dévaluation qui ferait que nos importations en énergie nous coûteraient très cher sans qu'elles puissent être compensées par nos exportations exposées à la concurrence de pays à bas coûts de main d’œuvre, et à des produits de meilleure qualité, notre balance commerciale serait catastrophique. Mais plus que ça, ce serait notre isolement.

    Le gouvernement de François Hollande avec une majorité ridicule, qui le bride dans ces possibilités à être plus ferme, accepte, contraint et forcé, de composer avec des ministres qui s'opposent ouvertement pour conserver une majorité. Même au sein du PS, l'exemple du cumul des mandats ou les sénateurs socialistes votèrent contre prouve les difficultés. Ce n'est pas de la faiblesse mais de la stratégie.

    De plus, François Hollande a toujours déclaré lors de sa campagne présidentielle que son objectif était la réduction du déficit, il augmente les impôts ne pouvant trop réduire les effectifs de l’État pour faire des économies.

    C'est d'ailleurs ce que préconise le FMI, en prônant plus d'impôts ! Voir Le Monde.fr

    De plus, à la merci d'une vague de chômeurs sans précédent, il cherche par des emplois aidés à juguler cette vague, mais aussi à donner au patronna plus de moyen par des allègements de charge.

    Il est évident qu'il faut attendre que cette politique porte ses fruits, il n'est président que depuis 17 mois, on ne comprend donc pas qu'il soit si fortement sanctionné par l'abstention comme ce fut le cas à la cantonale de Brignoles. Certes, c'est le communiste qui se présentait, mais il était soutenu par le PS.

    La gauche a pris une nouvelle claque à cette cantonale, elle ne le méritait pas. Elle fit 1.569 voix PCF + EELV sur 20718 inscrits soit 7,57 % des inscrits, quand le FN fit 2718 voix soit 13,11 % et la droite parlementaire + divers droite fit 1.819 voix soit 8,77 % pour une abstention de 13.815 voix soit 66,64 %. C'est donc le parti des abstentionnistes qui est le grand vainqueur pour le premier tour de cette partielle. Le FN progresse peu en voix par rapport aux élections passées. Éliminant la gauche les abstentionnistes firent le jeu du FN qui avec 39,31 % des votants placent ce parti en position de forte éligibilité. Bien que ce ne soit pas joué, les électeurs peuvent se ressaisir, mais la gauche a perdu une autre élection. Si le FN passe le 13 octobre, ils auront commis une grave faute, dans toutes les communes ou le FN fut élu, ce fut toujours un échec.

     

  • De l'hypocrisie UMP aux accords locaux avec le FN,

    à la formation d'une droite intégrée, qui peut le croire ?

    Support Wikipedia La droitisation dans la campagne présidentielle opérée par Sarkozy, l'affirmation par Marine Le Pen de constituer un parti au même titre que l'UMP et le PS, la reprise des slogans proférés sur les immigrés par Sarkozy, bien qu'il eut déclaré qu'il envisageait qu'ils votent aux municipales sous condition, la remise en cause des frontières de Schengen, bouleverse la droite conventionnelle et la politique de l'UMP qui ne sait plus ou elle se trouve. La droite centriste n'a pas toujours apprécié cette hyper droitisation au point que Hervé Morin et Jean-Louis Borloo, des seconds couteaux, ont tentés de faire cavalier seuls à cette présidentielle, sans succès bien sûr. Quand au Modem de Bayrou son choix politique vers François Hollande met en cause son existence politique. Bien que l'UMP ait toujours gagné les élections sans pencher si ouvertement vers le FN, se pose pour ce parti une recomposition politique claire sur laquelle les républicains peuvent se retrouver. Les propos de Nadine Morano sur ses mêmes valeurs que celles du FN, pour être seulement élue, le soutien apporté par François Fillon à Tulle, accentue encore la déchirure de ce parti. Mais l'UMP qu'est-ce c'est ?

    J'ai eu bien des difficultés pour définir ce parti. Sous le sigle UMP on trouve de tout, je dirais que c'est un ramasse tout à droite. Ses composantes vont du RPR, aux néo-gaullistes de Jacques Chirac, Dominique de Villepin, aux gaullistes légitimes de Jean-Louis Debré, Alain Juppé, Jean-François Copé, aux conservateurs libéraux de Sarkozy, Balladur, aux Gaullistes sociaux de Philippe Seguin, François Fillon, à l'ancienne UDF issue du MRP d'inspiration démocrate-chrétienne telle la branche libérale-giscardienne, Jean-Pierre Raffarin, Pierre Méhaignerie mais aussi barriste, au parti Chrétien démocrate de Christine Boutin, au Centre national des indépendants et paysans, au Centre droit de Hervé Morin, et aux Radicaux valoisiens de Jean-Louis Borloo, cette multi-droite ne suffit plus pour obtenir une majorité de gouvernement, ses électeurs modérés traditionnels ne s'y retrouvent plus. Alors pourquoi ne pas donner l'illusion d'une convergence de vues électoraliste avec le FN juste le temps de cette élection législative ? Et comme l'écrit Le Monde.fr «cela fait bientôt trente ans que la droite Française est confrontée aux poisons que le parti d'extrême droite distille dans la société Française !».

    Comme pour les socialistes, du centre gauche social démocrate au Front de gauche-communistes, elle s'étend du centre droit Borloo à l'extrême droite de Christian Estrozi, Nadine Morano, de même pour Gérard Longuet quand il clame, pour leurs suffrages, que les électeurs du FN ne sont pas des pestiférés, ce qui est exact. Les appels des personnalités de l'UMP en difficulté vers les voix du FN, malgré le verrou hypocrite du secrétaire général Jean-François Copé repris par François Fillon font penser qu'il pourrait sauter plus rapidement que l'on puisse l'espérer. Pure illusion !

    L'arrivée possible à l'Assemblée de représentants du FN tels Marine Le Pen, Gilbert Collard, Marion Maréchal-Le Pen ... le dédouanerait, le rendant normal, donc fréquentable par l'UMP, d'autant plus qu'ils siègeraient sur les mêmes bancs. La reprise des slogans FN pour masquer la faillite de la politique menée par Sarkozy en est l'essence. Quoi proclamer d'autre qui soit porteur, la dette qu'ils ont accrue de 90 milliards ? Non bien sûr ! C'est donc le vide absolu autre le fait de clamer que les socialistes ne feraient que ruiner la France alors qu'ils commencent tout juste à gouverner en appliquant, par décrets, le programme d'élection de François Hollande. La droitisation extrême de Sarkozy pendant la campagne à donnée le feu vert. L'insistance de Jean-François Copé à s'opposer ouvertement à l'alliance avec le FN sous le prétexte implicite de ménager la droite centriste n'a plus de raison d'être, elle n'existe plus.

    Nadine Morano n'a pas caché que ses valeurs rejoignaient celles du FN. Dans l'hebdomadaire d'extrême droite minute du 13 juin, elle plaide pour un rassemblement le plus large possible pour faire barrage à la gauche.

    «Les électeurs du Front national n'ont pas à être rejetés de la République», «Nos électeurs sont souvent étonnés qu'on tolère des alliances entre le PS, l'extrême gauche et Les Verts qui prônent la légalisation du cannabis». Nous ne parlons pas d'alliance, mais de respect des électeurs du Front national, «méprisés, rejetés par la gauche dans le camp des anti-républicains», continue telle. Elle se définit «gaulliste et patriote». Elle précise «il y a de nombreux désaccords avec le Front national, notamment sur les questions économiques, voire de société», mais elle précise qu'elle est «opposée au droit de vote des étrangers» et qu'il y a «encore une convergence de points de vue» concernant «le renforcement des accords de Schengen».

    Le propos de Nadine Morano est d'une fausseté absolue, le PS n'a fait aucune alliance avec l'extrême gauche qui est représentée par le NPA et Lutte ouvrière ! Comme elle ne peut clamer, sous le vocable d'extrême gauche, le Front de gauche, elle veut donner le change. Mélenchon ancien socialiste représente la gauche d'un parti républicain, quant aux communistes ils ont déjà été au gouvernement, même sous Charles de Gaulle ! Un grossier amalgame dont la droite est coutumier. Mais ça marche dans le rural !

    Il est bien évident que l'UMP ne veut surtout pas être amené à composer avec le FN, il ne veut simplement que le vote de ses sympathisants. On voit mal Jean-François Copé, François Fillon, Alain Juppé composer avec Marine Le Pen ! Le FN sera-t-il dupe de ces appels du pied ? Son anti socialisme suffira-t-il pour donner ses voix à l'UMP. Honnêtement les socialistes sont bien plus respectables que l'UMP. Au moins, ils acceptent de discuter avec les verts, même si cela leur coûte. De plus, ils préconisent l'introduction d'une part de proportionnelle, permettant aux petits partis de s'exprimer à l'Assemblée nationale, ce que réfute l'UMP, la démocratie parlementaire n'est pas son idéologie qui est de ne faire aucun partage du pouvoir.

    La dessus vient pour aiguiser le tout, le canular de Gérald Dahan l'humoriste qui s'est fait passer au téléphone pour Louis Aliot le numéro deux du FN. Au cours de cet échange téléphonique elle aurait déclaré que Marine Le Pen avait beaucoup de talent, ce qui est exact, mais aucun qui puisse redresser la France.

    Ecoutez Dahan Morano sur francetvinfo

    Mais le comble est que François Fillon se voit obliger de recadrer son ancienne ministre sur twiter, «Nadine Morano aurait dû raccrocher tout de suite car on ne parle pas aux dirigeants du FN». Alors Nadine Morano porte plainte contre Gérald Dahan c'est tout ce qu'elle a trouvé de mieux à faire. Cela montre bien le personnage par comparaison avec tous ceux qui ont été piégés par lui, Hollande, Royal, et Mélenchon qui ont ri et n'ont pas porté plainte.

    Donc deux langages et deux attitudes aux voix du FN pour ces législatives. Cela montre bien le désarroi de la droite qui devra lever son ambiguïté politique.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu