Avertir le modérateur

- Page 3

  • Il y a encore beaucoup à faire !

    Le sondage interdit !

     

    Il est des personnes sacrées intouchables, au dessus des autres, effleurer leur nom est passible de prison, même un sondage qui est favorable à leur Roi est interdit.

    Dans quel pays me direz-vous, au Maroc et on n'y rigole pas. Ce serait en Arabie Saoudite, en Iran, en Chine,.... voire en Tunisie ou en Algérie, mais au Maroc, je n'y aurais jamais cru. Le Français n'est elle pas leur seconde langue, mais seulement pour parler, pas pour appliquer sa démocratie.

    Tester la popularité d'un Roi est une entreprise hasardeuse, pourtant en occident, c'est une chose courante, constante. Il faut dire que chez nous un président peut changer, mais un Roi impossible. Le Roi est Roi à vie et cela quelque soit le bien ou le mal que l'on pense de lui. Chez-nous un président doit savoir s'il tient bon la corde, au Maroc ou ailleurs dans ces pays fréquentables pour les touristes ou il y a du soleil, et ou les habitants sont accueillants, l'hospitalité n'est pas un vain mot, le Roi ou le Chef Suprême n'en à que faire s'il est bien ou mal perçu par son peuple.

    C'était à l'occasion du dixième anniversaire de l'arrivée au pouvoir de Mohammed VI, cet hebdomadaire indépendant «TelQuel», voir ici, le premier magazine du Maroc, s'est pourtant lancé dans l'aventure au ton critique a commandé un sondage à l'échelle nationale pour savoir ce que les Marocains pensent de leur Roi !

    Une grande première dans l'ensemble du Maghreb et du monde arabe. C'était pourtant aller trop loin. Samedi 1er août, à Casablanca, le ministre marocain de l'intérieur, Chakib Benmoussa, a fait saisir le dernier numéro de «TelQuel» et sa version arabophone, «Nichane», à l'imprimerie, et a fait détruire 100.000 exemplaires.

    Motif, «La monarchie ne peut être mise en équation, même par la voie d'un sondage», comme l'a déclaré le porte-parole du gouvernement et ministre de la communication, Khalid Naciri», Le Monde.fr ici.

     

    Un crime de lèse-majesté.

    Ils auraient enfreint le code de la presse, «un ensemble d'articles enfreignant les dispositions légales en vigueur».

    Mais de plus, le journal «Le Monde» est interdit de vente au Maroc depuis le 3 août pour avoir publié «Le sondage interdit».

     

    La liberté de la presse a encore du chemin à faire et pas seulement au Maroc.

     

    Mais, ce qui est bon me direz-vous c'est que l'on a essayé, c'est un premier pas, une brèche dans laquelle d'autres peuvent s'engouffrer.

    Les questions posées, Le roi, homme d'affaires. Le roi, personnage sacré. Le roi et son protocole d'un autre âge......

    Elles ont été posées, de la fin juin au début juillet, à un échantillon représentatif de la population marocaine, par une équipe d'enquêteurs professionnels de LMS-CSA, filiale au Maroc de l'institut de sondages Français CSA. Le Monde a souhaité s'associer à cette entreprise.

    Je suis allé deux fois au Maroc faire un trek donc dans les montagnes et le désert et quand je lis que le sondage est favorable au Roi, les sondeurs ne sont pas allés dans ces régions que nous les trekkeurs fréquentons. Évidemment dans les grandes agglomérations Rabat, Casablanca, Marrakech et autres grandes villes leur population n'est pas misérable comme celle que j'ai rencontrée, c'est le jour et la nuit. En fait, il faut aller dans ce que l'on nomme le Maroc profond pour avoir une opinion des conditions de vie de ces Marocains. Mais, ils ne sont pas les seuls c'est partout la même chose dans beaucoup de pays, et même je peux dire qu'en Europe il est des pays que je ne nommerais pas qui ont des disparités flagrantes entres leurs régions.

    En fait comme l'écrit le Monde.fr les Marocains parlent peu de leur Roi, pourquoi ? Leur Roi est sacré et comme tel il n'est pas remis en cause et on l'aime par ce qu'il est Roi le descendant de la dynastie Alaouite depuis le XVIIème siècle, originaire de Talifet et descendant d'Ali, voir ici .

    Les armoiries du royaume du Maroc.

    180px-coat_of_arms_of_moroccosvg.1249321722.png

    En fait, beaucoup de Marocains estiment que leur pays est démocratique, et l'on peut dire sans exagération pour en avoir discuté avec eux, qu'ils pensent que trop de démocratie serait la porte ouverte à toutes les dérives.

    Plus surprenant,

    la grande majorité des Marocains qui qualifient la monarchie «d'autoritaire emploient ce mot non comme un reproche mais... comme un compliment !»

    «Bien sûr que notre monarchie est autoritaire, et tant mieux ! Ont-ils déclaré aux enquêteurs. Mieux vaut que le pouvoir soit entre les mains du Roi qu'entre celles des élus corrompus qui ne pensent qu'à leurs intérêts !».

    Un jugement cruel pour la classe politique et le gouvernement, lesquels sont privés, soit dit en passant, de la marge de manœuvre dont ils auraient besoin pour faire leurs preuves face à une monarchie absolue et omniprésente, «le Monde.fr».

    Beaucoup, pensent que le terrorisme et la criminalité impliquent un régime fort qu'ils nauraient peut être pas dans une démocratie, et leur Roi a leur confiance. Le seul bémol reste la pauvreté.

    La pauvreté en question sur Al-Oufok, le site du mouvement démocratique arabe ici.

    Le sondage montre cependant que les Marocains sont très réservés sur l’action du Roi dans la lutte contre la pauvreté et sur la réforme du code de la famille. Concernant la pauvreté, ils sont 37% à penser que la situation s’est améliorée dans les dix dernières années, mais également 37% à juger qu’elle n’a pas évolué, tandis que 24% d’entre eux estiment qu’elle s’est aggravée.

    Mais les critiques les plus sévères qu'enregistre le Roi portent sur la Moudawana, ce nouveau code de la famille qui, depuis 2004, fait des Marocaines les égales des hommes, sauf en matière d'héritage.

    Surprise ! Presque un Marocain sur deux estime que le roi est allé trop loin dans sa volonté de libérer les femmes. Que celles-ci n'aient plus besoin d'un tuteur pour se marier, qu'elles puissent désormais réclamer le divorce (une prérogative jusque-là réservée aux hommes), et que la polygamie soit rendue dans les faits impossibles, tous ces acquis sont loin de soulever l'enthousiasme.

    C'est encore un peuple trop machiste et qui n'est pas mûr.

    Seuls 16 % des Marocains pensent que leurs femmes devraient avoir encore plus de droits.

    Le roi Mohammed VI

    arton764mohammed-vi.1249332168.jpg

  • Ces héros de la bicyclette,

    chargés ou pas ?

     

    velo_035-anime-velo.1249719299.gifCette année nous venons d'assister à un Tour de France comme nous n'en n'avons que rarement vu depuis plusieurs années. De mémoire de téléspectateur, je ne m'en souviens pas et pourtant je le regarde toujours. C'est un sport que j'admire non seulement par le courage et la volonté de ces coureurs qui, avec rage, montent ces cols, mais aussi à cause des paysages que ce Tour de France nous fait découvrir. Comme l'écrit le Monde.fr, quel fascinant Tour, plus de 15 millions de spectateurs, 2 milliards de personnes dans plus de 180 pays. Le Tour de France, n'est pas seulement un fait sportif c'est aussi un rendez-vous entre les Français et le vélo, mais aussi un rendez-vous de la France avec le monde.

    Un tel déferlement, une telle foule au bord des routes signifie probablement une libération populaire des contraintes actuelles de la vie, ou l'avenir de beaucoup est incertain, voire même perdu pour ceux âgés qui n'ont plus de travail. Les réformes injustes et dogmatiques de notre gouvernement, aggravées par la crise n'ont fait que rendre encore plus injuste cette injustice.


    Mais, ce n'est pas de politique que je veux évoquer, mais de celui de ces coureurs qui, tel un coin que l'on enfonce, fendent la foule en haut des cols. Quelle image que cette profondeur de champ nous donne, on se demande s'ils ne vont pas renverser cette foule, qui s'écarte progressivement au fur et à mesure qu'ils avancent. On a l'impression qu'elle les empêche de respirer tant elle est étouffante, elle «bouffe» l'air dont ils ont tant besoin.

    Car en fait tout le problème est là ! Pendant ce court instant de joie, tant recherché par ces Français qui, depuis plusieurs jours les attendent au bord des routes, le problème que l'on est en droit de se poser, n'est-il pas celui du dopage eu égard de la puissance développée par ces forçats de la route dont on admire l'exploit !


    Jamais, depuis que le Tour de France existe, un col n'aurait été monté aussi vite, je pense à la montée vers Verbier ou Alberto Condador tel un conquistador à établit un nouveau record de vitesse, il a fait cette montée de 8,5 km de pente moyenne à 7,5 %, en 20 minutes et 55 secondes soit 24,38 km/heure, jamais un coureur n'avait parait-il monté un col à cette vitesse, paroles de journaliste, or, je me souviens d'avoir entendu que lors de la montée de l'Aubisque en 2007 les premiers coureurs étaient montés à 35 km/h ?

     

    contador.1249719002.jpg

    Les Pantani et consorts seraient balayés, écrasés, si cela était vrai ? Quelle part de vérité accorder à cette information ? Il est curieux que personne n'ait rien dit sauf Geg Lemond dans l'article du Monde.fr «Alberto prouve moi que l'on peut croire en toi», ici ?

    Mais aussi, le professeur Paul Escande spécialiste réputé en dermatologie à l'hôpital Tarnier de Paris, grand amateur de sport et président Français de la lutte contre le dopage de 1990 à 1996, et aussi d'un groupe d'étude interministériel de lutte contre le dopage en 1998, sur Slate.fr, Greg Lemond «Tonton flingueur de Tour» ici . Tout le monde à trouvé cela normal, c'est qu'il n'est pas le seul à avoir fait cette prouesse, ses adversaires pas très loin de lui ont fait aussi un grand exploit.


    Un Tour propre que l'on nous avait prédit comment est-ce possible quand ces dernières années on disait que de monter à une vitesse déjà élevée, mais qui serait inférieure, n'était pas normal ? Combien de coureurs ont été accusés de soupçon de dopage, ce qui s'est avéré ensuite. Mais là rien ! Silence on monte ! Certes, les coureurs cyclistes sont les plus contrôlés des sportifs, cela devient même un abus, une accusation présumée de dopage. Est-ce à dire que les tests pratiqués ne reflètent plus la réalité de l'état des coureurs puisque aucun n'a été inquiété ?

    En août 2007 j'avais calculé pendant la montée de l'Aubisque que la puissance développée par les premiers courreurs était de 591 Watt mais, la vitesse que j'avais prise en compte était de 35 km/h, là il s'agit de 24,38 km/h ce qui très inférieur et laissait supposer un dopage de ces coureurs, voir ici le Tour de France et son corollaire, le dopage .

    Le calcul avait été fait par la formule suivante démontrée dans l'article référencé ou P est la puissance développée :

     

    img703.1249677569.jpg

    Pour les données il faut se reporter à l'article ci dessus référencé.


    Le calcul donne une puissance de 528 Watt ce qui est énorme pour une vitesse de montée de 6,772m/s. Pour fixer les idées, cette puissance développée pendant 20 minutes et 55 secondes donne un travail dépensé de 662.640 joules soit une énergie calorifique de 158 kcal. Énergie quasiment impossible d'atteindre par un être normal, d'autant qu'il faut aussi prendre en compte l'énergie dépensée dans la course avant cette montée ?


    Ces coureurs seraient-ils anormaux ?


    Les contrôles anti dopage sont -ils à la hauteur de l'évolution médicamenteuse des stupéfiants ou compléments alimentaires ? Autant de questions que l'on est en droit de se poser ! L'entrainement intensif de ces coureurs ne fait-il pas qu'ils peuvent développer des puissances de cet ordre ?

    Quand on voit qu'en athlétisme sur le 100 mètres les 10 secondes sont dépassées depuis longtemps et même souvent, alors qu'il était dit que ce serait impossible !

    De même en natation ou des colosses comme Alain Bernard dépassent sur les 100 mètres la minute, son record du monde de Sydney le 19/09/2000 était de 47,6 secondes, soit 7, 563 km/h on reste perplexe. Maintenant ces records sont dépassés, des combinaisons en polyuréthane permettent d'atteindre 46,94 secondes par un coefficient de glissement très inférieur conduisent à une trainée plus réduite.

    On assiste donc sur le plan sportif à une évolution des équipements toujours plus performants, mais aussi à une évolution des capacités physiques des athlètes dont on ne s'explique pas par la seule médecine.

  • La nasse de l'Afghanistan.

    La désillusion s'installe.

     

    On ne peut empêcher l'évidence que cette guerre, contre le terrorisme des Talibans, ces hommes extrémistes aux comportements barbares esclavagistes de leurs femmes, qu'ils sont en train de malmener la coalition militaire qui avait pour objectif d'aider le gouvernement régulier Afghan à constituer une armée et une police capables de faire face à leurs attentats. Un vœu pieux, mais trop pieux probablement, sans perspectives réelles tant cette région du globe leur appartient avec ces montagnes et la fontière Pakistanaise s'étendant sur plus de 2430 km, voir «L'Afghanistan ce merdier en mai 2008 ici », «voir aussi En Afghanistan jusqu'au cou ici, suite d'août 2008».

    Les rebelles n'ont aucune confiance dans le gouvernement du président Harmid Karzaï qui souhaitait faire de l'ouverture vers les Talibans les plus souples, les modérés, un objectif de sa campagne électorale. Or, ils infligent des pertes en multipliant les attaques contre l'armée Afghane mais aussi contre la coalition. A partir des zones tribales Pakistanaises, de l'autre côté de la frontière, les Talibans ont redoublé leurs attaques ces dernières années. Les affrontements ont au total tué plus de 2 000 civils en 2008 selon l'ONU. Ceux que beaucoup d'Occidentaux jugeaient finis après 2001 ont aujourd'hui une influence plus ou moins forte sur plus de la moitié du pays, selon les observateurs.

    Une situation qui ne place guère le gouvernement en position de force pour négocier, soulignent les analystes. Or «s'il n'y a pas de négociations, la rébellion peut continuer pendant des décennies», souligne M. Safi. Mais «les Talibans n'ont pas confiance dans le gouvernement», note lui aussi l'analyste Waheed Mujda, qui fut fonctionnaire sous leur régime (1996-2001), et «les informations non confirmées annonçant un début de négociation n'ont été qu'une tentative de Karzai de semer le trouble dans leurs rangs». Selon M. Mujda, toute réconciliation prendra au moins cinq ans. Encore faut-il que les Talibans, qui continuent à opérer normalement depuis le Pakistan, soient poussés à négocier par une pression militaire, souligne un autre analyste, Haroun Mir, L'Orient le jour, ici.

    Il est évident qu'il faudrait qu'ils sentent que la situation risque de leur échapper, ce qui n'est pas le cas.

    Les Talibans ont attaqué, lundi 10 août, plusieurs bâtiments gouvernementaux à environ 50 kilomètres au sud de la capitale, Kaboul, tuant au moins trois policiers et deux civils, a annoncé un responsable local. Cette attaque se produit exactement dix jours avant une élection présidentielle, la deuxième de l'histoire du pays, et un scrutin provincial. Les Talibans, qui multiplient les actions violentes depuis plusieurs semaines, ont promis à plusieurs reprises de tout faire pour perturber le scrutin.

    Les rebelles, qui se trouvaient dans des bâtiments proches, ont tiré à la mi-journée des roquettes et salves d'armes automatiques et légères sur les bâtiments du gouverneur et de la police à Pul-i-Alam, selon un porte-parole de la province, Din Mohammad Darwish. D'autres se sont fait explosé. «Les assaillants sont retranchés dans deux bâtiments à plusieurs étages et encerclés par les forces de sécurité, avec lesquelles ils échangent des tirs», avait-il affirmé. Trois soldats Afghans ont été grièvement blessés, selon M. Darwish, source le Monde.fr ici .

    Le Wall Street Journal, dans son édition du 11 août, déclare à Kandahard que des affrontements avec les insurgés ont tués trois soldats Américains dans le sud de l'Afghanistan et que des bombes ont tués neufs civils dans la région, voir ici . En outre des Américains sont morts par des tirs hostiles sans que l'emplacement de l'attaque ait été révélé.

    Au moins 24 soldats étrangers sont morts au mois d'août, près d'un rythme record. Le mois de juillet, 75 soldats sont morts, il a été le plus meurtrier mois pour les États-Unis en Afghanistan et les forces de l'OTAN depuis l'invasion de 2001. Les militants ont augmenté l'utilisation de bombes, qui ont tué des dizaines de soldats cette année. Deux bombes ont frappé deux véhicules civils dans le sud de l'Afghanistan tôt mardi, tuant neuf personnes et en blessant cinq autres dans deux districts de Kandahar.

    Au moins 24 soldats étrangers sont morts au mois d'août, un rythme record. Au moins 1013 civils ont été tués au cours des six premiers mois de cette année, comparativement à 818 pour la même période en 2008, soit une augmentation de 24%.

     

    ob-ef468_0810af_f_20090810093554.1250060650.jpg

    Soldats Américains de la 5ème brigade des Stryker en position à coté du village de  Sari Ghundi près de la frontière Pakistanaise. A.P. 10 août 2009.

    Le Haut Commandement Américain a déclaré que les Talibans avaient pris le dessus en Afghanistan forçant les États-Unis à changer de stratégie dans ce conflit qui dure depuis 8 années. L'augmentation des effectifs militaires s'avère nécessaire dans les secteurs à forte population comme dans la ville de Kandahard, lieu spirituel de l'insurrection. Le général Stanley Mc Cristal a informé que le manque de moyens aura pour conséquence un niveau record de pertes qui devrait rester encore élevées dans les mois à venir.

    Dans une interview au Wall Street Journal le général Américain donne une prévision sur l'évolution stratégique qu'il envisage de présenter à Washington dans le courant du mois. Une réorientation des troupes vers la protection des civils Afghans contre l'intimidation et la violence serait son souhait afin de sauvegarder les populations plutôt que la chasse des Talibans.

    p1-ar062_afghan_ns_20090809192028.1250087103.gifL'administration Obama est au centre d'un accord qui devrait porter l'effectif à 68.000 soldats d'ici la fin de l'année, sachant qu'il y a 30.000 soldats de l'Atlantique Nord et autres alliés. Le prédécesseur du général Mc Cristal le général David Mc Kierman avait fait une demande exceptionnelle de 10.000 hommes supplémentaires. Le général Mc Cristal n'a pas encore décidé s'il avait besoin de ces hommes, mais plusieurs fonctionnaires qui ont participés à cette réflexion sur l'effort de guerre s'attendent que finalement la demande sera faite, ce qui sera, d'après le Wall Street Journal, difficile à accepter par la Maison Blanche, voir ici .

    Plusieurs officiels de l'Administration ont aussi déclarés se tenir en dehors de la demande de l'envoi de troupes supplémentaires jusqu'à ce le résultat de l'envoi initial de 21.000 hommes puisse être apprécié. L'essentiel consiste à changer de ligne, l'important est ce que l'on fait pas combien on est. Il y a actuellement 82.000 soldats Ahghans leur nombre doit passer à 134.000 d'ici 2013.

    L'effort de guerre Américain coûte aux contribuables environ 4 milliards de dollars par mois !

    p1-ar063_afghan_ns_20090809215447.1250088447.gif

    Les forces Américaines avaient fait une offensive importante dans la région voisine de Helmand centre du commerce la drogue de l'Afghanistan. Les militaires Américains croient que les Talibans ont profité de l'offensive Américaine dans la région de Helmand pour infiltrer Kandahard.

    Pour le général Mc Christal, l'effort de guerre doit porter contre la drogue c'est à dire dans la région de Kandahard, il envisage donc de déplacer ses troupes pour épauler les forces Canadiennes qui ont la responsabilité de la sécurité dans la région. Des centaines d'hommes équipés de véhicules dénommés Strykers sont déjà dans la région. Avec l'arrivée de ces troupes, nous aurons encore plus de capacité de puissance de combat dans ce secteur dit-il. Le général Mc Christal a défendu la décision de concentrer l'effort d'abord sur Helmand.

    L'opération en cours est l'une des plus importantes depuis le début de la guerre en 2001 et elle perturbera le commerce de la drogue.

    L'auteur de l'ouvrage «Les germes de la terreur ou comment l'héroïne finance les talibans et Al-Qaida (en anglais)», Gretchen Peters, sur le site de la revue Foreign Policy, juge que la politique d'éradication de l'opium prônée par l'ambassadeur Américain Richard Holbrooke est bien meilleure que celle de l'administration précédente, mais reste «incohérente». Peut-être est-ce, là encore, une question de moyens ?

    Deux généraux Américains indiquaient disposer d’une liste de 367 cibles à liquider ou à capturer incluant 50 cibles liant drogue et insurrection. Ces trafiquants majeurs, seraient placés sons le même statut «tuer ou capturer» que les chefs de l’insurrection

    L'Afghanistan produit aujourd'hui 90 % du pavot permettant la fabrication d'héroïne. M. Holbrooke estimait récemment qu'une éradication de l'opium en Afghanistan coûterait 44 000 dollars l'hectare, soit 9 milliards de dollars.

    Il est évident que tout ceci nous montre que la guerre d'Afghanistan est loin d'être gagnée tout comme d'ailleurs celle de l'Irak ou l'on constate une recrudescence des attentats.

    Comme je l'avais écrit dans les précédents articles ci-dessus référencés, tant que la frontière avec le Pakistan sera perméable et sera une zone de refuge des Talibans, il n'y aura de solution à ce conflit.

    Ce qui est étonnant avec l'expérience que nous avons eu des guerres d'Indochine et d'Algérie on devrait savoir qu'il n'y a pas d'issue autre que la paix lorsque qu'une guerre paraît illégitime. Ces Talibans sont chez eux et nous voulons imposer notre démocratie. C'est donc un engagement qui ne peut que conduire à des pertes humaines et à renforcer le pouvoir des Talibans sur la région s'ils venaient à gagner cette guerre. Les États-Unis ont perdus au Vietnam et la Russie en Afghanistan. Certes nous devons combattre le terrorisme et l'Afghanistan est un lieu de refuge, mais c'est surtout le Pakistan qui est leur soutien, et là nous ne pouvons rien faire.

    Quand au pouvoir de l'armée Afghane de maîtriser ces Talibans, c'est un leurre. Ils se comportent comme une mafia Sicilienne pour corrompre en agissant par chantages de mort sur les familles des responsables qui sont de ce fait vulnérables et ferment les yeux. On ne peut rien faire contre ces méthodes.

     

    Les dernières informations du 14/08/09 selon La Libre.be, ici.

    Le nouveau texte prévoit notamment qu'un mari a le droit de retirer tout soutien matériel à sa femme, y compris la nourriture, si celle-ci refuse de satisfaire ses demandes sexuelles.

    L'Afghanistan a adopté une loi «légalisant la discrimination» à l'encontre des femmes de la minorité chiite, stipulant notamment qu'elles peuvent être privées de nourriture si elles refusent les relations sexuelles, a affirmé vendredi Human Rights Watch (HRW). Selon l'organisation de défense des droits de l'Homme, qui dénonce une manoeuvre électoraliste du président Hamid Karzaï, candidat à sa réélection le 20 août, la loi a été publiée au Journal officiel d'Afghanistan le 27 juillet.

    Aucune annonce officielle n'a été faite sur le sujet, et le gouvernement Afghan n'était pas joignable pour confirmer cette information vendredi matin. Cette loi est, selon HRW, une nouvelle version de celle qui avait été adoptée en mars par les parlementaires Afghans et signée par le président Hamid Karzaï, mais n'était pas entrée en vigueur, après avoir soulevé un tollé en Occident, où l'on évoquait une légalisation du viol domestique.

    HRW explique en avoir vu une copie finale, qui contient «de nombreux articles régressifs» pour les droits des femmes, même s'ils ne sont plus aussi restrictifs que dans le projet initial. Le nouveau texte prévoit notamment qu'un mari a le droit de retirer tout soutien matériel à sa femme, y compris la nourriture, si celle-ci refuse de satisfaire ses demandes sexuelles. Il stipule également que les enfants sont toujours placés légalement sous la garde des pères et grands-pères, lire la suite à la référence donnée.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu