Avertir le modérateur

1er mai 2015

  • Le 1er mai 2015 confirme la décadence du syndicalisme français.

    De fête du travail il est devenu jour d'oppositions syndicales et d'affrontements politiques.

    premier-mai-fete-travailleurs

    La révolte de Haymarket Square (Chicago le 4 mai 1886) document hérédote net.

    Doit-on s'en réjouir surement pas alors que le syndicalisme devrait être la voie de tout salarié pour la défense de ses droits. Et cela d'autant plus dans cette période ou est remis en cause le Code du travail. Quand on assiste aux supers profits des dirigeants d'entreprise et cela même lorsque leur gestion ne fut pas à la hauteur de leur poste, on ne peut que regretter que la puissance des salariés ne puisse agir pour combattre cette dérive. La situation de l'emploi n'est pas due à la seule conjoncture mais également à celle entretenue des entreprises, je ne parle pas des petites qui subissent, comme leurs salariés la crise, mais des donneuses d'ordre. Le chômage n'est pas un mal pour ces supers dirigeants bien au contraire. Or, au lieu de réagir par un syndicalisme fort, comme en Allemagne, on fait le contraire. La faute à qui, à tous, mais principalement aux syndicats qui, par leur division, leur obédience politique n'ont pas su montrer leur valeur à s'unir et à rassembler les salariés.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu