Avertir le modérateur

- Page 3

  • Les états d'âme de la majorité,

    et la Sarkozie en eaux troubles.

    jean-sarkozy-g.1255851017.jpg

    Jean Sarkozy un gamin gâté


    Les dernières affaires Frédéric Mitterrand, Jean Sarkozy troublent la majorité UMP. Mais aussi la taxe carbone et puis sans vraiment l'avouer les difficultés de trésorerie avec le boulier fiscal, qui se referme sur Sarkozy, commence à peser lourd font que, eu égard au fait du prince, aucun dialogue direct n'est possible. La suppression de la taxe professionnelle, «voir le danger d'une coupure entre la France d'en haut et celle d'en bas par Alain Jupé ici », les impôts locaux augmentés en moyenne de 12 % dont une grande part est due à la réduction de la contribution de l'État pour les collectivités territoriales, font que c'est lourd à supporter, avec le découpage électoral autant de dossiers qui fâchent.

    Dire à Sarkozy ce que l'on pense est risqué, aucun poids lourd de la majorité n'ose s'aventurer sur la nomination prochaine de Jean Sarkozy à la tête de l'EPAD, le quartier d'affaires de la Défense, comment va-t-il le prendre ? Pourtant, il y a ceux qui savaient depuis le début et qui n'ont rien voulu dire incapables de penser différemment de Sarkozy et de voir le risque politique. Si d'aucuns disent trop souvent comme lui, ils sont méprisés, et de plus le président tolère mal aussi ceux qui affichent leur désaccord en public, en fait personne ne sait comment faire, et il ne faut surtout pas l'affronter sur ses relations familiales paraît-il. Même ses plus proches amis comme Brice Hortefeux, le parrain de Jean Sarkozy n'est guère à l'aise.

    Le lieu du dialogue n'est pas le conseil des ministres. «Sarkozy monologue, et après il dit ; Ah, j'aime bien quand on a ces discussions !», sourit un ministre. Mieux vaut trouver un aparté en marge des réunions à l'Élysée, profiter d'un déplacement en avion, faute d'obtenir un tête-à-tête. En fait, beaucoup dans la majorité n'auraient pas vu venir cette nomination, qui bien qu'elle soit décidée par une élection de 45 conseillers généraux tous élus par le suffrage universel, il apparaît bien qu'elle soit pipée, car qui oserait affronter Sarkozy père dans les Hauts de Seine, le département le plus riche de France ou la majorité des responsables tiennent leur légitimité de Nicolas Sarkozy ?

    Sur 18 membres du Conseil de l'EPAD, il y a quatre élus de gauche et quatre de droite (dont Patrick Devedjian, président du conseil général des Hauts-de-Seine et ministre de la relance) et un représentant de la chambre de commerce et d'industrie de Paris. Ainsi que neuf fonctionnaires nommés par quatre ministères, économie, équipement, culture, intérieur. M. Sarkozy est donc quasiment assuré de recueillir 14 suffrages. «La tradition républicaine veut que dans les établissements publics, les fonctionnaires ne votent pas pour élire le président», explique un bon connaisseur de la fonction publique d'État. Mais, à l'EPAD depuis dix ans, les fonctionnaires participent au vote. «Les neuf fonctionnaires s'attendent à recevoir des instructions», indique une source proche du dossier.

    En fait, pris au piège ceux de l'UMP qui pourraient avoir une influence sont réduits à accepter cette mascarade au risque de se fâcher avec le prince, cela laissera des traces. Rama Yade, toujours fine mouche, a averti hier qu'on «ne doit pas ignorer l'émotion que ce genre d'affaire peut créer dans l'opinion publique». Si les députés regimbent, c'est qu'au retour de leur circonscription, ils ont bien perçu ce malaise croissant, «On en a pris plein la tête ! Mitterrand, Sarkozy...»

    Or depuis peu, le maire PCF de Nanterre Patrick Jarry se présente en opposition à Jean Sarkozy de Nagy-Bosca et fils de Marie-Dominique Culioli la première épouse de Nicolas Sarkozy, un môme de 23 ans, une licence de droit à l'Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en redoublant après un passage en classe préparatoire au lycée Henri IV, un passionné de théâtre, nous sommes la risée du monde entier, la Chine, les États-Unis, l'Europe.

    Jean Sarkozy et la Chine.


    En fait, Jean Sarkozy n'est pas en cause, mais il faut un temps pour tout, il faut laisser le temps au temps comme disait François Mitterrand. Qu'il veuille faire de la politique, quoi de plus normal quand on baigne dedans depuis son enfance, mais avant il faut savoir pisser tout seul et à cet âge c'est un affront à ceux à qui l'on exige d'être apprentis plus âgés et plus diplômés avant d'avoir des responsabilités. Le centre d'affaires de la Défense, le plus important d'Europe, un patrimoine immobilier de 1,5 millions de m² de bureaux, ne demande-t-il donc pas de l'expérience ? Alors, avec une telle référence, on peut avoir la prétention d'être député, président des Hauts de Seine et puis accéder à des responsabilités plus importantes, tout le rêve d'Isabelle Balkany sa protégée, le Canard enchaîné page 4 du 14/10/09. C'est très grave s'il venait, par la suite, à être amené à des décisions engageant une politique d'enfant gâté ne connaissant que ce que permet l'âge de 23 ans en se prévalant d'une expérience acquise par son père aux commandes de la machine à piston, le Canard enchaîné.

    Pour Jean François Copé «La Nation se fissure en silence », la France est diverse. Il faut le vivre comme une chance. Alors que la majorité parlementaire gronde contre l'ampleur de la dette, contre la réforme des collectivités territoriales, contre la création de la taxe carbone, le président du groupe UMP de l'Assemblée nationale, Jean-François Copé, prend du champ. Pour lui, le grand défi, c'est l'identité Française. Un thème mal traité «depuis trente ans» qui conduit à l'échec de l'intégration et au délitement silencieux de la nation. Il est temps, dit-il, de proposer «une nouvelle définition des valeurs de la droite».

    Jamais, jamais, je n'ai vu un tel coup de pied au cul plus grand affront à ceux qui travaillent dur pour vivre, est une honte. Bien entendu, dans son interview au Figaro interrogé sur l'âge de son fils, il répond, il n'y a pas d'âge pour être compétent, mais ce sont des paroles de ceux qui ne connaissent que peu de choses à la vie. Nul ne conteste la ténacité de son fils comme il le dit, mais est-ce suffisant ? Quelques soient les arguments évoqués, la décence voudrait que le président montre l'exemple, mais il lui manque quelque chose, est-il arrivé aux plus hautes responsabilités avec la sagesse qui convient, non ! Ce qui montre qu'il faut de la bouteille ce qu'il n'a pas eue, et il applique cette méthode à son fils, ce n'est pas lui rendre service.

    C'est donc une période de turbulences qui secoue la majorité et qui isole Sarkozy de certains de ses soutiens. En fait qui écoute Nicolas Sarkozy reste convaincu qu'il a raison, et c'est cela qui ne colle pas avec ce que ressentent les Français, il fait le contraire de ce qu'il avait annoncé, rappelez-vous ces propos sur les nominations qui ne seront jamais de complaisance.

    Quand à Frédéric Mitterrand, vous savez ce que j'en pense, voir ici, une affaire sordide de l'ouverture, une moralité de bordel, immoral, la culture ne suffit pas, un ministre est un tout.

    Le responsable n’est pas M. Mitterrand, dandy fantasque, flamboyant et pour beaucoup attachant, mais M. Sarkozy qui a cru pouvoir s’affranchir des règles de convenance par des nominations de coterie et sa volonté princière d’ajouter à ses trophées un nom connu à défaut d’être illustre. M. Mitterrand qui est un homme de cinéma, sait mieux que quiconque que lorsque le casting est raté, le film est voué à l’échec. Nul doute qu’il aura l’intelligence de comprendre qu’un ami haut placé l’a égaré dans une sphère où il n’a pas sa place et qu’il vaut mieux, sur la pointe des pieds, quitter le plateau avec sa douteuse petite morale personnelle sous le bras, Altermédia.Info .

    En fait pour François Hollande Nicolas Sarkozy perd non seulement les mains mais aussi les pieds, voir ici.

    Cet article a été écrit avant l'élection partielle de David Douillet qui est maintenant député d'une circonscription votant traditionnellement à droite, Poissy. Il l'emporte confortablement avec 52,1 % des voix sur le maire socialiste Frédérick Bernard. C'est bien, d'autant que Douillet est un parachutage dans une commune dirigée par un socialiste, en d'autres termes, même si l'UMP à des états d'âme leurs électeurs n'en n'ont pas, et Sarkozy a bien raison de profiter de cette désunion de l'opposition que ses électeurs ne supportent plus en n'allant plus voter, le taux de participation atteint 33,7 %, lamentable. Et Sarkozy de déclarer, bravo mon David, tu es la meilleure réponse que l'on pouvait avoir, l'opposition en prend plein la tronche, et le règne continu jusqu'à quand ?

    Le vrai Nicolas Sarkozy


  • L'enfance face à la pauvreté,

    avec moins de  908 €/mois on est pauvre.

    Aujourd'hui est la journée internationale pour l'élimination de la pauvreté. Les enfants sont parmi les principales victimes de la pauvreté en France, où 300.000 mineurs vivent «dans l'errance», soulignent les organisateurs de la journée mondiale du refus de la misère, qui a lieu ce samedi. «La France ne protège pas ses enfants de la misère», déplore dans un communiqué ATD Quart Monde, qui souligne que 30% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté sont des enfants. Mal-logement, malnutrition, échec scolaire, les conséquences de la pauvreté chez les enfants sont multiples et laissent souvent des traces «indélébiles», prévient l'association à l'initiative de cette journée organisée depuis 1987.

    Selon l'Insee, quelques 8 millions de personnes vivaient sous le seuil de pauvreté (908 euros) en 2007, dont 2,4 millions de moins de 18 ans, et les conditions sociales ne se sont pas améliorées.

    2009-10-17t110603z_01_apae59g0uu500_rtroptp_3_ofrtp-france-journee-misere-20091017.1255785058.JPG

    A l'occasion du vingtième anniversaire de la convention internationale des droits de l'enfant, ATD «appelle le gouvernement, les élus et les citoyens à des choix politiques et citoyens pour qu'aucun enfant ne soit condamné à vivre dans la misère» Cette misère conduit à l'obésité, à faire de ces enfants des assistés toute leur vie, ils sont condamnés dès leur plus jeune âge, et l'on ne se sort pas de cet engrenage infernal. Les échecs scolaires ne peuvent se rattraper, leur développement mental est atteint et des malformations natales plus fréquentes dans cette population par ce que les parents souffrent aussi de ces conditions de vie.

    Beaucoup de parents ne mangent pas à leur faim, les enfants ne mangent plus dans les cantines scolaires c'est trop cher, et retournent chez eux manger un morceau de pain, et puis en classe s'endorment. Qu'est-ce qu'une situation de misère, c'est bien sûr le logement, mais aussi le manque de soins, et puis le regard des autres qui vous culpabilise à la vue de votre regard. Votre visage ne trompe pas les stigmates des difficultés à vivre sont visibles sur votre peau.

    Avec 908 euros par mois, on ne peut vivre en payant un loyer et beaucoup vivent comme ils peuvent dans la rue, dans des voitures, dans des tentes, dans des logements insalubres ou l'humidité suinte de partout. Cette grande pauvreté ruine notre pays, il faut comprendre qu'ils représentent une partie de nos enfants que nous les laissons à la dérive, alors qu'ils sont aussi la future France. Les droits de l'homme et du citoyen que sont-ils devenus quand près de 8 millions de personnes sont dans cette situation !

    Force est de constater, qu'aujourd'hui la misère est une violation des droits de l'enfant, celui du placement des enfants par décision administrative, de voir ses parents quand ils sont placés hors de leur famille. La grande majorité d'entres eux sont des enfants issus de la grande pauvreté, ce qui signifie un traumatisme cérébral dont on ne se remet jamais, la trace est indélébile. La précarité conditionne la précarité, pas besoin de grandes théories pour le comprendre, notre époque est terrible, elle ne fait aucun cadeau, le misérable reste misérable, et ce n'est pas les paroles de Sarkozy sur la valeur travail qu'ont gobés les Français, alors que la machine a bouffé le peu qui restait, qui fera que la situation puisse s'améliorer d'autant que nous avons une dette abyssale qu'il nous faudra rembourser. Et dans cette situation nos politiques se bouffent le nez, on pourrait presque se demander ce qu'ils savent faire d'autres alors qu'il y a un besoin urgent de donner à ceux qui ont besoin.

    Oui, tout est politique, même le prix d'une baguette de pain alimentation de base aux alentours de 0,85, 0,95 € va encore augmenter pour atteindre 1 € par suite de la flambée du cours du blé ! Une baguette de pain à un euro dans certaines boulangeries, comment vont faire ces malheureux ? Le pain de la grande surface pâle comme eux, mais jamais frais ou presque quand on sait qu'il est si bon avec son odeur fraîchement sortie du four, que ces malheureux ne pourront plus la sentir.

    Le sujet des droits des enfants prend aussi une résonnance particulière en France cette année avec la décision du gouvernement de supprimer le poste de Défenseur des enfants, une décision qui a suscité un tollé parmi les associations, les mouvements pédagogiques et des partis politiques. Une pétition demandant le maintien du Défenseur comme «institution indépendante», lancée sur internet, à l'initiative de 23 organisations, a recueilli plus de 40.000 signatures.

    On ne peut que s'en indigner car le premier droit fondamental de l'enfant est d’être élevé par ses parents, comme le soulignent les articles 7 et 9 de la Convention internationale des droits de l’enfant. Selon le projet de loi, les demandeurs de regroupement familial, qui concerne les personnes en situation régulière, devront justifier d’un revenu de 1280 à 1536 euros bruts selon la taille de la famille. Il est légitime de s’inquiéter des conditions matérielles dans lesquelles l’enfant vivra à son arrivée, mais cela ne peut être une condition pour pouvoir le faire venir. On ne demande pas à un couple de justifier de ses ressources avant de faire un enfant !

    On marche en dehors de nos pompes. Les personnes en situation régulière devront justifier d'un revenu brut de 1208 à 1536 € pour conserver leurs enfants, mais les autres n'ont pas le droit de faire des enfants, et s'ils en font on va leur prendre, mais ou sommes nous arrivés ? Alors que l'on préserve le bouclier fiscal la honte de la France !

    La dessus, le budget type d'une famille en 2008 sur l'année est de moyenne annuelle pour une famille deux adultes et deux enfants de 6 et 12 ans, source allocations familiailes ,

    Alimentation 690,08; Habillement 229,08; Logement 674,22; Entretien 97,09; Amortissement mobilier 60,74; Transport 256,97, Loisirs, culture et divers 450,06; Total 2458,25 €. et pour un adulte avec deux enfants de 6 et 12 ans de 2000,59 € c'est précis.

    C'est dire que même ceux qui sont à 1500 € mensuels salaire d'embauche moyen actuel, n'ont pas normalement les conditions décentes pour vivre avec deux enfants.

    Les allocations familiales sont automatiquement versées sans déclaration de ressources dès lors que l'on à deux enfants répondant aux conditions d'âge, sauf pour trois catégories,

    * Les allocataires qui sont primo déclarants à l'impôt sur le revenu ;
    * Les bénéficiaires du RMI ;
    * Les bénéficiaires de l'allocation de parent isolé (API).

    Les raisons semblent être que les montants du RMI et de l'API sont calculés en fonction de toutes les ressources mensuelles, toutes les prestations perçues par le foyer sont prises en compte.

    * les salaires, pensions et avantages en nature
    * les allocations de chômage,
    * les prestations familiales (sauf une partie des aides au logement et certaines prestations comme l'allocation de rentrée scolaire),
    * l'allocation d'éducation spéciale, l'allocation pour jeune enfant...

    Le montant de l'allocation est égal à la différence entre le montant du plafond de ressources et l'ensemble des revenus. En République Française on ne fait pas de cadeaux, il n'y a qu'aux plus riches que l'on en fait.

  • Un Sénégalais qui raconte,

    ce que l'on nous cache.

     

    0910a_mes_chers_parents_gaulois-dadfb1254664990.1254840844.jpg Je viens de consulter un blog du Monde.fr le «Bug Brother» qui nous montre que la France refoule 12 % des artistes Africains, voir ici .

    Ancien Inspecteur général de l’Education nationale, troisième secrétaire général de la Confemen, la «Conférence des ministres de l’Éducation des pays ayant en partage le Français», la plus ancienne des institutions francophones, créée en 1960, de 1989 à 1993, Fadel Dia, 71 ans, voir son blog «le droit à la France», est Sénégalais, et écrivain, auteur de deux romans, dont «Mon village aux temps des Blancs», publié chez l’Harmattan, et un essai, «A mes chers parents gaulois», ou «La France et l’Afrique passées au crible du regard d’un ancien colonisé» :

    Je suis un enfant de la colonisation, j'ai fréquenté les bancs de l'école coloniale, j'ai appris que mes ancêtres étaient des Gaulois, et on m'a initié à Chateaubriand.

    Tout au long de ma carrière d’enseignant et de haut fonctionnaire, j’ai été amené à côtoyer des officiels Français aux yeux desquels je ne suis jamais resté qu’un sous-fifre.

    Quand on lit ces deux phrases on ne peut s'empêcher d'avoir un pincement de cœur, comment faire admettre à ces hommes de couleur que les blancs sont leurs ancêtres ? Décidément nous ne reculions devant rien et l'on se demande comment des instituteurs pouvaient tenir de tels propos à ces élèves tous noirs. Bien sûr, c'est une interprétation, je n'étais pas en classe avec Fadel Dia, mais rien ne m'étonne plus d'autant que je ne vois pas comment pouvaient-ils enseigner l'histoire autrement qu'en assimilant ces enfants à des Français d'origine. De plus après les avoir colonisés nous ne reconnaissions pas en eux la qualité de Français à part entière puisque Fadel Dia, bien que haut fonctionnaire, estime avoir toujours été un sous-fifre, mais peut-être qu'il se faisait des illusions, nous obtenons tous notre bâton de maréchal quelque soit notre couleur de peau.

    D'ailleurs un président de la république est un sous-fifre des Français ; il n'y pas lieu d'en avoir honte

    Quoique qu'il en soit, il ne serait pas étonnant que pour un pays qui se fait le champion des droits de l'homme et du citoyen, que des officiels agissent de la sorte. Ces droits, que je tiens à rappeler sont pour les premiers des 30 articles,

    article 1,
    Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité,

    article 2
    1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
    2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté, la suite ici .

    Il est évident que ces droits sont constamment bafoués quand on regarde l'étendue de notre misère et pas seulement entre blancs et noirs, nous expulsons à tour de bras et parfois sans ménagement les clandestins sur notre sol et qui y ont cherché un salut en venant chez nous. On ne quitte pas son pays sans regrets et un pincement de cœur. Nous ne donnons pas à tous, Français, un logement digne ou l'on peut vivre décemment.

    On ne peut accepter toute la misère du monde à dit Rocard, c'est du bon sens, mais dans ce cas, rien d'étonnant que des artistes noirs et bien d'autres soient refoulés.

    Bug Brohers fait un parallèle avec les enfants de Tchernobyl venant se faire soigner en France qui étaient bloqués à la frontière à cause de la nouvelle procédure administrative concernant l'obtention de visas biométriques. L'Association les enfants de Tchernobyl accueille chaque année environ 200 enfants qui passent, pour la plupart, 3 semaines de vacances en Alsace et dans les départements limitrophes (70, 88, 90). Ces enfants sont issus de familles défavorisées et habitent les régions d’Ukraine et de Russie, touchées par les retombées de la catastrophe...Voir l'Association ici.

    Les enfants de Tchernobyl.

    photo1_4.1255022022.jpg

    Ce fait n'est pas nouveau, il était logique de penser que cette sécurité biométrique induirait des difficultés pour l'entrée dans notre pays. Comment lutter contre l'immigration clandestine contre la criminalité et le terrorisme, il était donc indispensable de recourir à cette sécurité, sachant que complémentaire à la sécurité du territoire, elle ne peut être parfaite. Malgré cela, d'autres pays y ont recours comme les pays maghrébins. Cette contrainte à bien entendu des conséquences, on ne peut rentrer aisément en France sans se prévaloir des conditions d'identité nécessaires.

    Je suis en droit de penser que ce n'est peut être pas, par ce qu'ils sont noirs, qu'ils ont été refoulés, pourquoi le seraient-ils, la couleur de peau n'a rien à voir avec les conditions de délivrance d'un passeport biométrique. Il faudrait s'interroger sur l'identité de ces artistes.

    Fadel Dia développe sur son blog le parcours du combattant qu'il a subit pour ne pas avoir eu le visa :

    Le consulat et ses «coxeurs». Coxeur est un terme associé aux transports au Sénégal, tout voyageur qui débarque à Dakar, est frappé par la diversité des modes de transports et par les acteurs qui s'adonnent à cette activité. Les Coxeurs seraient considérés comme des parasites profiteurs de l'activité transport, voir ici .

    La méthode est connue et repose sur la délocalisation des tâches subalternes. Vous achetez donc, à la banque, un code téléphonique (c’est votre premier investissement sans garantie de succès), déclinez votre identité, exposez les motifs de votre demande et les contraintes de votre déplacement. Une voix neutre et standardisée vous fixe un rendez-vous, c’est un mois et demi… Après la tenue de la rencontre à laquelle vous étiez convié ! Vous marquez votre étonnement ? «Oui, je vous ai bien compris mais je n’ai que ça pour le moment. Appelez de temps en temps, achetez une 2e, voire une 3e carte. Je prends note, mais nous ne sommes pas le Consulat !». C’est bien vrai, ils n’en sont que les «coxeurs», vous n’avez jamais le même interlocuteur et une fois sur deux, on vous assure que tous les opérateurs étant occupés, il vous faudra rappeler. Et puis quelle idée de voyager à cette période, c’est l’été monsieur, le consulat et toute la France sont en vacances et vous êtes trop nombreux à vouloir partir ! Français qui nous invitez, faites-le en hiver, quand il gèle et qu’il neige et non en été quand votre pays est en fête ! Cela m’a coûté prés de … 200 000 F, 365 €, de ne pas avoir eu le visa ! «Mais monsieur, on ne vous a pas refusé de visa, le consulat n’a même pas pris connaissance de votre dossier !». C’est bien le piège des mots, puisque le résultat est le même. «immigration choisie», certes mais par qui ?

    Il est évident que les consignes sont de rendre difficile la venue en France qui n'est plus une «terre d'accueil», en fait devant la misère du monde on ferme notre porte on ne veut pas voir.

    Alors, on éjecte ceux qui sont encore sur notre sol et la situation des migrants de Calais aux «doigts brulés» en est un exemple, voir Le Monde dipomatique ici.

    Le fait est peu documenté. Et pourtant. En août 2008, Julie Rebouillat, du collectif de photo-reporters Contre-faits, publiait cette photographie,

    migrants.1255030630.jpg

    Photo : Julie Rebouillat, Contre-Faits (CC).

    «Continuellement, précisait la légende, un feu est gardé allumé. Il permet de chauffer l’eau (pour le thé, la lessive ou la toilette), mais également d’y faire brûler des barres en fer avec lesquelles les migrants se mutilent le bout des doigts pour effacer leurs empreintes digitales».

    Toujours en 2008, Nathalie Loubeyre et Joël Labat réalisaient un documentaire, No comment (Grand prix du documentaire au Festival international du film des droits de l’homme en 2009). Deux séquences montrent comment des migrants se mutilent les doigts, au fer rouge, et au papier de verre.

    Le Ministère de l’immigration, de l’intégration, de l’identité nationale et du développement solidaire vient de reconnaître que ses services, en 2008, ont refusé l’entrée à 12% des artistes Africains invités à venir se produire en France.

    Les visas de court séjour sont le plus souvent délivrés en quelques jours ouvrés, sauf ceux qui doivent faire l’objet de consultations préalables des autorités Françaises ou des pays partenaires Schengen. (…). Au plan statistique, il apparaît que, en 2008, 2 238 visas de court séjour ont été délivrés à des artistes ressortissants des pays d’Afrique, sur les 2 536 demandés, soit un taux d’accord de près de 90 %. 2 238 visas accordés pour 2 536 visas demandés, soit 88,25% de visas accordés, ou 11,75% des visas refusés, et 298 des artistes africains invités à se produire en France mais refoulés l’an passé.

    Le refus d'entrer a ces artistes Sénégalais est probablement l'arbre qui cache la forêt, combien sont ceux qui ne peuvent plus venir en France, et qui probablement ont de la famille qui y vit. La misère des uns engendre la misère des autres, mais que faire ? Nous ne pouvons accueillir tout le monde, nous avons notre propre misère sans que celle des autres vienne nous compliquer la tâche. Nos mesures ne sont pas parfaites et sans reproche mais elles sont nécessaires c'est une évidence même si elles sont génératrices de douleur.

    Par contre, le zèle de certains Agents jouissant d'une certaine autorité pour se faire bien voir de leurs supérieurs est condamnable, s'il conduit par leur inertie, rejet, malveillance, à des difficultés pour l'entrée des personnes de couleur dans notre pays. Mais dans ces conditions, comment agir pour faire reconnaître son droit à venir en France dans le respect de nos lois ? Tout faire pour lutter contre l'immigration clandestine oui, mais aussi permettre à ceux qui le désirent et quelque soit la couleur de leur peau de venir dans notre pays, qui a toujours été une terre d'accueil.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu