Avertir le modérateur

dimanche

  • Travailler le dimanche.

    Pourquoi pas ?

    Pour un chrétien pratiquant travailler le jour du Seigneur est un péché. C'est un jour de fête ou la famille se réunit pour la messe ou l'on met ses beaux habits, c'est le jour ou la maitresse de maison fait un bon repas qui se prolonge en discutions par une promenade, enfin c'est ce que j'ai connu, il y avait mes tantes, mes oncles, mes cousins et on écoutait les hommes ce qu'ils se disaient, on n'était pas riches.

    Cette coutume qui réunissait la famille avait son charme et n'était pas rétrograde, elle était le fondement même d'une la famille, et au fil des ans elle a disparue pour beaucoup, on ne se réunit plus, on ne se parle plus, on ne se voit plus, la famille n'est plus rien.

    Est-ce un bien, je ne le crois pas, pas pour moi par ce que nous ne sommes pas des bêtes et encore elles se reposent alors que nous, nous en sommes à nous poser la question de légiférer sur la pratique du travail le dimanche !

    Pour d'autres, c'est aussi un jour de repos, un besoin de souffler, arranger son intérieur, faire ses courses, son ménage, la semaine a été dure, stressante, il faut faire le point, réfléchir et avec son épouse et ses enfants si l'on a un peu de temps on en profite pour sortir, faire les magasins voir ce que l'on pourrait acheter, prendre une boisson à la terrasse d'un café, se détendre, voir du monde.

    Pour d'autres c'est la nécessité de travailler plus pour de l'argent, et c'est vrai que pour faire face à un besoin c'est un moyen d'en gagner, mais il faut que ce soit exceptionnel, or j'ai bien peur que, eu égard à l'évolution de notre société qui n'a plus de repères, le travail le dimanche devienne le travail d'un jour de semaine avec un jour de repos à la décision de votre employeur.

    Alors, travailler le dimanche pourquoi pas mais à quelles conditions ?

    Pour Xavier Bertrand, «pourquoi empêcher celui qui le veut de travailler le dimanche ? Le travail dominical, c'est un jour de croissance en plus, c'est du pouvoir d'achat en plus », oui mais on détruit la vie. Nicolas Sarkozy ne cache pas son enthousiasme face à cette réforme qui rencontre pourtant bon nombre de résistances. Il n'y voit que le coté matérialiste le «travailler plus pour gagner plus» pour ne pas augmenter les salaires, la ruine de la société. Selon le rapport Attali, travailler le dimanche devrait être proposé en priorité aux petits commerces des centres-villes, avant de bénéficier aux grandes surfaces. Nombreux sont les acteurs qui souhaitent, par ce biais, s'adapter à la nouvelle conjoncture économique.

    Sans entrer dans le droit législatif, le principe de l'interdiction du travail le dimanche remonte à une loi de 1906, la première à réduire le temps de travail. Toutefois, cette interdiction n'est pas absolue. Pas moins de 180 dérogations en limitent la portée. Or il semble que ce sera au cas par cas sur autorisation du préfet ou du maire, ce qui laisse supposer des influences pour l'ouverture de certains commerces sources de problèmes en perspective. Des dérogations seront accordées aux zones d'activité touristique comme les Champs-Elysées s'il est démontré que les ventes facilitent l'accueil des touristes, ses activités de détente ou de loisirs d'ordre sportif, récréatif ou culturel.
    N'importe quel magasin de vente au détail peut donc solliciter une dérogation auprès du préfet. À Paris, la boutique Vuitton, contrairement à Virgin, peut ouvrir ses portes. Aussi, pour éviter les distorsions de concurrence avec les magasins se trouvant en dehors de la zone touristique, la proposition de loi prévoit de créer dans les grandes villes (Île-de-France, Marseille) des «zones d'attractivité commerciale exceptionnelle» où le travail serait autorisé le dimanche sur décision préfectorale, cliquez ici.

    Ce que prévoit la proposition de loi,

    Les salariés concernés : il ne s'agit pas de généraliser le travail le dimanche, mais de le réserver aux commerces de biens et de services se situant dans les unités urbaines (Paris, Lyon, Marseille, Lille) et à l'intérieur de «zones d'attractivité commerciale exceptionnelle» qui devront être définies.

    Les commerces concernés : quel que soit le secteur d'activité, les magasins situés dans la zone couverte (spas, vendeurs de voitures, maroquinerie...) auront le droit d'ouvrir.

    Le libre-choix du salarié : le texte prévoit un "droit de refus" du salarié.

    Les compensations : repos hebdomadaire un autre jour que le dimanche.

    La rémunération : au moins égale au double de la rémunération habituelle.

    Ce que je ne vois pas ce sont les sanctions prévues contre l'employeur qui sous forme de chantages contraindrait son salarié au travail le dimanche. Il est très aisé pour lui compte tenu de la précarité de la situation d'obliger ses salariés au travail le dimanche sous le prétexte que ce jour est celui ou il peut faire un bon chiffre d'affaire, et ceux, parmi ses salariés, qui ne le voudraient pas seraient de facto mis au placard. J'y vois une grave dérive dont le résultat risque d'être plus mauvais que le bienfait souhaité par cette mesure pour les salariés, il serait étonnant que ce puisse être différent. Et puis on ne comprend pas bien eu égard au chômage

    Bons nombre de députés de la majorité sont contre, une soixantaine des anti voteront contre. Les 60 députés UMP rebelles assurent que le travail dominical détruira plus d’emplois qu’il n’en créera. Et de citer des études (sans en donner les références) qui affirment «qu’un emploi créé dans la grande distribution en détruit trois dans le commerce de détail», ou qu’un emploi créé le dimanche «supprimera trois emplois de la semaine»
    Le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) concluait qu’une ouverture des commerces non-alimentaires induirait quelque 37 000 créations d’emploi. Mais aussi la destruction des 22 000 emplois dans les commerces non concernés.

    La majorité des Français sont contre le travail le dimanche.

    Selon un sondage Ipsos pour la CFTC et « Famille Chrétienne/RCF/Radio Notre Dame », 63,9% des Français ne sont pas d’accord pour travailler régulièrement le dimanche. Notre site lesinfos.com organisait aussi un sondage sur ce thème. Il en ressort que 65% de nos lecteurs sont contre le travail dominical, cliquez ici .

     

    le-travail-le-dimanche.1228328501.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu