Avertir le modérateur

droite

  • Dans un pays à droite, FN et UMP incrédules et ses satellites UDI-Modem,

    la droite conventionnelle française explose.

    10 ans de droite, 18 mois de PS, et c'est Hollande le responsable du mécontentement général tel est résumé le langage des Français.

    Support Wikipedia Qui peut un seul instant croire que tout soit de sa faute ? François Hollande à moins de 20 % d'opinions favorables, cristallise tous les faux semblants, les erreurs, les impôts, et les mensonges permettant à la droite, de s'engouffrer dans cette révolte multiforme, étouffant ses divisions, ne voulant se rendre compte, par son langage sans perspective, qu'elle est encore plus incrédule que François Hollande. Les langages de Copé, Fillon, Maire, NKM, Bertrand......et les autres Borloo, Morin, 10 années de pouvoir, auxquels se joignent les voix du FN et du nouveau Modem, ne savent que profiter d'Hollande-bashing pour se refaire et se faire une santé. Rien, mais rien dans ce qu'ils présentent ne permet de leur donner une crédibilité. Les impôts trop lourds voila leur trait d'union, il faut taper sur les impôts socialistes oubliant qu'ils furent augmentés par Sarkozy-Fillon autant que ceux d'Hollande, mais oubliant que leur application fut reportée sur ce gouvernement ce qui les ajoutent à ceux qu'il mit en œuvre, accroissant le mécontentement à l'égard du président, oubliant que la réélection de Sarkozy aurait entraîné des augmentations de TVA plus importantes que celles qui vont être mises en œuvre. Mais comme les Français ne rentrent pas dans le détail, mécontents de la situation économique, qui avec une droite encore plus irresponsable, rejettent tout en bloc.

    La droite n'apparaît pas crédible, récoltant 74 % de français qui ne lui font pas confiance. En d'autres termes, elle est dans le même wagon que celui de l'exécutif et l'écotaxe avec les manifestations des bonnets rouges et des casseurs de biens publics dont elle est coutumière. Que l'on se rappelle l'incendie du palais du parlement de Bretagne à cause de la concurrence et de la baisse des prix du poisson, mais aussi le saccage du bureau de Dominique Voynet pour les mêmes raisons.

    Le passé de cette droite montre qu'elle n'accepte pas d'avoir perdu l'élection présidentielle, les manifestations des pigeons, et de l'équitaxe contre l'augmentation de la TVA imposée par une directive européenne, guidées par la droite, ne font que de s'ajouter au désarroi général.

    Le Copé-argumentaire, réduire les impôts et les charges, alors que les Français réclament plus de policiers, plus de justice voire plus de prisons, plus d'enseignants, de meilleurs soins, moins de chômage, de l'argent pour les aides aux entreprises en difficultés, mais rien contre la mondialisation, les supers profits des grosses entreprises, des riches, l'évasion fiscale qu'ils approuvent, la dette souveraine, comment peuvent-ils croire au Copé-argumentaire ? A cela, si vous ajoutez l'hypocrisie des satellites, le patchwork UDI et le nouveau Modem ne cherchant que des strapontins et vous obtenez une droite qui ne vaut plus rien.

    De l'autre coté un gouvernement qui eut à subir les plans sociaux de PSA, d'Arcelor Mittal, de Pétroplus, d'Alcatel Lucent, de Goodyear Amiens, et maintenant ceux de la Bretagne, la filière poulets, la filière porcine, la filière pêche, le transporteur Mory Ducros, et le Nord avec La redoute, et le Sud avec Marseille pour ce qui me vient à l'esprit, mais aussi avec 40.000 suppressions d'entreprises en 2013, et vous avez un aperçut des efforts qu'il doit faire, il faut donc de l'argent.

    On mesure ainsi le décalage entre le Copé-argumentaire et la réalité gouvernementale avec celle de notre économie.

    Hollande le responsable surement pas, mais Hollande la victime certainement. Hollande flou entre gauche et droite, certainement, ne voulant pas se dévoiler, tout comme le fit de Gaulle d'ailleurs. Ceux qui ont vécu cette période le savent bien. Les Français lui faisaient confiance, mais il pouvait se le permettre ayant un passé glorieux, François Hollande non. Non, par ce que sa politique est mal exprimée, ne voulant pas faire du Sarkozy. Il ne l'a fait pas à coups de faits divers, prenant la parole comme Sarkozy à chaque problème médiatique, une femme attaquée dans l'autobus et hop ! Il était à la télé pour fustiger le voyou. C'est d'ailleurs ce que les Français lui reprochèrent, ne pas avoir de ligne politique, après l'avoir soutenu.

    Respecter les institutions comme François Hollande essaye de faire, conduit à des couacs quant on succède à Sarkozy qui dominait tout. Cette liberté ministérielle d'expression est forcément porteuses de difficultés, les ministres sont divers et n'ont pas tous la même vision politique. Ce climat créée au sein du gouvernement un malaise qui se ressent et ne donne pas confiance.

    Les Français s'en rendent compte. Mais quand-on regarde ce qui est fait, c'est déjà énorme dans le contexte actuel. Ce manque de visibilité dû au temps, pour qu'il s'exprime, donne autant de temps à toute l'opposition, gauche de la gauche incluse, de le qualifier de bashing. Doublement victime de sa politique qui voit s'associer droite et gauche de la gauche, pour des raisons opposées.

    Une politique de droite, nous l'avons vue dix années, et une politique qui serait celle de la gauche de la gauche, je n'ose pas y penser. Dans ce contexte qui est dans le vrai, sinon lui ? Que l'on me dise si je me trompe !

    La gauche de Mélenchon prépare une manifestation le premier décembre pour exprimer que les patrons se gavent, ce qui est vrai, pour exprimer également une révolution fiscale, ce qui est commencé, sans que ce soit vu comme une révolution, mais plutôt comme une simplification permettant une meilleure clarté tout en essayant de construire une imposition plus équilibrée entre les plus aisés et les moins aisés. La CSG a le même coefficient d'imposition pour tous les Français, ce qui devrait être vu proportionnel à leurs revenus.

    Mais, sans me tromper, personne ne sera satisfait de ce qui sortira de cette réforme, qui conditionne un travail d'hercule pour qu'elle soit bien menée, ce qui, dans le contexte actuel la rend illusoire. Pour la droite c'est trop d'impôts et donc inutile, et pour la gauche de la gauche pas assez. Ceci montrera une France encore plus divisée, morcelée, qui n'a plus d'honneur, dominée par l'égoïsme.

    Les multiples manifestations de droite, en marge des politiques, mais soutenues, montrent que la contestation est passée à droite quant à celles de la gauche de la gauche, elles ne font plus recette. Les insultes du 11 novembre contre le président montrent que les partisans contre le mariage pour tous sont contestataires de la loi républicaine. Ils montrent une droite fasciste qui déteint sur son ensemble. Jean-François Copé qui se prévalait de porter le flambeau de la contestation n'est plus qu'un quelconque opposant.

    L'UMP laminée se tourne vers un radicalisme fascisant marchant dans les pas du FN pour retrouver une existence.

    On voit jusqu'à Nicolas Dupont-Aignan chef de file de Debout la république se prévalant du gaullisme rejoindre l'idéologie du FN. Marion Maréchal-Le Pen députée du FN assura, le 22 novembre, dans l'émission «Décideurs politiques du JDD», que Nicolas Dupont-Aignan avait «toute sa place» dans son mouvement, un appel du pied qui en dit long.

    La droite conventionnelle explosée ne sait plus ou elle est.

    c4nlogo

  • République solidaire est lancée,

    Dominique de Villepin l'a fait !

    113167-55926_28692.1277137903.jpg

    Document Le Point.fr du 19/06/10

    Voir aussi, Villepin ça y est c'est parti par A.Mirolo.

    Il l'avait annoncé, lui qui hésitait à se lancer dans l'arène politique, il l'a fait !

    République solidaire a vu le jour le 19 juin 2010 devant plus de 3.000 militants à la halle Fressynet dans le XIIIème à Paris à 16 h 30 l'ancien premier ministre acclamé comme il se doit en de pareilles circonstances, a prononcé le discours fondateur de son mouvement qui n'est pas encore un parti, puisqu'il est dans le parti de l'UMP, subtil non ? N'étant pas le leader de ce parti, la solution était la création d'un courant, «république solidaire», au sein de l'UMP, avec tous les mécontents, voulant renverser Sarkozy son ennemi juré, même s'il s'en défend. C'est donc sous la présidence de l'ex-ministre chiracienne Brigitte Girardin et devant 300 journalistes et 15 chaînes étrangères de télévision accréditées, et avec ses enfants qu'il a déclaré,

    «Nous voulons vivre ensemble. Nous voulons incarner une certaine idée de la France». «Une autre voie est possible grâce à vous. Que tous ceux qui dans notre pays se laissent gagner par le fatalisme (...) puissent se laisser convaincre que quelque chose de nouveau se lève à nouveau en France, quelque chose qui ne cessera au fil des mois de grandir», a poursuivi Dominique de Villepin dans un discours à la forte tonalité gaulienne, multipliant les références historiques, Le Parisien.fr. Il est tout de même curieux que cette droite ne cesse de se référencer à de Gaulle, décédé depuis longtemps, quand cela lui convient, alors que sa politique, mensongère, populiste, et qui de jours en jours nous annonce de nouvelles restrictions, serait condamnée par le général.

    Lancement de république solidaire


    Que vaut ce mouvement encore trop tôt pour le dire, une chose apparaît certaine, son potentiel en voix est incontestablement à droite probablement avec les artisans et commerçants déçus du sarkozysme et ayant peu d'espoirs avec le Front national. Les cadres supérieurs, les professions libérales et les retraités doivent constituer la base de son électorat. Il fait un peu double emploi avec François Bayrou auquel il prendra des voix avec ceux franchement à droite et s'étant détournés de la politique de Sarkozy.

    D'après le Monde.fr , Villepin attirerait 10 % des électeurs de François Bayrou, 8 % de ceux qui ont voté pour M. Sarkozy, mais seulement 4 % de ceux qui se sont prononcés pour Ségolène Royal et 3 % de ceux qui ont soutenu Jean-Marie Le Pen. Cette division à droite est du pain bénit pour la gauche elle rappelle l'élection de François Mitterrand contre Giscard d'Estaing en 1981. Rappelons-nous François Mitterrand est passé de justesse avec 51,76 % des suffrages exprimés, et cela a été la conséquence de la division de la droite, ou le RPR de l'époque, avait appelé à voter Mitterrand. Le même scénario pourrait se présenter en 2012, ce serait de ce point de vue une chance historique pour la gauche. Selon un dernier sondage à la suite de la déclaration de son mouvement Dominique de Villepin recueillerait 7 à 8 % d'intentions de votes en 2012, publié dans les Échos .fr.

    Dominique de Villepin c'est l'hommee du CPE ce qui est loin d'avoir été une action glorieuse, voir Présidentielles 2012 suite 5, par A.Mirolo.

    Ce que l'on peut penser, c'est que ce mouvement fasse cause commune avec celui de François Bayrou, qui pourrait, si cela venait à être le cas, une menace pour la gauche de ne pas être au premier tour de la présidentielle 2012. Dominique de Villepin est donc une arme à double tranchant contre Sarkozy, s'il reste seul, ou à la fois une menace contre Sarkozy mais aussi contre la gauche dans le cas d'alliance avec le centre droit. Le problème est son financement est crucial, actuellement il est assuré par des dons, il ne peut recevoir des donations de l'État, il lui faudrait être un parti ce qu'il n'est pas encore, mais en plus avoir une représentation à l'Assemblée nationale, ce qui n'est pas pour demain. Il ne peut donc honnêtement être un grand parti sans une alliance. Nous devrions de ce fait assister à un grand chambardement politique dans ces deux années avant 2012, le rejet de Sarkozy est certain, en outre, le Nouveau Centre d'Hervé Morin se sent des ailles, il ne veut plus être sous la domination de l'UMP, et rien ne s'opposerait à un regroupement de tous les centristes sous la houlette de Dominique de Villepin ce qui constituerait une nouvelle UDF élargie.


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu