Avertir le modérateur

- Page 4

  • DSK arrêté à New-York pour agression sexuelle,

    voila qui change la donne au PS.

    Support Wikipedia C'est l'info qui tombe brutale un matin lorsque vous ouvrez votre poste de radio et vous vous dites «ça-y-est ils l'ont eu». Invraisemblable, vrai ou faux, machination ou pas tout est permis dans cet instant. Il n'aurait pas fait encore une connerie faut attendre pour voir, juger analyser. Les socialistes pas tous, ceux qui ne voyaient qu'en lui, le sauveur du parti caracolant en tête des sondages tout en étant au FMI battant Sarkozy à coups sûrs, une pub bien orchestrée, se retrouvent dans le brouillard. Pas besoin de Porsche panamera qui n'était pas à lui pour l'assommer, une connerie d'ailleurs de journalistes peu scrupuleux qui devraient être remis en place, on a bien le droit d'avoir des amis qui ont une belle voiture quand on est riche. De plus la richesse n'empêche pas d'avoir des idées de gauche de même que la misère des idées de droite, d'ailleurs Sarkozy compte bien sur la classe sociale d'en bas qu'il n'a cessé de négliger pour être élu. Quelles que soient les suites de cette affaire il est bien évident qu'elle laissera des traces, on ne se lave pas d'une telle accusation aussi facilement surtout à un mois et demi du dépôt des candidatures aux primaires, ça doit cogiter dur au PS.

    DSK a été arrêté à l'aéroport de New-York International Kennedy avant que l'appareil décolle et gardé à vue pour agression sexuelle sur une femme de chambre de 32 ans dans l'hôtel Sofitel dans le quartier de Midtown de Manathan, The New-York Times. L'inculpation est lourde, très lourde, agression sexuelle, séquestration de personne et tentative de viol ! C'est la prison pour un temps certain aux States. D'après le The New-York Times DSK plaidera non coupable. Il est évident que la précédente affaire en 2008 sur une liaison avec une économiste Hongroise Piroska Nagy qui lui était subordonnée ne lui donne pas un bon crédit.

    La scène décrite par le journal est rocambolesque, la femme de chambre qui était entrée dans la suite vers 1 heure croyant qu'elle était inoccupée a vu DSK sortir de la salle de bain entièrement nu et aurait tenté de l'agresser sexuellement a déclaré Monsieur Browne le sous commissaire. Porte-paroles du ministère. Monsieur Brown ajoute, il l'attrape, et l'entraine dans la chambre et la couche sur le lit. Il ferme la porte, elle se bât et il la traîne alors dans le couloir de la salle de bains et il l'agresse sexuellement une seconde fois ! Au cours de l'agression, la femme se serait libérée déclare Monsieur Brown, elle aurait fui a indiqué une autre personne de l'hôtel qui aurait appelé le 911. Quand les policiers sont arrivés DSK n'était pas là, il serait qui parti rapidement et aurait laissé son téléphone portable. Un fonctionnaire de police a déclaré que l'enquête légale avait permit des éléments de preuves d'ADN. La femme de chambre aurait été emmenée au service médical à l'Hôpital Rooswelt pour blessures légères.

    DSK qui ne bénéficie pas d'un statut d'immunité diplomatique devrait être traduit devant un tribunal aujourd'hui.

    Ni l'entourage de DSK, ni le FMI, n'auraient commenté cette plainte dans l'immédiat. Interrogés par l'AFP, un porte-parole du Fonds et l'avocat de M. Strauss-Kahn à Washington ont expliqué qu'ils n'avaient aucun élément sur ces faits. Le New-York Times précise que M. Strauss-Kahn sera défendu pour cette affaire par les avocats William Taylor et Benjamin Brafman. Ce dernier a indiqué n'avoir pas encore pu rencontrer son client.

    Il est bien évident que cette affaire met le FMI dans l'embarras, DSK avait des obligations une visite était programmée dimanche prochain avec la Chancelière Angela Merkel et devait participer lundi à une réunion des ministres des finances de la zone euro et prononcer un discours mercredi au 12ème forum de Bruxelles. Elle assombrit son avenir de présidentiable et doit être accueillie avec des sourires dans le camp de Sarkozy. Mais, elle ouvre aussi des perspectives pour les autres postulants aux primaires, François Hollande qui se rapprochait et même dépassait DSK dans certains sondages et Ségolène Royal, à qui en profitera-t-elle le plus ? Si ces faits sont avérés, la carrière politique de DSK prendrait fin ces jours-ci, et l'image de la France serait ternie. Avoir proposé un homme si peu sérieux et l'avoir porté au FMI et aux nues ne nous donne pas une bonne crédibilité. Ceux qui le soutienne n'ont plus qu'à manger leur chapeau, mais attendons avant de condamner. Mais quel dommage pour les Français, c'est un homme brillant

  • Les quotas des binationaux au foot,

    font psichtt, mais pas tout à fait !

     

    Support Wikipedia Il y a des cafteurs partout qui n'hésitent pas à dévoiler des propos qui sont émis à huit clos lors d'une réunion footballistique du 8 novembre 2010 sur la composition de l'équipe de France, propos tenus par de hauts responsables François Blaquart directeur technique national en chef qui aurait proposé des critères de discrimination de joueurs de 12 ans aux pôles de formation nationaux, et le sélectionneur Laurent Blanc mêlé à cette réunion en tant qu'invité qui se serait fait piégé ? L'information à Médiaparte viendrait d'Andrée Mérelle ancien joueur et entraineur au centre de formation du foot Français de Clairefontaine de 2004 à septembre 2010. Andrée Mérelle, n'aurait jamais entendu parler de quotas, mais licencié de la FFF il a pu s'exprimer, et ses propos, «on me reprochait déjà à mon époque de prendre autant de blacks que de beurs, des binationaux en quelque sorte que l'on forme, que l'on paye et qui vont jouer à l'étranger».

    Dévoilée à Médiaparte cette information a fait le tour de France voire du Monde, d'autant plus lorsqu'il s'agit du foot sport national, sujet délicat par ce que vitrine de la France qui ne regarde pas à montrer notre équipe nationale avec un nombre de blacks sinon égal ou supérieur aux blancs. Choquant pour beaucoup d'autant que d'autres Nations prestigieuses au palmarès éloquent n'ont pas dans leur équipe des joueurs de couleur de peau différente. Cela voudrait-il dire qu'ils sont racistes par ce qu'ils écarteraient de leurs centres de formation des joueurs d'une couleur différente de la couleur de leurs nationaux ? Ou tout simplement par ce qu'ils auraient de meilleurs joueurs nationaux ou bien que d'autres joueurs de couleur de peau différente n'auraient pas la nationalité du pays dans lequel ils vivent ? Tout est envisageable, seulement nous nous avons des territoires d'Outre-mer ou leurs habitants de couleur de peau différente sont des Français, alors n'est-il pas normal qu'ils soient dans notre équipe nationale d'autant plus s'ils ont les qualités footballistiques que nous avons besoin. On se trouve là dans de la politique sous le lobbying du Front national, c'est dans l'air du moment, il faut rejeter l'immigré. Il y en aurait trop confondant au passage ceux qui sont Français de peau noire et ceux qui auraient les deux nationalités et ceux ne sont pas Français. Il n'est pas marqué sur leur front «je suis Français d'Outre-mer», «je suis binational», il est donc difficile de les distinguer, l'amalgame est vite fait. Mais dans notre équipe, ils sont Français et n'est-ce pas cela qui compte.

    Le fond du problème des binationaux que l'on forme et vont finalement jouer ailleurs s'est-on demandé pourquoi ? Quel est le malaise qu'ils ressentent, l'attrait du pays de leur origine, les avantages offerts ? Le climat politique et le racisme sous-jacent ? Ou tout simplement comme les cadres de nos grandes écoles qui eux sont Français avec un diplôme prestigieux en poche, ne vont-ils pas travailler dans des pays ou ils sont mieux rémunérés et considérés ?

    On aimerait bien qu'il y ait plus de blancs, non pas par racisme mais tout simplement par ce que nous sommes majoritairement plus nombreux, et c'est là que le problème se pose. Pourquoi, probablement que nos jeunes métropolitains n'aiment le foot qu'à la télévision, ou que tout simplement comme la majorité de ceux qui font du sport dans leur adolescence et qui abandonnent leur engagement sportif vers 12-14 ans, et pas qu'au foot, cela se voit dans tous les sports. Il faut reconnaître que les Français sont peu sportifs et peut être moins encore que les populations des pays d'Europe ou des joueurs dans les équipes nationales sont encore de même couleur. C'est une constatation qui est vraie pour beaucoup de pays, les meilleurs footballeurs sont bien souvent issus de pays en voie de développement, regardons les Brésiliens et d'une façon générale les pays latin. Dès leur enfance les enfants jouent au ballon dans les rues, en France c'était le cas il y a quelques décennies, mais ce n'est plus vrai. Il ne faut donc pas s'étonner que des blancs n'arrivent pas au niveau national, et la mise en place de quotas ne résout rien s'il n'y a pas de postulants.

    Il faut aussi considérer les qualités sportives et physiques des joueurs, les petits sont moins recherchés que les grands, le jeu de tête est primordial, les frêles aux costaux, le sens du placement en pénétration à la finesse de style, la vitesse de pénétration au jeu de passes autant de qualités qui sont utiles au sein d'une équipe. Le sélectionneur et l'équipe technique doivent prendre en compte ces paramètres et comme les joueurs binationaux qui sont d'origine Africaine ont plus que les autres ces qualités, il est évident que ce pose pour eux le problème de la couleur de peau, une équipe nationale composée que de black poserait des problèmes même s'ils sont tous Français !

    En fait le rapport de la commission d'enquête de la FFF sur l'instauration de critères de discrimination au sein de la DTN et publié le 10 mai, mis en ligne sur le site Médiaparte, indique bien «absence d'éléments matériels d'une mise en place de quotas», cela viendrait de l'ambiguïté de la phrase du Directeur technique national, «il va falloir baliser en non-dit sur une espèce de quota mais, il ne faut pas que ce soit dit».

    Page 4, le rapport spécifie, «la présente enquête peut établir, au vu des éléments précédemment cités, que même si une inégalité de traitement a pu être envisagée, aucun critère discriminatoire fondé sur l’origine ou l’apparence physique n’a été appliqué», en d'autres termes circulez à rien à voir.

    «Mais les joueurs binationaux qui souvent sont d’origine Africaine, ont en outre des caractéristiques physiques qui ne correspondent plus au nouveau projet de jeu du football Français, la solution est donc de réduire leur nombre». Comme l’admet l’un des participants, «tout est lié» dans ce sport ou sont associés à la fois les capacités footballistiques, la couleur de peau et la binationalité .

    Tout ceci résulterait d'une réflexion sur le profil des joueurs de demain comme suite au fiasco de la coupe du monde à Knysna à la suite d'un séminaire à Ouistreham lors d'un échange verbal stigmatisant des joueurs en fonction de leur couleur de peau ou de leur religion aurait eu lieu, selon Monsieur Mohamed Belkacemi conseillé technique national pour le football dans les quartiers défavorisés, entre lui et d’autres membres de la DTN, en particulier Monsieur Luc Rabat, DTN adjoint, lorsqu’il a fallu analyser, pas seulement sur un plan technique ou tactique, l’échec des Bleus en Afrique du Sud. Cette altercation verbale le conduisit, quatre mois plus tard, à enregistrer, à leur insu, une réunion de la DTN «pour se protéger», selon lui, s’il venait à être pris à partie.

    La position de Monsieur Belkacem en contact avec auprès des quartiers défavorisés, a fait qu'il aurait témoigné auprès des dirigeants du foot des dérapages qui pouvaient avoir lieu lors des réunions de la DTN. De plus, il aurait mal digéré la suppression de son bureau à Clairefontaine sans en avoir été avisé, marquant envers lui un manque de considération de la FFF. Messieurs Prévosto Directeur général adjoint de la FFF et Blaquart auraient entendu les inquiétudes de Monsieur Belcacem, et Blaquart lui aurait dit, «tu as raison, on a dérapé, je suis prêt à rencontrer les gens dont tu parles», à savoir des spécialistes des questions sociales et religieuses. Pour des problèmes d’agenda, aucune rencontre de ce type n’a eu lieu à ce jour.

    En fait l'enquête de Médiaparte si elle a permit de soulever une dérive discriminatoire «les dirigeants du foot Français veulent moins de noirs et d'arabes», ce n'est pas vrai en termes d'application mais seulement en termes de réflexion. De plus cette enquête confirme également qu'aucun membre élu de le FFF n'a cautionné une politique raciste et la mise en place de critères de discrimination au sein de la DTN. La position de Laurent Blanc interpelé par l'enquête de Médiaparte «Laurent Blanc est-il raciste ?» A placé Monsieur Laurent Blanc dans une réflexion le conduisant à déclarer «être en colère contre lui même» contre les propos qu'il aurait tenus et ne pas concevoir qu’il ait pu les tenir, et s’être laissé déborder par l’absence de formalisme de la discussion, dans un débat qui, de plus, ne concernant pas sa fonction de sélectionneur.

    Pour la ministre des sports Madame Chantal Jouanno, elle aurait estimé, mardi 10 mai, qu'il n'y avait pas «d'éléments ou de faisceau d'indices qui permettrait de dire qu'il y a atteinte à la loi de 2001 sur les discriminations» dans l'affaire des quotas qui secoue le football Français. «Il n'y a pas lieu de saisir la justice», a-t-elle déclaré lors de la présentation à la presse des conclusions de la mission d'inspection menée par des inspecteurs du ministère des sports. Reconnaissant tout de même que le sujet a été débattu mais de façon maladroite avec des sous entendus de dérive raciste, ce qui paraît exagéré. Il n'y a pas de preuves matérielles, et que tout ceci est confus voire ambiguë pour constituer une accusation de discrimination.

    Pour elle rien ne montre que Laurent Blanc et le Directeur technique national aient soutenu un projet discriminatoire. En fait Laurent Blanc serait innocent et aurait découvert complètement le sujet et les propositions de solution envisagées. La ministre lave ainsi Laurent Blanc «rien ne montre que le sélectionneur cautionne des projets discriminatoires». Au contraire, «il s'efforce de remettre les valeurs au cœur du jeu», a-t-elle rappelé, tiré du Monde.fr. Quand à Mohamed Belkacemi, c'est aussi du blanchiment, il n'avait pas l'intention de déstabiliser la FFF n'ayant pas remis son enregistrement à la presse. Par contre, il est blâmé d'avoir enregistré une réunion privée à l'insu des participants, oubliant que c'est en partie grâce à lui que les dirigeants ont été alertés. Il pourrait être mis sur la touche mais elle souhaite son maintien au sein de la FFF.

    Aux dernières infos, la FFF engagerait des mesures disciplinaires à l'encontre du DTN François Blaquart et du DGA  André Prévosto dans le cadre de l'affaire des quotas selon l'AFP qui cite des «sources concordantes». Quand à Laurent Blanc la confiance lui aurait été renouvelée. Évidemment, Laurent blanc qui ne peut être considéré comme raciste est bien plus difficile à remplacer que les autres protagonistes de l'affaire de ces quotas, il doit donc être ménagé, mais rien ne prouve qu'il ne les approuvait pas. N'a-t-il pas envisagé de démissionner, il tient à s'excuser pour ses propos, c'est très violent je ne souhaite cela à personne aurait déclaré Laurent Blanc dans un entretien séparé à l'AFP.

    «Parce qu'à un moment donné vous sentez que tout s'emballe, qu'il y a des amalgames qui sont faits et qui prennent une dimension au-delà du sportif. Vous êtes dans un engrenage et vous vous dites que vous n'avez pas choisi ce poste pour connaître ça et que si la solution est de partir, vous devez partir», Le Monde.fr .

    Il n'est pas nécessaire d'être raciste pour que plus de blanc arrivent à égaler les joueurs de couleur et qu'un effort devrait être fait dans les clubs, mais cela demande la mise en place d'une politique sportive dont notre pays souffre depuis toujours. Nous ne voyons que le haut niveau, mais c'est à partir de la base qu'il se constitue, là est le problème.

  • Quand les sondages se substituent au peuple,

    pour le socialiste le plus proche de Mitterrand !

    Support Wikipedia En ce trentième anniversaire du 10 mai 1981, dans «il faut donner du temps au temps» la bonne locution de Mitterrand, le résultat montre que malgré l'inventaire que d'aucuns firent du temps ou il était en disgrâce, les esprits s'échauffent parmi les socialistes à la primaire, même ceux qui le lâchèrent, et qui se prévalent maintenant, en cette aura retrouvée, les héritiers de François Mitterrand, sans définir sous quelle forme et dans quelle logistique politique quand on sait que cet homme fut tout d'abord un homme de lettres politiquement multiforme, unique et donc inimitable dans son parcours politique, invraisemblable donc cette prétention.

    On sait que ces grands hommes de Gaulle, Mendès, Mitterrand qui sont une référence n'existent plus, et par conséquence uniques, mais tout de même prétendre représenter Mitterrand n'est pas sérieux à moins que ce soit pour être dans l'ère du temps, bien que pour beaucoup à gauche il a été un menteur, un salaud, un collaborateur et j'en passe. La droite se marre. Bien entendu la situation politique est différente, l'expérience politique et les exigences de culture sont différentes, on fait avec ce que l'on a, on est moins exigeant dans ce monde ou l'argent domine, alors cela ferait bien si l'un, plus que l'autre, serait reconnu le plus proche de Mitterrand, il pourrait espérer un meilleur soutien populaire que les autres, une illusion !

    On sait bien que pour un politique de droite, il n'est nul besoin d'être un super homme pour être président. Il suffit d'être du coté du manche ou l'argent domine et hop, même les quelconques peuvent être président avec une bonne pub bien organisée. Par contre pour la gauche l'affaire est différente, il lui faut combattre les puissances de l'argent qui vous laminent, vous écrasent, il faut donc être supérieur aux autres de droite comme l'était Mitterrand, c'est leur seule maigre chance. Dans cette condition, un tel homme ou femme ne court pas les rues, et de plus il lui faut faire alliance avec les indomptables de gauche, les illuminés, qui détruisent tout en exigeant ce qui ne peut que conduire qu'à l'échec d'une politique trop sectaire et irréelle dans un contexte mondial dominé par l'argent.

    L'expérience et l'histoire le prouvent, Mitterrand porté par un peuple qui en 23 années attendait enfin qu'un président de leur bord accède au pouvoir, avec les voix Chiraquienne, et qui fait ce qu'il leur a promit, augmentations, retraite, ....au prix d'être contraint de dévaluer le franc, et qui se voit quelques mois après désavoué aux élections suivantes par ceux qui l'ont soutenu. En fait Mitterrand était un accident, la France n'était pas socialiste, deux cohabitations l'ont prouvé, mais elle avait assez de la droite qui gouvernait depuis trop longtemps.

    Pourquoi donc vouloir être un président de gauche qui se trouvera à la fois écrasé par ceux qui ont le pouvoir de l'argent et abandonné par ceux là même qui l'auront porté au pouvoir. De la folie qui tient du sacrifice.

    C'est bien pour cela que ces illuminés ne veulent jamais accéder aux responsabilités ce serait pour eux une catastrophe politique, ils préfèrent critiquer, salir, comme actuellement ceux qui insultent ce grand homme qui pouvait rester dans son coin du Morvan à contempler la nature.

    Alors vouloir le ressembler ne serait-ce qu'un peu, cela ne tient-il pas de la folie ? Tous les Français savent bien ce qu'était Mitterrand pour les uns un menteur par ceux qu'il a un peu bousculé, pour les autres un salaud, un collaborateur qui par haine le salissent sans qu'il puisse se défendre, et pour d'autres qui reconnaissent ce qu'il a fait, un grand homme. Et le pire c'est que finalement tout le monde trouve cela bien, rares sont ceux qui osent dire ce qu'ils pensent de peur d'être à leur tour sali.

    Alors les sondages s'en donnent à cœur joie pour désigner le plus ressemblant. Le pire c'est que les postulants à la primaire en attendent une potentialité accrue si l'un deux était reconnu représenter mieux que les autres cet homme exceptionnel, après avoir fait pour certain l'inventaire des années Mitterrand lorsqu'il était dans le trou. Tous autant qu'ils sont, ces socialistes, oublient bien vite ce qu'il fut, le seul de gauche à avoir été 11 fois ministre sous la quatrième république. Mais, il ne fut pas que cela, il fut le seul qui osa se présenter contre de Gaulle en 1965 et le mit ballotage avec 31,72 % contre 44,65 % au premier tour. Alors socialistes d'aujourd'hui un peu de modestie et d'humilité.

    Selon les Sondages en France publiés le 9 mai sur un échantillon de 1010 personnes avec une marge d'erreur de 3 % bigre, François Mitterrand serait reconnu avec un bilan positif, voilà qui remet les pendules à l'heure par rapport aux invectives reçues en commentaires sur mon article François Mitterrand paru sur Médiaparte.

    La question était globalement trouvez-vous le bilan de l'action de François Mitterrand quand il était président de la république, plutôt positif ou plutôt négatif ?

    img121.1305102191.jpg

    60 % d'opinions favorables, c'est toujours comme cela après la mort, mais il y a quand même 10 % à gauche qui voient un bilan négatif.

    L'autre sondage est au sein du parti socialiste et chose curieuse il y aurait des sympathisants de droite comme le montre le tableau suivant ?

    La question était, au sein du parti socialiste, laquelle des personnalités suivantes ressemble le plus, selon vous à François Mitterrand ?

    img122.1305102950.jpg

    Ce serait donc François Hollande et DSK les deux démocrates socialistes les moins à gauche alors que les plus à gauche Aubry et Royal sont largués, Royal la plus critiquée chez les socialistes largement derrière.

    Difficile d'analyser tant Mitterrand était multiple. Si l'on se réfère à l'origine familiale des postulants, Mitterrand était originaire d'une famille de droite dure comme Ségolène Royal l'est. DSK est un fils de Gilbert Strauss-Kahn, conseiller juridique et fiscal et membre du Grand Orient de France, et de Jacqueline Fellus, journaliste, d'origine Russe et Tunisienne, donc tendance de gauche. François Hollande est un fils de docteur, médecin ORL et partisan de l'Algérie française, et de Nicole Tribert, assistante sociale, donc tendance de droite. Martine Aubry la fille de Jacques Delors donc démocrate socialiste. Donc celui qui est le plus proche de François Mitterrand selon ses origines est Ségolène Royal. Sur le plan politique dans la conviction des idées de gauche les deux femmes ont la même conviction, mais il me semble que la plus accrocheuse et la plus obstinée est sans contestation Ségolène Royal, ce qui ne retire rien à Martine Aubry. Sur le plan de la volonté et de l'obstination d'être président de la république Ségolène Royal est sans contestation celle qui arrive en tête.

    En conclusion c'est Ségolène Royal qui serait la plus proche de François Mitterrand. Quand à la sympathie envers François Mitterrand, sans contestation possible c'est Ségolène Royal.

    Les adieux de Ségolène Royal à Mitterrand

    Cette conclusion montre que l'opinion Française transcrite par ces sondages ne tient pas le raisonnement. Pourquoi, tout simplement par ce qu'elle a été polarisée par les médias pendant plusieurs semaines sur François Hollande et DSK.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu