Avertir le modérateur

duflot

  • François Hollande prisonnier de l'axe Duflot Aubry,

    compromettant ses chances à la présidentielle.

    Support Wikipedia Il s'agit bien entendu du nucléaire sujet de discorde entre Hollande et l'axe Duflot Aubry qui tourne depuis plusieurs mois dans la parfaite entente sur l'abandon du nucléaire pour quelque chose que l'on ne connait pas, mais que nous devrions connaître, sans cela, ils sont fous ces socialos-écolos la nouvelle forme de démocratie de gauche qui mène avec le dossier nucléaire à une perte de sympathisants qui se fait déjà sentir. Le cafouillage de la semaine largement exploité par l'UMP entre Hollande Cécile + Martine, a fait qu'il perd 7 points dans un dernier sondage, restant malgré cela à 32 % d'intention de votes au premier tour pour 27 % à Sarkozy, mais étant largement supérieur à Sarkozy au second tour 58 % contre 42 %. Certes, profitant des primaires sa cote était surestimée, elle est donc devenue dans la norme, mais il faut que les socialistes soient prudents avec ce dossier de façon à ne pas contraindre François Hollande s'il est élu de faire marcher des TGV avec des éoliennes.

    Pendant les primaires ou les socialistes débattaient entre eux, Cécile et Martine se rencontraient dans un hôtel du 7ème et mettaient sur pieds la naissance de la sociale écologie, dans le dos de leurs adversaires ? Le refus d'Hollande sur une phrase de l'accord le laisse penser, voir ci-dessous. Six groupes de travail thématique sur l'emploi, les institutions, le nucléaire ont été installées et ont planché pendant des mois, ce qui a eu pour conséquence la prise de la chambre Haute, et c'est tant mieux sur ce point. Tout laisse supposer que, dans cette entente, les écolos, ne pouvaient, ne pas apporter leur soutien à Martine à la primaire, qu'elle espérait ainsi gagner, socialos+écolos ne pouvaient perdre, il en fut autrement. Ceci laisse supposer, une fois de plus, que les tractations entre partis ne sont pas toujours respectées, ou alors ceux qui votent écolo, ne sont pas si nombreux que les instances le prétendent. Dans ce cas bravo Cécile pour s'être imposée à Martine.

    Si elle avait gagné la primaire, pas de problème tout baignait, et ce cafouillage n'aurait pas eu lieu. Mais, c'est là que tout change, François Hollande plébiscité ne s'attendait pas à une telle contrainte sur l'abandon du MOX ne prévoyant qu'un programme d'abandon progressif du nucléaire, bien que l'on ne voit pas encore comment et combien cela coûte, mais c'est la mode Fukushima. Il ne veut pas abandonner le MOX et par voie de conséquence la centrale EPR en construction. François Hollande a donc donné un coup de pied dans cet accord secret ? Beaucoup de socialistes sont pour la maintien de cette énergie, d’où cette entourloupe. A l'Assemblée les socialistes partisans du nucléaire ne manquent jamais de défendre cette option. Cela fit, que le 15 novembre, Aréva appella le député PS maire de Cherbourg Bernard Cazeneuve pour lui demander quel était le contenu de l'accord de mandature signé entre les EELV et le PS sur un point précis se rapportant au MOX. Or, l'accord en page 16 porte la phrase, «la reconversion, à emploi constant, de la filière de retraitement et de fabrication du MOX». Il s'ensuivit le retrait par François Hollande de cette phrase, point révélé par Le Monde.fr.

    3

    Cette phrase disparue de la version finale de l'accord présenté à la presse provoqua un clash entre les Verts et le PS accusé de ne pas tenir parole. «Il suffit d'un coup de téléphone d'Aréva pour que le grand PS avec sa tradition et son histoire se mette au garde à vous», lâche Cohn-Bendit. Le fac-similé ci dessous parfaitement identique montre la phrase manquante.

    3

    L'accord final de mandature comprenant plusieurs points approuvés à 74 %, 96 pour 31 contre et 3 blancs par le Conseil fédéral d'EELV du 19 novembre, et on y retrouve cette phrase sur la transition énergétique associée à une loi cadre avant l'été 2013. L'accord comprend en outre, un plan national de réduction d'électricité par une rénovation énergétique des bâtiments, la réduction du nucléaire à 50 % en 2025, la fermeture progressive de 24 réacteurs et l'arrêt immédiat de Fessenheim, aucun projet de réacteur initié, et «la reconversion à emplois constants de la filière du MOX». Il n'est pas précisé si François Hollande élu, appliquera cet accord dont les conséquences mettraient à mal notre économie.

    La puissance d'une nation se mesure au nombre de kilowatt-heure produits et consommés.

    Perdre les milliards investis pour financer autre chose d'indéfini et pas aussi performant, paraît une absurdité à accepter pour François Hollande s'il est élu. Et puis, comment réaliser un tel programme en cinq ans alors qu'il y a des sujets plus importants !  Mais pour des écolos qui de toutes façons m'auront jamais une si grande responsabilité, la démagogie tourne à plein régime.

    Martine n'a pas sauvé le PS de la fougue EELV du petit qui en impose au gros. Et encore, si cela était positif au premier tour de la présidentielle en votant pour François Hollande, et bien non, ce sera comme d'habitude le chacun pour soi ! Le but serait d'éviter des tractations d'entre les deux tours, mais à ce stade qu'importe c'est la conscience des Français qui s'exprime, les tractations n'ont plus de portées électorales !

    C'est accord est donc inutile sinon à discréditer le PS.

    Les socialistes tel Bertrand Delanoë maire de Paris à qui on impose le parachutage de Cécile Duflot, sans l'avoir même informé, pour les législatives de 2012 dans la 6ème circonscription sont furieux, rien de tel pour perdre cette circonscription. «Le parachutage est une pratique délétère pour la démocratie, dans la mesure où il rompt le lien de confiance et de proximité avec les électeurs. C'est une façon datée de faire de la politique, une conception distante, voire utilitariste, du rapport avec les citoyens", dénonce Bertrand Delanoë». Lire la lettre de Danielle Hoffman «pourquoi je me présente contre Cécile Duflot».

    Mais, il y a aussi la colère de Gérard Collomb qui clame ne pas plier devant les Khmers verts ! «Je me suis toujours battu contre les Khmers rouges, je ne plierai pas aujourd'hui devant les Khmers verts !». Dans l'accord PS-EELV qui prévoit de laisser une soixantaine de circonscriptions aux écologiques pour les législatives, en cas de victoire d'Hollande. L'une d'elles celle de l’allier de Gérard Collomb, le PRG Therry Braillard, serait laissée à Philippe Méirieu chef du groupe écologique au conseil régional de Rhône Alpes. «Philippe Meirieu vote systématiquement contre tous les grands projets de l'agglomération lyonnaise», affirme Gérard Collomb. «Avec ses amis, il a même été jusqu'à demander à lire les scénarios financés par Rhône-Alpes Cinéma, une de nos institutions culturelles pour vérifier s'ils sont politiquement corrects. Je ne peux pas accepter cette forme de terrorisme intellectuel».

    Dans ce virement écologique avec un parti ou Éva Joly candidate désignée pour la présidentielle est en désaccord avec la direction de son parti refusant tout compromis, le PS se ridiculise et perd ainsi une grande partie de ses soutiens, d'une part beaucoup n'apprécient pas les combines électorales et de plus soutiennent avec juste raison le nucléaire sans pourtant rejeter l'idée d'un désengagement progressif connaissant la dangerosité de cette énergie. Dans ce rocambolesque cafouillage ou Éva Joly c'est volontairement mise en retrait, refusant toute négociation. Et, son porte parole l'euro député Yannick Jado jette l'éponge en démissionnant, ce qui a eu la conséquence de la mise au pas d’Éva joly qui déclare, ensuite, qu'elle soutiendra Hollande au second tour. Plus farfelu tu meurs, mais le comble c'est que le PS dans ce feuilleton, qui l'a plongé dans la confusion, perd des points qui sont difficiles à récupérer.

    Le démantèlement de centrales à l'horizon 2025 comme l'envisage François Hollande ne résout en aucune façon le problème, une seule centrale suffit pour conduire à une catastrophe humanitaire. Dans ce désengagement c'est tout ou rien, et comme tout est impossible, il vaut mieux en permanence surveiller nos centrales et les déchets entreposés, et qui sait, le progrès aidant, nous pourrons maîtriser encore plus leur radioactivité. Il faudra toujours un organisme spécialisé comme Aréva et des moyens de surveillance et de décontamination. Il est évident qu'actuellement en fonction des sources énergétiques de substitution il est préférable de développer la sécurité et l'entretien de ce que nous avons. Nous ne sommes pas dans les mêmes conditions telluriques et géographiques que celles de Fukshima. Cela ne signifie pas qu'il ne fasse pas développer des énergies propres alternatives afin de compléter l'apport nucléaire surtout au niveau des régions ou l'implantation d'éoliennes est possible. Il vaut mieux développer cette voie avec le peu de moyens dont nous disposons.

    En outre, comme nous le savons Aréva à de grandes difficultés à cause de la politique de désengagement nucléaire, des licenciements sont programmés et même si, on assure qu'il n'y aura pas de licenciements secs, des ventes de filiales sont programmées, quand aux sous traitants, ils sont oubliés. L'article du Monde.fr donne l'ampleur de la catastrophe parlant de 500.000 emplois et d'une hausse de 50% de l'électricité ! Les repreneurs de filiales ne sont pas tenus à des obligations de reclassement du personnel, c'est plutôt le contraire. De plus, le savoir faire disparaît, ne construisant plus de centrales depuis plus de 30 ans, la compétence est à la retraite, c'est grave !

    Outre ce point capital,  la responsabilité de Martine Aubry est engagée dans un échec de François Hollande à la présidentielle.

    Le prochain article sera Mario Monti le sauveur de l'Italie,

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu