Avertir le modérateur

Blog - Page 5

  • Mélenchon

    et le rêve d'une gauche intermédiaire s'est envolé.

    melenchon-autain-tsipras-reuters

    Jean-Luc Mélenchon, Clémentine Autain et Alexis Tsipras, le 21 mai 2012 à l'Assemblée nationale. Document Slate.fr REUTERS/Gonzalo Fuentes

    Tout d'abord était-ce possible, il ne suffit pas de rêver pour que ce le soit, faut-il encore que la société politique française et ses institutions le permettent. L'image politique des français montre qu'elle est très conservatrice et de plus, les responsables politiques de tous bords tiennent à conserver leur chapelle. Pour réussir son OPA à la gauche des socialistes il lui fallait s'introduire entre eux et les communistes, c'est à dire attirer les très à gauche socialistes et les électeurs des partis, écologistes, NPA, Lutte ouvrière et la Ligue trotskiste. Un patchwork de politiques divisés, hétérogènes et sans vraie ligne politique crédible. Une folie que seul le rêve peut faire ! Ces politiques, dont la politique est très contestataire, ont montré, ces dernières années, qu'ils sont ingouvernables et, de ce fait, ne pouvaient se mettre à la disposition de Mélenchon tenant à conserver leur ligne politique et leur influence, leurs chefs veulent être le calife. Ce n'est pas parce que Mélenchon a des qualités de tribun et une audience, qu'ils en sont impressionnés ! La politique ils connaissent et puis causes toujours, on verra après, nous on est bien chez-nous !

    Lire la suite

  • La réforme du collège, et alors ? Une vraie chance pour l'école !

    Que de cris de droite UPMiste, du Modem et de pseudos intellectuels de droite de gauche, des syndicats contre cette réforme. Un patchwork hétéroclite mû par le seul désir de conserver leur influence !

    A-t-on déjà vu pareil emballement sans d'autre but que de s'opposer à une réforme des programmes sur des fausses affirmations sur l'allemand, le latin et le grec ? A-t-on déjà vu des politiques UPMistes qui préconisent plus d'autonomie et la combattent lorsqu'elle est proposée par les socialistes ? Ou est la valeur politique de ces opposants ? Comment ne pas approuver la gestion de l'enseignement de la 6ème à la troisième lorsqu'elle accorde 20 % d'autonomie à la discrétion du responsable d’Établissement et des principaux du collège pour le travail en petits groupes que seraient les «Enseignements pratiques interdisciplinaires» EPI, en fonction du besoin des élèves !

    Lire la suite

  • Le 1er mai 2015 confirme la décadence du syndicalisme français.

    De fête du travail il est devenu jour d'oppositions syndicales et d'affrontements politiques.

    premier-mai-fete-travailleurs

    La révolte de Haymarket Square (Chicago le 4 mai 1886) document hérédote net.

    Doit-on s'en réjouir surement pas alors que le syndicalisme devrait être la voie de tout salarié pour la défense de ses droits. Et cela d'autant plus dans cette période ou est remis en cause le Code du travail. Quand on assiste aux supers profits des dirigeants d'entreprise et cela même lorsque leur gestion ne fut pas à la hauteur de leur poste, on ne peut que regretter que la puissance des salariés ne puisse agir pour combattre cette dérive. La situation de l'emploi n'est pas due à la seule conjoncture mais également à celle entretenue des entreprises, je ne parle pas des petites qui subissent, comme leurs salariés la crise, mais des donneuses d'ordre. Le chômage n'est pas un mal pour ces supers dirigeants bien au contraire. Or, au lieu de réagir par un syndicalisme fort, comme en Allemagne, on fait le contraire. La faute à qui, à tous, mais principalement aux syndicats qui, par leur division, leur obédience politique n'ont pas su montrer leur valeur à s'unir et à rassembler les salariés.

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu