Avertir le modérateur

classes

  • La lutte des classes

    La hache de guerre va être déterrée.

    L'intervention du Sénateur UMP Philippe Marini, rapporteur général de la commission des finances du Sénat, pour un amendement au projet du budget 2009, qui serait examiné aujoud'hui, concernant les pertes en bourses qui pourraient être déductibles du revenu imposable n'a pas soulevé dans les médias de réactions virulentes, outre celle d'un député socialiste hier sur la 2, et ce matin de Benoit Hamon porte parole du PS.

    Il propose aux particuliers qui ont subi des pertes boursières en 2008, qu'ils puissent les déduire de leurs impôts en 2009 sous les conditions que les opérations de cession d'actions soient d'un montant de moins de 25.000 € intervenues du premier janvier au premier décembre 2008 dans une limite de 10.700 €. De plus, au delà de 10.700 € les sommes perdues pourraient être reportées sur les dix dernières années suivantes. Cela pourrait concerner 6,7 millions de petits porteurs d'après Ouest France ce matin actuDet_-Bourse-pertes-deduites-de-l-impot-_39382-765705_actu.Htm.

    D'après le Figaro.fr 05003-20081208ARTFIG00267-bourse-les-pertes-pourraient-etre-deduites-.php, cet amendement aurait été concocté en collaboration avec les services fiscaux de Bercy et en concertation avec le ministère. C'est bien pensé, pour ces Français qui jouent en bourse, mais pour les autres qui ne jouent pas, que propose-t-il pour qu'ils puissent vivre mieux, rien. Ce qui est extraordinaire c'est que Bercy ne trouve rien à y redire eu égard à la situation de pauvreté actuelle des Français, qui bien plus que ceux qui jouent en bourse sont malheureux, et subissent aussi de plein fouet le crash boursier mondial, et qui auront à rembourser la dette.

    Le jeu boursier comporte des risques c'est pour cela que c'est un jeu, on peut y gagner beaucoup et y perdre aussi beaucoup, mais delà à envisager de rembourser les pertes c'est du jamais vu. Il faut un certain courage, je dirais même du culot et se moquer des Français pour oser présenter ce projet, c'est le retour a une lutte des classes sans merci provoquée par cette droite qui met notre pays dans une misère absolue.

    Combien pourrait coûter une telle mesure, aucun chiffre n'est annoncé, mais on peut l'imaginer, bien que tous les petits porteurs n'ont pas vendu et qui attendent que le CAC 40 remonte, il a perdu 40 % de sa valeur. Si l'on considère que seulement le quart d'entre eux soit, 1,675 millions ont vendus et que la moyenne des pertes serait de l'ordre de 5.000 €, cela fait quand même 8, 375 milliards d'euros, une bricole, quand on a des difficultés pour financer le RSA, sans commentaires.

    Une telle politique ne peut que conduire à des révoltes, c'est de l'inconscience pure, c'est mettre les gens dans la rue, les évènements en Grèce actuellement le démontre bien qu'ils se rapportent à des bavures policières mais ils traduisent un raz le bol général, les gens en ont assez de payer pour les autres, cela commence à faire beaucoup.

    La majorité n'est pas toute unie derrière cet amendement, Patrick Devedjian serait contre ainsi que le Medef ce matin aux infos, a suivre...

    Finalement Philippe Marini retire son amendement, lors du débat budgétaire au Sénat, amendement qui avait rencontré une réprobation quasi unanime. Le texte a suscité ce week-end et lundi un tir de barrage dans le propre camp du sénateur, avec un coup de grâce lundi du Premier ministre François Fillon et la contestation de la gauche, une bonne chose.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu