Avertir le modérateur

11092001

  • Le 11 septembre 2001,

    acte terroriste ou complot ?

    La controverse.

    Le 11 septembre 2001 vers 14 h 45 heure de Paris, le décalage horaire avec New-York étant de 6 heures, les chaines de télévision annonçaient une information qui allait bouleverser le monde pour plusieurs années, qui ne cesse d'ailleurs de le perturber, l'attaque par deux avions, probablement des Boeing 767 d'Américain Airlines, des deux Tours jumelles du World Trade Center symboles de la puissance commerciale Américaine. La vidéo suivante de FR3 diffusée peu après les deux crashs montre à tout jamais au monde cette catastrophe qui provoqua une frayeur générale devant l'importance du symbole représenté par ces Tours en flammes. L'Amérique venait pour la première fois d'être frappée en plein cœur par une action de guerre dont l'onde de choc s'étend encore.

    VTC 11 Septembre 2001-reportage FR3


     

    Ce jour là j'étais en trek sur le Grand Tour du Lubéron, inoubliable par la beauté des paysages, et nous venions de faire l'étape du gîte communal de Céreste pour Rustrel au gîte du château. Après avoir pris possession de notre chambre et après notre douche, nous sommes allés prendre une mousse. Et là, au café en regardant télévision, nous avons vu l'impact de ces deux avions sur ces Tours, scotché par l'émotion, j'ai déclaré à mes compagnons, c'est une déclaration de guerre. Depuis ce jour le monde n'a plus été comme avant. L'Amérique a certes pensé cette plaie, fait le deuil de ses victimes en enterrant ses morts, et glorifié ses valeureux hommes du feu qui ont, au mépris de leur vie, sauvé autant que faire se peut les victimes de cette catastrophe, fait de beaux discours sur les chers disparus, sur la reconstruction de ces Tours, et sur sa vengeance aux auteurs de cet attentat ? Il était évident pour tous que c'était un attentat et l'accusation, a porté trop rapidement selon certains, sur le réseau terroriste de Ben Laden sans apporter le moindre élément de preuve.

    Les États-Unis avaient ce motif imparable de vengeance et sont donc allés combattre ce terrorisme au Moyen-Orient. Ce fut l'Irak qui fût la première victime sous le prétexte que ce pays possédait l'arme nucléaire, qui ne fut jamais trouvée, et qu'il était supposé que Saddam Hussein était impliqué dans ces attentats, en affirmant que des liens existaient entre lui et Oussama Ben Laden. Il fallait bien finir d'une part, ce que Georges Bush père n'avait pas fait, et d'autre part, monter au monde sa détermination de châtier le terrorisme, le contraire aurait été une lâcheté. Il a été prouvé par la suite que Saddam Hussein n'avait rien à voir avec ces attentats. On ne voit pas d'ailleurs comment sa politique pouvait être accusée de terrorisme international mis à part les crimes dont il est responsable envers les Kurdes et les différentes ethnies de son pays ! Ce fût ensuite l'Afghanistan qui serait le foyer du terrorisme par excellence avec des bases au Pakistan ou Al-Qaeda serait implanté, alors que les Talibans n'en n'ont que faire de ce terrorisme, ils veulent être maître chez-eux. Nos soldats sont donc maintenant engluées dans la nasse de ces montagnes depuis sept années, et ils ne voient pas venir une sortie honorable instaurée par un régime démocratique approuvé par tous tant la corruption fait partie intégrante du fonctionnement de ce pays, et dont le commerce de l'opium est sa principale source de revenu.

    Mais depuis ce 11 septembre 2001, après cette période de deuil, des interrogations se sont fait jour sur ces crashs tant qu'il est de plus en plus évident que rien n'apparaît clair aux analystes. Il faut bien noter que le mobile n'est pas clairement prouvé et qui de plus, attentat s'il y a, n'a pas été revendiqué par une quelconque organisation terroriste sérieuse ce qui ouvre la porte à toutes les suppositions. Annoncer comme cela a été fait que c'est d'abord un complot reconnu par le FDLP, Front Démocratique de Libération de la Palestine, groupe inféodé à la Syrie dont le quartier général etait en Syrie et dont le leader qui avait succédé à Gorges Abbach il y a quelques temps et qui a été tué par les services Israéliens ne tenait pas, hypothèse bien vite abandonnée au profit de Al-Qaeda fondée en 1989 sous la direction de Ben Laden et son réseau qui auraient détourné ces avions, et qui avaient juré de frapper les Américains au cœur même de leur puissance, serait la thèse officielle soutenue par l'administration Bush, bien que cette thèse ait été trop rapidement, aux yeux de certains, acquise sans une enquête sérieuse et sans preuves formelles. Dans cette hypothèse, quel serait le mobile de ces terroristes ? Faire mal, prouver que l'Amérique si protégée peut aussi être atteinte serait une satisfaction justifiant un tel acte en montrant au monde qu'elle n'est pas invulnérable. Si attentat il y a, comme tous les attentats, le but est de faire mal sous le prétexte qu'un groupe d'individus s'octroient le droit de tuer pour montrer au monde sa vengeance à une politique qu'ils désapprouvent. Détruire l'Amérique surement pas, mais lui faire payer son soutien inconditionnel à Israël peut être, et on voit bien que les années Bush n'ont pas changé sa politique à la suite de ce crash, elle s'est même durcie devenant injuste envers les Palestiniens, et beaucoup de victimes innocentes sont mortes. Dans cette hypothèse, cette catastrophe n'a servit à rien. Mais elle a permit de renforcer la sécurité des nations contre le terrorisme et l'on doit reconnaître que depuis, il est moins virulent.

    Voici ce que Georges Bush déclarait après cette catastrophe:


     

    Les témoignages entre octobre 2001 et janvier 2002 ont été recueillis les récits de cinq cent trois pompiers et sauveteurs grâce à Thomas Von Essen, responsable du secteur incendies à la mairie de New York. Pendant trois ans, ces enregistrements sont restés inaccessibles malgré les demandes des familles de victimes. Traîné en justice par le New York Times, le maire de la ville, Michael Bloomberg, a été finalement contraint de les rendre publics en août 2005. Une première question pourquoi faut-il faire une action en justice pour connaître l'étendue des victimes ? Le tableau suivant donne ce détail.

     

    img004.1258218940.jpg

    Au moins 2986 personnes ont été tuées.

    C'est un lourd bilan sans compter les dégâts matériels, les Tours ne sont pas encore reconstruites, et les problèmes pulmonaires dus à la pollution atmosphérique conduisant à des difficultés respiratoires et des cancers. On comprend bien que cette poussière chargée d'amiante, de mercure, de fibre de verre, de composés organiques volatiles comme l'éthylbenzène, le propylène, le styrène, et le toluène, ainsi que du diphenylpropane ne peuvent que rendre irrespirable cette atmosphère.

    Alors, au fil du temps des hypothèses de complot apparaissent selon lesquelles les événements survenus le 11 septembre 2001 seraient le fait d'un complot intérieur au sein même des États-Unis se divise en deux catégories définies ainsi par Webster G. Tarpley. «Webster Griffin Tarpley est un journaliste américain. Il s'est spécialisé dans l'étude des «false flag opérations», c'est-à-dire des opérations commandos ou terroristes utilisant de fausses revendications pour provoquer un engrenage conflictuel».

    Deux thèses qui s'affrontent sont,
    la thèse du «Let It Happen On Purpose», le gouvernement a laissé survenir les attentats et avait donc une connaissance préalable de ce qui se préparait,
    et la thèse,
    «Make It Happen On Purpose», le gouvernement a lui-même organisé et provoqué les actions terroristes sur son territoire.

    Les partisans de ces théories soulignent que différents éléments ou axes d'enquête ont été ignorés par le gouvernement américain et que le premier rapport du Congrès a été expurgé de 28 pages à la demande de l'administration Bush. Il est bien évident que l'obscurité rend suspecte toute déclaration. A ces thèses on reste perplexe devant l'énormité du nombre des victimes et des dégâts humains et matériels. Mais ces thèses ont de plus en plus d'adeptes, peut être pas engagés dans une action de lobbying mais ayant une oreille attentive. Il faut reconnaître que la ficelle est grosse et d'aucuns vous rétorquent plus c'est gros plus cela passe, c'est vrai, il vaut mieux voler des milliards qu'une pâtisserie au boulanger.

    De ces deux thèses on comprend mal comment des passagers et des équipages des avions se seraient fait tuer par ce crash sur ces tours ? De ces deux hypothèses celle d'un laissé faire, de l'administration Bush, paraît la plus probable si effectivement il y aurait eu complot.

    Pour ce faire une opinion, analysons sur de vidéos les impacts qui seuls permettent une analyse conduisant à une opinion. La première retrace l'attentat sur le World Trade Center et l'on remarquera que le second avion a traversé la Tour N°2 pour ressortir sur la face opposée à l'impact et qu'ensuite cette Tour s'est rapidement effondrée ouvrant la première controverse sur cet effondrement.


     

    Cette seconde vidéo montre ce que serait la supercherie de ce complot du 11 sept qui serait est une réalité démontrée depuis longtemps !

    Les discussions sans fin et bien souvent stériles sur les aspects techniques doivent donc laisser leur place à des questions infiniment plus fécondes à ce stade de l’enquête, mais étrangement jamais abordées frontalement par les enquêteurs autoproclamés du 11 septembre, qui sont les réels criminels ? comment dissimulent t’ils ces abominables crimes ? Eric Hufschmid est un des très rares investigateurs qui ose s’attaquer authentiquement à ces questions omises ou bâclées par les autres chercheurs, en plus d’être le premier à avoir prouvé scientifiquement l’existence du complot dans son livre «Painful questions» dès 2002. Cette vidéo est fondamentale car elle présente un aperçu des stratégies de désinformation et de censure des grands médias Américains et Européens. Car il ne faut pas se laisser tromper, une conspiration aussi abondamment suspecte n’aurait jamais pu exister sans la complicité active des dirigeants des grandes chaines de télé et des grands journaux qui n’ont cessé de calomnier des gens comme Thierry Meyssan ou Eric Hufschmid et de déverser leur propagande immonde systématiquement sur Al Quaida. Une telle machination ne peut être le fruit d’un seul homme, Bush, associé à une poignée de généraux de l’US army ou d’agents de la CIA comme voudraient nous le faire avaler la plupart des auto-désignés «chercheurs de vérités» qui inondent de leurs «travaux», livres et DVD, les librairies et internet. Ils engloutissent ainsi sous un raz de marée d’informations superficielles ou absurdes les internautes qui découvrent le dossier et se retrouvent rapidement submergé dès qu’ils cherchent à creuser le contenu des vidéos ou questionner plus profondément les hypothétique coupables de ces attentats.

    Fin de citation. (TAMAZIRTE).

    La supercherie


     

    Il faut reconnaître que l'analyse qui est développée est pour le moins troublante. Les arguments présentés apparaissent intelligents, mais comment admettre que les passagers et les membres d'équipage se soient volontairement tués dans ce crash, à moins que les soient disant terroristes soient tout simplement des Américains qui à bord des avions les aient détournés ? Comment est-ce possible des Américains agissants contre leur pays pour en tuer d'autres difficile à avaler ! Autre hypothèse un téléguidage du sol rendant inopérants les commandes de ces avions en les dirigeants vers les Tours ? Il est évident que des éclaircissements seraient nécessaires pour mettre fin si possible aux doutes d'un tel complot.

    Analyse de l'effondrement du World Trade Center N°1

     



    Cette autre vidéo de deux ex-officiers de l'US army défient la thèse officielle, et mettent en doute l'attaque contre le Pentagone pour lequel aucun débris d'avion visibles n'ont été trouvé quelques minutes après l'impact. Au delà de cette étrange absence de débris d'avion commercial sur les lieux mêmes, il n'y avait aucun dégât structurel important sur les façades du Pentagone ou tout au moins pas tels que l'on les imagine à la suite d'un impact d'un avion de ligne.

    Deux ex-officiers défient la version officielle.

     

    La polémique sur le crash du Pentagone est également soutenue par Thierry Meyssan président du réseau Voltaire dans son livre «L'effroyable imposture» puis dans le Pentagate ou il développe une théorie du complot des attentats du 11 septembre dont il attribue la responsabilité à une faction du complexe militaro-industriel.

    Or, d'après Washington le 11 septembre 200, 9h43, le vol American Airlines 77 s'écrase sur la façade ouest du Pentagone. Bilan, 125 victimes civiles et militaires au Pentagone et 64 passagers et membres d'équipage. A 11h18, American Airlines annonce qu'elle «a perdu» le vol 77, un Boeing 757 qui a décollé du Washington's Dulles International Airport et qui faisaient route vers Los Angeles. Dès 13h00, côte ouest, sur CNN ou Skynews, une douzaine de témoins n'appartenant pas au Pentagone, chauffeur de taxi, retraité, consultant, commerciaux…, expliquent avoir vu un avion descendre très bas aux abords du Pentagone.

    Les premières images du Pentagone qui ont été transmises ne montraient que peu de débris d'avion. La pelouse devant le Pentagone semblait relativement épargnée et les dommages apparents sur la façade ne semblaient pas, pour certains, correspondre à ceux d'un avion de ligne. À la suite de ces contestations de la vérité officielle, diverses photographies montrant des débris ont été publiées, en France par Le Monde, puis reprise par d'autres journaux.

    800px-flight_77_wreckage_at_pentagon.1258292344.jpg

    L'expert en explosion Allyn E Kilsheimer déclare :

    «J’ai vu les marques des ailes de l’avion sur la façade du bâtiment. J’ai ramassé des morceaux d’avion avec des identifications de la compagnie d’aviation sur eux. J’ai tenu de ma main la queue de l’avion et j’ai retrouvé la boîte noire. J’ai tenu dans mes mains des morceaux des uniformes de l’équipage, avec des morceaux de corps. C’est bon, maintenant ?»

    D'autre part, plusieurs lampadaires ont été arrachés sur la trajectoire de l'avion, ce qu'un missile ou l'absence d'avion rendrait difficile à expliquer. Pour Thierry Meyssan et quelques dissidents américains comme Jimmy Walter, aucun avion ne s'est écrasé sur le Pentagone. L'hypothèse d'un missile est avancée et leur paraît mieux correspondre avec les dégâts réels infligés au Pentagone, un trou de cinq à six mètres de large traversant le premier bâtiment au-dessus duquel la façade s'est effondrée trente-deux minutes après l'impact, les premières photos ne laissant pas apparaître cet effondrement. L'appareil a percé trois bâtiments, six murs, laissant un trou de deux mètres trente de diamètre à la sortie du troisième bâtiment.

    Celui qui se tait est par nature au service de celui qui parle ce que l'on pourrait appliquer aux non réponses du gouvernement Américain. Laisser se propager des informations aussi importantes que par exemple la présence d'explosifs à chaque étage des Tours conditionnant une démolition contrôlée, hypothèse suggérée en 2001 puis devenant de plus en plus crédible pour le mouvement contestataire paraît invraisemblable. Cela signifierait une programmation de A à Z des structures des Tours allant jusqu'à placer des explosifs à chaque étage en vue de leur effondrement lors de l'impact des avions ? Le fait d'évoquer que le temps mis pendant la phase de chute verticale de ces Tours est le même que celui correspondant à la chute libre d'une pierre peut en effet paraître curieux mais, d'une part est-on certain des mesures, et d'autre part a-t-on pris la même origine pour la comparaison de ce temps de chute ? En outre, il me semble qu'il faudrait tenir compte de l'effet dynamique des étages supérieurs sur les étages inférieurs pendant l'effondrement pouvant compenser l'effet dominos qui normalement tend à augmenter à chaque étage le temps chute. Ne faudrait-il pas tenir compte aussi de l'affaissement des étages inférieurs dus aux énergies cinétiques développées par la chute des étages supérieurs réduisant ainsi la hauteur d'effondrement et les rendant plus fragiles ?

    Pour terminer cette étude qui ne peut être exhaustive, il apparaît nécessaire que des informations du gouvernement Américain sur toutes ces interrogations soient précisées afin de lever ces accusations de complot qui n'ont pas lieu d'exister dans un régime démocratique.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu