Avertir le modérateur

- Page 2

  • Les parachutes dorés,

    seront liés aux performances des patrons.

    Une des promesses de campagne de Sarkozy qui était, en mai 2007 , de faire une loi pour interdire les parachutes dorés, ces indemnités de départ des grands dirigeants d'entreprise dont les montants ont scandalisés l'opinion.

    Élu président, il avait admis la réalité qu'il est difficile d'encadrer les rémunérations des entreprises privées. Il revenait ainsi sur cette orientation politique montrant un engagement irréfléchi voire une incompétence ou une tromperie, mais .nous étions en campagne électorale.

    Remarque réaliste, il est difficile en effet, voire impossible, d'imposer à une entreprise privée de ne pas rémunérer comme elle le veut ses dirigeants, c'est contraire à toute logique capitaliste si chère à Sarkozy, le problème c'est qu'il l'avait prétendu et qu'il le prétend encore !

    Un projet de loi subordonnant ces parachutes a, quand même, été présenté le 20 juin 2007 en conseil des ministres.

    Ce que disait le projet :

    un dirigeant ne touchera d'indemnités de départ que s'il a créé de la valeur pour son entreprise, en augmentant ses bénéfices ou son cours de Bourse, ou en créant des emplois, et en aucun cas, s'il a démérité. La décision de lui attribuer ou non une indemnité convenue à son arrivée sera prise par le conseil d'administration en place au moment de son départ, «s'il le veut bien, nuance». Elle devra être rendue publique et soumise au vote des actionnaires. Le texte incite aussi à généraliser l'attribution de stock-options, ces droits d'acheter des actions à un prix déterminé à l'avance, à l'ensemble des salariés d'une entreprise.

    Un nuage est passé déversant cette démagogie irréaliste comme si les salariés pouvaient recevoir des stock-options, et les acheter, une fanfaronnade.

    Ce texte sur ces parachutes et l'attribution des stock-options se trouve dans le projet de loi en faveur du travail, de l'emploi et du pouvoir d'achat. Il regroupe des mesures comme le bouclier fiscal, l'exonération des heures supplémentaires ou encore la déduction des intérêts d'emprunts immobiliers. Ces parachutes dorés seront désormais subordonnés à certains conditions de performances fixées au départ, via aux conventions soumises au vote des actionnaires. Vous comprenez bien que ce ne peut être que du pipeau.

    Ce projet de loi, sur lequel l'Élysée a eu la haute main, a été élaboré sur fond d'affaire «EADS», qui a vu l'ex-coprésident du groupe aéronautique, Noël Forgeard, le quitter en 2006 en raison des importants et coûteux retards de l'A380, mais avec une prime de 8,5 millions d'euros. Mais, s'appliquant aux entreprises cotées en Bourse dont le siège social est en France, la nouvelle loi n'aurait pas privé M. Forgeard de ses indemnités. Celles-ci lui ont été versées par la maison mère Néerlandaise d'EADS.

    Ce qui change tout en montrant que, dans ce domaine, on ne fait pas ce que l'on veut.

    Les économistes, croyant tout ce que disait Sarkozy, voyaient dans ce projet une moralisation des affaires,

    «c'est un progrès, entre la liberté absolue et le «légiférer strict», qui de toute façon se contourne», estime Olivier Pastré, professeur à Paris-VIII. Pour lui, lorsqu'elles sont méritées et plafonnées à des niveaux raisonnables, ces indemnités sont la contrepartie de la précarisation des PDG, débarqués du jour au lendemain en cas de fusion ou d'OPA hostile.

    On aura tout vu, la précarisation des PDG expliquerait ces parachutes dorés ! Mais leurs salariés débarqués aussi, du jour au lendemain qui ne reçoivent aucune indemnité ne seraient-ils pas des précarisés ?

    «c'est une façon d'accompagner le capitalisme moderne, juge-t-il, les patrons n'ayant plus de garantie d'emploi, ce sont de supers intermittents du spectacle» les malheureux. Leurs salariés aussi non pas la garantie de l'emploi, mais eux sont des intermittents de l'ANPE !

    C'était avant le crash boursier, on donc a vu ce qu'est le capitalisme moderne ?

    Emmanuel du Boullay, voir cliquez ici, conseiller en gouvernance, dit aussi qu'il était impossible d'interdire les parachutes dorés? «ce serait entrer dans la gestion privée des entreprises, aucun pays au monde ne l'a fait».

    Maintenant si, Obama l'a fait, pour les entreprises bénéficiant des aides de l'État de limiter leurs revenus à 500.000 $, au plus par an, soit 388.800 €, 32.400 €/mois dans le cadre du plan de relance de 787 milliards de dollars adopté par le Sénat après le vote de la Chambre des représentants, mais attendons pour voir.

    Le Medef,

    était en colère bien que, tout en saluant une loi qui met fin à «cette dérive Française qui voit des dirigeants bien payés revendiquer en sus les droits et les protections des salariés», Daniel Lebègue, président de l'Institut Français des administrateurs, veut plus de transparence. «Il faudrait que le conseil et les actionnaires votent sur tout le package de rémunération d'un mandataire social, indemnité de départ, retraite complémentaire, stock-options et aussi, parties fixe et variable du salaire, avantages en nature etc....». L'usine à gaz, pour noyer le poisson rien de tel.

    Laurence Parisot présidente du Medef, s'était dite «stupéfaite» des montants de certains parachutes dorés, «il n'y a pas tant d'abus que cela», souligne Mme Simon. «Nous serons les seuls en Europe à avoir un texte aussi contraignant, il ne faut pas désavantager les entreprises Françaises», conclut-elle.

    En outre, elle juge anormal que l'Etat décide de la rémunération des patrons, c'est un grand risque que partent des hommes ou des femmes qui sont pour partie responsables du drame économique actuel mais qui sont aussi plus compétents pour mettre en place des solutions, voir La Tribune.fr et, Le Point.fr.

    Depuis ces bonnes intentions de Sarkozy, nous sommes en droit de nous demander ce que sont devenus ces parachutes dorés ?

    D'après Le Monde.fr, cliquez ici, les excès continuent en dépit de ce qui vient d'être rappelé. Dans une étude inédite à ce jour, conduite sur les 120 plus grandes sociétés constituant l'indice boursier SBF 120, le cabinet international Hewitt Associates, spécialisé dans les questions de rémunérations dresse l'état des lieux pour 2008. D'après son enquête, les pratiques de près de 80 % des entreprises du SBF 120 «ne sont pas conformes» aux recommandations de l'AFEP et du Medef, adoptées en octobre 2008 à la demande du gouvernement, (AFEP Association Française des Entreprises Privées).

    Le graphique suivant montre le panorama des indemnités de départ des patrons du SBF 120. «L'indice SBF 120 est un indice boursier sur la place de Paris pour les Sociétés de Bourses Françaises. Il est déterminé à partir du CAC 40 et de 80 valeurs du premier et du second marché plus les liquidités cotées sur Euronext Paris parmi les 200 premières capitalisations boursières Françaises».

    v_6_parachutex1i1.1234709290.gif

    Les organisations patronales avaient déconseillé le cumul d'un mandat social (PDG, directeur général ou président du directoire) et d'un contrat de travail, susceptible d'entraîner un empilement d'indemnités de départ, les fameux parachutes dorés.

    Selon Hewitt, 79 % des dirigeants des grandes sociétés Françaises bénéficient de telles indemnités de départ, soit au titre de leur mandat social (31 %), soit au titre d'un contrat de travail, toujours valide, d'ancien salarié de l'entreprise (48 %).

    Ces indemnités se superposent pour un tiers des dirigeants, aboutissant à des excès manifestes. Elles sont même parfois majorées en cas de changement de contrôle de l'entreprise ou pour tenir compte d'une clause de non-concurrence. Pour Jean Lambrechts, qui dirige le pôle «rémunération des dirigeants» du cabinet de conseil Hewitt en France, les grandes entreprises Françaises ne doivent plus tarder pour se mettre en règle avec les bonnes pratiques.

    Se mettre au travail,

    telle est la consigne, il est normal que les entreprises mettent du temps pour se conformer à des recommandations adoptées à l'automne 2008, ce n'est pas par un coup de baguette magique que l'on réforme des pratiques anciennes, reconnait Jean Lambrechts. Mais les conseils d'administration des entreprises, et leurs comités de rémunération, doivent impérativement se mettre au travail, notamment pour préparer des propositions de suppression du contrat de travail des mandataires sociaux et limiter les indemnités.

    Les entreprises du CAC 40 ont versé en 2008, 54,2 milliards à leurs actionnaires, cliquez ici.

    Malgré la crise, les sommes restituées aux actionnaires en 2008 n'ont que légèrement reculé. En pleine saison d'annonce des résultats et des dividendes et alors que le sujet est devenu un thème de société, le total de l'argent « rendu », par le biais des dividendes et des rachats d'actions, n'a que légèrement fléchi. Les entreprises du CAC 40 ont versé 54,2 milliards d'euros en 2008, contre 57,2 milliards d'euros en 2007, selon la lettre d'information « Vernimmen.net », publiée ce vendredi 13/02/09.

    Ce qui montre que les bonnes intentions ne valent rien devant les réalités. Qui peut raisonnablement espérer que les patrons, maitres chez eux restreignent leurs indemnités de départ ? En fait beaucoup de bruit pour pas grand chose. Des annonces, des lois, qui pour le brave peuple que nous sommes permettent de calmer sa colère devant ces abus. Ce que l'on ne comprend pas, c'est qu'ils aient été dévoilés à la presse avant, nous étions dans l'obscurité et tout était pour le mieux, ils pouvaient faire ce qu'ils voulaient. Maintenant peut être un peu moins mais, un tout petit peu moins seulement.

    Le privilège du patronat à toujours été préservé, il représente la potentialité d'offrir du travail ce que ne peut faire directement le gouvernement sans passer par lui. De ce fait, il subventionne avec nos impôts les entreprises défaillantes qui peuvent licencier et ensuite rémunérer grassement avec notre argent leurs dirigeants.

    Il est impératif de mettre fin à de tels abus, notre argent, celui des contribuables que nous sommes doit servir pour des emplois et non pour le profit de certains hauts dirigeants, aux délocalisations et aux licenciements. Ce chantage doit cesser, il faut balayer devant nous par des mesures autoritaires contre ces patrons qui ne cessent de réclamer des réductions de charges, et que, plus ils en n'ont plus ils licencient. Notre industrie automobile est l'une des plus automatisée d'Europe, nos usines sont presque vides de personnel et nous n'arrivons pas à faire des voitures compétitives au point qu'il nous faut les faire faire ailleurs !

    C'est ce qu'Obama vient de faire, saurons-nous le faire ?

  • La richesse et ses conséquences.

    Qu'est-ce que la richesse ?

    On définit aisément la pauvreté mais la richesse, qu'est-ce que c'est ? A partir de combien d'argent ou de patrimoine est-on riche et puis par rapport à quoi. Il n'y a pas que l'argent qui définit la richesse, n'y a-t-il pas celle du cœur et de l'esprit ? Il n'y a pas d'étalon non plus définissant la richesse, pour la pauvreté, il est aisé de la définir quand on à rien ou presque, c'est que l'on est forcement pauvre, à voir ?

    L'obtention de la richesse s'effectue en général d'une façon continue, au fur et à mesure que l'expérience s'accroît soit par filiation, dans ce cas elle est spontanée, l'obtention de diplômes vous ouvrent des voies avec le travail peuvent, dans le cas de certaines professions libérales, banquiers, notaires, journalistes de grande presse, avocats, architectes ...., voire aussi publiques en tant que fonctionnaires de grandes administrations vous faire devenir riches. Elle peut s'acquérir, aussi par le sport de haut niveau, par sa voix et son talent ou son audace à constituer une entreprise, une affaire, ce qui revient au même, elle ne vient jamais toute seule même si cela est le cas pour les enfants de «riches». Sans même recevoir de richesse matérielle, la valeur de l'éducation des parents, les moyens qu'ils ont, en relations, en langues, en professeurs constitue en elle même une richesse qu'ils transmettent et qui est, non taxable.

    Les pauvres ne peuvent transmettre cette éducation, ils ne l'ont pas reçue eux mêmes.

    Le riche met au départ un riche potentiel.

    Pour celui qui à la chance d'un travail continu, il peut accéder à une certaine qualité de vie sans que ce soit une richesse comme on peut parfois le penser. La richesse n'est pas nécessairement avoir une fortune mais seulement de quoi vivre correctement sans excès. Un revenu annuel d'environ 55.000 € peut apporter pour une famille avec deux enfants une aisance matérielle suffisante. A ce niveau on est dans les 8 % des plus riches en France soit environ 3,7 millions de foyers, soit 5,7 % de la population environ.

    Il n'est pas utile d'être fortuné comme certains qui ont des milliards de dollars ou d'euros pour vivre, on ne met pas deux paires de chaussures à la fois. Avoir une Ferrari, est honorifique aux yeux de certains, mais à quoi sert-elle sinon à monter sa luxure et son orgueil, sa satisfaction d'avoir réussit ce que beaucoup ne peuvent pas montrer, mais cela ne dure qu'un temps. De plus, une fortune est bien souvent génératrice de conflits familiaux, de contraintes, comment faire fructifier son argent sans le perdre, comment se protéger des autres de leur regard envieux au point que l'on se doit de vivre en marge de la société entre gens riches dans des lieux surveillés par des vigiles, voire bardés de radars pour être à l'abri des autres comme je l'ai constaté en randonnée dans des lieux fortunés.

    Être riches c'est souvent vivre cachés pour être heureux comme dit le dicton.

    On pourrait penser qu'il suffit d'être célèbre pour être riche, pas forcément, l'obscurité est la meilleure des protections. Pour les millionnaires et de beaucoup d'autres, il s'agit de rester inconnus de ne pas se faire voir, se noyer dans la masse. Mais, ce n'est pas toujours le cas de personnes parmi les plus riches du monde qui, par leurs actions politiques, sociales, bienfaitrices, viennent à être connues du public par ce qu'elles valent des milliards. Il est bien évident que la plupart des gens connaissent les milliardaires les plus grands sont recensés par le magasine Forbes, ou Bill Gates 58 milliards de dollars n'est plus que le troisième, le premier étant Warren Buffet 62 milliards et Carlos Slim Helú, Mexique, 60 milliards de dollars en 2008, ils ont une notoriété telle qu'elle ne peut être cachée. Bernard Arnault le premier Français n'est que 15ème avec 25,5 milliards de dollars, c'est déjà beaucoup, voir cliquez ici.

    Ils ont la gloire des médias et des instances politiques, on les consulte, leur avis compte, on souhaite leur présence pour telle ou telle affaire même s'ils en n'ont pas la connaissance ou la capacité, un riche de ce niveau ne peut être nul, il est forcement capable. Ils gouvernent ainsi le monde.

    Ces personnes se sentent un peu responsables de leur fortune, elle est indécente, et ils la restituent souvent mais, très faiblement par des dons, par des actions humanitaires dans les pays pauvres, comme si c'était pour se faire pardonner de l'avoir accumulée sur le profit des autres. Elle sert aussi pour l'économie d'un pays pour financer des projets, des activités industrielles, commerciales, en d'autres termes elle retourne au peuple en faisant des profits qui font qu'elle s'accroit encore et toujours. C'est un cirque infernal, l'argent va à l'argent.

    Les riches recherchent des pays ou des lieux pour riches comme la principauté de Monaco, la Suisse, le Luxembourg, ou ailleurs ou des iles paradisiaques comme la Sardaigne, Saint Barthélémy..... ou l'on ne paye pas ou presque peu d'impôts, les paradis fiscaux sont leurs domiciles mais pas pour tous. Certains ont conscience de leurs responsabilités de citoyen et paye à l'État leur dû.

    On les trouvent aussi, en France, dans des lieux insoupçonnés comme Sainte-Marguerite une petite bourgade dans les Vosges près de Saint Dié, Rousset charmant village près d'Aix en Provence dans les Bouches du Rhône, Saint-Pantaléon-de-Larche à l'ouest de Brive la Gaillarde aux portes de Périgord et du Quercy....voir des extraits du magasine Le Point 1898 ci-dessous. Cette richesse est bien souvent une charge si elle est utilisée en termes d'affaires, d'entreprises, eu égard aux difficultés de gestion, mais elle est utile dans ce cas pour les autres, c'est elle qui contribue à l'économie, elle n'est donc pas à rejeter, mais à contrôler, à répartir plus équitablement.

    Avec la richesse matérielle il faut aussi considérer la richesse morale et intellectuelle de l'esprit qui bien souvent vous apporte plus de satisfaction que la fortune matérielle qui inclue des contraintes. On peut se poser la question de savoir s'il n'est pas préférable de vivre simplement avec peu, voire presque rien plutôt que d'avoir trop. Au pauvre, il n'y a rien à voler, mais au riche beaucoup. Des sociétés de télé surveillance se sont crées avec des moyens électroniques de surveillance associés aux protections mécaniques. Est-ce un progrès on peut en douter, mais ils ont contribué à développer des activités industrielles.

    J'ai rencontré des bergers dans nos montagnes, ils vivent simplement avec leur chiens et leurs moutons, finalement, je me suis posé la question, n'est-ce pas eux qui sont dans le vrai ? La nature est à eux et l'affection de leurs chiens est incomparable, cela vaut toutes les fortunes du monde, mais c'est aussi égoïste de ne penser qu'à soit même.

    Le magasine Le Point publie une étude ou sont les riches en France.

    On les voyait agglutinés dans les beaux quartiers de Paris et dans les banlieues chics des grandes villes, ce n'est pas le constat, les riches sont aussi nombreux à vivre dans nos campagnes. A partir du livre de Jacques Marseille, «l'argent des Français», Le Point a exploré la France à la recherche des gros revenus. L'article met en cause nombres de clichés qui voudraient signifier que la France s'appauvrit, pas tant que l'on dit. En fait le patrimoine des Français se serait considérablement accru ces dernières années. Les inégalités augmentaient pensait-on, faux, elles se réduisent, l'écart entre les plus pauvres et les plus riches ne cesse de diminuer ?

    Cela ne veut rien dire si l'on n'y attache pas de termes de quantité. En effet, il peut y avoir un écart plus faible entre les extrêmes mais, si le bas et le très bas de l'échelle sociale comprenant les exclus, SDF, les Smicards, les chômeurs et tous ceux qui sont à moins de 1.500 € par mois se rapporte à 50 % des Français, et que le haut, voire le très haut se rapporte à quelques pour cent de la population, la France est pauvre. Si les écarts se réduisent comme le fait remarquer Le Point, cela pourrait signifier qu'à terme, tout le monde deviendrait pauvre ?

    La France ce n'est pas seulement ces personnes riches même si elles sont influentes, c'est aussi le reste, les classes moyennes et les pauvres .

    La carte et le tableau ci dessous donnent la situation des départements les plus riches en France.

    img671.1234601346.jpg img670.1234601000.jpg

    Les deux tableaux ci dessous donnent le revenu moyen des riches en France source Le Point magasine du 29/01/09, 1898.

    img665.1234463190.jpg

    img666.1234463267.jpg

    img667.1234523790.jpgOn voit qu'à Saint Barthélemy sur 8.394 habitants dans les petites Antilles, 9,7 % de la population ont plus de 1,3 million de revenu déclaré, Sainte-Marguerite dans les Vosges une bourgade de 2.300 habitants près de Saint-Dié, 55 % de ses habitants ont un revenu supérieur à 1,2 million, Rousset 3.635 habitants à 12 km d'Aix en Provence dans les Bouches du Rhône, 60 % de ses habitants ont aussi un revenu supérieur à un million, et Saint-Pantaléon-de-Larche en Corrèze 4594 habitants, 54 % ont aussi un revenu moyen qui dépasse le million d'euros. Sur un nombre total de foyers fiscaux de 18.923 soit 0,029 % de la population, 35,4 % déclarent plus d'un million de revenu annuel !

    Quand aux ghettos c'est à dire ou les riches sont les plus concentrés, on constate qu'ils sont dans l'ouest de Paris, c'est là qu'il y a le plus d'argent.

    Ces données ont été élaborées par Christel-Mery-Picolo, Christine Delisle, Olivier Bost et Jo Lecrivain à partir de données officielles de la Direction générale des impôts.

    Comme le fait remarquer Le Point, la mise aux yeux du public du revenu déclaré de ces personnes qui est bien entendu dégagé, comme pour tous, du revenu brut des réductions fiscales qui peuvent pour certains atteindre 30 % de ce quelles touchent, risque de faire parler dans les chaumières, et de montrer du doigt celles et ceux que l'on croyaient comme tout le monde.

     

  • La politique et l'histoire, 2ème partie,

    Le passage de l'histoire à la politique.

    Pierre Nora écrit la multiplication des preneurs d'histoire distributeurs consommateurs et producteurs ont été les premiers sur le terrain du contemporain avec les journalistes.

    En effet combien de films sont des best sellers,« La bataille de la Somme, Britannique documentaire 1916»,« La grande guerre 1959, Italien Lion d'or au festival de Venise»,« La victoire en chantant Français 1976, Oscar du meilleur film étranger aux Etats-Unis», et sur la «seconde guerre mondiale les films de la Bataille de l'Atlantique».

    Mais il y a aussi ceux qui dans leur chair portent comme témoins cette histoire et qui en ont été les victimes. Et puis Pierre Nora poursuit sur les minorités marginalisées, minorités sociales ou sexuelles, religieuses, provinciales coloniales...dont l'émancipation passe par la récupération de leur histoire.

    «Combien d'hommes politiques n'ont-ils pas pris des exemples de ces victimes pour justifier le respect à leur mémoire ou pour justifier une orientation politique.
    Sans aller bien loin dans le passé, notre président est maître dans l'art d'utiliser des cas spécifiques pour légiférer et de conduire sa politique».

    Pierre Nora poursuit, la consommation généralisée d'une histoire sans recours possible à la moindre forme de discrimination sont corrélatives en fait d'un éloignement du passé, «l'oubli par la mémoire» de son «estrangement» qui dépossède de sa maîtrise l'historien pour la faire passer toute entière du coté de la politique ce qui revient en définitive à une politisation de l'histoire.

    Dans le cas de la France c'est particulièrement significatif par ce que toutes les demandes sociales ou de revendications mémorielles sont de la décision politique qui, en fin de compte est le juge et l'arbitre, que cette décision soit celle d'un parti, du parlement ou du président de la république, (voire la première partie). Et Pierre Nora de citer les commémorations nationales, le 14 juillet, le 11 novembre et le 08 mai consacrées à des groupes particuliers de victimes et le 16 juillet contre les persécutions racistes et antisémites, 10 mai mémoire de l'esclavage et de la traite, 25 septembre hommage aux Harkis auxquelles il faut maintenant ajouter la jeunesse résistante en mémoire de Guy Môquet, cliquez ici.

    Pierre Nora enchaîne dans un pays ou l'histoire et son enseignement scolaire ont été si longtemps les instruments de la formation civique et de la conscience nationale, l'histoire de France continue de fournir aux politiques et notamment à celui qui aspire au pouvoir suprême ou le détient, un réservoir inépuisable de références dont l'invocation à une utilité stratégique, une vertu idéologique ou une efficacité symbolique, et de citer le couple Sarkozy-Guaino.

    Et Pierre Nora de citer un kaléidoscope destiné a une réhabilitation de l'idée nationale, mais aboutissant dans les faits à un bric-à-brac tantôt vers la gauche, tantôt vers la droite ou vers les extrêmes. Et là Pierre Nora à une phrase extrême,

    «la place qu'en France le pouvoir fait à l'histoire passée est en proportion inverse de celle qu'elle occupe dans le monde».

    Pierre Nora cite, on retrouve la démonstration de ce fameux théorème au temps de deux phénomènes politiques après la libération à la fin des années 1970, ou deux partis se sont partagés l'imaginaire national, le gaullisme et le communisme, et de citer André Malraux aux assises du RPF en 1949, «il y a nous, les communistes, et rien».

    charles-de-gaulle.1227968595.gifPour le gaullisme l'histoire c'est d'abord le Général de Gaulle son incarnation en tant que doctrine politique et son action militaire pendant la seconde guerre de 39-40 suivie de son combat de résistant (à l'extérieur par les FFL et des réseaux en métropole par les FFC) contre les Allemands de le gouvernement de Vichy. Le gaullisme c'est aussi une philosophie qui se base sur le constat suivant,

    « la France a pu faire de grandes choses par le passé, et être une des plus importantes nations du monde occidental, lorsqu'elle était tendue vers un destin commun (les Croisades et la chevalerie, le Grand Siècle de Louis XIV et le rayonnement de la culture française à travers l'Europe, la Révolution Française et Valmy).
    À l'inverse, la France a en permanence la tentation de se replier sur ses querelles intérieures (politiques, sociales, intellectuelles), ce qui la ramène sur la voie du déclin», Wikipédia cliquez ici.

    Mais sa mémoire historique c'est ce qu'il nous laisse de symbolique au point que chaque année les dirigeants politique se réclamant de lui font un pèlerinage sur sa tombe pour lui demander pardon des erreurs qu'ils font.

    karl-marx.1227970087.JPGKarl Marx philosophe et théoricien Allemand 05/05/1818 au 14/03/1883.

    Le communisme est né par la publication d'un essai écrit fin 1847 début 1848 par le philosophe Allemand Karl Marx et publié en 1848 sous le nom «Le Manifeste du parti communiste».

    Il a été commissionné par la Ligue des Communistes. Karl Marx a rédigé le texte final sur la base de textes et discussions préparatoires au sein de la Ligue des communistes, et notamment sur la base d'une contribution de son ami Friedrich Engels. Le slogan final - « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous », avait été adopté par la Ligue des communistes plusieurs mois auparavant.

    Le communisme désigne une idée mais aussi des mouvements politiques, divers et contradictoires, qui militent pour l'avènement d'une société sans classe sociale, sans salariat, sans propriété privée de moyens de production, sans État et sans capitalisme. L'objectif proclamé est la liberté et l'égalité de l'homme.

    130px-friedrich_engels.1227970253.jpgFriédrich Engels philosophe et théoricien socialiste Allemand, 28/11/1820 au 05/08/1895 grand ami de Karl Marx.

    Le communisme est multiforme, c'est un mouvement anti capitaliste qui naît dans les années 1840, porté par une classe ouvrière démographiquement croissante et pauvre. Il se développe plus tard au sein de l'AIT (Association Internationale des Travailleurs), dont il est l'un des principaux courants. Au lendemain de la défaite de la Commune de Paris en 1871, c'est la scission entre marxistes et anarchistes autour de la question de la méthode pour éliminer la propriété individuelle caractéristique du capitalisme, les marxistes estiment nécessaire une période de transition avec collectivisation des propriétés, sous le contrôle d'État « socialiste » devant dépérir progressivement, alors que les anarchistes prônent une abolition directe de la propriété, tout en organisant la fédération économique des moyens de production et de consommation. Le mouvement communiste est donc composé à l'origine de deux branches politiques principales : anarchistes communistes et marxistes, voir Wikipédia cliquez ici .

    En fait le communisme est né de l'évolution du Marxisme, Karl Marx considérait que l'émancipation des travailleurs doit être l'œuvre des travailleurs eux mêmes, il ne fait pas référence à une histoire ancienne c'est un mouvement ouvrier idéologique et politique plus ancien que le gaullisme, eu égard à notre histoire, qui s'est développé par la pauvreté des populations sans référence à une quelconque religion ou philosophie ancienne.

    Pierre Nora écrit pour le gaullisme comme le communisme l'histoire a joué un rôle sans commune mesure possible avec toutes autres forces politiques. L'une s'enracine dans une France du rêve et de l'éternel, et l'autre s'appui sur le matérialisme historique et s'inscrit dans une science de l'histoire. Pour les gaullistes et les communistes leur identité se réfère à l'histoire dans son évolution, Pierre Nora parle de «déroulement sacralisé» dans deux thèmes majeurs depuis deux siècles, l'histoire de France contemporaine, et la Nation et la Révolution. Symboles légitimes historiques qui illustrent le rôle moteur que jouent dans la politique, en France, l'appel aux grands souvenirs et à la manipulation émotive du passé, Pierre Nora. Pierre Nora invoque une diminution réelle de l'importance mondiale de la France, un repli sur soi une sortie à petits pas comme tous les pays d'Europe qui serait liée aux dramaturgies historico-politiques (l'appel aux grands souvenirs et la manipulation émotive du passé) ce qui n'a rien d'évident.

    Ou, je suis mieux sa pensée c'est quand il exprime que ces deux dramaturgies historico-politiques ont fonctionné comme un exorcisme pour de Gaulle de subsister la légende à l'histoire et pour le communisme le mensonge à la vérité.

    francois-mitterrandf.1227971576.gifEt Pierre Nora rapproche de cette démonstration l'exaltation Mitterrandienne du peuple de gauche depuis sa visite inaugurale au Panthéon jusqu'au bicentenaire de la révolution à l'enterrement définitif du projet socialiste en 1983.

    En résumé Pierre Nora démontre l'influence émotive comme élément majeur de l'histoire sur le gaullisme et le communisme au point qu'ils s'en sont servis pour transformer la légende à l'histoire pour le gaullisme et pour transformer le mensonge en réalité pour le communisme. De même pour Mitterrand pour enterrer le programme commun en 1983.

    Pour conclure, Pierre Nora montre que l'historien n'est plus inséré dans une communauté dont il était le garant, son action devient plus un interprète et un expert, plus multicartes de la demande politique en justification de son action, qu'il résume sociale, dans un monde évolutif acculé au présent, mais rattaché à l'histoire, et zappant sur les médias, ce qui le rend l'historien plus nécessaire que jamais.

    Détail d'un monument aux morts de la guerre 14-18 document le Nouvel Observateur

    img623.1227729570.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu