Avertir le modérateur

- Page 4

  • La richesse de la misère, les banques et la politique.

    Une réflexion sur notre devenir.


     

    Nous vivons dans un monde qui a perdu ses repères, on pourrait presque dire inconscient, le fondement de notre éducation, enfin celle que j'ai reçue, qui consistait à travailler, à économiser son gain pour vivre, puis acheter quand on avait suffisamment pour payer, en d'autres termes acheter sans le besoin d'emprunter. Principe de base d'une éducation responsable gérer son budget et résister aux pulsions d'acheter sans attendre que l'on puisse payer.

    Pour beaucoup de jeunes il n'est plus question de faire des sacrifices, on veut tout de suite et on achète à crédit, le vecteur de l'enrichissement des banques, c'est bien connu, plus il y a de crédit plus elles s'enrichissent, c'est pour elles une rente comme un salaire chaque mois. L'asservissement jusqu'à la mort puisque certains crédits s'étalent 15, 20 ans voire 50 ans pour des biens immobiliers de sorte que les descendants continueront à payer pour rembourser les dettes de leurs parents !

    Notre richesse pour beucoup n'est de ce fait qu'apparente, un leurre, nous vivions dans une économie d'endettement permanent, ou ce que nous possédons n'est pas à nous tant que nous n'avons pas remboursé le prêt, mais aux banques qui financent nos achats.

    Si vous ne pouvez plus payer, elles vendent votre bien de sorte que vous avez tout perdu. C'est ce qui est arrivé par les prêts à taux variables, les crédits hypothécaires à haut risques que l'on dénomme les subprimes, voir ici, responsables de la crise financière que nous subissons.

    Nos conditions de vie leur appartient, nous sommes totalement dépendant des banques. Elles ont permis une richesse mais à quel prix ? Nous vivons donc au dessus de nos moyens et la misère s'accroît de jours en jours pour celles et ceux qui sont dans ce cercle infernal. Nous dépensons trop, et plus nous dépensons, plus nous devenons misérables puisque à la dépense que nous faisons il faut ajouter le remboursement du prêt qui enrichit le prêteur.

    Le fait de vouloir sans attendre l'économie de son achat nous appauvrit du taux du prêt, et le cercle est infernal puisque qu'il y a des familles qui ne travaillent presque que pour rembourser leurs prêts.

    C'est très cher payé.

    C'est aussi vrai pour notre économie puisque nous empruntons pour financer nos besoins nationaux, n'avons nous pas une dette abyssale qui atteint 1.398 milliards d'euros, voir ici avec un déficit de 117,6 milliards d'euros soit 3729 euros par seconde, aujourd'hui 10 août 2009 à 17 heures. Sur un an, le déficit de l'Etat se creuse à 86,6 milliards d'euros fin juin, Les Echos.fr ici .

    Ce que l'on ne sait pas, c'est comment est constitué cette dette et quelles sont ses modalités de remboursement ? Comme pour les Français, l'État dépense plus qu'il ne reçoit, et comme la pauvreté augmente, il reçoit moins et il paie plus pour aider les malheureux. C'est donc un engrenage aussi infernal dont on ne perçoit pas de solution autre que celle d'un brusque arrêt des dépenses avec une augmentation des prélèvements.

    La réduction des dépenses est en cours, mais l'augmentation des prélèvements, faire plus qu'il n'a été fait est lourd de conséquences pour beaucoup d'entre nous, et il ne reste que l'augmentation des impôts de ceux qui peuvent payer et à qui on les a réduit fort injustement, à l'égard des autres, sans en avoir apprécier les conséquences.

    Aujourd'hui, sur les Echos.fr, ici , Luc Chatel ministre de l'Education nationale et porte-paroles du gouvernement annonce qu'il y aura un débat au Parlement sur les niches fiscales, tout en précisant qu'il avait déjà fait un pas important pour les plafonner.

    «Cette année, nous n'allons pas y échapper et il y aura, de manière assez légitime d'ailleurs, au Parlement un débat sur cette question», a-t-il affirmé.

    L'État ne peut attendre, il lui faut faire face aux besoins immédiats par contre, un particulier peut attendre pour l'achat d'une télévision, d'un ordinateur, d'une machine à laver, voire d'une voiture, il peut vivre sans pendant un certain temps, comment faisions nous avant ?

    Dans cette situation économique se pose le problème politique de la démocratie, peut-il exister, indépendamment des possibilités électorales, un gouvernement social démocrate, voire socialiste ?

    Tout gouvernement de gauche qui viendrait aux commandes serait confronté à l'endettement, et toute politique plus sociale, et mon Dieu nous en avons besoin, ne pourrait qu'accroître cette dette s'il n'attend pas une rentrée d'impôts par la suppression du bouclier fiscal et d'autres avantages comme les niches fiscales !


    Il lui faudra donc attendre avant de modifier la politique salariale actuelle du gouvernement.


    Quelles en seraient les conséquences sur les investissements si les plus riches se voient contraints de payer plus ?

    Ne vaudrait-il pas mieux relancer d'abord les investissements par l'aide aux entreprises avec l'argent récupéré sur les impôts que d'augmenter les salaires, ce qui aggraverait les finances des entreprises.

    Seulement le peuple de gauche qui aura voté pour ce gouvernement attend du pouvoir d'achat par une augmentation des salaires, il en est privé depuis trop longtemps. Ce serait encore une fois de plus une position en porte à faux de ce gouvernement eu égard aux votes. En d'autres termes, un gouvernement de gauche ne peut exister dans une économie de droite, il ne peut-être que dans une fausse situation, et c'est bien dommage s'il n'y a pas de compréhension de la part des dirigeants politiques de ces partis de faire une politique sociale démocrate avec le centre, et s'ils ne le comprennent pas, ils disparaitront.

    Les Aubry, Hamon, Delanoé, Emmanuelli, Fabius, Mélanchon, Buffet..... enfin tous ceux qui pensent qu'un gouvernement de gauche pourrait améliorer rapidement notre situation, se trompent lourdement. Il ne suffit pas d'avoir de la bonne volonté, il faut pouvoir mettre en œuvre une politique différente. Non pas que je sois d'accord avec la politique menée, bien au contraire elle est injuste, orienté que pour les «riches», mais, il faut se rendre compte de l'importance du mal fait.

    Cela fait plus de huit années que cette politique est faite, tout gouvernement qui ne serait pas de droite, serait contraint de faire une politique d'augmentation des impôts au départ pour redresser la situation afin de redonner à nos caisses l'argent nécessaire et ce n'est qu'ensuite, quelques années après, que l'amélioration de nos conditions de vie pourraient être faites. Le gros problème est de savoir comment ce peuple de gauche accepterait d'attendre cette amélioration ?

    Il y a nécessairement un gros travail de pédagogie à faire et surtout à ne pas promettre n'importe quoi !

  • Clotilde Reiss et Nazak Afshar, devant le tribunal de la dictature.

    Obligée de demander pardon.

     

    Je n'aurais jamais du participer à des manifestations avec des centaines de milliers de manifestants a-t-elle déclaré devant les magitrats Iraniens qui la jugeait avec des centaines de milliers de militants de l'opposition.

    Clotilde Reiss devant ses juges.

    6951c4b4-83ef-11de-a13c-4ea5d9b79334-clotilde-reiss-au-tribunal.1249828443.jpg

    Clotilde Reiss est assise devant Ahmad Zeidabadi, un journaliste virulent connu pour ses prises de positions contre les conformateurs lors de l'ouverture de leur procès samedi. Crédits photo : AFP

    En outre, elle reconnait surtout avoir rassemblé des informations et encourager les émeutiers.

    Quel manque de responsabilité si ce qu'elle déclare est vrai. On n'a pas le droit quelque soit le pays d'activer des émeutes en intervenant dans une manifestation, seule une attitude spectatrice s'impose.

    Je demande pardon à l'Iran a-telle déclaré.

    C'est reconnaître sa faute.

    Clotilde Reiss est l'employée franco-iranienne de l'Ambassade de France, et dans ce cadre le quai d'Orsay, le ministère des affaires Etrangères, dans son bon droit international, l'Ambassade est territoire Français, s'est élevé contre la comparution de cette jeune femme de 24 ans et de Mme Nazak Afshar estimant que les accusations portées contre les deux femmes étaient «dénuées de tout fondement» et les charges «inexistantes», voir ici .

    c94b77a8-6b3e-11de-afda-ada66b0768d7-clotilde-reiss.1249827174.jpgClotilde Reiss est détenue dans la prison d'Evine depuis le 1er juillet pour avoir pris des photos d'une manifestation à Ispahan. Elle est une «vraie passionnée» d'Iran, racontent ses amis.

    «Si elle s'est intéressée à ce pays, c'est avant tout parce qu'elle avait une nourrice iranienne quand elle était petite», confie une de ses camarades de recherche, qui préfère garder l'anonymat.

    Titulaire d'un mastère de Sciences Po Lille et ancienne allocataire de l'Institut Français de recherche en Iran, l'étudiante Française venait d'achever un nouveau séjour de cinq mois, cette fois-ci à Ispahan, lorsqu'elle a été arrêtée, ce 1er juillet, à l'aéroport Téhéran.

    «La politique, ce n'est pas son truc. Ce qui compte pour elle, ce sont les rapports humains»,

    précise son amie.

    Mais le hasard du calendrier en a voulu autrement. Interpellée par la police, en pleine crise postélectorale, au moment de son départ du territoire Iranien, il lui est reproché, selon une source diplomatique occidentale,

    «d'avoir participé pacifiquement aux manifestations, d'en avoir pris des photos avec son portable et d'avoir envoyé un e-mail à un correspondant à Téhéran pour raconter objectivement ce qu'elle avait vu à Ispahan».

    Accusée d'espionnage, elle se trouve aujourd'hui derrière les barreaux de la prison d'Evine. Elle n'a pu que brièvement parler à un représentant de l'Ambassade de France, et n'a pas encore eu droit à une visite consulaire.

    Clotilde Reiss a reconnu ses erreurs, elle a aussi admis avoir écrit un rapport d'une page sur «les politiques en Iran en lien avec l'énergie nucléaire», remis au patron de l'Institut Français de recherche en Iran qui appartient au service culturel de l'Ambassade de France.

    «J'ai utilisé des articles et des informations qu'on trouve sur internet et il n'y avait rien de secret», a-t-elle affirmé.

    Suite à ces aveux, l'avocat de Clotilde Reiss a demandé sa grâce.

    «Je demande pardon au pays, au peuple et au tribunal d'Iran et j'espère que je serai graciée», a ajouté personnellement Clotilde Reiss de l'audience. On ignore encore la date du verdict.

    «Le séjour en prison est dur, mais mes gardiens et les agents chargés de mener les interrogatoires ne se sont pas mal comportés à mon égard», a-t-elle assuré, même si elle a évoqué une «certaine pression psychologique».


    Les anti-Ahmadinejad devant la justice Iranienne,

    Le Figaro International ici .

    efd53f34-7e9a-11de-bff6-2f8d638f5e95-les-anti-amadejed-devant-la-jutice-iranienne.1249830099.jpg

    rompant avec le discours de l'opposition, emmenée par le rival malheureux d'Ahmadinejad, Mir Hossein Moussavi, Mohammat Ali Abtahi (2e à droite) aurait affirmé, selon les médias, qu'il n'y avait pas eu de fraudes à la présidentielle du 12 juin. Crédits photo : AP.


    La France diplomatique, ici

    Comparution de Clotilde Reiss devant un tribunal de Téhéran (08 août 2009).

    Après la comparution de Clotilde Reiss devant un tribunal de Téhéran, la France renouvelle sa demande de libération immédiate de la jeune universitaire, les accusations portées contre elle étant dénuées de tout fondement. Nous avons également appris l’arrestation et l’audience, lors de cette même séance collective, de Mme Nazak Afshar, employée de notre ambassade à Téhéran.

    Nous demandons également sa libération immédiate, les charges retenues contre elle étant inexistantes. La France s’élève par ailleurs contre les conditions de cette comparution. L’Ambassade n’a pas été informée au préalable, ni autorisée à assister à cette comparution, conformément aux règles internationales de la protection consulaire. Nous déplorons aussi que Clotilde Reiss et Mme Afshar n’aient pu être assistées d’un avocat.

    L'acte d'accusation porte sur le délit d'espionnage pour avoir transmis sur Internet des photos des manifestations, d'après les autorités Françaises.

    Si elle est accusée d'espionnage elle risque la mort.

    Comme toutes les dictatures, que la honte soit sur ce régime Iranien qui accuse d'espionnage à tout bout de champ les opposants au régime. Cette jeune femme a agit selon son coeur, selon son éducation, selon ce que nous tous aurions fait, et condamner Clotilde Reiss ainsi que Mme Afshar c'est condamner les Français.

    Comment ne pas comprendre et admettre, que spectatrices de la révolte des opposants au régime des Ayatollahs, ces femmes de notre culture ne puissent transmettre des photos des manifestations ainsi qu'un rapport d'une page au patron de l'Institut Français de recherche en Iran, puisqu'elle y est employée et qui, en outre appartient au service culturel de l'Ambassade de France, sur «les politiques en Iran en lien avec l'énergie nucléaire», informations qu'on trouve d'ailleurs sur internet.

    L'acte d'accusation apparaît hors de proportion avec le délit qu'elles ont fait.

     

  • Des Chevaliers de la Table Ronde au gouvernement mondial, dossier suite 35.

    Le gouvernement mondial.

     

    Avertissement.

    Au cours de ces dossiers, un maximum d'informations ont été données dont les sources ont été collectées sur la toile. Je ne peux certifier que ce qui a été présenté soit crédible voire vrai. J'ai donné autant que faire ce peut l'origine de ces sources, mais probablement toutes ne sont pas précisées, elles sont trop nombreuses.

    J'ai, aussi tenté de les vérifier par des recoupements, et des compléments sont présentés. J'ai modifié certaines données pour qu'elles soient plus compréhensives, mais toujours en respectant le fond.

    Je tiens à remercier les auteurs qui me sont inconnus et qui m'ont permis en lisant leurs articles et parfois en les publiant de faire ces dossiers. Je ne pouvais les contacter tous d'une part à cause de manques de liens de contact, et d'autre part aussi, par le fait que peu répondent, et lorsqu'ils le font le délai des réponses est incompatible avec la rédaction de ces dossiers.

     

    Le gouvernement mondial.

    Dans ce paragraphe, la première partie a été supprimée.

     

    Banque le triomphe des coupables par jacques Attali sur Slate.fr ici.
    lundi 3 août 2009. Cette publication a obtenu l'autorisation de Jacques Attali.

    La crise, chacun le sait, est largement de la faute des banques américaines, qui ont trop prêté et développé des produits spéculatifs. Pour les sauver, le Trésor américain leur a prêté de l'argent sans intérêt. Celles de ces banques qui n'ont pas fait faillite continuent à agir comme avant, inventant de nouveaux produits spéculatifs et ne prêtant, très chers, qu'à celles des entreprises qui n'ont pas vraiment besoin de leur argent.

    Elles ont, en plus, aujourd'hui, une raison supplémentaire d'agir ainsi, tous les régulateurs leur enjoignant de reconstituer leurs fonds propres, elles le font, non seulement en utilisant tous les artifices comptables rendus possibles par les réformes d'avril, mais aussi en refusant de prêter aux particuliers et en exigeant des intérêts énormes des grandes entreprises désespérément à la recherche de liquidités.

    Comme les intérêts que ces banques versent aux déposants sont proches de zéro, leurs bénéfices sont énormes. Et avec eux, elles peuvent recommencer à développer des produits spéculatifs, avec lesquelles elles comptent refaire les mêmes profits que par le passé, sans que personne ne vienne même, cette fois, leur opposer des réglementations.

    Et nul ne peut protester, qui pourrait se mettre mal avec son banquier ?

    Alors qu'après 1929, des réglementations très strictes ont été imposées aux banques américaines, aujourd'hui, rien n'est imposé à personne.

    Le G20 n'aura été qu'une jolie comédie.

    De plus, Wall Street continue à disposer de considérables moyens d'influence. Des lobbys bancaires, fort bien dotés, arrosent le Congrès. Et les banquiers, devenus ministres ou superviseurs, réussissent à écarter toutes les législations qui pourraient gêner leurs ex et futurs employeurs.

    En particulier, une seule banque tient tout, Goldman Sachs.

    Elle est l'objet aujourd'hui d'innombrables analyses critiques, dont la plus acérée est venue récemment du magazine Rolling Stones. Après avoir éliminé ses principaux concurrents, (dont Lehman), après avoir profité de ces faillites et reçu de l'État d'énormes prêts sans intérêt, cette institution plus que centenaire fait aujourd'hui fortune grâce à des décisions prises par Geithner, Summers et les autres, dont chacun sait qu'ils rejoindront un jour la firme, après avoir quitté leurs fonctions, comme le firent avant eux les ministres des précédents présidents, Rubin, Paulson, et autres...

    Au total, les entreprises industrielles, qui créent les vraies richesses, financent les erreurs et les bonus des banquiers, avec la bénédiction des hommes politiques. Et en bout de chaine, les salariés en sont les ultimes victimes, les banques américaines enfoncent dans la dépression ceux qu'elles ont déjà largement ruinés.

    Ces lobbys sont si puissants qu'on n'en sortira que par une révolution politique. Elle devrait conduire, au moins, à interdire aux responsables publics du secteur financier de travailler ensuite dans les établissements qu'ils contrôlent. Et au plus, à nationaliser ce secteur.

    Une révolution, vous dis je.

    Jacques Attali.

    Que peut-on écrire de plus ?


    Qu'est-ce que la Trilatérale ?

    La Trilatérale est une Commission (parfois abrégée en Trilatérale) correspondant à une organisation privée créée en 1973 à l'initiative des principaux dirigeants du groupe Bilderberg et du Council on Foreign Relations, parmi lesquels David Rockefeller, Henry Kissinger et Zbigniew Brzezinski. Regroupant 300 à 400 personnalités parmi les plus distinguées et influentes, hommes d’affaires, politiciens, décideurs, «intellectuels» de l’Europe occidentale, de l’Amérique du Nord et de l'Asie Pacifique (États dont la plupart sont également membres de l'OCDE), son but est de promouvoir et construire une coopération politique et économique entre ces trois zones clés du monde, pôles de la Triade.

    A l'instar du groupe Bilderberg, il s'agit d'un groupe partisan de la doctrine mondialiste, auquel certains attribuent, au moins en partie, l'orchestration de la mondialisation économique, voir ici,et ici.

    A écouter attentivement, Trilatérale, Bilderberg, Société fabienne..-P. de Villemarest.

     

     

     

    Trilatérale & Synarchie Française.

    Article du Ringardus.

    La présente fenêtre d'opportunité, durant laquelle un ordre mondial pacifique et interdépendant peut-être construit, ne sera pas ouverte pour très longtemps. Nous sommes à l'orée d'une transformation globale. Tout ce dont nous avons besoin est une crise majeure appropriée, et les nations accepteront «le Nouvel Ordre Mondial» David Rockefeller, 23 septembre 1994.


    arche_aliance_emulation.1249369560.jpg

    Synarchie par-ci, Trilatérale par là, l'on y perdra sa liberté, avant son latin.

    Lire la suite ici .

    Analyse.

    Il est bien évident que l'évolution mondiale que nous constatons met en cause notre logique, passée sur nos possibilités de gouvernance, nous sommes interdépendants. Il n'est plus une décision importante qui ne soit discutée entre les chefs d'État ou de gouvernement, le G8 ou le G20 en sont des exemples, en outre ces sommets sont secrets même si un communiqué est fait après chacun d'eux. Il est donc impossible de connaître dans le détail les discussions qui y sont faites.

    A ces sommets, il faut ajouter l'importance du Fond Monétaire International, voir ici (www.imf.org) qui a pour rôle la coopération monétaire internationale en essayant de garantir la stabilité financière, de faciliter les échanges internationaux, de contribuer à un niveau élevé d’emploi et à la stabilité économique et de faire reculer la pauvreté.

    A cela, il faut ajouter les Nations Unies avec le Conseil de sécurité chargé de faire respecter autant que faire se peut une paix fragile par l'arrêt des conflits et par l'interposition de soldats aux casque bleu, qui est une force internationale.

    Là dessus, il y a la haute finance qui impose sa loi. Comment ne pas voir besoin d'eux ? Sans argent notre économie ne fonctionne plus, ils sont bien plus influents sur le monde que les politiques qui peuvent changer aux élections, eux sont à vie aux commandes. Comme l'écrit Jacques Attali malgré les règlementations très strictes la banque Goldman Sachs fait ce qu'elle veut.

    Nous venons d'apprendre par la presse que notre plus grande banque d'affaire, BNP Paribas annonce un bénéfice net au second trimestre de 1.04 milliard d'euros soit une hausse de 6,6 % s'apprête à distribuer en prime plus d'un milliard à ses traders, plus qu'en 2008, voir l'information ici sur Libération.fr.

    Cette banque a reçu 5,1 milliards d'euros d'aide de l'État dans le cadre du plan Français de soutien au secteur bancaire. Cela montre bien que nous ne pouvons sans une révolution modifier les choses dès lors qu'il faut de l'argent pour acheter, et seules les banques peuvent en prêter.

    Pour la banque de France la décision de BNP Parisbas est conforme aux règles, la messe est dite. Il s'agit d'une provision qui pourrait être versée à partir de l'année prochaine sur plusieurs années. Nous aurons tout le temps de vérifier que les critères sont bien respectés précise Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, voir ici .

    Comment voulez-vous que notre économie ne soit pas gouvernée par les Grandes Banques lorsque nous leur devons plus de 1.200 milliards représentant notre dette publique.

    On ne prête pas autant d'argent sans contres parties.

    Notre politique actuelle ne fait rien et laisse filer l'accroissement de cette dette, pourquoi ?

    C'est bien simple, le gouvernement mondial est de dogme capitaliste, notre pays à viré dans le capitalisme, l'Europe également, et nos hommes politiques actuels y sont liés. Ils ont réussit à mettre en œuvre ce Nouvel Ordre Mondial en créant l'Europe et en faisant voter les Français et les autres membres de l'Europe en faveur de ce capitalisme mais en cachant leur secrète intention, voila comment agit indirectement le Nouvel Ordre Mondial.

    L'Euro-système formé par la Banque Centrale, BCE et 13 autres banques centrales gèrent notre économie et concert avec la Grande Finance Internationale, elles ne peuvent faire autrement. Tout autre politique ne peut être appliquée sans nationalisation des Grandes Banques ce que notre gouvernement refuse, pourquoi, c'est bien simple, la nationalisation des banques détruirait l'économie de marché et les salariés auraient leur mot à dire.

    La nationalisation serait recourir au socialisme d'État. De plus, on ne voit pas comment s'en sortir, un autre gouvernement se trouverait devant le même problème, le besoin d'argent, et dans ce cas, il serait également lié aux banques.

    Une gestion mondiale de notre économie est à terme inéluctable, ce qui justifie comme l'écrit Jacques Attali une révolution si l'on veut mettre en place une vraie régulation bancaire.

    C'est peut être le N.O.M.


     

    Voici la présentation de Goldman Sachs, voir ici :

    SUSTAIN GS est une stratégie d'actions mondiales qui rassemble ESG (environnementaux, sociaux et de gouvernance) des critères, une large analyse de l'industrie et le retour sur capital à long terme, identifier les opportunités d'investissement.

    Our analysis of mature industries includes sectors such as energy, consumer products and banks. Notre analyse de la maturité de l'industrie comprend les secteurs comme l'énergie, les produits de consommation et des banques.

    In looking at companies within these sectors, we analyze the way they manage their social and corporate obligations, their return on capital, and their strategic positioning relative to sector competitors. En regardant les entreprises de ces secteurs, nous analysons la façon dont ils gèrent leurs obligations sociales et de l'entreprise, leur retour sur le capital, et de leur positionnement stratégique par rapport aux concurrents du secteur.

    The emerging industries we focus on include alternative energy technology and biotechnology. Les industries émergentes, nous nous concentrons sur les technologies de l'énergie alternative et de la biotechnologie.

    Here, we look for differentiated business models and positive exposure to fast-moving structural trends. Ici, nous recherchons des modèles d'entreprise différents et une exposition positive à évolution rapide des tendances structurelles.

    We believe the key drivers of the world economy – the shift of economic growth to the BRICs countries, a rapidly expanding global population, mass urbanization and the pace of development in emerging economies – will become increasingly pronounced, and will reward the world's most forward-thinking companies.

    2009_06_17_bric_ekaterinbourg.1249394398.jpgNous pensons que les principaux moteurs de l'économie mondiale, l'évolution de la croissance économique au pays BRIC (signifie Brésil, Russie, Inde, Chine, le club des puissances émergentes représentant le nouveau rapport de forces international réunit pour discuter entres eux des affaires du monde) une expansion rapide de la population mondiale, l'urbanisation massive et le rythme du développement dans les pays émergents, seront de plus en plus prononcée, et de récompenser les plus avant, réflexion des entreprises.

    A cela notre appartenance à l'Union Européenne nous impose des règles de marché et une politique concertée, avec un Parlement et une Commission des chefs d'État et de gouvernement qui décide de ce que nous allons manger. Si l'on ajoute la Banque Européenne d'Investissement créée en 1958 par le Traité de Rome en tant qu'institution de financement à long terme de l'Union européenne, notre marge de manœuvre est considérablement réduite.

    La B.E.I.a pour mission de contribuer à l'intégration, au développement équilibré et à la cohésion économique et sociale des États membres de l'UE. Elle emprunte d'importants volumes de fonds sur les marchés des capitaux et les prête à des conditions favorables en faveur de projets contribuant à la réalisation des objectifs de l'UE. Elle adapte en permanence son activité à l'évolution des politiques Européennes. Elle est donc fortement influencée par l'économie mondiale et le marché de l'argent.

    La vidéo ci-dessous est à écouter entièrement, elle est révélatrice de l'existence du N.O.M.

    Vidéo, Illuminati- Trilatérale-CFR

     

     

     

    Afin de compléter ce dossier et cette étude, si tant est qu'elle puisse l'être, je vous propose le document suivant justice et injustice ,ici .

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu