Avertir le modérateur

  • Des attentats du 11 janvier au 13 novembre à l'état d'urgence,

    la polémique.

    De la tuerie du 11 janvier à Charlie Hebdo à l'assaut à l'hyper Cacher de la porte de Vincennes, à la traque de Dammartin-en-Goële des attentats du 11 janvier au massacre du 13 novembre, je ne dirais pas comme certains politiques que rien ne fut fait politiquement pour la sécurité des Français. Depuis le 11 janvier fut mise en œuvre la loi n° 2015-912 sur le renseignement le 24 juin 2015 et validée par le Conseil constitutionnel le 23 juillet. Elle encadre les écoutes tout en étant déjà qualifiée de Patriot Act à la française à cause d'une forte contestation sur l'atteinte aux libertés individuelles. Libertés que nous voulons tous conserver, mais dont il faut surveiller face au terrorisme. Mais ces politiques polémiqueurs qui sont bien au courant de son texte législatif et de son temps parlementaire et d'application ne voulaient plus le savoir à la suite du massacre du 13 novembre pour des besoins électoraux. Eux bien sûr l'auraient évité oubliant au passage l'affaire Mohamed Merah, il tua 7 personnes dont trois enfants juifs ! En Corse 2006, 235 attentats sur l'année, en 2007, 180 attentats sur l'année et ils prétendent que la République va à vau-l'eau ! Mais alors, qu'était-t-elle lorsqu'ils en n'avaient la charge ?

    Cette loi fut présentée en première lecture le 5 mai, avec pour but l'encadrement des services de renseignement pour renforcer leurs moyens d’action afin de prévoir, pour mieux garantir la sécurité des Français et la sauvegarde des intérêts fondamentaux de la Nation, par des écoutes administratives. Or, cette loi, très importante puisqu'elle renforce le pouvoir d'écoutes a terminé son parcours législatif le 24 juillet et je n'apprendrai à personne qu'il faut le temps de l'application. Elle est entrée en vigueur le 05 octobre 2015. Donc dire que rien ne fut fait depuis le 11 janvier est une provocation. Fallait-t-il faire des actions hors du cadre légal ? Mais ces politiques aussi prétentieux que menteurs auraient-t-ils mieux fait ? Pour eux il fallait agir hors égalité comme ils ont l'habitude de le faire en s'assoyant sur la loi. Alors là, c'est bien sûr l'arbitraire, le faciès devient le vecteur porteur de toutes répressions, le début de l'anarchie, la porte ouverte à toutes les dérives. Vous savez bien que notre Sarkozy national ne respecte que ce qu'il veut !

    C'est d'ailleurs pour répondre dans le cadre légal à l'aggravation terroriste par l'infiltration sur notre sol de djihadistes que l'état d'urgence fut instauré ainsi que le contrôle aux frontières. Une bien bonne mesure qui n'empêche pas l'infiltration, mais pour agir rapidement par des actions administratives, s'affranchissant de la justice civile, par un pouvoir policier renforcé par l'autorité préfectorale et de combler ainsi le vide du temps de mise en œuvre de cette loi sur le renseignement. Mais cet état d'urgence va plus loin, puisqu'il permet de démasquer rapidement des filières terroristes implantées en France et de conduire à des mises à résidence et de gardes à vues de personnes soupçonnées de troubler l'ordre public ou d'agir contre notre République !

    Cet état d'urgence pouvait-t-il être mis avant, non ! Les attentats du 11 janvier bien qu'importants ne le nécessitaient pas. Ils portaient sur une caricature à leur Dieu par des dessinateurs athées ! Ces polémiqueurs savaient les risques d'attentats contre Charlie Hebdo bien avant 2012 et pourquoi n'ont-ils pas mis en œuvre une législation plus sécuritaire alors qu'il était évident qu'ils seraient attaqués ? De plus, n'avons nous pas participé aux guerres contre l'Irak, l'Afghanistan, n'avons nous pas attaqué la Libye et tué Kadhafi ? La poussée terroriste ne date pas de 2012 !

    La surveillance de nos frontières et des personnes fichées "S" le nécessitait, et encore pas toutes. Mais dans un espace de liberté de circuler c'était contre nos engagements de Schengen.

    Il y aurait selon Manuel Valls 10.500 personnes fichées "S", pour sureté de l'État. On voit ainsi l'immensité du problème, puisqu'elles peuvent se déplacer ou elles veulent, même si l'on ne se limite qu'aux personnes les plus dangereuses. Mais suivre comment ? Les mettre à résidence ou leur poser un bracelet, qui ne résout rien, elles peuvent le retirer et puis plus rien ! Depuis le 13 novembre ces fichés "S" sont le cheval de bataille de ceux qui critiquent. Notre Sarkozy national et son compère Laurent Vauquiez, à l'extrême droite toute, on n'en voit l'effet aux élections régionales, proposaient d'ouvrir des camps d'internement. La belle affaire électorale pour le FN, hors contexte de droits, vive la République !

    Que figure sur ces fichiers "S", l'état civil complet, une photo, les motifs de la recherche et la conduite à tenir en présence d'une de ces personnes. Une fiche "S" ne signifie pas que la personne sur laquelle elle porte soit coupable. Autrement dit une fiche "S" n'est qu'un avertissement, une mise en garde.

    Pour faire des actions contre ces personnes il faut qu'elles aient fait un acte répressif, et si ce n'est pas le cas, la connaissance d'intentions terroristes ou la présomption d'un délit possible ne le permettent pas. Ce serait là, agir sur des présomptions d'intentions ce qui n'est pas prévu par notre législation et heureusement, nous ne sommes pas dans une législation de l'arbitraire.

    Il faut aussi savoir que l'arsenal législatif n'est pas dénué de lois et que s'il avait été respecté, voire amélioré, peut-être qu'il n'y aurait pas eu ces attentats. Mais là, on rentre dans la conséquence de la réduction des effectifs de police que ces polémiqueurs ont appliquée dans le cadre de la réduction de notre déficit . Rappelez-vous certains veulent faire 150 milliards d'économie sur les dépenses, une action qui serait criminelle dans le temps que nous vivons !

    Le 23 janvier 2006 une loi contre le terrorisme fut votée par le gouvernement Villepin. En 2008 elle fut complétée par des contrôles d'identités sur les lignes ferroviaires internationales au delà de 20 kms de la frontière, mais rien sur le transport aérien ni sur la route. Et puis, ces contrôles ont-ils été exécutés et comment ? L'attentat déjoué du Thalys du 21 août montre une lourde défaillance.

    Mais c'est vrai que l'on peut faire autant de lois que l'on veut et s'il n'y a pas d'agents des douanes et de police spécialisés pour les appliquer, elles ne servent à rien. Mais c'est aussi parce que nous sommes attaqués dans notre démocratie que ces politiques critiquent sans vergogne, alors qu'ils n'ont rien fait, que je sache, depuis 2008 en matière de sécurité !

    Ce qui me paraît également extraordinaire c'est que l'état d'urgence fait dire qu'il va trop loin. Il aurait au 12 décembre, 210 gardes à vues administratives sur 2.000 perquisitions et 320 armes saisies ! Plus de 250 procédures judiciaires ont fait suite à ces perquisitions déclara Manuel Valls sur Europe 1. Cet état d'urgence oblige les assignés à rester la journée dans leur commune de résidence et de pointer trois fois par jour auprès des forces de l'ordre, une vie impossible. On peut dire que l'exécutif va nettement plus loin dans la dureté répressive que les "polémiqueurs" envisageaient. Le 11 décembre le Conseil d'état s'est penché sur sept militants écologistes qui avaient bravé l'interdiction de manifester pendant la COP 21, on n'en sait pas plus.

    Mais ce qu'il convient d'admettre c'est que rien ne peut empêcher que des attentas ne se produisent. Dernièrement à San Bernardino aux États-Unis un attentat perpétré par des ressortissants américains a fait 14 morts et 21 blessés. Et pourtant les Américains ont multipliés les dispositifs de sécurité, mais la propagande terroriste sur la toile fait des ravages. Cela montre que toutes les polémiques sont ridicules et qu'aucun gouvernement ne peut être certain que ses administrés ne subiront pas d'attentats. Les États-Unis ont mis en garde l'Italie. Après Paris, Hanovre, Bruxelles ce fut au tour de Genève d'être sous la contrainte d'attentats terroristes. Le terrorisme est international !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu