Avertir le modérateur

clans

  • La politique des cas,

    à la politique des clans,

    une nouvelle gouvernance ?

    L'enseignement dans les écoles de commerce fait souvent référence à des cas, dans la mesure où ils se rapportent à des exemples réels bien plus qu'à une théorie générale pour l'approche d'une action de marketing, de même, dans l'étude des problèmes scientifiques les résolutions de cas permettent de bien comprendre et d'assimiler les développements mathématiques, en d'autres termes, les cas sont les exemples concrets d'applications qui sont le complément indispensable de la théorie.

    Dans le domaine politique depuis quelques temps les cas de délinquance de jeunes mineurs de 12 ans et d'autres, de récidivismes de criminels pédophiles libérés et d'autres, de modifications de lois pour satisfaire soit disant un abus, le cas de Bernard Tapie en est un exemple pour le plafonnement d‘indemnités de préjudice moral, le cas de Guy Môquet ce jeune résistant fusillé par les Nazis dont sa lettre à ses parents écrite le veille de sa mort qui fut commentée en classe aux jeunes enfants, si ces cas, et bien d'autres, montrent un visage de notre société, faut-il pour autant légiférer pour qu'ils conduisent à des lois applicables à tous ? C'est ce qu'on appelle vulgairement du populisme qui est le contraire d'une politique réfléchie. Actuellement l'affaire Vittorio de Filippis suscitée par l'interpellation, vendredi, du journaliste de Libération, le chef de l'Etat annonce qu'il va lancer une mission. Elle sera chargée de « travailler à la définition d'une procédure pénale modernisée et plus respectueuse des droits et de la dignité des personnes ». Or selon le bâtonnier Christian Charrière-Bournazel la juge aurait du être suspendue à l'initiative de la justice, et à celle du Conseil supérieur de la magistrature, cet exemple montre que si une personne nantie d'un pouvoir commet un acte non adapté avec l'importance du délit, on va modifier une loi sur la diffamation.

    D'apres les informations fournies par «Le Point.fr», cliquez ici,

    Monsieur Vittorio de Filippis n'aurait pas eu un comportement correct, et les policiers démentent l'avoir insulté. Il n'y a donc pas lieu de modifier la loi.

    Certes ces cas méritent d'être cités comme faits divers dans la presse et les médias télévisuels, celui de Guy Môquet en tant qu'exemple d'une valeur morale, l'affaire Filippis une dérive de pouvoir de la justice, mais de là à faire une loi spécifique à chacun des cas me parait une erreur, d'autant plus qu'il faut qu'elle soit applicable et appliquée. Dans le cas de la délinquance de jeunes enfants de 12 ans, il convient d'être très prudent, la sanction risque d'être plus néfaste que le bien que l'on souhaite obtenir. Peut-on juguler cette délinquance juvénile qui dépend de nombreux facteurs, facteurs de bandes, facteur de société, facteur parental, chacun de ces aspects mérite réflexion sachant que pour ce problème il n'existe pas de solution satisfaisante dans le monde. Il faut bien penser que si l'on condamne les enfants on condamne aussi les parents qui sont en premier lieu responsables de leurs enfants, à 12 ans pour un garçon ce n'est pas un âge de maturité.

    De la politique des cas à celle des clans, c'est ce que chaque jour nous constatons, le clan Sarkozy avec ses amis, celui des riches, le clan des banques qui ont spéculé et que l'on aide de milliards sous le prétexte qu'il faut soutenir les entreprises par des prêts et cela avec notre argent.

    Qu'importe la dette si elle dépasse les trois pour cent du PIB,

    les Français rembourseront, comment peut-il en être autrement ? En d'autres termes ce qui est bon pour ces spéculateurs est bon pour la société comme si ces clans n'avaient d'autres soucis dans, ce marasme économique, que de penser à autre chose qu'à leur situation. Il est bien connu que l'égoïsme est, chez nous, omniprésent. Cette situation loin d'être celle de la période de l'occupation Allemande pendant la seconde guerre n'en est pas moins, par certains cotés, comparable quand à l'égoïsme que l'on constatait, le chacun pour soi.

    La réforme de l'audiovisuel introduite le 08 janvier par Sarkozy au cours d'une conférence de presse en est une autre expression, comment peut-on croire que cette réforme n'à pas pour origine le lobbying de TF1 et M6 et d'Alain Minc à Sarkozy. De plus non content de faire le jeu de ces chaînes, le président de France télévision sera nommé par l'exécutif, après avis conforme du CSA sous réserve qu'une majorité de parlementaires n'y fasse obstacle, comme tous appartiennent au même clan majoritaire, la télévision sera franchement à droite, comment peut-il en être autrement, que devient la démocratie de l'information ? Cette réforme porte atteinte aux valeurs républicaines qui sont le ciment de notre démocratie. Le comble, c'est que nous allons payer par le biais de deux taxes sur les chaînes privées et des opérateurs télécoms et depuis le 26 novembre les propriétaires d'ordinateur récents seraient soumis à la redevance de 116 € pour dégager de nouvelles ressources. Cela n'empêche pas le groupe Bouygues en pleine crise actuelle de réaliser son objectif annuel sur 2008 un chiffre d'affaire de 32,5 milliards d'euros donnant un bénéfice net en progression de 7 % sur 9 mois mais avec une baisse au troisième trimestre.

    En France il y a des clans partout, nous sommes un pays de clans, celui des grandes écoles, des notaires, de la magistrature, de la presse et des médias journalistiques, celui de l'ordre des médecins, des notables en définitive, même celui des chauffeurs de taxis, et chacun défend son pré-carré par égoïsme, la politique est donc le reflet de ces clans.

    Celui des journalistes est très puissant par son influence sur l'opinion, et de plus, il est fermé. Par exemple, je lis des articles sur tous les sujets dans de nombreux supports, et pour certains le nombre de lecteurs est indiqué, or, en une journée plus de 14.000 lecteurs sont affichés pour un article qui ne vaut pas et de loin, certains écrits parus dans des blogs, et qui n'ont pas la vedette de la une dans le quotidien qui les publie. Un esprit de conservatisme de l'information par exemple.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu