Avertir le modérateur

expulsions

  • Les 64 millions de Français ou presque se sentiraient-ils mieux,

    maintenant qu'on a viré 8.030 Roms ?


     

    Entre le premier janvier et le 25 août, le ministre de l'immigration a déclaré que 8.030 Roumains et Bulgares ont été reconduits à la frontière et beaucoup d'une manière volontaire, et pour Brice Hortefeux c'est 40 camps démantelés. Le jeudi 26 août c'est 283 Roms vers la Rounamie, un vrai boulot pour Brice Hortefeux. Mais aussi un vrai boulot et payant pour eux, comme ils sont habitués à être éjectés de partout ou ils vont, un peu apatrides en quelque sorte, on leur donne un peu d'argent pour repartir, on n'est pas des sauvages. Ils restent dans le pays jusqu'à ce qu'on les chasse, ils le savent, et ils touchent en France 300 € pour un adulte et 100 € pour un enfant, soit pour une famille de deux enfants 800 €, ils n'ont jamais autant gagné en ne faisant rien ou presque, alors ils reviennent et nous les expulsons à nouveau, un vrai boulot vous dis-je !

    Ce n'est pas la première fois que l'on vire des Roms, et cela va continuer, en 2002 Nicolas Sarkozy lorsqu'il était ministre de l'intérieur sous le gouvernement Raffarin s'étonnait,

    «comment se fait-il que l'on voit dans certains de ces campements tant de si belles voitures, alors qu'il y a si peu de gens qui travaillent ?»

    Une phrase comme celle là fait mouche dans les banlieues populaires. Cela me rappelle la seconde guerre mondiale lorsque j'entendais sous l'occupation Allemande les Français, pas plus que moi d'ailleurs, insultant ma famille Française aussi, mais d'origine Italienne, nous étions naturalisés juste à la déclaration de guerre et cela n'a pas trainé, il fallait des bras, déclarer que nous mangions le pain des Français, des paroles de caniveau des milieux populaires qui font l'électorat du FN aujourd'hui et celui de Sarkozy.

    Ces gens là c'est pire que tout.

    Nicolas Sarkozy avait alors évoqué «la confiscation des véhicules» comme mesure de répression, s'indignant de «la mendicité agressive», ce «fléau de nos villes». C'est vrai, être mendiant, les genoux au sol plusieurs heures par jour est un vrai boulot agressif, ça rapporte sans impôts, la charité Française n'a pas de limite.

    Deux années plus tard le premier ministre Raffarin toujours lui, partie prenante de cette politique de plus en plus répressive avait poussé les Roms à défiler la première fois à Paris pour une «vie meilleure», un rêve. En 2003 Médecins du Monde notait que «l'année avait été marquée par une augmentation majeure du nombre des évacuations des terrains sur lesquels les Roms étaient installés» et, la même année, les expulsions de Roumains, des Roms pour l'essentiel, avaient augmenté de 66 % par rapport à 2002, selon l'ambassade de Roumanie à Paris. Ce n'est donc pas d'aujourd'hui que l'on vire de Roms, seulement c'est aujourd'hui qu'on le fait avec autant de haine exacerbant le rejet de l'autre qui est aussi, malgré tout un Être humain, mais ce sont globalement des voleurs, alors il faut expulser cette racaille !

    Le collectif national «Droits de l'homme-Romeurope» présente le 26/08/10 son rapport sur la situation des Roms migrants en France. Le document de 154 pages, Le Monde.fr, dénonce, témoignages à l'appui, une politique répressive qui «accentue la précarité en même temps qu'elle favorise des comportements racistes ou xénophobes» à l'égard des Roms. Romeurope précise en préambule que le nombre de Roms présents sur le territoire est «stable depuis plusieurs années, de l’ordre 10 000 à 15 000 personnes sur l’ensemble du territoire national», concluant que «la réalité est donc très loin derrière les discours politiques qui agitent le spectre d’une invasion» suite à l'intégration de la Roumanie et de la Bulgarie.

    C'est la loi sur l'immigration et l'intégration de 2006 qui a ouvert la porte à plus de sévérité pour les étrangers. Elle a restreint les conditions du regroupement familial et d'obtention d'une carte de séjour, supprimer les régularisations automatiques prévues par la loi Chevènement de 1998. «Depuis l'explosion de 2007, le nombre de Roms en France stagne selon l'association Romeurope, «pourtant, on en expulse tous les ans entre 8 000 et 9 000», ça rentre et ça sort ! D'après l'article du Monde.fr, qui est payant, l'opération au final est nulle mais chaque année 30 % des objectifs des reconduites à la frontière sont réalisés. «Ce sont des expulsions faciles, les Roms sont fatalistes, ils acceptent l'expulsion. Il n'y a pas de refus d'embarquer et les expulsions ne coûtent pas cher, par rapport à celle vers l'Afrique ou l'Asie».

    Dominique de Villepin le 23/08/10 exprime sa honte sur Europe 1, c'est une tâche de honte sur notre drapeau s'exclame-t-il ! Il aura suffi d’un discours à Grenoble et d’un été, d’un seul été, pour que tout bascule, de la lutte contre l’insécurité à l’indignité nationale. Je dis bien «nationale» car le président de la République nous engage tous.

    Pour Jean Pierre Raffarin au micro de RMC c'est dénoncer la dérive droitière de l'UMP et de critiquer le mutisme de François Fillon sur le sujet.

    «A mon avis, très franchement, sur ces sujets c’est l’UMP qui pose problème. Le gouvernement, l’exécutif est devant un devoir d’action. Un parti politique est devant un devoir de pensée. Et pendant tout ce mois d’août, j’ai trouvé l’UMP hémiplégique. Je n’ai entendu que son cerveau droit. Il y a une course à droite qui risque de le déséquilibrer. J’attends du premier ministre, chef de la majorité, qu’il prenne la parole et réaffirme les valeurs d’équilibre d’une majorité qui doit aussi avancer avec son cerveau gauche.....» lire la suite sur le blog de Bourdin & co.

    C'est extraordinaire de voir ces deux hommes politiques critiquer ce que fait Sarkozy alors qu'ils étaient partie prenante lorsqu'il était dans leur gouvernement, quelle confiance peut-on accorder à de tels hommes politiques ? En fait c'est tout simple, ils soignent l'électorat catholique et républicain dans un but électoral, rien de plus.

    La gauche n'est pas tombée dans le piège de Sarkozy sur la sécurité



    Et voila que jeudi 26/08/10, c'est l'église qui s'y met. L'archevêque de Paris, André Vingt-Trois, a déploré jeudi qu'un «climat malsain» soit en train de s'installer en France où le gouvernement multiplie les démantèlements de camps de Roms. Sur Europe 1, le président de la Conférence des évêques de France a dénoncé «une sorte de concours de celui qui paraîtra le plus sécuritaire». «Je ne condamne pas la loi. Je pense qu'il y a des choses légales (...) mais que la mise en œuvre de la loi n'est pas forcément toujours morale et qu'il faut que la légalité s'accompagne d'une réflexion sur le sens de l'homme», a-t-il insisté. Tout à fait mais, ce qui se passe n'est-il pas la conséquence d'un soutien sans faille de l'électorat catholique à la politique droitière de Sarkozy ? Sans cet électorat Sarkozy ne serait pas président.

    Tout le monde connaissait les propos de Sarkozy lorsqu'il était ministre de l'intérieur, donc la position de l'église est pour le moins surprenante, même si elle se comprend. Auparavant le 22/08/10 ce fût le tour du Pape de sa résidence d'été de Castelgandolfo de dire en s'adressant à des pèlerins Français en les appelant à «savoir accueillir les légitimes diversités humaines, à la suite de Jésus-Christ venu rassembler les hommes de toute nation et de toute langue».Facile à dire mais,.....

    Les propos du Pape de sa résidence de Castelgandolfo


    Ce fût aussi Mgr Christophe Dufour, archevêque d’Aix-en-Provence, où des Roms ont été expulsés le 19 août de leur campement, qui a qualifié d’«inacceptables» les discours sécuritaires «qui peuvent laisser entendre qu'il y a des populations inférieures». Les Roms sont «des citoyens européens qui vivent pour la plupart paisiblement», a rappelé l’homme d’Église qui se dit prêt à jouer un rôle d’arbitre pour trouver des solutions. Le 22/08/10 enfin, dans l’agglomération Lilloise, Arthur Hervet, prêtre engagé de longue date consacrant son sacerdoce à la défense des Roms, a renvoyé sa médaille de l'Ordre national du Mérite au ministre de l'Intérieur, il a dit, puis s'est excusé, qu'il priait pour que Sarkozy ait une crise cardiaque ! Pour reprendre une expression d'André Glucksmam dans le Monde.fr, la prière remplace le poignard faisant allusion à Ravaillac

    Et pour terminer, c'est Alain Minc qui explose qualifiant ce Pape d'Allemand ? Parler comme il a parlé ? En Français ! Invité sur France inter, le 25/08/10, Alain Minc, n'a pas mâché ses mots à l'encontre de Benoît XVI. On peut discuter (de) ce que l'on veut sur l'affaire des Roms, «mais pas un pape Allemand» «Jean Paul II peut-être, pas lui». «Son insensibilité qu'on a mesurée quand il a réinstallé un évêque révisionniste, son insensibilité à l'histoire, dont il est comme tous les Allemands un héritier, non pas un coupable mais un héritier». De tels propos sont inadmissibles d'un homme qui conseille le président même si Benoit XVI n'est pas dans son comportement, l'équivalent de Jean Paul II. C'est homme, conseillé du président, nous montre ainsi qu'il n'y a rien d'étonnant à la situation actuelle.

    On peut être citoyen de l'Union Européenne c'est à dire être ressortissant d'un pays ayant adhéré à l'Union après qu'il en fait la demande et avoir satisfait les conditions de son intégration, ce qui permet, dans l'espace dit de Schengen, qui promulgue l'ouverture des frontières, de circuler librement, pour ses habitants, et de séjourner avec le droit de vote et être éligible au parlement Européen ainsi qu'aux élections municipales, dans cet espace, dit «de liberté et de justice» depuis le traité de Lisbonne. Il en a modifié les règles juridiques initiales en renforçant la coopération policière et judiciaire, et ne pas l'être totalement dans l'espace de liberté, si l'on ne répond pas aux conditions fixées par l'article 20-25 du Traité de Fonctionnement de l'Union Européenne, TFUE, voir également Wikipédia.

    L'Europe définit la citoyenneté Européenne dans l'article 17 à 22 de la Communauté Européenne. Cependant certains de ces droits font l'objet de limitations. Pour séjourner dans un État membre pour une durée de trois mois, aucune obligation que celle de détenir une carte d'identité ou un passeport valides. Pour des périodes de 3 mois à 5 ans le droit de séjour peut être soumis à quelques conditions, à la discrétion des États :

    • être un travailleur salarié ou non-salarié
    • disposer de ressources suffisantes pour eux-mêmes et leur famille
    • disposer d'une assurance maladie complète.

    Ces conditions ne concernent pas les Roms Roumains et Bulgares puisqu'ils ne sont pas intégrés dans l'espace Schengen, ils pourront l'être en 2011 si la CE le permet, le régime transitoire pourrait durer jusqu'en 2013.

    L'espace Schengen

    454px-schengen_agreement_map-annotated_frsvg.1282836380.png

    Source Wikipédia.

    Les Roumains et les Bulgares n'ont donc pas encore la libre circulation et l'accès à l'emploi est limité, ils sont donc en fraude sur notre territoire.

    Maintenant doit-on les expulser pour le respect de la loi, oui, mais un Être humain est-il illégal ? Certains ont des enfants nés en France ce qui pose problème eu égard au droit du sol ? En fait l'Union Européenne n'a rien prévu pour ces nomades rejetés de toutes part et mendier chez nous ou ailleurs est pour beaucoup d'entre eux encore mieux que de le faire chez eux. La mendicité nous en avons peur, nous n'osons la regarder comme si nous en étions coupables, d'ailleurs elle à été interdite sous les régimes totalitaires, communismes et fascistes. Comme beaucoup je n'aime pas voir ces mendiants, parfois des enfants, mendier et je ne sens désarmé devant eux, quelle misère, le monde pour eux ne change pas !

    La loi doit être respectée, puisque des hommes font des lois, mais avec humanité et non pas se servir d'eux comme bouc émissaires de la délinquance. Il faut agir avec circonspection sans heurter, sans dresser les Français contre ces malheureux rejetés même par leur pays. On ne fait pas de ces malheureux un moyen électoral qui séduit les populations du FN et tout cet électorat de droite dure et de pauvres de caniveau qui n'ont même pas un regard sur ces pauvres gens. La conduite de Sarkozy président de la république n'est pas honorable, il doit être au dessus des Français en guidant son gouvernement mais pas en agissant comme il le fait. La sagesse qu'on attend d'un président de la république n'y est pas. Quel exemple donnons-nous aux autres nous qui avons la prétention d'être une grande Nation des droits de l'homme !


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu