Avertir le modérateur

11 septembre 2001

  • Le 11 septembre 2001 la déclaration de guerre,

    10 ans déjà ou le monde eut peur d'un cataclysme planétaire.

     

     

    3

     

     

    Support Wikipedia Je ne m'étais pas trompé lorsque j'avais dit à mes compagnons en trek sur le Grand Tour du Lubéron, que la guerre était déclarée. Randonnée inoubliable par la beauté des paysages, nous venions de faire l'étape du gîte communal de Céreste pour Rustrel au gîte du château, et là au café en ville, dégustant une mousse, stupéfait, nous avons vu presque en direct les deux avions heurter les tours, voir, Le 11 septembre 2001. Je clame tout haut dans la salle que la guerre est déclarée et tous me regardent, c'était aussi spontané que l'attaque Japonaise sur Pearl-Harbor.

    A New York, le matin à 8h48 heure locale, deux avions se sont écrasés à 18 minutes d'intervalle sur la partie supérieure des deux tours jumelles du World Trade Center à l'extrême sud de l'île de Manhattan. Vers 9h45, heure de New-York, la ville de Washington était frappée à son tour de 2 explosions qui secouent le Pentagone, situé à 1 km de la Maison Blanche. Dans le même temps, la Maison-Blanche et le département du Trésor Américain ont été évacués par crainte des menaces terroristes. Un Boeing 757, vol AMR 77 de la compagnie American Airlines a heurté le Pentagone, siège de la défense Américaine détruisant une aile entière du bâtiment qui s'est écroulée, faisant 189 victimes ainsi que les 64 occupants de l'avion. A 10h05, heure de New York, sous l'action des flammes et d'explosions répétées, les deux tours de 110 étages se sont totalement effondrées à 23 minutes d'intervalle. Le World Trade Center, inauguré en 1973, situé au cœur du quartier des affaires New-yorkais, abritait des milliers de bureaux, 350 entreprises et près de 40.000 d'employés, dans 417 mètres de hauteur. Ajouté à cela que près d'un million de personnes circulaient chaque jour dans le quartier.

    11. 000 pompiers et des milliers de policiers sont à pied d’œuvre à New-York pour tenter de sauver les survivants. Plusieurs centaines de sauveteurs sont morts dans les premières heures des secours. Près de 343 pompiers ont perdu la vie et 84 policiers sont portés disparus.

    Les pompiers témoignent.

     

     

     

    3Document Réseau Voltaire démolition contrôlée ? Par Manlio Dinucci.

    Après que la poussière de ces deux grandes tours fut dissipée l'ampleur du désastre est apparue aux yeux du monde, l'Amérique venait d'être frappée dans ce qu'elle avait de plus symbolique «le World Trade center», le marché commercial mondial symbole de sa puissance. Mais, ce ne fut pas que les deux tours, puisque le Pentagone figure géométrique régulière à cinq cotés fut également frappé. Ainsi que la ville de Shanksville en Pennsylvanie ou s'écrasa l'appareil un Boeing 757 du vol UAL93.

    Du nuage de poussière particulièrement toxique ont été inhalées par les citadins et les sauveteurs des particules à structure cristalline. A base de carbone et de nitrure de Bore, elles sont la cause de maladies graves. Ces malades sont toujours suivis par les services de santé qui font face, depuis cet attentat, au traumatisme mental, aux développements des cancers et des maladies pulmonaires sévères.

    D'aucuns diront que c'est la politique Américaine de soutiens inconditionnels à Israël qui est la cause de ces attentats. Et c'est probablement une des causes. Soutiens aveugles sans considérations humanitaires pour les Palestiniens de Gaza et d'ailleurs, qui déclarés terroristes par ce qu'ils réclament une patrie, voient leur terre envahie de jours en jours par l'hégémonie Israélienne, voir Le conflit israélo-palestinien les frontières de 1967 qu'est-ce que c'est ? On ne peut s'empêcher 10 années plus tard de voir que ce problème en est toujours au même point avec en plus un pays l'Irak dévasté et une guerre d’Afghanistan qui n'en fini pas voila le triste bilan de cette politique cause de tant de souffrances. Les Américains se sont-ils vengés à voir ? Le terrorisme est toujours présent !

    Une politique irréfléchie, impulsive, dominatrice qui ne mène nulle part sinon à faire des morts. Les commémorations, les monuments aux morts sont le respect et le souvenir aux disparus, en cela, ils sont utiles, mais il ne faut pas oublier qu'ils sont la cause de la folie humaine. Un monde sans mémorial, sans monuments aux morts serait autrement mieux, mais c'est rêver à l'impossible.

    Le mémorial et muséum Ground Zéro de trois hectares sur lequel 400 chênes, arbre sacré signe de force et de solidité, ont été plantés à l'emplacement des deux tours du World Trade Center sur lequel sont inscrits les noms des 2995 victimes représentant 90 nationalités.

    3

    Il faut bien comprendre que le monde vit sur une hypocrisie permanente, on fait des guerres et puis des monuments aux morts. Ils sont une excuse aux puissants qui dans leur folie «légitimant» que la guerre était nécessaire pour sauver le monde en déclenchant un péril encore plus grand que celui qu'ils voulaient juguler. Cette réflexion peut très bien s'appliquer à la politique Américaine des Bush, de Reagan, voir de Kennedy lors de la crise des missiles à Cuba qui menaçaient les États-Unis. Il y a donc des actions qui se justifient car elles résultent bien souvent du comportement inconsidéré des autres. Il faut donc faire la part des choses, et dans ce cas, ce sont les Soviétiques qui sont coupables et non Kennedy. Par contre, dans les guerres contre le terrorisme menées par les Bush et Israël, voir nous mêmes, qui conduisent à une couverture militaire de la planète, à une surveillance et une écoute aérienne permanente constituent un danger, par l'ingérence, sous couvert d'assurer notre protection, ne peut qu'activer le terrorisme. Les peuples m'aiment pas être surveillés. Comment faire autrement pour nous protéger ? Respecter les autres tout simplement au lieu de pointer nos missiles !

    Sait-on qu'un mois après le 11 septembre le Patriot-Act est une loi qui permettait de donner à l'Amérique les moyens de lutter contre le terrorisme, elle fut votée le 26 octobre 2001. Elle permit d'effacer la distinction juridique entre les enquêtes effectuées par les services de renseignement extérieur et les agences fédérales responsables des enquêtes criminelles, dès lors qu'elles impliquaient des terroristes étrangers. Elle créa aussi les statuts de combattant ennemi et combattant illégal, qui permirent au gouvernement des États-Unis de détenir sans limite et sans inculpation toute personne soupçonnée de projet terroriste. Cette loi «terroriste» permit à peu près tout dès lors qu'il s'agissait d'évoquer le terrorisme, les écoutes téléphoniques, la surveillance internet, etc...Les lettres de la sécurité nationale, NSL, National Security Letters, sont des requêtes contraignantes, émises par des agences fédérales Américaines, en premier lieu desquelles le FBI, mais aussi le département de la Défense, ..., qui pouvaient obtenir des organismes, publics ou privés, toute information nominative à des fins de surveillance, et ce, sans aucune supervision judiciaire. Après la loi Patriot-Act, le FBI, put obliger toute personne morale ou physique, dont les fournisseurs d'accès à Internet, les FAI, ou les bibliothèques, à donner accès leurs bases de données personnelles, essentiellement à des fins d'analyse du trafic et puis autre chose...... En d'autres termes c'est la surveillance sans aucun recours judiciaire, c'est la perte de la liberté fondamentale de l'individu. En ce qui nous concerne, nous n'avons rien à envier aux Américains avec nos lois Hadopi, et les fichiers Edvige, voir Hadopi il fallait s'y attendre, Hadopi la loi création et internet, le fichier Edvige, le fichier Edvige, suite. Nous sommes devenus les champions de la surveillance des communications.

    Les peuples ne sont donc plus souverains mais sous surveillance. Le terrorisme qui est la guerre des pauvres, devient donc leur guerre. Ils ne peuvent faire autrement pour résister à l'hégémonie des puissants qui dans une guerre larvée s'approprient la planète par leur influence. Cette politique qui fit ses morts, il faut avoir le courage de le dire est aussi coupable, ce qui ne lave pas Ben Laden et son réseau de terroristes qui sont des criminels. Quand on pense à ce 11 septembre 2001 ou tant d'innocents ont perdu leur vie, ou tant de familles ont perdu un ou plusieurs des leurs, il faut tout faire pour que change cette politique, afin que le monde vive en paix. On dit que le monde a changé depuis le 11 septembre, oui, mais pas en mieux !

    Ben Laden est mort, mais est-ce que l'Amérique va mieux ? Le camp de prisonniers et de torture de Guantánamo est toujours présent malgré les dires de Barack Obama qui voulait le supprimer. Mais comme les Américains, pas plus anges que les autres, avaient torturé les prisonniers pour obtenir des aveux, ils se trouvent hors cadre juridique, ce qui ne pouvait qu'être condamné par l'opinion internationale. 176 prisonniers sont encore présents en août 2010.

    Sur le 11 septembre s'est forgé un monde de controverses par suite du manque d'enquête judiciaire, conséquence de la loi Patriot-Act, qui examinerait les faits et témoignages pour faire apparaître la vérité. Ce fait a permit mondialement le développement de rumeurs aussi farfelues les unes que les autres, une théorie du complot s'est échafaudée. La démolition des tours jumelles aurait été provoquée par des explosifs, le bâtiment du Pentagone, à Washington, détruit par un missile… Autant d'éléments démentis par un examen rigoureux des faits, mais qui, mis bout à bout, convergent vers une même logique, un refus de la version officielle de l'événement, pour soupçonner la puissance Américaine. C'est l'opinion de ceux qui, comme le journaliste Therry Meyssan qui a été l'un des premiers à soutenir la thèse du complot dans son livre «L'effroyable imposture» attribuant la responsabilité de ce désastre à un complexe militaro-industriel. En fait rien n'a avancé en dix années dans la découverte des auteurs de cet attentat, outre le fait qu'il reste officieusement l’œuvre du réseau Al-Qaïda. Dans mon article «Le 11 septembre 2001», je développe deux thèses, le gouvernement aurait laissé survenir les attentats et donc avait une connaissance de ce qui se préparait, ou, le gouvernement Américain aurait lui-même organisé et provoquer les actions terroristes sur son territoire !  Il est difficile d'imaginer que les Américains aient organisé ces attentats. Quand à la première hypothèse quel serait l'intérêt de détruire ces deux tours et le Pentagone ? Par contre ce qui paraît possible est simplement le fait que les autorités Américaines au courant de ces attentats n'y auraient pas cru. Un tel aveu aurait l'effet d'une bombe politique inhibant à tout jamais d'une gouvernance les conservateurs au pouvoir à cette époque.

    Pour l'anthropologue Américain Scott Atran les dix années écoulées ont montré combien il était difficile de trouver un équilibre entre la quête de sécurité et la protection des libertés. L'Amérique a sombré dans une vengeance aveugle, voire collective. L'expression «Var on terror» de l'administration Bush à fait qu'elle s'est lancée plus dans deux guerres, contre les terroristes et contre eux-mêmes. Or, il est un illusoire de croire que l'on pourra un jour accéder à une sécurité absolue.

    A ce dixième anniversaire de cette tragédie, c'est le souvenir vers ces disparus. La page est tournée, c'est maintenant la crise économique qui fait frémir. Cette décennie ne fut que malheur outre ces deux guerres les cataclysmes météorologiques se sont multipliés entrainant leur flots d'inondations et de victimes comme si ce 11 septembre était le prémisse d'un purgatoire des puissants du monde occidental !

    Le prochain article sera Ségolène Royale sur tous les fronts,

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu