Avertir le modérateur

- Page 4

  • Les Femens qui sont-elles ?

    Des femmes aux seins nus mais encore ?

    Devise, «Sors déshabille-toi et gagne». Le logo représente la lettre Φ, initiale de Femen avec les couleurs du drapeau ukrainien, symbolisant des seins nus. Référence Wikipédia.

    Support Wikipedia C'est arrivé chez nous comme un cheveu tombé dans la soupe qui vous provoque, qui vous heurte, des jolies femmes pour la plupart et seins nus avec des inscriptions sur le ventre et les seins qui revendiquent une cause que l'on ne comprend pas de suite. Ce que l'on peut avoir comme première réaction c'est de dire les seins ne sont fait pour cela, mais vu l'évolution des extravagances on s'habitue à tout, et après près tout pourquoi pas, si ce tendre organe, si féminin, et si beau de la femme peut porter un message ? Mais quel risque lors des interpellations un coup vite reçu peut affecter les facultés du sein entrainant à moyen terme un cancer, une folie. Il y a quand même d'autres moyens pour exprimer une revendication aussi légitime soit-elle ! En italien on dit «una sfegatata, c'est à dire une personne fanatique, enragée, que rien n'arrête !

    Des critiques, des réactions il y en eues. Elles portèrent sur le fait qu'elles incitèrent d'elles mêmes des envies sexuelles voire pornographiques. Pour l'ONG internationale la Strada spécialiste de la lutte contre la prostitution, les Femens nuiraient à l'image des femmes et conforteraient les clichés sexistes. À cela les Femens répondirent que montrer leur nudité c'est s'approprier leur corps pour elles mêmes. La nudité choque, ébranle les opinons dans les pays ou elle est ouvertement prohibée, tel en Tunisie ou trois militantes Femens furent condamnées pour avoir manifesté torse nu devant le palais de justice de Tunis.

    Après l'action le 23 février dans la nef de Notre-Dame de Paris, Monseigneur Patrick Jacquin recteur de la cathédrale estima cependant qu'elles n'oseraient pas s'attaquer à une mosquée, la réaction des autorités serait plus sévère. Après leur arrestation elles furent relâchées sans garde à vue alors que les faits étaient punissables. Le groupe était composé de huit activistes ukrainienne et de sept françaises selon Le Figaro.fr.

    Les Femens manifestants devant la cathédrale Notre-Dame de Paris publié le 15/02/13 par le Figaro,fr.

    En avril 2013, le mouvement Muslim Women Against Femen, «Femmes musulmanes contre les Femens», Facebook Group Takes On Activists In Wake Of Amina Tyler Topless Jihad (PICTURES), «Facebook groupe d'activistes s'introduit dans le sillage de Amina Tyler Jihad topless, images», groupe qui prétend se revendiquer Femen est islamophobe et impérialiste. Il s'est ouvert une page Facebook montrant des images de femmes soutenant des slogans comme «la Nudité ne me libère pas et je n'ai pas besoin d'être sauvée», «humiliation sur vous Femen», le hijab est mon droit.

    An image from the Muslim Women Against Femen Facebook page. The Huffington Post United Kingdown.

    Le groupe qui fut créé par des étudiantes de Birmingham, lança une campagne sur Internet, avec comme slogan «Muslimah Pride», «Fière d’être musulmane», contre les féministes qui manifestent seins nus.

    An image posted on the Femen Facebook page, captioned: 'We pray for a topless jihad'

    C'est un groupe international organisant des manifestations seins nus dans une action pour le droit des femmes pour la démocratie, contre la corruption, la prostitution, et l'influence des religions dans la société. Elles nomment leur mouvement radical «sextémisme». Il s'inscrit dans une ligne post-féministe représentative de l'asservissement et de la propriété publique du corps des femmes, et ce, jusque dans leurs luttes. On ne peut que saluer ce combat mais sous une autre forme, surtout dans les pays ou la femme est un objet sexuel mais aussi d'esclavage sans autre droit que celui d'être servile à l'homme. On comprend qu'en Ukraine, si les femmes sont soumises à ces conditions, ce que je ne peux affirmer, qu'elles se révoltent et qu'elles agissent là ou il y a de tels abus.

    L'histoire nous apprend que trois ukrainiennes adolescentes originaires de Khmelnytskyï, Anna Hutsol, Oksana Chatchko et Alexandra, qui s'indignèrent de la place réservée aux femmes dans la société ukrainienne, créèrent «Femen» lors de leurs études à Kiev. Anna Hutsol expliqua avoir lancé Femen en 2008 pour défendre la démocratie quatre années après la Révolution orange, car elle pensait que l’Ukraine manquait de militantes pour défendre les droits des femmes. «L'Ukraine est un pays dominé par des hommes, où les femmes sont passives».

    Pour Anima Sboui tunisienne l'histoire est en marche. Elle osa montrer aux conservateurs et aux plus libéraux les confuses contradictions de leur révolution. Une jeune fille qui eut le courage de braver les interdits d'une religion musulmane, brisant le devoir d'obéissance et d'asservissement à l'ordre moral religieux. Comme d'autres jeunes filles qui veulent rompre les droits de soumission, son crime fut, dans un simple tag, avoir tracé le mot «Femen» sur un muret d'un cimetière de Kairouan à 150 km au sud de Tunis. Quelques lettres tracées pour défier la rage obscurantiste de 40.000 salafistes qui prétendirent se rassembler en toute illégalité à Kairouan, le 19 mai dernier. Ces manifestants-là, qui ont fait plusieurs blessés parmi les policiers antiémeutes, furent relâchés.

    Quatre militantes Femen manifestèrent par solidarité devant le palais de justice de Tunis. Elles se nomment Amina 18 ans, Pauline 27 ans, Joséphine 19 ans et Marguerite 22 ans. Une Tunisienne, une Allemande et deux Françaises. Ce ne pouvait être qu'un acte passible de prison, et quatre femmes avec Amina croupissent en prison. Elles furent condamnées pour trois d’entre-elles à quatre mois de prison ferme pour atteinte à l'ordre public.

    Détenues depuis un mois, elles furent libérées dans la nuit du 26 juin après que leur peine fut commuée, en appel en sursis. Elles quittèrent la prison pour femmes de la Manouba pour l'aéroport de Tunis Carthage pour rejoindre le continent européen. Cette libération n'était pas sans rapport avec la visite de François Hollande prévue début juillet. Quant à Amina elle risque de six à douze ans de prison.

    On peut comprendre cette femme qui porta tant d'espoirs à la révolution, n'est-elle pas allée trop loin, trop vite dans un pays qui n'est pas encore stabilisé ou les dogmes religieux sont encore aussi forts ? Devrait-on la condamner à six ou douze ans de prison ? Il est certain qu'une compassion se mêle devant l'acte qu'elle fit, un tag, une banalité sur un mur !

    Même les jeunes de gauche antireligieuses rappelèrent à Amina les convenances auxquelles elles ne doivent pas transgresser. Le chemin est encore long pour cette gauche qui fut choquée par cette nudité qui leur fait peur.

    Amina au tribunal de Kairouan le 5 juin document Le monde.fr. SALAH HABIBI/AFP.

    Elles ne sont pas les seules à endurer cette forme de répression depuis la révolution. Ghazi Beji et Jabeur Mejri, deux blogueurs, furent condamnés à sept ans et demi de prison pour blasphème. L'un par contumace. Il a dû se réfugier en France. L'autre purge sa terrible peine dans l'indifférence générale. La journaliste franco-tunisienne, Hind Meddeb, fut poursuivie pour avoir dénoncé la lourdeur de la condamnation du rappeur Weld el à deux ans de prison ferme pour une chanson irrévérencieuse envers la police, tiré de l'article de Caroline Fourest, écrivaine et journaliste, et de Nadia El Fani cinéaste, Aliaa El Mahdy cyberdissidente égyptienne), Taslima Nasreen écrivaine, et Inna Shevchenko porte-parole de Femens, du Monde.fr.

    François Hollande qui se rendit, en visite officielle dans ce pays qui se cherche après avoir vaincu la dictature, ne put vaincre le sectarisme d'une religion. Le problème de ces européennes étant résolu, on ne sait s'il pu agir pour cette jeune Amina. Nul ne doute qu'il essaya, mais ce que l'on sait c'est qu' Amina est encore en prison. On pense que ce voyage fut pour lui un test de son engagement socialiste à dire ce qui ne va pas dans cette nouvelle gouvernance ou les libertés les plus fondamentales sont lourdement sanctionnées, mais rien ne filtra de ce voyage.

    .

  • Le RSA un double scandale, 803 millions d'indus,

    et un degré de complexité pour le bloquer de tous cotés.

    Martin Hirsch, par peur de l'explosion des demandes, le RSA fut blindé de tous cotés !

    Support Wikipedia C'est tout du Sarkozy, dans son ouverture à gauche, reprenant l'idée de Martin Hirsch de créer un revenu visant à supprimer, ou plutôt à réduire les effets de seuil, lorsqu'une personne recevant le SMIG, ou du RMI, et reprenant une activité salariée, ne verrait pas son revenu augmenter. De façon à ne pas la décourager, à ce qu'elle cherche un emploi, le RSA constituait dans l'esprit de Martin Hirsch en un complément de revenu pour les travailleurs pauvres et un minimum social pour ceux qui ne travaillaient pas, voir les articles Martin Hirsch dans quelle galère ? et Le RSA. Conséquence bien sûr du blocage des salaires, qui fait porter sur la communauté le coup du complément au RSA, les patrons tous heureux reçoivent ainsi une main d’œuvre pas cher payée, ce qui va dans le sens de réduire le coût du travail.

    Trois moyens furent mis en œuvre,

    • Le maintien d'une partie des prestations du RSA en cas de retour à l'emploi. Selon Martin Hirsch, le RSA devait permettre de cumuler revenu d'activité et revenu de solidarité,
    • Un accompagnement personnalisé renforcé en vue du retour à l'emploi pour les anciens bénéficiaires du RMI et de l'API.
    • Le développement progressif de l'aide personnalisée de retour à l'emploi, avec une enveloppe financière, pour le transport, un déménagement, la garde d'enfants, destinés à réduire les difficultés liées à la reprise rapide d'un travail.

    Martin Hirsch précisa en septembre 2007, «nous n’avons jamais prétendu que le revenu de solidarité active suffirait à lui seul à combattre les différentes formes de pauvreté». Le dispositif devait, à partir de l'été 2009, concerner tous les anciens bénéficiaires du RMI mais aussi les titulaires de l’API et les travailleurs pauvres, moins de 880 € mensuels, mais le nombre de dossiers à suivre par la CAF, Caisse d'Assurances Familiales, serait le double par rapport au RMI, ce qui supposa plus de moyens humains qui ne furent pas garantis. Après plusieurs évaluations dans 25 puis 34 départements le RSA se généralisa le premier juillet 2009 pour un coût de 2 à 3 milliards d'euros par an, et les CAF estimèrent à 3,1 millions le nombre de bénéficiaires. De suite, cela montra qu'il fallait freiner, d’où une usine à gaz de paperasserie.

    Mais les CAF connaissaient-elles vraiment les formalités à remplir pour en bénéficier ? Probablement pas puisque le but recherché fut atteint, 68 % des personnes qui pouvaient y prétendre ne le demandèrent pas, c'est Caroline Rollot du Monde.fr qui écrit, les trop-perçus symptômes de l'échec du RSA. Il y eu donc deux choses qui montrèrent l'échec de la politique menée, au repoussoir mit en place par Sarkozy, s'ajouta un niveau record d'erreurs de paiement.

    Chaque mois des milliers de bénéficiaires du RSA doivent rembourser les sommes qui leurs furent versées à tord par la CAF. Ces indus, c'est à dire des «non dus» peuvent avoir plusieurs raisons. Tout d'abord la fraude, puis des erreurs du demandant ou de l'organisme payeur. L'ensemble de ces indus porterait sur 803 millions sur les 10,5 milliards de versement total enregistrés en 2012 par la CAF, ce n'est pas rien,

    et bien sûr ceux qui doivent rembourser l'argent qu'ils ont dépensé pose de sérieuses difficultés, puisqu'il est prévu de le récupérer chaque mois sur la prestation versée, ils n'avaient qu'à pas le dépenser !

    Près de 1,6 million de foyers bénéficièrent du RSA de base, le socle, quant au RSA activité, c'est à dire celui du complément de revenu, il fut versé à 476.000 foyers. Il généra 625 millions d'indus sur 8, 75 milliards versés. Ces chiffres montrent l'importance de l'aide et des indus. À titre de comparaison, le montant total des indus toutes prestations confondues, RSA, allocation logement, allocation adulte handicapé..., s'élevait sur la même période à 2,1 milliards d'euros pour 67,7 milliards de versement soit 3,1 %. Le social coûte cher !

    Comment faire le tri entre la fraude, et les erreurs de rédaction et l'analyse des dossiers ? «Il y a, a minima quatre fois plus d'informations à fournir dans un dossier RSA que pour une demande d'allocation logement», et six pages de questionnaire pour une demande, et 152 pages d'explication pour comprendre son calcul, «comment ne pas s'y noyer ?». Ils ont fait forts !

    Le bébé a été envoyé au députe PS de Saône-et-Loire Christophe Sirugue pour simplification, il devait rendre son rapport pour la fin du mois de juin ?

    Il est certain que le dossier est complexe, cause d'une gestion difficile entre les différents emplois que peuvent occuper les bénéficiaires, les périodes sans activité, et qui, lassés des démarches administratives, n'informent pas forcément l'organisme payeur. La prestation est donc mal adaptée à la volatilité du travail. Selon Bernard Gomel, du Centre d'études et de l'emploi, aujourd'hui, «la plupart des travailleurs pauvres n'arrivent même pas à enchaîner régulièrement des emplois en CDD ou en intérim et connaissent de plus en plus de périodes sans activité. Ces allers-retours incessants compliquent les calculs».

    Pour Martin Hirsch le RSA souffre d'une réforme inachevée, la peur de l'explosion des demandes, nous sommes donc arrivés à une sophistication telle qu'elle se retourne contre les bénéficiaires, mais n'était-ce pas ce qui était en fait cherché ?

    Il ne faut donc pas en rester là, et Christophe Sirugue, dans un rapport qui doit être remis au gouvernement courant juillet, sur la réforme des aides en faveur des travailleurs pauvres, doit proposer quatre pistes toutes ayant un avantage et un inconvénient, précise-t-il. «Il faut affiner l'étude de ces pistes pour trouver celle qui correspondra aux objectifs qu'on s'est fixés : simplification, redistribution, lutte contre la pauvreté et accompagnement dans l'activité». Parmi ces pistes, il propose la création d'une «prime d'activité» qui remplacerait les prestations existantes. Elle serait versée chaque mois. Le dispositif ne prendrait en compte que les revenus du demandeur et non de l'ensemble du foyer, comme c'est le cas actuellement du RSA. Cette prime serait autour de 94 euros, contre 40 euros pour la PPE et 170 euros en moyenne pour le RSA activité aujourd'hui.

  • Silvio Berlusconi et le scandale sexuel du Rubygate,

    chantages et mensonges derrière le bunga bunga.

    Le «Olgettine» se confessent au téléphone.

    Encore en location à la charge de Berlusconi, référence Giornalettismo.

    En cliquant sur la référence parcourez le diaporama.

    Support Wikipedia Ruby raconte les plans de Silvio Berlusconi pour la couvrir d'or afin qu'elle se taise. Nicole «briffa» ses amies avant les parties controversées à la villa d'Arcore résidence de Berlusconi dans la périphérie de Milan. Les filles commentent les soirées dans la maison du premier ministre. Les querelles, les soupçons quand tout commence à s'effondrer, lorsque le patron semble de plus en plus seul. Voici quelques-unes des conversations interceptées au cours de l'enquête, à lire sur la ré-enquête journalistique, en italien.

    Serait-ce la fin du scandale du Rubygate qui pollue l'Italie depuis 2010 ? Silvio Berlusconi est soupçonné d'avoir incité à la prostitution une danseuse de discothèque mineure. Entre février et mai 2010, il aurait payé Karima El Mahroug, connue également sous le nom de scène Ruby Rubacuori, alors mineure pour avoir des relations sexuelles avec elle, ainsi qu'avec de nombreuses autres jeunes femmes qui participaient à une série de réceptions privées, les bunga-bunga près de Milan.

    C'est ce scandale qui fit requérir par la procureure Giulia Turri du tribunal de Milan assistée de deux magistrates Orsola De Cristofaro et Carmela D'Elia à Berlusconi 6 années de prison avec l'interdiction à perpétuité d'exercice public, condamnation qui fut porté par les juges à 7 années de prison avec interdiction perpétuelle d'exercer une fonction publique.

    Une condamnation par les femmes titre la presse italienne

    Berlusconi, un verdict violent, jamais vu mais je résisterais à cette persécution.

    Serait-ce la fin de la carrière politique de Berlusconi, probablement pas, il fera appel et la pression politique de son parti le Pdl fera le reste. A 76 ans Berlusconi vu sa puissance financière avec ses avocats et ses appuis politique, il est fort probable qu'il ne fera jamais de prison. Dans son camp les réactions ne se sont pas faites attendre, c'est un «véritable attentat contre la démocratie», s'insurgea le sénateur de droite Lucio Malan, Fabrizio Cicchitto plus modéré qui dénonça «l'irresponsabilité d'un noyau de magistrats soutenus par des forces éditoriales et financières contre lesquels il faut protester haut et fort».

    De plus, la majorité actuelle du gouvernement ne tient que par l'appui du Pdl dont le vice président du conseil est d'Alfano. C'est une coalition Pd de centre gauche dont le chef de file est Bersani avec le parti de Berlusconi qui permit cette majorité gouvernementale à la suite des élections législatives de 2013, voir les élections législatives italiennes dans un contexte d'austérié. Le mouvement 5 étoiles de Peppe Grillo ayant refusé tout accord électoral.

    Déjà la condamnation pour concussion et prostitution juvénile de Berlusconi conduisit les faucons de son parti à se mettre en stand by en agissant sur Berlusconi pour des élections anticipées en provoquant un tir sur les taxes et la justice. Mais Enrico Letta premier ministre fit de l'inertie et tenta dans un premier temps une médiation pour juguler le dommage d'un éventuel recours aux élections. Il rencontra le président du parti démocrate Pd Gugliemo Epifati dans un entretien de 45 minutes sur des questions européennes mais également une stratégie pour assurer la continuité du gouvernement.

    Dans un second temps Enrico Letta devait rencontrer Berlusconi dans un face à face dans lequel Berlusconi devrait lui signifier que pour le moment, il n'était pas question d'attaquer le gouvernement, mais de demander que la réforme de la justice soit inscrite en priorité. Mais, le premier ministre reste plus préoccupé par l'hypothèse d'une nouvelle campagne des faucons du Pdl contre la TVA et la taxe foncière sur la propriété. Si la taxe foncière sur la première maison devrait être éliminée, c'est 4 milliards d'euro par année de rentrées fiscales en moins. Si l'on ajoute à cela la taxe sur la TVA, c'est plus de 3 milliards d'euros qu'il faudrait trouver en plus ailleurs.

    De nouvelles élections italiennes auraient pour conséquences une nouvelle situation d'inquiétude sur les marchés ce qui ne peut être bon pour nous qui empruntons à des taux extrêmement bas. Pour le moment Berlusconi ne fera pas de prison tant que l'appel ne sera pas rejeté, ce qui lui laisse quelques mois, jusqu'en octobre.

    Selon «il Corriere Della Sera» Berluscconi est prêt à retourner à la TV pour parler du gouvernement. D'une humeur noire, prêt au pire, il fini mal. «Je n'ai rien fait, rien de mal, mais comme ils veulent me mettre dehors de la scène politique, ils profitent de cette occasion». Il considère ce procès comme le plus odieux, il a balafré, selon lui, son image internationale ce qui conduisit au grand déclin de son gouvernement, le procès Ruby.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu