Avertir le modérateur

chypre

  • Qu'est-ce qui se passe à Chypre,

    que l'on veuille imposer les dépôts des épargnants ?

    Mais cela c'était le 18 mars, le 19 mars c'est différent l'Eurogroupe dit désormais que Nicosie pourrait abaisser, voire supprimer la taxe sur les petits épargnants. La réflexion de ses membres, après avoir semé la tempête, est à donner en exemple.

    Les conditions du plan d'aide risquent de fragiliser non seulement les banques cypriotes mais aussi celles de la zone euro, document Le Monde.fr

    Support Wikipedia Cela fait plusieurs mois que l'on parle de la nécessité d'aider le plus petit pays de la zone euro par la mise en place d'un plan de sauvetage pour restructurer son système bancaire. Comme nous le savons tous, toute aide a pour conséquences des réformes pour remettre le pays dans une gestion saine. Dans une association il y a un cahier des charges que chaque membre doit respecter. Les dérives budgétaires des pays du Sud dont, nous-mêmes, doivent donc être corrigées. Dans le cas de Chypre, ce qui est surprenant c'est l'instauration d'une taxe sur tous les dépôts, outre qu'elle remette en cause la confiance des particuliers envers les banques, elle installe une injustice envers les petits épargnants. L'instauration d'un impôt aurait été plus équitable.

    Le feuilleton,

    le lundi 18 mars le bruit que les dépôts bancaires de ce paradis fiscal, et de blanchiment d'argent sale, seraient imposés par une taxe de 6,75 % pour des dépôts inférieurs à 100.000 € à une taxation à 9.9 % au dessus, par les bailleurs de fonds de Chypre UE, et FMI en contre partie d'un plan d'aide de 10 milliards d'euros pour renflouer ses banques plombées par la dette grecque, une somme bien inférieure aux 17 milliards d'aide, fit l'effet d'une bombe. De plus Chypre n'a pas convaincu de sa lutte contre le blanchiment d'argent.

    Cette mesure fut censée rapporter 5,8 milliards d'euros. Elle déclencha une panique sur les places financières, Milan affichait la plus forte baisse à – 2,22 %, suivie par Madrid, – 2,10 %, Paris,– 1,40 %, Francfort,– 1,12 %, et Londres,– 0,96 %. De leur côté, les Bourses asiatiques avaient déjà donné le ton un peu plus tôt, Tokyo finissant sur une forte baisse de 2,71 % et Hongkong perdant 2 %. Quant à l'euro, il était aussi affecté s'affichant à environ 1,29 dollar contre 1,307 dollar vendredi soir.

    Moralité, il ne faut rien demander à l'Eurogroupe, ce n'est qu'un banquier !

    Jamais dans l'histoire des crises financières l'idée d'imposer les dépôts des épargnants n'est venue dans l'esprit de quiconque. Et pire que tout, les distributeurs de billets furent fermés le lundi étant un jour férié, empêchant tout retrait d'argent. Depuis, cette panique fit réfléchir à une nouvelle taxation, et une information de la banque centrale cypriote annonça qu'ils resteront fermés jusqu'à jeudi, prolongeant ainsi l'impossibilité de retraits d'argent. Cela posa des difficultés pour ceux qui en n'ont besoin immédiatement, mais qu'importe, l'argent est resté dans les caisses des banques. L'ouverture jeudi 20 mars au matin risque de conduire à la catastrophe si les épargnants se jettent sur les distributeurs de billets pour y retirer de l'argent s'ils sont préservés de ce prélèvement par la décision finale du parlement, la confiance n'y étant plus.

    Le parlement devait se réunir dimanche en urgence pour entamer le processus de discussion du plan d'aide de 10 milliards d'euros que le gouvernement avait négocié avec l'UE et le FMI.

    Finalement, la souplesse donnée par l'Eurogroupe, le report du délai d'ouverture donna plus de temps aux négociations pour l'étude d'une nouvelle taxation des dépôts moins sévère pour les petits épargnants. «Avec la banque centrale, nous discutons d'une reconfiguration des taux d'imposition pour rapprocher de zéro ceux des comptes en dessous de 100 000 euros», en augmentant parallèlement le taux sur les plus grosses fortunes, précisa Micalis Sarris le gouverneur de la banque centrale.

    Trois partis représentés au parlement ont manifesté leur hostilité à ce projet. Le parti communiste Akel, qui dispose de 19 sièges, avait rejeté les contreparties exigées par Bruxelles en contrepartie de l'aide lorsqu'il était au pouvoir, jusqu'à l'élection de Nicos Anastasiades en février. Même les partenaires du président dans la coalition gouvernementale ont émis de fortes réserves. Le dirigeant du Diko de centre droit, Marios Garoyian, a indiqué avoir évoqué avec le président la recherche de «solutions alternatives», tandis que certains des neuf députés du parti ont fait part de leurs désaccord.

    Pierre Moscovici ministre de l'économie s'est également montré favorable à une protection des petits épargnants. «Si Chypre choisissait, tout en respectant l'enveloppe globale de sa contribution au plan, une répartition différente pour mieux protéger les petits dépôts, il faut l'écouter et à mon sens l'entendre», a-t-il fait savoir.

    Jörg Asmussen, membre Allemand du directoire de la Banque centrale européenne, précisa qu'il n'était pas contre des amendements au plan d'aide, tant que son financement restait assuré, soulignant qu'il s'agit du «programme d'ajustement du gouvernement chypriote, pas celui de la troïka ou d'un autre gouvernement».

    Évidemment, il faut éviter que les chypriotes retirent leur argent ce qui provoquerait la banqueroute des banques en prenant exemple sur les banques espagnoles qui ont vu plusieurs centaines de milliards d'euros partir sous des cieux plus sûrs et rentables. Décidément, l'UE, et le FMI ont franchit une étape pour que les banques chypriotes spéculatives récupèrent leurs déficits. La confiance du public dans les banques qui est la condition première de leur existence pour y placer leurs économies vole donc en éclats !

    C'est une extorsion de fonds, un abus de position dominante tout à fait illégale et passible de sanctions pénales devant la Cour de justice européenne dans une gouvernance libérale.

    La banque Française BNP Paribas implantée dans le pays peut être soumise à la fuite de capitaux ce qui entrainerait des moins-values. Le risque vient de la clientèle non résidente, car sur les 70 milliards d'euros déposés dans les banques chypriotes, la moitié de cet encours leur appartiendrait. Et le risque, est de voir cette clientèle partir pour un autre paradis fiscal, ce qui dégonflerait sensiblement le fonds de commerce des banques installées à Chypre. Par voie de conséquence, des moins-values deviennent envisageables.

    Un coup dur pour BNP Paribas qui vient de réorganiser son dispositif dans l'Île, BNP Paribas Chypre Limited ayant pris le relais de BNPI Chypre qui était présente à Limassol depuis 1985. Les cours de BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole reculent de près de 5% sur la nouvelle. Celui du CIC, qui n'a pas de présence à Chypre, abandonne 1,5%, soit davantage que l'indice CAC 40, signe de l'absence de sélectivité dans la baisse, L'express.fr.

    En dehors de Chypre, cette décision risque de faire domino par contagion si elle venait à être appliquée aux autres banques dans la zone euro. Les banques Allemande et Françaises ne devraient pas être touchées, mais les Italiennes et Espagnoles sont sous pression.

    Chypre était prospère, le secteur bancaire assurait sa croissance, il est l'activité principale de l'Île. L'importance des actifs du secteur représentaient pas moins de huit fois son PIB. Impossible d'échapper à la crise financière de 2008 qui a frappé de plein fouet, lui faisant subir le même sort que ceux des États-Unis et de l'Islande et de l'Irlande.

    La crise bancaire et financière de l'automne 2008 est la seconde phase de la crise financière de 2007-2010, après la crise des subprimes de l'été 20071. Cette seconde phase, marquée par un accroissement de la crise de liquidité et de la crise de confiance et d'un renchérissement supplémentaire du crédit par une augmentation du taux interbancaire, toucha tous les pays du monde. Elle fut rapidement répercutée sur les marchés boursiers par une chute des cours, certains parlent du «krach de l'automne 2008», tandis que le resserrement du crédit pour les entreprises et les ménages pesa sur l'activité économique mondiale.

    Cette seconde phase fut fortement marquée par une crise bancaire qui commença durant la semaine du 14 septembre 2008 lorsque plusieurs établissements financiers américains entrèrent en cessation de paiement, et furent, soit sauvés in extremis par la Réserve fédérale américaine, Fed, comme la compagnie d'assurance AIG, soit rachetés par des concurrents en meilleure situation, soit mit en liquidation, comme Lehman Brothers.

    Du fait des liens étroits entre les banques chypriotes et la crise grecque, mais aussi et surtout par la «haircut», (un pourcentage qui est soustrait de la valeur de marché d'un actif et qui est utilisé comme garantie), décote infligée aux titres grecs pour ramener l'endettement à un niveau soutenable. Chypre, gros détenteur d'obligations grecques, a perdu pas loin de 4,5 milliards dans l'opération.

    Mardi 19 mars, le gouverneur de la centrale chypriote annonça que le projet de loi ne permettra pas de lever les 5,8 milliards exigés par le plan d'aide. Panicos Demetriades estima qu'exonérer les dépôts de moins de 20.000 euros, comme le prévoit ce projet de loi qui sera examiné en fin de journée mardi, ne suffira pas. «Si nous garantissons 5,5 milliards d'euros, cela sera considéré comme une rupture de l'accord et celui-ci ne sera probablement pas accepté», a-t-il dit.

    Mardi soir 19 mars le parlement chypriote envisagea d'exonérer de taxes des dépôts bancaires inférieurs à 20.000 euros, maintenant à 6,75 % la taxation des dépôts compris entre 20. 000 et 100. 000 euros et à 9,9 % les épargnes supérieures. Mais devant le refus unanime des parlementaires, trente-six députés ont voté contre, 19 se sont abstenus, tous du parti Disy, du président conservateur Nicos Anastasiades. Le plan n'a obtenu aucun vote positif.

    L'annonce du rejet fut accueillie par une énorme explosion de joie devant le Parlement où des milliers de manifestants se sont réunis pour dire «non» au texte. «Chypre appartient à son peuple, un peuple uni ne sera jamais vaincu», scandait la foule. Une sortie de Chypre de la zone euro se profile.

    Les Russes ne sont pas contents, ils risquent d'être durement touchés par cette taxe, un rapport des services secrets Allemands révéla que l'argent russe est estimé à entre 15 et 20 milliards d'euros, jusqu'à 30 milliards par l'agence Moody's. Les Russes ont dénoncés injuste et dangereuse cette taxe dont le coût pourrait représenter plusieurs milliards d'euros pour les fortunes placées dans l'Île. Le ministre des finances Anton Silouanov, a regretté une décision prise selon lui sans concertation et menacé de revenir sur sa proposition d'assouplir les conditions du crédit de 2,5 milliards de dollars sur cinq ans accordé à Nicosie en 2011. Cet argent serait dû à la corruption endémique liée au blanchiment d'argent des Russes installés sur l'Île. Quelques 40.000 à 50.000 Russes sont résidents à Limassol surnommé «Limassolgrad», Marianne.fr. L'Île de Chypre est une porte d'entrée vers l'Europe pour les fortunes étrangères du fait de son appartenance à l'UE.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu