Avertir le modérateur

- Page 5

  • Sarkozy et Bayonne,

    quand on sème le vent on récolte la tempête.

    Nicolas Sarkozy, sous les huées, dans le Petit-Bayonne, Pyrénées-Atlantiques, jeudi 1er mars, document Le Monde.fr. REUTERS/PHILIPPE WOJAZER

    Support Wikipedia Il est des Français qui en ont assez de notre président. Cela fait dix années qu'il occupe la sphère médiatique ministre du budget, ministre de l'intérieur, ministre des finances, puis président de la république, qui a fait mieux ? Alors cela suffit pour certains qui n'ont de raison d'être satisfait de son action. Ne s'est-il pas montré au cours des cinq dernières années le président d'une classe laissant les autres à la dérive. Alors cela suffit ont clamé certains Bayonnais en le chahutant grave lors de sa visite le jeudi premier mars. Bien sûr ce ne sont pas tous les Bayonnais heureusement mais ceux qui ne supportent plus son image, et puis le pays Basque, n'est-il pas un repère d'indépendantistes. Il n'en fallait pas plus pour l'accueillir sous des huées, l'obligeant à se frayer un passage jusqu'au bar du palais, rue d'Espagne.

    Vers 16 heures Sarkozy fut contraint de se mettre à l'abri dans le bar pour éviter les jets d’œufs. Les CRS furent appelés en renfort pour le dégager, vers 17 heures. On ne peut approuver de tels comportements, ils doivent être sévèrement sanctionnés.

    Indépendantistes et anti-ligne à grande vitesse tentèrent de l'approcher en début d'après-midi autour de la ferme d'Itxassou qui l'accueillait avec du piment d'Espelette. Dans une vallée où Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir avaient leurs habitudes, ils voulaient qu'il s'engage sur une collectivité territoriale spécifique au Pays basque, qu'il prenne position sur la future ligne à grande vitesse entre Bayonne et l'Espagne, ou sur le rapprochement des prisonniers Basques de leur domicile. Sur ce point seul, Nicolas Sarkozy se dira qu'il n'y est «pas hostile», Le Monde.fr.

    Le problème est que sa visite portait un aspect provocateur aux yeux de ce petit Bayonne historique aux rues étroites favorisant un refuge de nationalistes Basques. Les rencontres furent tendues. Nicolas Sarkozy était accompagné de Michelle Alliot-Marie et du maire UMP-radical Jean Grenet. La cohue était oppressante sous des huées et des applaudissements. Des insultes se mêlaient aux applaudissements. Seulement il veut être réélu alors il va au bout de cet objectif avec les risques que cela comporte. Sa réélection serait sa gloire mais il n'est pas assez aimé, opposant les Français les uns aux autres.

    Cette campagne laissera des traces par sa violence verbale, la droite imprime une confrontation qui dépasse tout ce que nous avons vu depuis l'élection au suffrage universel du président de notre république.

    «On ne peut passer sous silence l'ingérence des dirigeants conservateurs Européens qui conviennent d'un pacte pour ne pas recevoir François Hollande pendant cette campagne présidentielle, alors qu'il représente actuellement la part majoritaire du peuple Français. Cela montre à quel point ces dirigeants sont petits, sans envergure. Ils ne peuvent accepter la remise en cause du MES, mais le peuple Français n'a jamais été consulté sur ce Mécanisme Européen de Stabilité, voir Sarkozy est-ce son dernier coup d’État,».

    Il savait, sinon lui, ceux qui étaient chargés de sa sécurité que c'était risqué dans ce quartier. Le maire UMP Jean Grenet qui avait déconseillé au président de se rendre dans sa ville. Il a adressé au président une lettre d'excuse regrettant les incidents qui ont émaillés sa visite.

    Sarkozy n'a-t-il pas le droit d'aller ou il veut, aucun territoire ne doit lui être interdit !

    Pour Max Brisson secrétaire départemental UMP, «il a quand même le droit d'aller à Bayonne». Pour lui, il aurait été souhaitable d'associer des militants locaux à la venue du président, reconnaissant que ce déplacement était un peu improvisé. Il s'agissait de faire plaisir à Michelle Alliot-Marie. C'est l'élue Luzienne qui, avec quelques militants locaux, s'est chargée du parcours et a décidé la rencontre au bar du Palais, référence La République des Pyrénées. fr.

    Seulement ce petit Bayonne est composé de rues ou il est difficile d'assurer la protection d'une personne comme Sarkozy qui ne se déplace que sous une large protection policière, c'est dire la sympathie qu'il dégage.

    Par contre ce que l'on ne peut supporter c'est d'accuser François Hollande de la dérive de certains socialistes qui font plus de mal à leur parti que le bien qu'ils voudraient lui faire. Mais Sarkozy à semé le vent par ses attaques contre François Hollande, et qui sème le vent récolte la tempête.

    Les paroles sont des armes et si elles sont injustes et les réactions le sont toutes aussi. Rien de démocratique dans ce qui vient de se passer, des fadas, qui ne se contrôlent plus. Les Français en ont assez, ils sont sur les nerfs, il n'y a qu'a circuler en voiture pour se rendre compte de l'état d'excitation dans lequel Sarkozy à mis le pays. Ils ne respectent plus rien. Ça c'est aussi une réalité de chaque jour.

    Pour Guillaume Lambert directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, cette manifestation d'opposants était organisée par les socialistes. Elle visait à entraver la campagne de Nicolas Sarkozy. De biens grands maux sans preuves.

    • Les différentes images relayées par les chaînes de télévision sont malheureusement éloquentes et ne souffrent aucune ambiguïté sur la nature politique et organisée de cette manifestation particulièrement agressive.
    • Je forme le vœu que vous puissiez veiller, à l'avenir, à ce que les élus et les militants du Parti socialiste ne reçoivent plus consigne, comme cela était le cas à Bayonne, de prendre part à ce genre de pratique antidémocratique visant à entraver par la force la campagne électorale de Nicolas Sarkozy.

    Les socialistes n'ont aucun intérêt à entraver la campagne de Sarkozy et ont accusé la droite de surenchère. La lettre à Pierre Moscovici directeur de campagne de François Hollande.

    3

    Déploiement de CRS à Bayonne devant le bar du Palais, document La République des Pyrénées.fr. © N.S

    De quelqu'un qui était à Bayonne le jour de la manifestation.

  • Lejaby mon coeur suite,

    par le fruit d'une volonté politique.

    Support Wikipedia Vous vous rappelez la fermeture de la dernière usine Lejaby à Yssingeaux, Haute-Loire, fabricant de lingerie pour femme qui mettait 93 ouvrières expérimentées au chômage, 30 années de bons et loyaux services pour certaines, des doigts d'or. Cette fermeture avait ému la classe politique et les médias, en cette période électorale, voir Lejaby mon coeur. L'élection présidentielle fait des miracles puisque François Hollande avait chargé Arnaud Montebourg de faire le tour des usines et de rechercher un repreneur, la Saône-et-Loire n'est pas trop éloignée de la Haute-Loire. Cela avait décidé Sarkozy d'intervenir et il manda Laurent Vauquier maire du Puy-en-Velay voisin. C'est un maroquinier du pays qui finalement s'engagea à reprendre les 93 ouvrières qui devront se reconvertir dans la spécialité. Pour le moment nous en sommes là, et comme l'expérience montre qu'il est très difficile dans ce genre d'opération d'assurer ses engagements, il faut s'attendre, malheureusement, à des restructurations pour éviter les doubles postes. Reprendre 93 salariées sur 200 que compte cette usine n'est pas une mince affaire. Il faut assurer plus de 30 % de commandes avec la situation actuelle, ce n'est pas gagné, mais les élections seront passées. Nous verront ensuite.

    Arnaud Montebourg pas découragé d'avoir été devancé par l’Élysée a donc poursuivit son mandat, et c'est un petit article publié dans Libération.fr qui relate qu'il apporte un repreneur à la seconde usine.

    3

    M. Montebourg y a rejoint dans l'après-midi Assya Hiridjee, sœur de la fondatrice de la marque de lingerie Princesse Tam Tam, pour signer le bail de location. Document Libération.fr ( © AFP Jeff Pachoud)

    C'est à Bourg-en-Bresse département de l'Ain que s'est passée cette signature. C'est un bail de location qui a été signé avec la sœur de la fondatrice de la marque de lingerie Tam Tam, Madame Assya Hiridjee. Évènement nationalement non médiatisé ce que l'on peut constater sauf localement ou la presse locale est venue en masse. Il s'agit de la seconde usine de 88 salariées de Lejaby. Une cinquantaine de salariées seraient reprises pour lancer d'ici cet automne la marque «Monette Paris sur fond bleu blanc rouge» qui doit être commercialisée à l'été 2013 avec une première sortie de production en octobre 2012. Madame Assya Hiridjee, avait déjà été pressentie pour l'usine d'Yssingeaux, cela montre qu'elle ne fut pas découragée d'avoir été distancée sur la première usine. La presse locale a salué en Madame Assya Hiridjee, une femme qui déclare avec mes moyens on va recréer, fabriquer et mobiliser l'industrie textile en France.

    Les collectivités locales seront contributrices acquérant le site pour le relouer à Monette. Des subventions du Conseil général de l'Ain sont à l'étude. Madame Assya Hiridjee doit être reçue le 12 mars par le préfet du Rhône-Alpes pour voir comment l’État peut concrétiser le projet.

    C'est donc l'affaire de tous ce qui montre que l’État, les collectivités locales et les entreprises privées doivent travailler ensemble pour sauver ce qui reste de nos usines. Ce ne sont plus des affaires seulement privées ou l’État se contentait de regarder les entreprises et de prélever les impôts. Il n'y a pas plus de droite que de gauche dans la situation ou nous sommes, et les collectivités locales deviennent de plus en plus impliquées, ne sont-elles pas les premières exposées ? Seule l'union sacrée doit être privilégiée.

    Une famille de trois sœurs.

    Le textile qui souffre, leur domaine d'intervention. Loumia Hiridjee et sa sœur Shama, lauréates du prix veuve Clicquot de la femme d'affaires, voulurent redonner de l'espoir. Elles lancèrent en 1985 la marque de lingerie Princesse Tam Tam. Celle-ci réalisa en avril 1988 un chiffre d'affaires de 122 millions de francs. Ces deux sœurs nées à Madagascar dans une famille d'origine Indienne, pour s'implanter dans les hypermarchés, firent le choix de la licence. Elles signèrent en 1995 avec le groupe André pour créer Kookaï Lingerie, une gamme de mode conçue à l'usage de la grande distribution. Le pari fut réussi, Kookaï Lingerie réalisa un CA de 30 millions de francs qui par la suite doubla. Ce fut également l'occasion de faire travailler Assya, la troisième sœur Hiridjee qui devint à cette occasion directrice de la collection Kookaï Lingerie. Elle fut chargée de travailler sur une collection de lingerie de nuit coordonnée à la gamme de jour.

    Des femmes courageuses et entreprenantes qui ne s'engagent pas à la légère. Souhaitons leurs de réussir là ou d'autres avant elles n'ont vu que le profit de la délocalisation, Maroc, Turquie et autres.

  • Quelques réflexions

    pêle-mêle.

    Support WikipediaÉcrire c'est ce qui me reste comme évasion intellectuelle avec ce blog, et avec la randonnée y associant la dépense physique. Quand on marche dans la nature notre esprit s'évade, on fait un peu le vide dans sa tête. Et puis c'est bouger, se lever très tôt pour prendre le train, et le soir rentrer fatiguer après plus de 20 km dans les jambes, mais quel bonheur. Cela fait quelques chose comme 16 ans que je tourne en Île de France par tous les temps, je n'ai presque plus rien à voir que je ne connaisse, sinon les copains de rando. Les treks dans le monde ne sont plus pour mon âge, alors rangé aussi pour raison familiale l'écriture me reste jusqu'à ce que mes facultés permettent de m'exprimer sur les sujets qui m'inspirent.

    La politique prend la première place dans ce blog, la raison est simple il a été ouvert fin 2006 juste avant la campagne présidentielle qui mobilisa mon attention. Sarkozy avec son vulgarisme et Ségolène si frêle devant cette machine UMP aurait pu l'emporter s'il n'y avait eu autant de haine dans son parti. Dommage, nous n'en serions pas ou nous en sommes. Quoique l'on dise, une femme, pour une fois nous aurait changés du machisme présidentiel. Et puis, contrairement aux dires de ses ennemis, elle n'était pas si cruche qu'ils le prétendaient. Bien qu'elle paraissait un peu juste pour la fonction, mais n'avait-elle pas gagné haut la main les confrontations avec Laurent Fabius et DSK., un ancien premier ministre et un ancien ministre de Finances ! N'était-ce pas un signe de son courage, de sa valeur ?

    Nous avons donc subit cinq années ce président déchaîné que rien n'arrêta pour diviser les Français. Faisant une politique dogmatique dont la seule voie directrice fut celle de la préservation des intérêts de sa classe. Le fossé entre les Français ne s'est jamais autant creusé entre les hauts revenus et les 8 millions de pauvres. Le devoir d'un président n'est-il pas de préserver les plus malheureux, et ils sont de plus en plus nombreux à n'avoir pour vivre que la rue. Sarkozy président des Français non, mais seulement président de ceux qui étaient au Fouquet's le soir de sa victoire. Une tâche qui restera sur son nom dans l'histoire de la république Française. Cet homme n'avait pas la valeur morale d'un président.

    Il se représente espérant encore écraser ce qui reste d'avantages sociaux. Il n'a pas perdu cette nouvelle confrontation, il a beaucoup de partisans, mais aussi beaucoup de ceux qu'il avait éblouis et qui jurent les grands dieux qu'ils ne voteront pas pour lui.

    Pour ceux là le béarnais sera la première étape, normal il est de droite, mais la seconde sera Hollande faute de n'avoir plus rien d'autre. C'est un signe qui ne trompe pas. Il a réussit a développer une haine qu'aucun président avant lui n'avait eue. Dès le début je l'avais analysé, comme celui qui bouscule tout sans vergogne, sans respect, parlez-en à Charles Pasqua pour ce qu'il a fait dans son département, il vous dira ce qu'il en pense s'il est sincère, ainsi que les Chiraquiens. En fait, il ne me plaisait pas pour la France, il n'avait pas ce que j'attendais d'un président, une culture, de la grandeur d'esprit. Nous avons eu un homme qui, par ses mouvements d'épaule bouscula ses opposants, un parvenu avec des qualités. On n'arrive pas à ce niveau sans en avoir. Volontaire, courageux, mais aussi prétentieux, obstiné et destructeur.

    Le 15 février Sarkozy s'est déclaré candidat à Laurence Ferrari sur Tf1, un vrai faux suspense. Son argumentaire «à cause de la situation de la France, de l'Europe et du monde !» Comme s'il pouvait faire quelque chose sur celle du monde quant à celles de l'Europe et de la France, s'est sa situation, celles auxquelles il a contribué, de quoi se plaint-il ? N'est-ce pas à nous de nous plaindre ?

    Il était temps qu'il s'engage, François Hollande à son meeting du Bourget avait pris quelques longueurs d'avance, et sa position politique devenait critique. Le 19 février à Marseille son premier grand meeting 10.000 sympathisants et quelques curieux certainement. «La France forte» son slogan, mais aussi «le candidat du peuple de France», c'est donc qu'il ne l'a pas été. «Le référendum c'est l'esprit de la république nous lui devons beaucoup», sans vergogne quand on pense à la ratification de second traité de Lisbonne dont il s'est bien garder de consulter les Français. Qui peut encore croire en lui ?

    Et puis une part de «proportionnelle» quelle mascarade, le RPF, le RPR, l'UMP ont toujours été contre, même le MRP et l'UDF. «Travailler davantage, c'est la seule façon de préserver notre niveau de vie, notre pouvoir d'achat, et de sortir par le haut de cette crise qui traîne tant d'autres pays vers le bas» à la place de travailler plus pour gagner plus, il prend les Français pour des imbéciles. Ce président utilisera tous les moyens pour ses fins. Aucune morale de déclarer qu'il faut travailler davantage lorsqu'il n'y a pas assez de travail et que nos entreprises délocalisent. Les Français au chômage c'est de leur faute, et il fera un référendum pour l'indemnisation du chômage et pour qu'ils reçoivent une formation, alors qu'ils ont payés pour être indemnisés s'ils devenaient chômeurs, voir, Sarko, ça y est, le peuple tout pour le peuple encore + à droite bien sûr, . À pôle emploi, les gens disent «je veux un emploi pas un référendum !»

    Beaucoup d'espoirs avaient été mis dans ce début de campagne tonitruant et très médiatisée de Sarkozy. Il devait inverser la tendance des sondages. Or ceux-ci faits le 21 février, vague 10, par l'étude Ipsos, Logica Business Consulting pour France télévision, Radio France et Le Monde, donnaient le même score qu'avant le 15 février, 32 % pour Hollande et 25 % pour Sarkozy au premier tour, depuis il s'est resserré, Ifop prend la plus basse valeur pour Hollande et la plus haute pour Sarkozy, cela sent le pas clair ! Quand au second tour, c'est constant à ± 1 point 59 % pour Hollande contre 41 % pour Sarkozy. Les courbes restent parallèles depuis le 15 janvier. L'écart est grand, trop grand pour être réaliste, mais il vaut mieux la position d'Hollande que celle de Sarkozy.

    Que faire contre cette probable défaite ? Ce n'est pas le parachutage de Borloo à Véolia qui lui fera récupérer des voix. Une vraie levée de boucliers, qui conduit à un flop. Henri Proglio ne supporte plus le successeur qu'il avait désigné pour Véolia, avec la bénédiction de l’Élysée. Le succès a dépassé les espérances. C'est un vaudeville ridicule qui montre l'état d'un certain capitalisme à la Française, telle est la réaction d'un banquier Américain, le Canard enchaîné. C'est toute une histoire que raconte le Canard. Proglio le copain de Sarko ne supporte plus de perdre de l'argent par la faute d'Antoine Ferot le PDG de Véolia. Proglio fit donc du lobbying auprès des administrateurs de son ancienne maison, et une opération prévue en deux temps fut montée. Débarquement de Férot le 29 février, puis nomination de Borloo par le comité bien préparé. L’Élysée mit au courant se frotta les mains pensant que Borloo serait ainsi récompensé de son renoncement à la présidentielle !

    L'opposition n'est pas en reste, l'invitation de Marine Le Pen à des paroles et des actes, nous a montré son vrai visage. Mis à part ses arguments milles fois répétés sur l'immigration, cause de tous nos soucis, et sur l'Europe qu'elle veut modifier si elle est élue pour sortir de l'euro dont elle veut une parité de un franc pour un euro ce qui montre que nous devrions nous serrez la ceinture, si elle venait à être élue, sachant que un euro vaut 6,55957 francs, en fait elle n'y connait rien. Face à François Langlet ses connaissances en économie ont parues très précaires, répondant souvent à coté pour faire diversion en particulier sur la contribution sociale sur les importations avec une taxe de 3 % qui rapporterait 74 milliards d'euros sur l'ensemble du quinquennat. La recette serait par mois de 15,3 milliards alors que les dépenses seraient de 20,8 milliards, ce qui conduirait à une augmentation de 200 euros pour les salaires inférieurs à 2.000 €, le contraire de ce qu'elle veut faire. Elle accuse François Langlet de faire un calcul brut. Par contre sa remarque sur le permis à points est tout à fait justifiée.

    Mais c'est la joute surréaliste avec Mélenchon qui constituait le clou de cette émission. Ce que l'on peut dire c'est que tous deux ont été mauvais. Marine Le Pen refusant de débattre avec lui et lisant son journal, quand à Mélenchon, il a manqué de maîtrise en insultant Marine Le Pen. Elle accuse Mélenchon de «voiture balai» de François Hollande disant de lui que ce n'est pas un bon candidat, de ne pas être à sa hauteur. Mélenchon, «il n'y aura jamais une faille entre nous, la gauche, pour vous mettre la pillée que vous méritez». C'était aussi le leadership du monde ouvrier qui se jouait. Marine Le Pen se dit portée par lui, alors qu'elle n'est même pas à ses cotés pour le soutenir dans la difficulté. On comprend bien la colère de Mélenchon.

    D'une façon générale les coups portés par Mélenchon ont été précis aussi bien en ce qui concerne l'IVG que l'affaire de l'écrivain collaborationniste Robert Brasillac. Le samedi 18 février lors d'un discours à Lille. «Vous auriez dû vous lever et sortir quand l'infâme président de votre parti a cité Robert Brasillach, car un collabo reste un collabo quoi qu'il ait écrit» face à Marine Le Pen qui lisait le journal. Que dire de tels débats, qu'ils ne sont pas à l'honneur de nôtre pays. Quelle image donnons-nous ?

    Et notre service public qui organise de telles confrontations qu'elle est sa valeur ? David Pujadas porte une lourde responsabilité, n'ayant pas été à la hauteur pour maîtriser cette confrontation. D'une façon générale, il n'impose pas avec fermeté les réponses aux questions posées, ce qui détruit l'intérêt des débats ou chacun répond à coté en surfant sur son programme.

    Quant à François Hollande sa proposition de taxer les revenus au dessus de un million d'euros par an à 75 % serait un acte de patriotisme incontestable. Ce serait aussi récupérer un peu de l'argent qu'ils ont bénéficié sous l'ère Sarkozy. Quant à l'évasion fiscale du baratin elle a toujours été florissante pendant les 10 années de droite.

    «Ce que j'apprécie c'est le talent, le travail, le mérite, ceux qui ont réussi à créer et à permettre à la France d'avancer», a-t-il expliqué.

    «Ce que je n'accepte pas, c'est la richesse indécente. C'est des rémunérations qui n'ont pas de rapport avec le talent, l'intelligence ou l'effort», a poursuivi le candidat PS.

    «Ce que je n'accepte pas, c'est le scandale d'un certain nombre de stock options ou de 'retraites-chapeau', de tout ce qui fait que les Français ont le sentiment que c'est trop injuste, trop inégal».

    «Ce que je veux être, c'est le président de la justice», a conclu François Hollande sur TF1 le 27/02/12.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu