Avertir le modérateur

sarkozy - Page 6

  • Sarko, ça y est, le peuple tout pour le peuple encore + à droite bien sûr,

    c'est la nouveauté dans la continuité.

    3

    Il n'est plus que l'ombre d'un président qui s'accroche à son pouvoir, jeudi soir sur TF1 ou il annonçait sa candidature.

    Support Wikipedia Une déclaration sans convaincre, un vrai faux suspense, l'ensemble de la presse n'est pas convaincue. On attendait un capitaine qu'il mobilise les Français, qu'il soit capable de défendre une vision, qu'il soit capable de fixer un cap, Dominique de Villepin. L'ensemble des partis sauf l'UMP trouve sa prestation loin d'être à la hauteur d'un président. Avec quelque chose comme sept points dans les intentions de vote au premier tour, et de 7 à 10 au second tour, il lui faut autre chose. Son bilan le mine, la crise à bon dos, et le rejet qu'il a inspiré est encore plus important. Un second mandat avec lui serait catastrophique, il ne peut changer, ses comportements sont viscéraux. Jamais un président n'a été aussi menteur et vulgaire. Il ne comprend que sa politique et n'admet pas celle des autres. Toute initiative qui n'est pas de lui est rejetée. Rien n'est réfléchi, aucune cohésion, par ce que pour lui, la France est à droite et que de ce fait il sera toujours majoritaire, ce qui fait son désespoir en ce moment. Il fait la politique du coup par coup sans ligne directrice. Un référendum pour les chômeurs, plutôt que sur le chômage, sorti comme ça de son chapeau, alors quand il fallait en faire un sur le second traité de Lisbonne dont le premier avait été rejeté par référendum, il n'en a pas fait ! Il s'est moqué des Français, c'est impardonnable. Il ne sait plus rien faire qui tienne la route, il est perdu.

    Comment réduire l'écart, voire passer devant François Hollande, en allant à l'extrême droite, bien sûr. Ce qui compte, pour lui, c'est d'être élu une seconde fois président. Qu'importe finalement les Français, une fois qu'il sera président, s'ils ne sont pas satisfaits, il les aura eus. C'est dur, mais c'est comme cela qu'il raisonne.

    L'autre, François Hollande c'est la gauche, mais pas que la gauche, il veut aussi considérer la droite qui est une composante nationale. Il est propre, pas de vulgarité, il s'exprime bien, cultivé, il n'y a pas photo. Ce n'est pas le même discours. Plus rassembleur, moins dogmatique, ne rejetant personne, c'est mieux, la droite est aussi Française que la gauche !

    Le mercredi 16 février 2012, une date à retenir après le suspense d'un président candidat permanent. Faut croire qu'il avait raison, puisque la presse était présente en masse lorsqu'il s'est rendu mardi 14 février à l'usine en faillite Photowatt de Bourgoin- Jallieu en Isère. Plus de 80 médias y ont assistés pour entendre la fameuse phrase qu'il a prononcée sur TF1 le jeudi 16 février au journal de 20 heures, «oui je suis candidat à l'élection présidentielle, je l'ai décidé depuis plusieurs semaines». Sa déclaration sur TF1.

    450 ouvriers l'attendaient à Photowatt en cette période électorale, tout est possible. Ils n'ont pas été déçus. Henri Proglio le patron d'EDF accompagnait le président et ce n'était pas pour rien. Il l'avait un peu forcé à s'engager de reprendre l'usine et ses 450 salariés. Proglio n'avait pas l'air réjouis, mais qu'importe, n'est-il pas l'ami du président et cela demande des sacrifices. Après Lejaby, Photowatt, à qui au tour suivant ? La différence avec Lejaby réside dans le fait que les 93 salariés ont été repris par une entreprise privée, alors que l'EDF n'en a que le nom puisqu'elle n'existe que par la vente de son électricité aux Français. En d'autres termes, c'est nous qui allons payer la reprise des 450 salariés. Bien joué une rallonge de la facture EDF.

    Le référendum sur le système d'indemnisation du chômage qui serait liée en contre partie d'une formation. C'est oublier que les salariés payent une cotisation qui ouvrent les droits au chômage. Culpabiliser ainsi les chômeurs qui ne sont pour rien fautifs de leur situation est proprement scandaleux. Pour lui le droit à l'indemnisation s'accompagne de celui de la formation. En d'autres termes pour qu'un chômeur soit indemnisé, il faudra qu'il accepte d'être formé. Comment va-t-il faire pour ceux qui ont bac + 5 ou 6, les ingénieurs et cadres des Grandes écoles qui restent plusieurs mois sans travail ? «Quelque soit l'âge, on n'apprend pas simplement à 20 ans, on apprend toute sa vie». C'est vrai, même pour lui. Ce n'est valable que si on a un emploi, pour se perfectionner, et encore, on ne fait que la richesse des sociétés de formation. Les entreprises exigent des références industrielles que la formation ne donne pas.

    On voit que Sarkozy n'a jamais été chômeur !

    «Je suis vraiment décidé à porter cette revendication, ce nouveau droit, d'un droit à la formation». «Le droit à l'indemnisation, c'est essentiel. Ici, on n'est pas comme aux États-Unis» où «quand on perd son emploi, on se retrouve en mobil-home», a-t-il ajouté, il n'a pas osé déclarer dans la rue. «Je sais bien que ça rompt des habitudes» mais «s'il le faut, je demanderai au peuple Français son avis sur cette question du droit à la formation à tout âge», a-t-il martelé. «L'indemnisation, c'est bien mais ce n'est pas assez. Il faut l'indemnisation et la formation pour avoir le droit d'avoir un emploi. A 50 ans, on n'est pas fichu», a insisté M. Sarkozy. En fait il se parlait à lui même. «On ne sera pas condamné à l'assistanat, on aura droit à la formation», a-t-il réaffirmé. Le problème est, qu'en pensent les industriels qui ont tout juste du travail pour leurs salariés !

    Sarkozy avait prévenu qu'il allait frapper fort, une surprise par jour, le but noyer le socialiste qui se porte comme un charme. Son meeting de Rouen ou plus de 10.000 l'ont acclamé le démontre. L'un sourit tandis que l'autre est sombre. Mais tout n'est pas perdu. Christine Boutin la Grande catho, après avoir clamé la fin du monde si l’Élysée continuait bloquer sa quête des 500 parrainages, se range maintenant dans le giron de Sarko, ce n'est pas brillant pour une catholique qui prêche la morale et l'honnêteté. Tout comme Hervé Morin qui montre que la famille centriste c'est du pipeau. Avec ces bras cassés il est mal parti. Mais, il y aurait d'autres surprises, le grand ami de Lionel Jospin serait acquis, le Canard enchaîné. On croyait que c'était fait depuis longtemps. Sacré Claude Allègre, ce socialiste qui voulait dégraisser le mammouth qu'est l'éducation nationale.

    Maintenant c'est le peuple, pas celui des nantis, celui d'en bas qu'il a négligé pendant cinq, qui peut croire cela ! Quand, il aurait fallu faire appel au peuple il ne l'a pas fait de peur de perdre. Avec les Grecs sur le référendum que voulait faire Papandréou, sur le traité de Lisbonne la peur de perdre, sur les Irlandais qui avaient rejeté le traité et qu'il les a convaincu de revoter. Avec Sarko, si tu votes non tu revotes jusqu'à tu dises oui ! Tiré de Marianne.

  • Ce n'est pas encore le sauve qui peut, mais ça y ressemble,

    les conseillers de Sarko aimeraient bien un point de chute.

    Support Wikipedia Normal pensez-vous qu'à chaque élection présidentielle les fidèles serviteurs du président, comme ceux des autres ministères, se posent la question que sera mon boulot si le président est battu ? C'est la même chose pour tous les salariés quand l'entreprise se restructure ou délocalise ou fait faillite, c'est humain. Seule reste l'intendance, même les tiroirs sont vidés, les archives à la broyeuse, le vide est fait. C'est presque comme une usine abandonnée, chacun emporte les témoignages de sa présence, les murs sont vides, c'est froid.

    On a la vague impression dans ces palais de la République, Élysée et Matignon, qu'à trois mois de l'échéance, le doute s'installe parmi ces personnes, force mauvais sondages oblige. Il faut bien comprendre que l'aspect angoissé du président à son show de plus d'une heure le dimanche à 20 heures sur 9 chaînes de télé, ainsi que le peu de crédibilité qu'il attribuait lui-même à ses propos sur un programme flanqué d'une flopée de mesures qui n'entreront en application que s'il est élu, présente des inquiétudes à ses conseillers par le fait que depuis plusieurs mois, pas un seul sondage ne le donne gagnant. Bien sur l'argument UMP soulevé est que les courbes de popularité se croisent avant l'élection, fait prouvé lors de l'élection de 2007. Sarkozy serait donc réélu. Seulement Hollande n'est pas Royal, et le bilan de Sarkozy est des plus mauvais. Mais alors pourquoi soudain ce désir de le quitter. En fait, jamais nous n'avons eu un président si critiqué, aussi injuste. Promettre la même politique d'austérité qu'il a faite pendant 5 années à 80 jours de l'élection tient du suicide, il n'y a que lui pour faire accepter cela à ceux qui n'y voient qu'intérêts personnels. D'ailleurs, s'il n'était pas angoissé, il n'aurait pas eu besoin de 9 chaînes de télé pour se faire entendre, et vanter qu'il a été regardé par plus de 15 millions de téléspectateurs, TF1 se taillant probablement la plus grosse part. Bien sûr c'est la crise, elle ne justifie pas tout. De nombreuses erreurs ont été faites nous privant de financement pour soutenir la croissance, nous contraignant à des emprunts qui ont gonflés notre dette. 500 milliards de dette dus à sa politique d'après le site de Marianne 2. Et puis les socialistes sont mauvais, nous sommes les meilleurs ! Il y a des Français qui croient cela, et en lui, ce que l'on ne comprend pas. Mais en fait, quand on regarde bien Nicolas Sarkozy, ce ne pouvait être autrement. Sa descendance Hongroise, pays ultra conservateur, sa ville bourgeoise de Neuilly, son obédience Juive et conservatrice Américaine, il ne pouvait être que de droite dure, pour faire payer, aux classes populaires, les avantages sociaux qu'elle avait obtenus au cours des décennies. La crise a bon dos, on peut tout y mettre, et répéter sans cesse, comme François Fillon, la crise rien que la crise. Lamentable que ces personnes ne puissent reconnaître que les politiques menées, essentiellement orientées vers l'austérité, la pauvreté des peuples, ne peuvent apporter de croissance. Cette Europe sous la domination Allemande coure à la catastrophe, le Portugal rejoint la Grèce dans l'abîme de l'austérité. Ils n'ont pas comprit que lorsque un peuple est exsangue on ne peut plus rien lui prendre, autre que la vie.

    Le dernier sondage, après les discours de Hollande au Bourget, et le show télévisé de Sarkozy, conforte la position de Hollande au premier tour avec 34 % contre Sarkozy 25% et au second tour avec 57 % pour Hollande contre 43 % à Sarkozy, mais ce n'est pas pour autant gagner pour Hollande. Le show télévisé avec des journalistes complaisants ne lui a pas été favorable. Lorsque le pouvoir appelle des journalistes de son obédience pour le questionner, ça ne marche pas. Il n'y avait qu'à voir la tête de Pujadas lorsque Hollande portait ses coups. De même que la rebelote de François Filllon à des Paroles et des Actes le jeudi 02 février risque d'apparaître exagérée d'autant qu'il n'est pas candidat à l'élection présidentielle. Que fait le CSA ? D'ailleurs, on ne comprend pas que Martine Aubry se soit engagée dans cette sur médiatisation politique, ce n'était pas sa place. En politique, il faut réfléchir. Lamentable, il fallait laisser Fillon et ces journalistes trouver un autre pigeon.

    On ne comprend alors pourquoi ses conseillers sont si pressés de trouver un point de chute. Il est vrai que la référence permanente à l'Allemagne, commence à faire flop, et que ses conseillers, pas plus bêtes que d'autres, se rendent compte que ça suffit, que la France, c'est la France, et l'Allemagne l'Allemagne, voir Madame Merkel au secours du soldat Sarkozy. Remarquons rien de tel pour faire le jeu du FN, Sarkozy roulerait pour le FN ?

    Et cette TVA sociale de 1,6 % qui, même dans les rangs de sa majorité ne passe pas. Faire payer a tous les Français, pauvres, smicards et retraités compris, l'augmentation de la TVA pour réduire la charge patronale sur les salaires, alors que c'est l'incompétence patronale de se rendre performant à l'exportation par des produits de qualité difficilement reproductibles, qui est la cause principale de notre déficit extérieur. Daniel Cohn Bendit l'a d'ailleurs souligné dans un débat politique. Nos produits sont sur des créneaux concurrentiels alors que la production Allemande, par ce que de qualité, se vend bien malgré qu'elle soit plus chère. Les charges patronales sont prétextes à tout depuis 30 ans alors que c'est faux, voir le faux problème des charges patronales. Le combat permanent de la lutte des classes. Il y a de quoi même chez les plus fidèles conseillers provoquer un début de panique.

    La solution apportée au logement par l'accroissement de 30 % de la surface habitable est un cadeau aux propriétaires et promoteurs qui s'en serviront pour construire des logements, certes, mais combien de sociaux ? Quand aux particuliers, il faut du terrain ou la possibilité de surélever, mais aussi de l'argent. Et cette mascarade qui consiste a privilégié l'emploi sur les salaires, en piétinant le Code du travail. Ce chantage à l'emploi est inadmissible, nous avons d'ailleurs vu ce qu'il en est advenu chez Continental ! Une Entreprise sérieuse répugnera à appliquer cette politique, seules les «voyous» en seront adeptes. Qu'importe qu'une telle proposition déclenche l'hostilité des syndicats, n'ait, pour des raisons légales, électorales et de temps, aucune chance d'être mise en application dans l’immédiat. Ne parlons pas des 35 heures qui sont bien muselées, elles ne sont plus que du passé. Et du pouvoir d'achat qui était un thème porteur de sa politique. Oublié cette belle promesse, la politique salariale est passée dessus pour l'écraser. On comprend aisément que «les prisonniers volontaires de l’Élysée veulent se recaser». C'est un article du Monde.fr qui l'évoque.

    C'est un article d'Arnaud Leparmentier, bien informé, qui cite le nom de quelques conseillers. Jean-David Levitte, 65 ans, conseiller diplomatique de l’Élysée qui prendra sa retraite, après avoir servi cinq ans Nicolas Sarkozy et trente-cinq ans à tous les pouvoirs. Pour lui pas de problèmes pour rester actif. Avec une telle expérience il peut écrire un livre sur ses années passées dans l'antre des présidents sous toutes les obédiences. Et dès septembre, il donnera à Sciences Po un cours, en anglais, sur la politique étrangère de la France. Cela lui fera une entrée dans le monde des retraités des plus enviée.

    Le cas d'Henri Guiano pose problème, il devra accompagner Sarkozy jusqu'au bout. Son recasage est difficile «Guaino sera chômeur en cas de défaite, à moins que l'UMP lui trouve une circonscription où il sera élu», estime un UMP. Je ne me fais pas de soucis pour lui, il aura bien un poste à son honneur s'il ne peut avoir une circonscription pour se présenter. Monsieur Guaino voudrait se décider au lendemain du 7 mai, en fait rien n'est encore perdu. «Je m'occuperai de ces histoires-là au lendemain de la présidentielle», explique M. Guaino, voilà une belle preuve de fidélité. Il dit ne pas savoir s'il veut faire de la politique, aller dans l'industrie ou retourner à la Cour des comptes. Il ne sera donc pas chômeur.

    Beaucoup se mesureront au suffrage des Français, c'est encore mieux que de se faire recaser, au moins on est jugé par le peuple. La politique n'est pas une garantie de revenu à vie, bien que ceux qui ont pu en jouir pendant des années en tant que député ou sénateur ne sont pas malheureux. Les retraites sont conséquentes et le prestige offre des places dans les grands groupes, la carte de visite est un sésame.

  • Madame Merkel au secours du soldat Sarkozy.

    elle va faire campagne avec lui.

    Support Wikipedia Il s'agit de la chancelière de l'Allemagne qui veut soutenir son ami Sarkozy dans sa campagne électorale pour le renouvellement de son mandat présidentiel. Il faut que les choses soient mal engagées pour que la chancelière d'Allemagne prenne position si ouvertement, alors que jusqu'à présent la politique intérieure des Nations restait en dehors de toutes interventions directes internationales. L'information est sérieuse puisque reprise par l'ensemble de la presse. Elle participerait dans la partie de la campagne de printemps, c'est donc que Sarkozy sera bien candidat à sa succession. On peut noter au passage l'hypocrisie honteuse de sa candidature qui n'en est pas une tout en, en n'étant une, son show télévisuel de dimanche 29 janvier ne laisse aucun doute sur ses intentions. Il n'a plus aucune retenue et peu lui importe ce que les Français peuvent penser de lui, il joue ainsi ses dernières cartouches, comme on dit la politique de la terre brulée.

    Avec cette entrée dans la campagne intérieure Française, Angela Merkel joue, elle aussi, le tout pour le tout. Il est certain que le programme de François Hollande n'est pas fait pour la réjouir, il ira la voir dès qu'il sera élu, s'il l'est bien sûr. Affronter Hollande est autre chose que Sarkozy. Ce n'est pas la même intelligence, et il y a de quoi faire peur à cette chancelière, ce qui mettrait François Hollande dans l’embarras, ce n'est pas son intérêt, il est très correct. Elle se retrouverait dans la peau de Sarko, les rôles seraient inversés.

    Si Sarkozy l'emporte, ce sera bien joué pour les deux, l'élection de Sarkozy confortera celle de sa réélection. Seulement, c'est jouer avec le feu, d'autant plus que son show télévisé avec des journalistes au raz du parquet, la peur d'être viré de leur emploi s'ils insistent trop, nous a montré que son nouveau plan d'austérité était une copie de ceux de Madame Merkel. Décidément, il ne sait pas faire autrement que de prendre exemple sur les Allemands de la CDU. Par extension, cela nous fait penser que nous pourrions être gouvernés par le couple Merkozy, Madame Merkel serait chancelière d'Allemagne et première ministre en France. La question est, est-ce les Français apprécieraient, je ne crois pas. Et même sans aller jusque là, l'intervention de Madame Merkel auprès de Sarkozy risque que d'être contre productrice, les Français m'aiment pas que l'on vienne s'occuper de leurs affaires, surtout dans le contexte actuel.

    On peut penser que cet aspect de la campagne ce serait bon pour l'opposition peut-être, mais surement mauvais pour la France il créerait un précédent fâcheux. Le mélange des genres n'est jamais bon. A noter que Sarkozy avait soutenu Madame Merkel à l'automne 2009 pour sa réélection, ce ne serait donc qu'un rendu puisque appartenant à la même famille politique ou presque. Seulement l'Allemagne n'est pas la France, et si les Allemands ont apprécié, puisque réélue, rien n'assure en France que son appui soit bien apprécié. Au parlement Européen les députés UMP côtoient ceux de la CDU au sein du groupe du Parti populaire européen, PPE, qui rassemblent les partis démocrates-chrétiens, conservateurs et de centre-droit, mais ce n'est pas une raison pour venir chatouiller les Français.

    L'information dérive de Hermann Grohe secrétaire général de la CDU devant le Conseil national de l'UMP réunit à Paris le samedi 28 janvier. Il s'est fait le porte voix de la chancelière qui souhaite bonne chance à l'UMP et à Sarkozy. Il a même été jusqu'à déclarer que «Nicolas Sarkozy est l'homme qu'il faut pour être à l’Élysée, aujourd'hui et à l'avenir». Il a d'ailleurs annoncé «qu'Angela Merkel va soutenir Nicolas Sarkozy lors de rendez-vous de campagne au printemps». N'oubliant pas au passage d'égratigner François Hollande en déclarant que «ses propositions n'apportent aucune réponse aux problèmes urgents de notre temps», indique-t-il. «Quand on voit comment le candidat socialiste parle du travail de nos gouvernements sur la crise de la zone euro, il est clair qu'il serait un frein à davantage d'intégration et à l'avenir de l'Union européenne».

    Le décor est planté, François Hollande élu ne doit pas s'attendre à une collaboration avec la CDU et Angela Merkel. Je note au passage, que François Hollande a souhaité construire avec l'Allemagne un autre traité Élyséen s'il était élu, construction refusée avant qu'il devienne président, s'il le devient. Alors que vient d'être signé à 25 le nouveau traité Européen sur la discipline budgétaire imposé par Angela Merkel. L'hégémonie Allemande sous une autre forme. La Grande Bretagne et la République Tchèque se sont abstenus. Sont but contrôler plus efficacement les finances publiques des pays signataires.

    C'est donc un barrage politique annoncé envers la France, qui ne peut conduire à terme qu'à un éclatement de l'Europe dans le contexte actuel ou la Grèce va être en défaut de paiement, ou a une mise en veilleuse jusqu'aux nouvelles élections Allemandes. Dans ces deux cas l'Allemagne en porterait la responsabilité. Il est en effet inconcevable qu'un pays en rejette un autre sous prétexte qu'il n'a pas la même politique que la sienne.

    Au palais de l’Élysée, dimanche 29 janvier. Document Le Monde.fr FRANCE TÉLÉVISION/REUTERS

    Que dire du show télévisuel de Sarkozy, rien que l'on ne sache déjà. Un autre plan d'austérité minant encore plus la croissance. La TVA sociale conduisant à une augmentation de 1,6 points le taux actuel le portant à 21,2 % à partir de premier octobre, n'est pas pour faire plaisir, mais seulement à accroître la fraude à la TVA, et à réduire le maigre pouvoir d'achat de la ménagère. Remarquez, il faut qu'il soit réélu, cela laisse un espoir.

    Pour accroître la compétitivité, les entreprises pourront conclure des accords sur le temps de travail avec leurs salariés si une majorité de ceux-ci l'acceptent. C'est la porte ouverte au chantage, vous acceptez une réduction de salaire, ou un étalement des heures de travail, ou je licencie. On a déjà vu que cela ne marchait pas. Les salariés qui avaient acceptés ont enfin de compte été licenciés quelques mois plus tard, l'exemple de la société Continentale est le plus significatif. En outre on sait bien que ce n'est pas le vrai problème, c'est simplement, comme je l'ai montré que nos usines n'ont pas su s'adapter au marché en faisant comme les Allemands des produits de qualité, voir le faux problème des charges patronales.

    Pour les Transactions financières, une taxe de 0,1 % pour les entreprises cotées en France est prévue pour le mois d'août.

    Sur le logement, la possibilité de construire 30 % de plus sur son logement sans permis de construire, ce n'est pas cela qui donnera des logements sociaux. Pour les maisons particulières c'est un investissement couteux qui ne peut servir qu'aux familles aisées. Pour les immeubles c'est un plus aux propriétaires et aux promoteurs qui auront de la surface supplémentaire, qu'ils feront payer sur le prix des logements, mais pas pour des logements sociaux. Un nouveau cadeau aux propriétaires.

    Création d'une banque, dès février, avec une dotation d'1 milliard d'euros de fonds propres, pour prêter aux PME, c'est la meilleure mesure, copiée sur le programme de François Hollande.

    Enfin pour l'apprentissage, le relèvement à 5 % du quota de jeunes en apprentissage dans les entreprises de plus de 250 salariés.

    Transmis sur neuf chaînes de télévision, la main mise du pouvoir sur l'information. Sarkozy a rassemblé sur TF1 et France 2, 15,4 millions de téléspectateurs, pas sûr que ce soit positif. «J'ai un rendez-vous avec les Français. Je ne me déroberai pas et, franchement, ça approche» a déclaré le chef de l’État. Je l'ai trouvé angoissé, pas clair, affaiblit. Ce n'est plus le Sarkozy flamboyant, c'est le Sarkozy d'un bilan calamiteux.

    Je reprendrais le commentaire de Nicolas Dupont-Aignan qui résume bien l'impression qu'il a donnée,

    «Nicolas Sarkozy avait voulu apparaître sur toutes les chaînes à la même heure pour convaincre les Français qu'il allait faire en 3 mois ce qu'il avait promis de ne pas faire pendant 5 ans». «Cette nouvelle séquence de communication a tourné au fiasco». «L'instauration d'un troisième plan de rigueur déguisé derrière une augmentation de la TVA pour tous les Français est indéfendable». «Afin de renflouer les caisses de l’État vidées par sa politique de l'euro fort et le sauvetage d'un système financier à la dérive, Nicolas Sarkozy accepte de pénaliser les classes moyennes et populaires et notamment les retraités». Le chef de l’État «a aussi fait la preuve de son incompétence en matière économique» en «calquant toutes ses décisions et tous ses exemples sur l'Allemagne».

    Jeudi prochain, c'est François Fillon, je ne savais pas qu'il se présentait à l'élection présidentielle ? Ce qu'il y a de bien, c'est qu'au moins nous savons à quoi nous devons nous attendre en cas de sa réélection.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu