Avertir le modérateur

- Page 5

  • Le langage seconde partie,

    les savoirs anciens.

     

    Comprendre le passé pour inventer le futur, l’interdisciplinarité de la connaissance, dont la nécessité est aujourd’hui admise dans quelques domaines que ce soit, puisque c'est une richesse d'expériences disponible entre diverses formes de savoirs. De l’Antiquité à la Renaissance l'histoire des sciences du langage remonte à la nuit des temps puisque l'humain a toujours échangé avec son semblable.

    Si l’apport de la linguistique historique aux études historiques est plus restreint que sa contribution à l’analyse linguistique puisqu'elle est une auxiliaire de l'histoire, il est néanmoins réel. De manière générale, les caractéristiques internes de la langue et ses variations selon l’espace et le temps reflètent des phénomènes externes à la langue comme son assimilation intellectuelle, son adaptation matérielle, l'influence d'autres langues, et son adaptation à l'identité des humains. Grâce à l’intensité des liens entre les phénomènes internes et les facteurs externes, la langue possède la qualité de fournir des savoirs incomparables pour des données historiques sur la connaissance du monde.

    Il n’est pas facile de faire parler la langue comme témoin de l’histoire puisqu’elle est l'histoire.

    Si l’histoire linguistique est largement sous-employée par l’histoire. Elle fait l'objet de spécialistes des sciences de l'homme qui touchent aux langages et aux langues comme instrument de communication et d'expression. L'histoire des langues est notre histoire et le cas particulièrement flagrant est celui de la romanistique et des langues gallo romanes. La langue Romane issue du latin vulgaire (populaire) fournit un cadre d’observation de choix pour les interrogations historiques, elle permet de suivre en détail la trajectoire entre le latin et ses langues-filles à travers deux millénaires et demi.

    Ces langues ont été parlées ou le sont encore aujourd'hui dans un ensemble géographique désigné par le terme de Romania comprenant le Nord-Ouest européen de l'Empire Romain d'Occident et l'Empire d'Orient ou les Valaques (Avant le XIXe siècle Valaques était l'exonyme qui désignait les populations locutrices des langues romanes orientales descendant des populations de langues thraco-illyriennes, également connues sous le nom de Daces, Gètes, Thraces, Illyres, Dalmates..., romanisées du Ier au VIème siècles dans les Balkans et le bassin du bas-Danube), parlaient latin, mais ou la langue Grèque est devenue rapidement officielle en Europe et en Anatolie.

    La Syrie, la Palestine et l'Égypte passèrent à l'arabe après la conquête musulmane. Les mots roman(e) et Romania remontent bien sûr à des dérivés de l'adjectif latin «romanus», l'on considérait en effet que leurs locuteurs utilisaient une langue issue de celle des Romains, par opposition à d'autres introduites ultérieurement dans les territoires de l'Empire, comme le francique au nord de la France, langue des Francs appartenant à la famille des langues Germaniques.

    La première attestation du terme de roman, sous une forme ou une autre, remonte au concile de Tours (813). C'est lors de ce concile, l'un des cinq réunis cette même année à l'initiative de Charlemagne, qu'une distinction est faite entre une langue de type Roman et une langue Germanique (qualifiée de tudesque). Il s'agit d'une forme évoluée d'une des langues gallo-romanes, ancêtre des langues actuelles parlées sur le territoire Français et nommée rustica romana lingua, ou encore le Roman médiéval disposant de textes variés pour le Français, l’Italien, l’Espagnol, le groupe Occitano-catalan et le Gallégo-portugais. La comparaison entre les différentes langues néo latines permet de mieux comprendre l’évolution de chacune d’entre elles, même quand l’étude se concentre sur une seule langue.

    Il importe également d'évoquer aussi l'histoire des langues slaves, ~ 368 millions de locuteurs dans le monde, qui sont des langues Indo-européennes du groupe balto-slave, que plusieurs linguistes placent dans deux groupes séparés, les langues baltes et les langues slaves. Les langues slaves forment un groupe de langues important dont les locuteurs se situent majoritairement en Europe de l'Est, dans les Balkans, en Russie et en Asie centrale.

    Le groupe des langues slaves se décompose en trois familles de langues orientale, occidentale, occidentale-méridionale. La famille occidentale comprendrait ~ 62 millions de locuteurs, la Pologne représente la part la plus importante. La famille méridionale comprendrait ~ 29 millions de locuteurs dont la Serbie 13 millions. La famille orientale est la plus conséquente avec 277 millions de locuteurs dont la Russie représentant 220 millions.

    La carte suivante représente le groupe des langues slaves.

    langues-slaves-map.1253981426.jpg

    Les langues slaves descendent d'un dialecte du proto-slave, issu à son tour d'une langue qui fut aussi l'ancêtre du proto-balte, la souche des langues baltes. Cette parenté explique les similitudes qui existent entre les deux groupes de langues que certains linguistes placent dans le même groupe, les langues balto-slaves, lui même proche du proto-germanique. On prétend que la langue souche commune à ces deux groupes était parlée vers le 3000 av. J.C. dans les territoires occupés aujourd'hui par la Biélorussie et ses environs. Il existe au moins 289 mots communs à ces groupes pouvant provenir de cette langue hypothétique.

    Le processus de séparation des gens parlant le protoslave et le protobalte s'est effectué vers le IXe siècle av. J.-C.. D'autres linguistes maintiennent cependant que le groupe de langues slaves diffère de son voisin, le groupe de langues baltes, qui comprend le lituanien, le letton et le vieux prussien aujourd'hui éteint. Les peuples baltes vécurent dans une vaste région autour et au sud de la mer Baltique. Vers le Vème siècle les peuples slaves ont entrepris une migration vers le sud-est, vers le nord et vers l'ouest, se divisant en trois branches linguistiques.

    Ces linguistes expliquent que les similitudes entre les deux groupes sont l'effet de la migration slave et de la proximité de ces peuples. Avant le IXe siècle, on présume que les Slaves partageaient tous une langue à peu près identique appelée le slave commun, mais aucun écrit avant 860 ne peut le prouver. À cette époque, le prince Rastislav de Grande Moravie demanda à Cyrille et Méthode de créer un alphabet pour traduire des ouvrages religieux dans sa langue. Ainsi naquit l'alphabet glagolitique, utilisé pour écrire dans une langue que l'on nomme le slavon qui est la langue liturgique de l'église orthodoxe orientale. Pendant presque tout le Moyen Âge, le vieux slavon fut utilisé dans les pays slaves pour la littérature ecclésiastique comme pour les documents officiels et diplomatiques.

    Les langues de l'Inde, ce pays à plus de 1,2 milliards d'habitants comprend plus de cent cinquante langues parlées sur le sous-continent Indien. Son étude historique linguistique nécessiterait plusieurs dossiers. La grande majorité des langues de l’Inde appartiennent à la branche indo-aryenne des langues indo-européennes. Les autres langues font partie de la famille dravidienne et quelques-unes appartiennent aux familles austro-asiatique et sino-tibétaine.

    Il n’existe pas une langue commune à l’ensemble du sous-continent indien. L’Hindi et l’Anglais sont les deux langues officielles de l’Inde et elles sont toutes les deux en usage dans des régions linguistiques variées. La Constitution Indienne reconnaît en outre quinze langues d’État, utilisées dans l’enseignement et les transactions officielles, l’assamais, le bengali, le gujarati, le kashmiri, le marathe, l’oriya, le pandjabi, le sindhi, l’hindi, l’ourdou, le sanskrit, le tamoul, le télougou, le kannara et le malayalam. Au Pakistan, la langue officielle est l’ourdou et au Bangladesh, il s’agit du bengali.

    Vers le début du deuxième millénaire av. J.-C., les peuples Indo-iraniens ont émigré vers l’est et se sont installés en Iran. Vers l’an 1000 av. J.-C., la branche des langues Indo-aryennes s’est sans doute séparée de la branche des langues Iraniennes. Ces dernières ont été utilisées du côté de l’Iran et de l’Afghanistan, tandis que les langues Indo-aryennes se développaient dans le nord-ouest de l’Inde. Les locuteurs des langues Indo-aryennes ont très probablement été en contact avec des locuteurs dravidiens du nord de l’Inde. Ceux-ci furent soumis ou contraints de se déplacer vers le sud de la péninsule, où on les trouve maintenant.

    On distingue souvent trois étapes principales dans l’histoire de la branche des langues Indo-aryennes, l’Indo-aryen ancien, qui comprend le védique et le sanskrit classique, l’Indo-aryen moyen, depuis environ le IIIe siècle av. J.-C. qui englobe les dialectes vernaculaires du sanskrit appelés prakrits, incluant le pali, l’Indo-aryen moderne, depuis environ le Xe siècle apr. J.-C. qui comprend les langues modernes des régions septentrionales et centrales du sous-continent Indien.

    Le sanskrit védique est la langue des Védas ou écritures sacrées hindoues. C’est la forme la plus ancienne du sanskrit, qui s’est développé entre 1500 av. J.-C. et 200 av. J.-C. Le sanskrit classique, qui correspond à une évolution plus tardive, 500 av. J.-C., fut la langue d’ouvrages littéraires et techniques. Encore aujourd’hui, le sanskrit est largement étudié en Inde et joue le rôle de langue sacrée et érudite.

    Les prakrits de l’Indo-aryen moyen existent sous plusieurs variantes régionales, qui ont finalement donné naissance à leurs propres littératures. Le pali, qui est la langue des écrits canoniques bouddhiques, est le prakrit littéraire le plus ancien. Il est toujours utilisé à des fins liturgiques au Sri Lanka, en Birmanie et en Thaïlande.

    Quelques vingt-trois langues dravidiennes sont parlées par 150 millions de locuteurs environ, principalement dans le sud de l’Inde. Les quatre grandes langues dravidiennes sont reconnues comme langues constitutionnelles, le tamoul au Tamil Nadu, le télougou en Andhra Pradesh, le kannara au Karnataka et le malayalam au Kerala. Ces langues possèdent chacune leur propre écriture et une longue tradition littéraire. Le télougou est, des quatre, la langue la plus parlée. Le tamoul a la littérature la plus riche, celle-ci avait la réputation d’être extrêmement ancienne, mais on pense aujourd’hui qu’elle s’est développée entre le Ier et le Vème siècle apr. J.-C. Le tamoul est parlé dans l’aire la plus vaste, incluant le nord-ouest du Sri Lanka. D’autres langues dravidiennes moins répandues n’ont, pour la plupart, pas d’écriture. Les langues dravidiennes ont emprunté beaucoup de mots aux langues Indo-aryennes, en particulier au sanskrit. En retour, les langues Indo-aryennes ont emprunté aux langues dravidiennes des structures phonétiques et grammaticales.

    Sur l'histoire linguistique du Chinois, 1,36 milliards d'habitants en 2008, peu d'informations sont données en raison de la nature particulière de cette écriture, et sur l'histoire de la phonétique de cette langue. De plus, l'écriture classique, wenli, semble n'avoir jamais correspondu à une forme parlée du chinois. On peut cependant noter, que durant les dynasties Song-Houan, du XII au XIVe siècles avant J.-C., une forme populaire, le báihuà «discours dépouillé», plus proche du chinois parlé que la «langue» littéraire wen-li a commencé à être utilisé dans la production littéraire. Aujourd'hui, le báihuà est connu sous le nom de pŭtōnghuà, la «langue commune» officiellement adoptée en 1956. La destinée et la propagation du mandarin doit beaucoup aux conquêtes des empereurs, et aux structures centralisatrices que tous imposeront aux pays conquis.

    Deux mille ans avant J.-C., les empereurs de la dynastie Yin lancent de nombreuses campagnes dans le but d'unifier la Chine. Les empereurs de la dynastie Han, 206 av. J.-C à 220 apr. J.-C., étendent leur empire en Mandchourie, en Corée, en Mongolie, au Viêt-nam et en Asie centrale. Suit une période d'anarchie et de visions. Sous certaines dynasties, les Tang, la Chine connaît une administration remarquable. Les Mongols et les autres «barbares» envahissent le pays mais se sinifient rapidement. Les Ming reprennent la Chine en main au XIVème siècle. Du point de vue linguistique, toutes les dynasties chinoises ont opéré une politique d'assimilation implacable en vue d'absorber les peuples de la périphérie de l'Empire du Milieu, voir Le Chinois le mandarin, ici .

    L'administration centralisatrice et la grande autorité des mandarins assurent un grand prestige à la langue de ceux-ci basée sur le pékinois. La standardisation des caractères han remonte au IIIe siècle, sous la dynastie Ts'in, d'où nous vient d'ailleurs le mot Chine. Leur forme et leur construction ont peu changé. Par contre la prononciation de ces mots à travers toutes les langues han a changé de manière dramatique.

    Le chinois est une langue appartenant au groupe sino-tibétain divisée en deux grandes familles, les langues tibéto-karens et les langues hans, communément qualifiées de chinoises.

    Parmi les grandes langues han on regroupe,

    1. le mandarin, parlé par 720 millions de locuteurs, soit près de 70% de la population chinoise. C'est la langue officielle enseignée dans toutes les écoles. Elle est parlée dans tout le nord-est du pays, région linguistiquement homogène,
    2. 24 «dialectes», en fait des langues, concentrés dans le sud-est du pays, ils sont tous très différents les uns des autres et aussi éloignés du mandarin que l'espagnol l'est du français. Ces autres langues han se caractérisent par leur conservation des anciennes consonnes finales -m, -p, -t, -k. Les langues wou (wu), avec celles parlées à Chang-haï et Wen-tcheou, ont conservé d'anciennes initiales sonores comme b̬, d̬, g̬, dz̬, etc. Les dialectes mandarins ont quatre ou cinq tons, tandis que les autres dialectes sont généralement pourvus de plus de tons.

    Les grands "dialectes" han sont les suivants,

    * le cantonais (yué) parlé par 46 millions de locuteurs en Chine populaire, ainsi que 5 millions à Hong-Kong, 700 000 en Malaisie, 500 000 au Viêt-nam, 500 000 à Macao et 300 000 à Singapour,
    * le wou (wu), 77 millions en Chine populaire, aux alentours de Chang-haï, 7% de la population continentale, il est en partie utilisé à la radio, le mandarin gardant un caractère plus officiel, puisque sur les mêmes stations c'est dans cette langue que sont lues les nouvelles,
    * le hakka, 26 millions de locuteurs en Chine populaire, soit 2,5% de la population, 2 millions à Taïwan, 1 million en Malaisie, 640 000 en Indonésie,
    * le min, 26 millions de locuteurs en Chine populaire, 14 millions à Taïwan, soit 75% de la population insulaire, 2 millions en Malaisie, 1,2 million à Singapour, 1 million en Thaïlande, 700 000 en Indochine, un demi million à Hong-Kong, un demi million aux Philippines,
    * le Siang, Xiang, parlé par 36 millions de locuteurs dans le Hou-nan, Hunan.

    Enfin, quelques langues non-Hans sont également parlées en Chine, parmi les plus importantes, il faut citer,

    1. le tibétain avec 5 millions de locuteurs en Chine,
    2. le ouïgoure parlé par 7,2 millions de personnes en RPC, principalement dans la province de Sin-kiang (Xinjiang),
    3. le yi, en fait un ensemble de 20 langues, avec 5 millions de locuteurs. Le yi possède son propre système d'écriture nbsp,
    4. le tchouang, zhuang, parlé par 8 millions de personnes dans les régions autonomes de Wen-chan, Wenshan, et Kouang-si, Guangxi. Le tchouang s'est écrit en caractères latins avant que les autorités chinoises n'imposent récemment les caractères han.

    Le langage qui nous unit, oui, mais aussi qui marque notre différence. La surface du globe terrestre est immense, et sur cette surface depuis des millénaires que des êtres se parlent. Il a bien fallu qu'ils construisent un langage pour se comprendre, celui des gestes étant le premier. Puis probablement les sons semblables à ceux des animaux ont été émis. Ainsi a dû se constituer un langage différent d'une partie du monde à une autre. La connaissance de cette histoire de l'humanité est difficile mais riche car elle permet d'analyser les migrations humaines et l'influence des évolutions terrestres qui ont transformé la nature animale et humaine.

    L'homme étant un évènement de l'évolution de la nature, il nous faut considérer le langage comme un continuum, (L.Mayet, Sciences et Avenir, déc.2000). Une langue est un continuum linguistique de dialectes apparentés et intercompréhensibles. C'est aussi un ensemble d'éléments tels que l'on peut passer de l'un à l'autre de façon continue.

    Des auteurs croient que le langage moderne est d’origine récente (100.000 ans) et résulterait d’une mutation génétique subite, «Le scénario proposé par Tattersall, dans son ouvrage de 1998, est celui d'un remplacement graduel de Neandertal, dominant en Asie, en Europe, et peut-être dans d'autres régions du monde, pendant cent mille ans, par Sapiens sapiens. L'auteur américain précise que Sapiens sapiens n'est pas «simplement» une version améliorée de ses antécédents. C'est un «nouveau concept humain», qualitativement différent des précédents et qui «arrive complètement équipé avec les comportements modernes » (Rondal). [23 sept., des découvertes récentes rendent cette hypothèse moins probable] Voir ici : L'homme primitif était déjà altruiste il y a 200 000 ans Pauline Gravel, Le Devoir Le jeudi 20 septembre 2001

    La langue d’Homo Erectus (L.Dessalles, Sciences et Avenir, déc.2000).

    Plusieurs chercheurs s’entendent pour faire remonter l’origine du langage à Homo Erectus. Homo erectus est un représentant fossile du genre Homo qui a vécu en Asie centrale et orientale au Paléolithique inférieur, entre environ 1 million d'années et 300 000 ans avant le présent. Homo erectus signifie littéralement «homme dressé, droit» en latin : ce nom binominal d'espèce est un héritage historique lié à la description du fossile de Pithecanthropus erectus par Eugène Dubois en 1894.

    Il s'agissait alors du plus ancien ancêtre bipède connu d'Homo sapiens, mais ce n'est plus le cas aujourd'hui.

    Cependant, pour eux, le langage d’Erectus était très loin du langage d’Homo Sapiens Sapiens. D’une part, il est probable qu’Erectus ne disposait pas d’un larynx abaissé permettant de produire les voyelles cardinales. Du point de vue syntaxique, certains font l’hypothèse que son langage ressemblait aux pidgins qu’on retrouve dans certaines parties du monde ou encore aux productions d’un enfant ou aux combinaisons limitées de signes que certains chimpanzés sont capables d’apprendre après un entraînement intensif, c'est à dire un protolangage.

    Certains (dont Dessalles) font l’hypothèse qu’Habilis «communiquait, sans doute, au moyen de mots isolés servant à attirer l’attention sur des faits saillants, utilisant des mots très élémentaires», ces mots étaient probablement composés d’un bruit quelconque (ex : claquement de lèvres) suivi de vibrations des cordes vocales, précurseur du schéma Consonne Voyelle (McNeilage).

    Je conseille pour ceux qui sont intéressés par cette science humaine de consulter la référence Quoi, comment,pourquoi ici, ainsi que les références associées.

    Bien évidemment, je n'ai brossé qu'une enveloppe des langages pratiqués ou qui ont été pratiqués. Certainement beaucoup d'autres n'ont pas été cités. Faire un tableau exhaustif des langages demanderait plus d'une vie tant les recherches sont difficiles d'autant que bien souvent il n'existe aucune trace. C'est par des recherches sur internet principalement par l'intermédiaire de Google et Wikipédia, que j'ai construit ces deux articles, en y apportant un peu de moi-même par ma réflexion.

  • Le langage première partie,

    qui nous unis.

     

    Quelque soit l'endroit sur terre ce qui unit les Êtres est la parole associée à un langage ethnique parfois agrémenté de signes pour mieux se faire comprendre. De tout temps, c'est la première chose qu'un Être, outre le fait de commencer à marcher, communique par gestes, attitudes, et ensuite par un langage imprécis avec son entourage et qui s'affirme en grandissant dans son ethnie. Nous sommes conçus pour entendre et émettre des sons avec notre cerveau, capable de les coordonner et de les apprendre pour entrer dans le monde qui nous entoure et de nous sentir unis dans une même communauté de même langage, qui est celui de notre reconnaissance, nous parlons la même langue.

    L'humanité constituée d'hommes et de femmes communiquent donc dans une multiplicité de formes et de sons bien souvent incompréhensibles entre les diverses parties de notre terre, et elle montre une richesse considérable de langues et dialectes. On estime que le nombre de langues est de l'ordre de 6.000 dont 1.200 seraient assez bien connues. Pour la seule région d'Amazonie il existerait environ 120 langues quasiment inconnues. On place en général l'apogée estimée de la diversité linguistique à environ 15.000 ans avant notre ère avec 10.000 à 15.000 langues. Michel Klauss de l'Alaska Native Language Center estime que, sur les langues parlées dans le monde, 90 % seront mortes ou moribondes à la fin du XXIème siècle.

    En France beaucoup ne font pas de différence entre langue et dialecte, en France métropolitaine il existe 6 langues vivantes en plus du Français. Ces langues sont :

    le Breton,
    le Basque,
    le Corse,
    l'Occitan,
    le Catalan,
    le Franco-provençal.

    Parallèlement à ça, il existe de nombreux dialectes issus du Français, comme le poitevin, le normand, le picard, le ch'timi, le gallo, etc... Et des dialectes issus de langues étrangères, comme l'Alsacien qui est un dialecte de l'Allemand. Donner un nombre de langues est donc assez facile, mais il est par contre très difficile de donner un chiffre exact pour les dialectes, car ils peuvent passer d'une simple phonétique différente, à un système linguistique différent qui n'est compréhensible que par les locuteurs de ce dialecte, et qui est cependant trop dépendant de la «langue mère» pour être considéré comme une langue à part entière.

    Il est que des langues meurent sous nos yeux, comme les langues amérindiennes, ces langues indigènes d'Amériques,

    500px-langs_namer_fr.1253893437.png

    Cette image montre bien l'incroyable diversité linguistique de cette région d'Amérique

    et d'autres naissent comme les «pidgins».

    Le pidgin est une langue véhiculaire fondée sur une langue naturelle, mais dotée d'un vocabulaire fortement restreint (souvent de sept cents à deux mille mots) et d'une grammaire simplifiée. Le mot pidgin proviendrait du mot business en pidgin Anglo-chinois. D'abord utilisé pour désigner celui-ci, il s'est ensuite généralisé à toutes les langues de contact aux caractéristiques comparables. Le pidgin est considéré par les sociolinguistes comme une langue d'appoint.

    Le pidgin n'est la langue maternelle d'aucune des personnes qui la parlent, c'est en quelque sorte une lingua franca, ou parler commun dans une région où différentes populations se côtoient sans posséder de langue commune, c'est en quelque sorte baragouiner. Parmi les langues qui ont donné naissance à des pidgins, il faut citer l'Anglais, le Français, l'Espagnol, l'Italien, le Zoulou et le Chinois. En pidgin, les mots changent parfois de sens : ainsi, le mot Anglais belong, «provenir de, appartenir à », devient-il blong, «est», en pidgin chinois et bilong, «de», en pidgin mélanésien. Des migrations ont transporté certaines langues d'un bout à l'autre de la planète comme le Chinois.

    Le pidgin - «Moi Tarzan toi Jane», «Maison voisin feu» -, c'est cette langue sans syntaxe que parlent les adultes d'origines linguistiques différentes quand ils doivent communiquer. C'est la langue qu'ont inventée les esclaves amenés de toutes les régions d'Afrique quand ils ont été réunis dans les plantations des Caraïbes, ou encore les commerçants venus de toute l'Asie qui se sont retrouvés à Hawaii. Quand ces populations restent ensemble plus d'une génération, le pidgin se transforme en créole, qui est, lui, une langue à part entière.

    Selon un recensement effectué en 1977 par Ian Hancock («Repertory of Pidgin and Creole Languages», dans Pidgin and Creole Linguistics, cité par Robert Chaudenson, Les créoles français, Paris, Nathan, 1979), on dénombrerait 127 créoles ou pidgins dans le monde dont les suivants :

    35 à base d'anglais
    15 à base de français
    14 à base de portugais
    7 à base d'espagnol
    5 à base de néerlandais
    3 à base d'italien
    6 à base d'allemand
    1 à base de slave
    6 à base amérindienne
    21 à base africaine
    10 à base non indo-européenne (asiatique)

    Les langues Créolisées ou pidginisées.

    Trop souvent, ces parlers sont considérés comme des corruptions de l'Anglais, du Français ou du Portugais, à peine dignes d'être nommées. On parle de langue Créolisée ou pidginisée lorsque deux langues se sont mélangées au cours de leur histoire pour en former une troisième, distincte des deux premières. Les créoles se sont formés aux XVIe et XVIIe siècles, par suite de la traite des esclaves noirs par les puissances coloniales de l'époque (particulièrement la Grande-Bretagne, la France, le Portugal, l'Espagne et les Pays-Bas). Aussi trouve-t-on surtout des créoles à base Anglaise, Française, Portugaise, Espagnole et Néerlandaise, voir ici .

    creole-mapa.1254812790.gif

    À l'exception de l'Europe, les créoles sont parlés sur tous les continents. La population créolophone la plus importante se trouve aux Antilles : Belize, Jamaïque, Haïti, Guadeloupe, Martinique, Dominique, Sainte-Lucie, Barbade, Surinam. Une second groupe de créolophones est situé en Afrique : les îles du Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Sierra Leone, les îles Sao Tomé et Principe, les Comores, les Seychelles, l'île Maurice, la Réunion. Le troisième groupe est localisé en Asie du Sud-Est et en Océanie: les Philippines, Singapour, la Papouasie-Nouvelle-Guinée et le Vanuatu.

    Le statut de ces langues dans le monde est généralement infériorisé. Parmi les rares États où l'on a reconnu officiellement un créole, mentionnons Haïti (7,1 millions), l'archipel des Seychelles (72 000 habitants), avec l'Anglais et le Français comme langues co-officielles, et le Vanuatu en Mélanésie (191 000 habitants), qui a reconnu son pidgin mélanésien, le bichlamar, comme sa «langue officielle parlée». Dans un grand nombre de cas, les créolophones correspondent à de petites communautés de quelques milliers de personnes chacune, parfois de quelques centaines. Cela dit, le statut du créole peut demeurer symbolique comme en Haïti.

    Da Hawaii Pidgin Bible, Mark Tell Bout Jesus 9:1-50


    Parenthèse.

    Twitter le langage du Web, une main mise de plus sur notre langue.

    «N'assistons-nous pas depuis peu à l'invasion du twitte qui est un nouvelle forme d'expression sociale de microbloggin qui a été inventé à San-Francisco en mars 2006. L'idée est de permettre aux utilisateurs de décrire se qu'ils sont en train de faire via le SMS à leur réseau en temps réel. Une emprise Américaine intolérable de notre langue qui permet le contrôle de tout ce que nous faisons et pour laquelle les jeunes qui se veulent branchés comme on dit se jettent dessus. Cette forme de communication permet en 140 mots (gazouillis, tweetdeck, une forme de pidgin en quelque sorte) de manipuler, de gérer, et de contacter, via un navigateur contrôlé par les Américains et téléchargé sur votre ordinateur, un ensemble de folowers (suiveurs) qui ne font rien d'autre que communiquer tel Facebook».

    Notre président que rien n'arrête même pas le ridicule Twitte avec ses amis lui qui devait faire respecter notre langage, notre langue nationale bien mise à mal par toutes les attaques qu'elle subit.

    L'homme étudie son langage depuis des millénaires. Des savoirs et des techniques ont été élaborés par divers peuples visant à améliorer et à contrôler l'usage de leur langue. A la Renaissance on a pris conscience de la diversité de langues dans le monde. On les a comparées et on peu à peu construit des hypothèses sur le développement linguistique de l'humanité, les sciences du langage constituent l'un des domaines de recherche les plus complexes et les plus diversifiés de la science moderne.

    La suite sera les savoirs anciens.

  • Payer pour que les élèves aillent à l'école,

    décidément j'aurais tout vu !

     

    Quelle chance d'avoir vécu les années depuis la guerre de 40, 52 heures par semaine, du boulot plein les rues, la transformation technologique de notre société, le transistor, les robots, les voyages lunaires, la mécanique de l'humain on recoud une main, on remplace un cœur, on opère à distance, l'informatique, l'ordinateur, la télévision, l'internet, le portable, la bouffe, et j'en passe aucun des secteurs de notre vie d'après guerre qui ne se soit modifié. Tellement la société s'est transformée qu'elle deviendrait méconnaissable pour qui reviendrait sur terre. Le divorce, les familles recomposées, l'abolition de la peine de mort, l'avortement autorisé, les maladies, le sida, l'Alzheimer, mais la pollution, et aussi combien de largués, de chômeurs, de misère, plus de 8 millions de pauvres et de très pauvres, de déboussolés, et d'injustice, d'égoïsme, de délinquants, de 40 millions en 1944 nous sommes passés à 64 millions.

    Je n'aurais jamais pensé qu'un jour on pourrait payer les élèves pour aller en classe. Payer n'est pas le mot disons que c'est une expérience, mais qui en dit long sur l'état d'esprit de ceux qui en sont à l'origine. Elle touche le haut-commissaire à la jeunesse, Martin Hirsch, ricoche sur le ministre de l'éducation, Luc Chatel, en passant par le recteur de Créteil, Jean-Michel Blanquer. Il s'agit d'une cagnotte de 2.000 € qui serait financée par le Haut Commissaire à la Jeunesse pour espérer mettre un terme à l'absentéisme des élèves des lycées professionnels, l'école buissonnière atteindrait des niveaux inquiétant au point qu'il devient nécessaire de les motiver dans une incitation collective financière. Dans trois lycées de l'Académie de Créteil vont l'expérimenter à partir de lundi 05/01/09. Cette cagnotte va être allouée à deux classes les élèves devront s’y fixer un objectif d’assiduité. S’il est rempli, la classe pourra s’offrir en fin d’année un voyage ou le Code de la route… pour un montant de 10 000 € maximum.

    Selon les précisions données le 2 octobre par le rectorat, environ 150 élèves sont concernés dans trois établissements volontaires : les lycées Lino-Ventura à Ozoir-la-Ferrière (Seine-et-Marne), Gabriel-Péri à Champigny-sur-Marne (Val-de-Marne) et Alfred-Costes à Bobigny. Cette expérimentation sera évaluée par l'Ecole d'économie de Paris et pourrait être étendue, si elle fait ses preuves, à 70 classes (soit environ 2 000 élèves en 2010-2011).

    Ce n'est pas rien, de quoi motiver d'aller en classe, mais après la sortie de l'école, est-ce que cet effort sera payant, j'en doute. Il ne peut l'être que si du travail vient le récompenser. Chaque année entre 120.000 et 150.000 jeunes sortent de leur scolarité sans rien dans leurs mains. Et que faire d'eux, c'est un vrai problème mais qui n'est pas lié à l'absentéisme qui est une conséquence de la perte de travail, de perspectives. On fait plus avec moins de main d'œuvre, la cybernétique est passée par là. Les usines pour celles qui restent tournent avec très peu de personnel, et celui qu'elles utilisent n'est plus le même qu'avant. Quand aux autres secteurs d'activité l'informatique à tout modifié, l'intelligence est dans les logiciels, il suffit tout simplement que d'appliquer, ce beaucoup peuvent faire. Donc ce ne sont que des petits boulots sans envergure payés au SMIC et encore, rien de quoi motiver un élève qui ne se sent pas bien à l'école. Nous avons créé notre perte par cette automatisation, mais nous ne pouvions faire autrement. La concurrence mondiale nous contraignait à réduire nos coûts pour être compétitif c'est à dire supprimer de la main d'œuvre, et ceux qui prétendent le contraire sont des menteurs. Maintenant se sont les délocalisations qui sont la dernière étape qui permet de réduire les coûts et de vendre moins cher. Pour nous ce n'est que du chômage et des petits boulots

    La Grande Bretagne aurait déjà franchit le pas. Le gouvernement Anglais a lancé il y a déjà dix-huit mois le plan EMA (Education Maintenance Allowance) qui a pour but d’encourager les élèves de 16 à 18 ans, issus de familles pauvres, à venir à l’école et à ne pas quitter le système scolaire alors que la loi, comme en France, les y autorise dès 16 ans.

    Il est vrai que ceux qui n'ont pas un diplôme de bon niveau n'ont que peu de chance de trouver du travail, alors à quoi bon aller à l'école si enfin de compte on fait de petits boulots quelque soit le niveau du certificat obtenu. C'est notre société qui fou le camp un peu plus.

    Chez les Anglais, les adolescents sont payés 10 £, 20 £ ou 30 £ par semaine (11 € 22 € et 33 € ) pour se rendre en cours. De plus, il existe des bonus atteignant jusqu’à 200 £ par an si l’élève atteint les objectifs scolaires fixés par ses professeurs ou tuteurs. Des cadeaux divers, comme des téléphones portables, sont offerts à ceux qui sont les plus assidus au cours de l’année et qui ont également de bonnes notes. Ces mesures existent aussi en Irlande du Nord, au pays de Galles et en Écosse. Alors vive l'Europe.

    Fallait-il suivre les Anglais, non, on voit bien que cela ne mène nulle part, aller en classe c'est bien, mais encore faudrait-il apprendre. Trainer des élèves pour le plaisir d'en avoir ne peut que perturber ceux qui veulent travailler. Donner de l'argent n'a jamais servit qu'à faire des fainéants, pourquoi travailler puisque l'on me donne des sous même de façon collective !

    Pour le ministre Luc Chatel, «il faut arrêter de dire qu'on donne de l'argent aux élèves, car on finance un projet de classe collectif». «Le gouvernement, insiste-t-il, a décidé de lancer la guerre contre l'absentéisme et le décrochage scolaire. C'est une expérimentation sur un nombre limité d'établissements. On verra bien si ça marche». Et Martin Hirsch s'est exprimé dans le même sens.

    L'enseignement professionnel a toujours été le parent pauvre de l'école, c'est la voie pour ceux qui ne peuvent suivre celle royale, nous sommes un pays élitiste, et il ne faut pas s'étonner que dans ces lycées on y rencontre que ceux qui restent. Or, nous avons besoin de plombiers, d'électromécaniciens, de couvreurs, de charpentiers, de maçons, de menuisiers, de chauffagiste, d'électriciens, de serruriers, seulement nous ne pouvons payer les artisans capables d'offrir du travail à ces personnes, leurs coûts de main d'œuvre sont trop élevés. Alors nous avons développé toute une activité, celle du bricolage, ou l'on peut presque tout faire soi-même ce qui a eu pour effet de tuer cet artisanat et ne subsiste que peu d'artisans ce qui pose de grandes difficultés pour trouver à faire réparer une machine à laver ou un réfrigérateur, alors on jette, cela coûte moins cher.

    Nous avons perdu la valeur des choses, alors pour moi payer pour aller à l'école est un non sens .

    Des protestations aussi bien à gauche qu'à droite s'élèvent contre cette initiative. Pour Jean-Jacques Hazan, président de la Fédération des conseils de parents d'élèves (FCPE), classée à gauche, c'est une «perversion du sens de l'école que de vouloir régler par l'argent un problème d'éducation». En fait eux aussi n'ont rien compris, ce n'est pas un problème d'éducation mais un problème de perspectives en fin de scolarité. La Fédération des Parents d'élèves de l'enseignement public (PEEP), classée à droite, s'est déclarée par la voix de son président, Philippe Vrand, «très réservée et même un peu inquiète, on ne veut pas, a-t-il dit, que l'argent soit le levier pour motiver les élèves».

    Je ne peux qu'être de cet avis.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu