Avertir le modérateur

- Page 3

  • L'exode fiscal, le miroir aux alouettes,

    fera prendre conscience que c'est en France que l'on vit le mieux.

    La soulographie mène à tout.

    Depardieu étrenne son passeport avec Vladimir Volkov gouverneur de Moravie photo publiée en Une sur le site Mordovia.ru, document Le Monde.fr.

    Support Wikipedia C'est triste, de la gloire à l'exode, ce grand acteur qui nous monte un cinéma, ou qui ne sait plus ou il en est, l'encéphale tâché d'alcool, trouve que la Russie est une grande démocratie, ce qui fit éclater de rire de nombreux Russes, la tête de l’État étant soumise au turnover Medvedev Poutine. Même le cinéaste national Stanislav Govoroukhine, soutien officiel de Vladimir Poutine pendant la campagne présidentielle de 2012, ne s'est pas réjoui, «ça fait un alcoolique de plus !». Une démocratie de passe droits, de privilèges, de camps contre la liberté d'expression, qui ne reconnait même pas citoyens les Russes nés en Russie. La Russie un très grand pays certes, mais avec beaucoup d'injustices, et d'insultes bien plus lourdes que celle de «minable» de Jean-Marc Ayrault qui s'adressait, non pas à l'acteur, mais au fait qu'il a choisi une résidence en Belgique à un km de la frontière Française pour, bien sûr, revenir plus facilement en France, la France c'est quand même mieux.

    En termes d'insultes, Vladimir Poutine alors premier ministre de Boris Eltsine déclara au sujet de la Tchétchénie, on ira les «butter» jusque dans leurs chiottes. Quant à Dmitri Medvedev qui traita, le célèbre opposant Alexei Nalvani, particulièrement critique sur le parti au pouvoir, «d'enculé d'abruti», Le Figaro international.fr. L'alcool réchauffe l'esprit et montre sans détour ce que l'on est. Mais, sans aller aussi loin, notre ex président qui traita au Salon de l'agriculture en 2008 une personne de «casse toi pauv'con», ce qui n'empêcha pas Depardieu de lui prononcer un vibrant hommage à son meeting de Villepinte.

    La politique n'a pas d'amour propre, ce n'est qu'une lutte pour le pouvoir, pour les intérêts de ceux dont c'est le métier, on peut dire et faire aujourd'hui le contraire de ce l'on a dit et fait la veille.

    Après avoir reçu de mains de Poutine son passeport, le 05/01/13 à Scotchi sur les bords de la mer Noire, «Géjé» qui se voit proposer par le gouverneur le poste de ministre de la culture de la république de Mordovie, selon une source locale citée par l'agence Ria Novosti, fut accueillit à sa descente d'avion à Saransk la capitale par une fanfare et des femmes en falbalas traditionnels qui chantaient sur le tarmac. Flatté, mais encore lucide, il refusa ne connaissant pas les us et coutumes de la culture Mordovienne. La Mordovie est une des 21 républiques indépendantes rattachées à la fédération de Russie et située à 600 km de Moscou. D'une superficie plus petite que celle de la Belgique, pourvue de 500 lacs mais aussi de camps de prisonniers de l'ère Stalinienne dont Nadia Tolokonnikova membre des Pussy Riots purge, coupable de hooliganisme, dans l'un de ces camps, une peine de deux ans d'emprisonnement. Depardieu ne doit pas être bien informé sur la démocratie Russe.

    Gagner beaucoup d'argent et partir à l'étranger pour payer moins d'impôts, non pas sur le revenu ou les taux pratiqués dans certains pays d'évadés fiscaux sont, soit égaux soit supérieurs aux taux Français, mais sans ISF, et inférieurs sur le patrimoine à condition que celui-ci ne soit plus en France, mais rétablit dans le pays d'accueil, montrent que l'exil se réduit donc à peu de chose par rapport à ce qu'il conditionne comme perte de prestige et de conforts matériels, la France c'est quand même autre chose dont beaucoup n'imaginent même pas.

    Italiens, Anglais, Allemands, Russes qui viennent s'installer en France sont là pour nous dire que la France, malgré ses impôts, est encore le pays ou l'on vit le mieux. D'ailleurs plus de Belges et d'Anglais se sont naturalisés Français que des Français dans ces deux pays.

    Quitter la beauté de nos campagnes, de nos montagnes, de nos villes, de nos rivages, notre patrimoine en quelques sorte, nous montre que ces évadés fiscaux ne connaissent rien du pays qui les ont vus naitre, grandir et s'enrichir. La richesse de notre terroir, nos vins, nos fromages, notre pain, notre gastronomie, notre culture, sont autre chose que celles du plat pays et de la Russie, même de l'Angleterre, même si chaque pays a ses attraits. L'argent ne fait pas tout, et dès lors que l'on peut vivre aisément et profiter de ce que nous offre notre pays pourquoi partir ailleurs pour quelques dizaines de milliers d'euros, avec tout ce que cela comporte comme difficultés et risques. Nul autre pays offre les services d'urgence et de santé que nous avons, même si ceux-ci ne sont pas parfaits. Ces gens, à qui l'on dresse le tapis rouge, ne valent moralement pas grand chose même s'ils sont entrepreneurs et milliardaires.

    Gérard Depardieu, Bernard Arnault, Alain Delon, Johnny Haliday, et beaucoup d'autres, attirés par la Belgique ou ailleurs, même s'ils n'y possèdent pas leur fortune ont fait, pour 126 d'entre eux une demande de naturalisation en 2012. Soit le double de ce qui fut demandé lors de l'année 2011. Il n'y a donc pas de quoi en faire un sujet national, cet exode reste marginal, malgré le lobbying des médias, qui poussés à droite, le font sentir. L'obtention de la nationalité Belge implique trois avis. Ceux de l'Office des Étrangers, du parquet et de la Sûreté de l’État. En outre, l'acceptation du service de l'étranger est subordonnée à un temps d'occupation à la résidence principale de trois années, ce qui fait que Bernard Arnautl ne remplit pas actuellement cette condition. À ces difficultés il faut s'attendre au lobbying Français sur le gouvernement Belge, de même que sur celui de la Suisse, ce qui fait que la nationalité du pays d'exil sera de plus en plus difficile à obtenir, que l'on se rappelle le cas de Johnny Halliday pour la Belgique. Quand à l'Angleterre, si le tapis rouge de David Cameron est dressé pour les futurs évadés fiscaux, il est percé, les conditions d'existence dans ce pays sont loin d'être égales aux nôtres, ne serait-ce que le prix de l'immobilier. S'exiler est beaucoup plus le miroir aux alouettes qu'autre chose.

    Gérard Depardieu invité par le président de la FIFA Sepp Blatter pour la remise du ballon d'or, déclara à son arrivée en Suisse, «je suis Français même avec un passeport Russe et j'aurais certainement la nationalité Belge. Si j'avais voulu échapper au fisc, je l'aurais fait depuis longtemps, citant Alain Delon en Suisse depuis 20 ans et Charles Aznavour».

    Depardieu avec son ami Poutine.

    3

    People-match, dimanche 6 janvier 2013. La masse étreint le petit.

    Ses frasques Depardieu ont provoqué gènes et consternations. Pour le philosophe André Glucksmann c'est «la honte» que Depardieu entretienne des relations avec Poutine ainsi qu'avec Ramzan Kadyrov, le président pro-Russe de Tchétchénie. Même la présidente du Medef, Laurence Parisot souhaite qu'il «se calme et qu'il dise je reviens, c'est quelque chose qui m'attriste beaucoup». Pour le député UMP Henri Guaino, qui fut conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, «je ne veux plus parler de cette affaire un peu pathétique. S'il veut devenir Russe, qu'il devienne Russe. Quand on aime son pays, on essaye de le servir, éventuellement de le transformer. On commence dans la révolte fiscale, on finit par le passeport Russe».

    D'une façon générale beaucoup sont pour dire que Poutine à fait un coup politique contre François Hollande, constatant des relations dégradées entre la France et la Russie. Il faudrait tout de même rappeler que la Russie soutient le régime de Bachard el-Assad et que ce régime est condamné par l'ensemble de la communauté internationale. La révolution en Syrie a déjà fait plus de 60.000 morts.

  • 2013, la pire des années selon les économistes,

    annus horribilis chômage, récession, austérité, évasion fiscale, n'en jetez plus, pitié !

    Support Wikipedia C'est à feu nourrit, la droite hurle depuis l'élection de François Hollande, un malheur serait tombé sur la France, elle a augmenté les impôts, sacrilège. Depardieu part pour la Belgique, obtient entre temps la nationalité Russe, et part pour la Russie. Brigitte Bardot pour deux éléphantes tuberculeuses qui vont être euthanasiées veut demander la nationalité Russe, la démence des pitres n'a plus de limite. Bernard Arnaud et les riches Français s'expatrient de plus en plus en Belgique, en Angleterre, en Suisse,...c'est une attaque contre la France. On est en plein délire !

    Là dessus les experts à qui l'on donne de la voix en profitent pour clamer l'horrible, 2013 sera la pire des années que la France ait connue. Les marchés règleront leur compte à cette politique qui osa augmenter les impôts au lieu de ne faire que de la misère par les réformes structurelles, comme en Espagne, en Italie ou 50 % des jeunes sont sans travail, sans oublier la Grèce et les autres. La misère comme croissance est la vertu de ces experts. Il aurait fallu nommer un conseiller comme Mario Monti président de la république venant directement de Goldman Sachs.

    Mais ce qui est curieux de lire est un article d'Edgard Morin sociologue et philosophe dans le Monde.fr du 01/01/13 qui clame, en 2013, il faudra plus encore se méfier de la docte ignorance des experts. Il entend par là le point de départ de la connaissance que Nicolas Cues prend pour modèle de la connaissance mathématique dont la possibilité réside dans la proportion entre de l'inconnu et le connu. Et c'est bien de cela qu'il s'agit. Le connu c'est ce qui se pratique, tandis que l'inconnu c'est ce qu'ils ne connaissent pas mais sur lequel, ils donnent leur avis.

    La thermodynamique nous apprend que l'énergie d'un système en évolution ne fait que décroître, son entropie augmente puisque l'évolution est naturellement irréversible, il faut donc pour retrouver ses conditions initiales y apporter de l'énergie, et dans le cas du chômage sans énergie, c'est à dire sans croissance, il ne peut que croître. Ces lois physiques d'évolution s'appliquent à tous les systèmes qui gouvernent notre existence. Or, comment fait-on de la croissance, en investissant, c'est à dire en injectant de l'argent, et pour trouver de l'argent, on ne peut le faire qu'en augmentant les impôts. Il semble donc que ces experts ont oublié ce principe d'évolution puisqu'ils considèrent, dans la continuité actuelle du système, c'est à dire le chômage, que son entropie ne peut que décroître.

    Ce qui me plait dans ce qu'Edgard Morin dit, «hélas, nos dirigeants semblent totalement dépassés, ils sont incapables aujourd'hui de proposer un diagnostic juste de la situation et incapables, du coup, d'apporter des solutions concrètes, à la hauteur des enjeux. Tout se passe comme si une petite oligarchie intéressée seulement par son avenir à court terme avait pris les commandes», du Manifeste Roosevelt 2012. Pour Edgard Morin, un diagnostic juste «doit être conscient de l'erreur de sous estimer l'erreur dont le propre est d'ignorer qu'elle est erreur».

    René Descartes dans son discours de la méthode, intuition et déduction, dit «la déduction est ainsi un mouvement de la pensée, consistant en une série d'intuitions enchaînées, mises en relation par ce mouvement continu de l'esprit. Par ces séries d'intuitions reliées par le raisonnement, nous ramenons ce qui est inconnu aux principes, c'est-à-dire à ce qui est connu». C'est bien ce que font les experts économistes ils traitent de l'inconnu avec leur connu. Mais ce ne sont pas des mathématiques, l'économie est mondiale et des évolutions positives sont possibles dès lors qu'elles sont incitées.

    Edgard Morin, dont on ne peut douter de sa compétence, trouve illusoire que le néo libéralisme qui a produite cette crise puisse permettre que l'on en sorte. En d'autres termes, puisque le libéralisme à échoué lui donner la possibilité de réparer son échec est dangereux, il faut donc faire autre chose.

    Je suis de son avis lorsqu'il dit, parlant d'erreur de la pensée, qu'elle conduit à une vision réductrice des faits ne voyant qu'un élément du problème. En effet, les dirigeants qui préconisent les réformes structurelles préfèrent ce choix pour réduire les dépenses afin de faire des économies en réduction de la dette, en fait ils l'augmente puisque «l'énergie» décroit, il faut bien subvenir aux besoins de la population, et comme il n'y a plus de production, il n'y a plus de ressources, et l'économie s'asphyxie.

    Prenons l'exemple de Mario Monti, il a mis son pays au bord du gouffre, et maintenant si sa coalition de droite centriste parvenait à gagner les élections législatives, il a annoncé qu'il s'attaquerait au chômage des jeunes. C'est une difficulté bien plus importante que de serrer les dépenses. Il lui faudra relancer une économie qu'il a détruite. Comment le faire ? Il lui faudra de l'argent donc augmenter les impôts de ceux qui peuvent payer, les autres Italiens ne peuvent plus, ils sont devenus pauvres, voir miséreux. Il sera confronté à l'évasion fiscale si elle n'est déjà effective, ceux qui ont les moyens ont certainement tout prévu.

    Notre enseignement donne des connaissances, mais ne donne pas le moyen de les relier, c'est un fait que j'ai personnellement connu, lorsqu'il faut analyser mettre en équation un phénomène physique ou s'imbriquent un ensemble de disciplines. La synthèse des connaissances dans leurs applications est quelque chose que l'on n'apprend pas, c'est un travail sur soi qui permet de tenir compte de toutes les variables. Edgard Morin en fait l'application aux experts quand il dit, «l'amoncellement sans lien des connaissances produit une nouvelle et très docte ignorance chez les experts et spécialistes, prétendant éclairer les responsables politiques et sociaux».

    Pour lui, et c'est à noter, il est de gauche, et il dit, «la gauche est incapable d'extraire de ses sources libertaires, socialistes, communistes une pensée qui réponde aux conditions actuelles de l'évolution et de la mondialisation. Elle est incapable d'intégrer la source écologique nécessaire à la sauvegarde de la planète».

    Et puis, «notre président de gauche d'une France de droite ne peut ni retomber dans les illusions de la vieille gauche, ni perdre toute substance en se recentrant vers la droite. Il est condamné à un "en avant". Mais cela nécessite une profonde réforme de la vision des choses, c'est-à-dire de la structure de pensée. Cela suppose, à partir d'un diagnostic pertinent, d'indiquer une ligne, une voie, un dessein qui rassemble, harmonise et symphonise entre elles les grandes réformes qui ouvriraient la voie nouvelle». Effectivement François Hollande ne peut faire une politique de droite ainsi qu'une politique de gauche, il est obligé d'être entre les deux.

    Le problème est qu'il faut que cette politique soit comprise or c'est loin d'être le cas. C'est pour cela qu'Edgard Morin parle d'une réforme de la connaissance et de la pensée par l'éducation qui est aujourd'hui présente, sous entendant le recrutement de professeurs dans l'éducation nationale. Ces professeurs d'un type nouveau devraient être apte à traiter des problèmes de la connaissance, de l'identité de la condition humaine, afin d'éclairer les peuples à comprendre l'évolution du monde qui implique une politique qui tienne compte à la fois de développer les moyens de la croissance par l'impôt avec ceux de la réduction des dépenses.

  • Les paradoxes de la manifestation du 13 janvier,

    ou l'homophobie de l'église comme une exigence.

    Support Wikipedia On peut s'interroger sur la manifestation contre le mariage pour tous, qui est en fait une manifestation contre l'homosexualité, que Jésus-Christ ne condamnait pas, voir, La gauche et l’église s’affrontent au défilé du mariage Gay le 13 janvier, mais que l'église et ses adeptes homophobes s'opposent dans un conservatisme d'un autre temps, comme si elle était la seule à avoir une légitimité morale, sur laquelle il faudrait s'incliner. La droite, en tête du cortège, puisqu'elle en est le bras armé, serait aussi la seule porteuse politique légitime pour gouverner. Église et politique ne font qu'un dès lors qu'il faut combattre une évolution que 13 pays dont l'Espagne ont adoptée.

    Mais où en sommes nous dans cette arnaque qui veut nous faire croire que c'est le mariage pour tous qui en est la raison ?

    Elle est éminemment politique il n'y avait qu'à voir le sourire de Jean-François Copé et de ses compagnons, ainsi que ceux du FN, Bruno Gollnisch en tête. Mais aussi, cette honorable Madame Simone Veil, l'âge n'arrangeant pas les choses, drapeau Français en mains que l'on fait défiler pour donner plus de crédibilité. Pauvre Madame Veil, ce n'est pas à votre âge que l'on fait ce genre de manifestation. Mais plus encore, ce jeune homo, Xavier Bongibault, porte-parole du collectif et de l'association «plus gay sans mariage» comparant François Hollande à «un homme arrivé au pouvoir en 1933». On voit la morale de certains de ceux qui ont organisés cette manifestation.

    Une manifestation réussie, mais pas autant qu'espéré par rapport à celle de 1984 sur l'école privée. Le lobbying des responsables religieux dans les cellules cathos qui, de coups de téléphone en messages dans leurs écoles et dans les églises avec la bonne voix des cardinaux, ont même fait défiler les enfants. Une logistique de guerre qui fait peur si elle revenait au pouvoir.

    On a vu là, le visage d'une France intolérante, prétentieuse qui croit qu'elle seule détient la vérité.

    Bien sûr ce n'est aux gens sincères que je m'exprime, mais à ceux qui ont organisés cette une aventure qui ne fait que diviser, et qui se servent de ces Français pour leur propre propagande. Un débat, mais il existe depuis des siècles entre le civil et le religieux. Un référendum quel culot après l'avoir refusé lorsqu'ils étaient au pouvoir. Ces gens là n'ont même pas le souvenir de ce qu'ils ont faits.

    Finie la liberté sexuelle, il faudra être marié et faire des enfants. C'est le combat permanent entre église et laïcité qui resurgit dès qu'une évolution contraire à ses principes se fait jour. Ce fut le cas lors de l'interruption volontaire de grossesse ou Simone Veil porta la loi à l'Assemblée, puis lors de la procréation médicalement assisté, «il ne peut exister d'enfants sans relations sexuelles comme il ne peut exister de relations sexuelles sans enfants, fécondations et actes sexuels sont inséparables», puis sur la pilule contraceptive, «tout acte matrimonial doit rester ouvert à la vie», puis ensuite lors du pacs ou l'on vit un même défilé des anti pacs avec les mêmes élus de droite et d'extrême droite. Ils contestaient «l'inscription dans la loi Française des modes de vie qui n’ont pas à servir de référence pour la vie en société», et annonçaient la pire des catastrophes, maintenant c'est sur le mariage des homos.

    Pouvez-vous m'expliquer ou sont les valeurs de liberté de l'église et de la droite Française ?

    La famille fondement de notre civilisation comprend un homme et une femme base de l'évolution du monde depuis des millénaires puisque c'est à partir de ce couple qu'il se perpétue. Raisonnement imparable, mais le mariage homosexuel, tel que le projet de loi le précise, ne modifie pas les fondements du mariage hétérosexuel, mais il donne plus de liberté à ceux qui, par attirance, veulent se marier. Ce projet de loi ne supprime pas un droit, il l'étend à d'autres qui aussi s'aiment. Pourquoi faudrait-il que ce soit seulement un homme et une femme qui auraient le droit de s'aimer et de se marier ? De quel droit cette église veut imposer sa morale quand on pense qu'elle fut la plus injuste des religions tuant ceux déclarés hérétiques et condamnant même Galiléo Galiléi pour avoir déclaré que la terre tournait autour du soleil, voir Galileo Galilei, première partie. Bien sûr ce n'est plus de notre temps, mais l'église a-t-elle vraiment changée ?

    En quoi ces manifestants ont-ils peur, que tous nous devenions homosexuels, mais ils n'ont rien comprit, ou ne veulent pas comprendre que c'est une attirance sexuelle et que nous n'y sommes pas tous contraints, des imbéciles alors ? Non des politiques.

    C'est tout le paradoxe de cette manifestation qui veut interdire cette union alors que l'église prétend ne prêcher que le bien des êtres ? Pourquoi faudrait-il que les homos s'aiment sans qu'ils puissent avoir les mêmes droits que les hétéros ? En vertu de quoi a-t-on le droit de s'y opposer ? On ne va tout de même pas revenir à l'inquisition qui condamnait les relations homosexuelles du temps des Templiers ?

    Il s'agit d'un mariage civil dont l'église n'a rien à y voir. Ce projet de loi n'interdit pas le mariage religieux, alors pourquoi tant d'acharnement à vouloir empêcher que deux êtres qui s'aiment ne puissent se marier ?

    On a le droit de s'interroger sur le refus du mariage des homos qui s'étend pas seulement qu'aux cathos mais aussi à d'autres et même à gauche, c'est donc toute une éducation de la famille sectairisée qui ne veut comprendre que leur morale n'est pas remise en cause, mais qui est simplement respectée. Plus encore, ce projet de loi, glorifie le mariage qui depuis bien longtemps est mis à mal par le divorce. Alors ce refus n'est porteur de rien de positif pour notre société mais qui divise plutôt qu'il ne rapproche.

    Comme l'écrit Thibaud Collin, agrégé de philosophie, dans le Monde édition d'abonnés, l'affrontement «deux France», «la France conservatrice avec pour axe l’Église catholique qui n'aurait jamais digéré la Révolution et la perte de son emprise politique, et la France progressiste, ouverte aux évolutions historiques et étendant progressivement les grands principes des Lumières à de nouvelles réalités». Thibaud Collin s'exprime sur le fait que le débat sur l'homosexualité fut déjà tranché le 12 mai, tout le monde sait, qu'il est dans les 60 propositions du candidat François Hollande «et que de l'égalité on ne débat pas». Pour lui ce serait une manière de ne pas entendre ce que des milliers de citoyens ont exprimés dimanche 13 mai. Or, il y a une grande différence entre entendre et approuver.

    On sait que les candidats à la présidence sont amenés à donner les grandes lignes de leur programme sur les cinq années s'ils sont élus. Ils sont donc liés à cet engagement, et y déroger conduirait pour ceux qui l'auraient soutenu à une lâcheté, et pour ceux qui l'auraient fait changer d'avis une joie le faisant passer pour un président sans consistance. C'est dans les deux cas suicidaire, c'est ce que n'analyse pas Thibaud Collin.

    Si les présidents sont contrains de s'engager sur des objectifs pour être élus, ce n'est surement pas de leur faute, mais certainement celle des Français. Tous ne sont pas de Gaulle qui, sans programme modifia la Constitution, et devînt président de la république. Du jour où il fit de la politique, il fut battu !

    Alors pourquoi un débat public puisqu'il aura lieu le 29 janvier à l'Assemblée nationale devant les députés. À eux de s'exprimer, et si la majorité s'exprime contre le mariage homosexuel, le président ne peut être mis personnellement en cause, mais la crédibilité de sa majorité, ce qui conduit nécessairement à une remise en cause de son gouvernement.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu