Avertir le modérateur

Face au terrorisme il y a un bien celui de l'humanité !

C'est par ces mots que François Hollande se positionnant au-dessus du drame du Thalys décrivit pour le monde l'action de ces hommes devenus, bien malgré, eux des héros !

Le president-francois a décoré de la légion d'honneur les quatre héros du Thalys

Le britannique Chris Norman 62 ans et les trois Américains Anthony Sader 23 ans, Spencer Stone 23 ans et Alex Skanatos 22 ans lors de la remise des médailles à l’Élysée le 24 août 2015, REUTER/Michel Euler/Pool, document l'EXPRESS.

 

Ces jeunes Américains sont devenus un exemple de courage et d'abnégation quand l'un deux clama "allez, il faut y aller" !

Sur le perron de l’Élysée avec l’ambassadrice américaine Jane D.Hartlrey.

5031145_047--324393-01-02

Document, Le parisien, AFP/Kenzo/Tribouillard.

Mais en fait ils sont six à y avoir participé au péril de leur vie puisque l'un d'eux, un franco-américain Mark Moogalian 51 ans professeur à la Sorbonne vivant à Paris qui s'empara du fusil enrayé reçu une balle de révolver dans le dos qui lui traversa le poumon pour ressortir par le thorax. Il est soigné à l'hôpital de Lille. Le sixième Damien un banquier français tient à conserver son anonymat. Ils furent les premiers à tenter de neutraliser le terroriste, ils seront décorés dès que le blessé Mark Moogalian sera rétabli.

1147341_les-heros-du-thalys-etaient-six-web-tete-021277646679_660x352p

Document Les Échos, capture d'écran AFP/Shutterstock.

L'agresseur un jeune marocain Ayoud El-Khazzani de 25 ans, un paumé SDF squelettique ne mangeant pas à sa faim, courtois, parlant seulement arabe et peu instruit, mais pas analphabète qui vivait dans la rue en Belgique, selon son avocate Me Sophie David. Un physique contrastant avec les photos de médias montrant un homme barbu et costaud faisant 10 à 20 kg de plus selon son avocate.

ayoubDocument Courrier international. Photo non datée issue des réseaux sociaux / AFP PHOTO/SOCIAL NETWORK. Pour cette avocate, il voulait détrousser les passagers du train comme du temps des diligences, afin de se nourrir ? Bien sûr, cette version fut jugée fantaisiste par les enquêteurs de la sous-direction anti-terroriste de Levallois-Perret jusqu'à la fin de sa garde à vue, eu égard à l'arsenal d'armes en sa possession dans le train, arsenal trouvé selon lui, dans un parc de Bruxelles ou il dormait. Une valise ainsi que deux téléphones et une bouteille de 50 cl d'essence furent trouvés avec lui. En fait, Ayoud El-Khazzari avait soigneusement préparé son attaque puisqu'il avait, avant de monter dans le train le mardi 21 août, consulté une vidéo de chants jihadistes sur son téléphone portable. Tout porte à croire que ce paumé, au bout du rouleau cherchait sur les réseaux sociaux d'islamiste radical un soutien moral pour l'attaque du Thalys, voulant ainsi se glorifier.

L'arsenal comportait, outre 270 cartouches, un fusil d'assaut AKM d'origine allemande de calibre 7, 62 mm composé de pièces d’armes différentes, 9 chargeurs de 30 cartouches, un pistolet automatique Luger M80 avec un chargeur. Un véritable arsenal de guerre !

Il fut présenté, au terme de sa garde à vue de 96 heures, à un juge pour tentatives d'assassinats en relation avec une entreprise terroriste par le procureur de la République de Paris François Molins. Les chefs d'accusation sont, selon le procureur la relation avec une entreprise individuelle ou collectiviste terroriste, la participation à association de malfaiteurs terroristes en vue de la préparation d'un ou plusieurs crimes d'atteinte aux personnes. Le procureur a estimé que les premières investigations avaient permis d'établir que le projet d'Ayoud El-Khazzani apparaissait bien ciblé.

Originaire de Téouan capitale et centre culturel de la ville de Tanger, il arriva en Espagne avec sa famille vers 18 ans en 2007. Il commença une vie de petit délinquant à Algésiras en Andalousie ou vivait son père. Vivotant de petits boulots, il fut vite remarqué par les autorités espagnoles pour ses discours radicaux sur le jihad dans des mosquées. Un comportement qui conduisit les services espagnols à le signaler à leurs confrères français début 2004 lorsque son intention fut de venir en France.

En 2014, il quitta l'Espagne et commença une vie d'errance. Les premiers éléments de l'enquête indiquent qu'il ne fit que passer en France pour s'installer en Belgique. Il aurait vécu dans le quartier populaire de Molenbeeq-Saint-Jean selon le parquet fédéral, lieu d'ailleurs ou la police belge effectua deux perquisitions. Perquisitions menées chez sa sœur et chez l'un de ses amis ou il aurait résidé plusieurs jours, Le Point.

Pendant les six premiers mois de son séjour en Belgique, il partit de Belgique, selon son avocate, pour l'Allemagne, puis en Autriche, puis d'Autriche en Allemagne, et d'Allemagne pour retourner en Belgique, Jeune Afrique. Entre temps il passa en France et en Andorre, sans que l'on puisse décrire précisément le trajet déclara son avocate à la presse.

Lors de sa garde à vue, Ayoud-El-Khazzani affirma avoir séjourné 5 à 7 mois à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) en 2014. Il aurait travaillé pour un opérateur de téléphonie mobile, Lycamobile, ce qui fut justifié par cet employeur pour un CDD du 03/02/14 au 03/04/14. Cet employeur justifia cette fin de contrat à cause de documents qui ne lui permettaient pas de travailler en France.

En outre, selon les services de renseignements espagnols, Ayoud-El-Khazzani serait parti de France pour la Syrie en passant par la Turquie pour revenir en Europe le 04 juin 2015 par un vol parti d'Antakya, une ville proche de la Syrie. Il aurait pris un vol Antakya-Tirana via Istanbul précisa le procureur François Molins lors d'une déclaration à la presse. Cela montre une errance décousue qu' il est difficile de reconstituer.

Ayoud-El-Khazzani était fiché pour islamisme. Dès février 2014 Ayoud-El-Khazzani fit l'objet d'une fiche S pour "Sécurité du territoire" comme le furent Mohamed Merah et Mehdi Memmouche auteur de la tuerie du musée de Bruxelles. Plus de 5 000 personnes sont estampillées S par les services de renseignement afin de les repérer lors d'un contrôle mais sans action coercitive. On mesure la difficulté de surveillance de ces personnes extrêmement mobiles et méfiantes puisqu'elles savent qu'elles sont dans le collimateur des services de renseignement. Le ficher S serait donc sans portée par suite de l'impossibilité de suivre ces personnes à moins de leur intégrer une puce comme pour les oiseaux migrateurs.

Bien sûr les politiques se sont emparés de cette impuissance à détecter ces terroristes avant qu'ils ne commettent un carnage. Marine Le Pen préconisa que les fichés S soient immédiatement expulsés, ce qui ne les empêcheraient pas de revenir. Quant à l'UMP, il se borna à dire que le gouvernement doit mettre tout en œuvre pour lutter contre le terrorisme. On voit qu'il est difficile de trouver un moyen de repérage efficace et pour moi, le seul qui peut-être efficace c'est la «puce» bien que se soit difficile d'agir contre l'intégrité d'une personne.

Après les attentats de janvier 2015, le gouvernement avait envisagé la création d'un fichier à vie, Fijait, pour les auteurs d'infractions terroristes. La création de ce fichier fut votée par un amendement, lors de la séance plénière du 07 avril 2015, à la loi sur le renseignement. Les personnes inscrites à ce fichier se verront contraintes de déclarer tout changement d'adresse ou de déplacement à l'étranger.

On ne voit pas pourquoi un terroriste en puissance de verrait obligé de déclarer ses mouvements ?

Force est de reconnaître la difficulté d'appréhension d'un ficher S, et force est de constater que nous n'avons que peu de moyen pour bloquer toute action potentielle terroriste autre que la chance de trouver des témoins et des militaires risquant leur vie pour le neutraliser lors d'un carnage. Mais, devant une telle situation, ne rien faire n'évite pas la mort, et faire donne une chance de l'éviter. La passivité n'apporte rien pour ces personnes dont le but est de tuer !

Force est également à reconnaître que nos personnels dans les transports par rail ou autocars, dont on ne parle pas, ne sont pas adaptés à ce combat qui demande, outre une formation et des moyens en arme, mais aussi une présence permanente, ce qui eu égard au nombre de voyageurs, de trains et d' autocars en circulation conduit à une impossibilité matérielle.

La parade, si l'on peut s'exprimer ainsi, consisterait au démantèlement des filières d'armes mais aussi au contrôle des personnes et des bagages ce qui impliquerait une prise de conscience des voyageurs et des investissements qui feraient croître le coût des transports, mais je crains que la sécurité des Français le demande si d'autres crimes de masse seraient perpétrés !

La réunion à Paris des ministres européens des affaires intérieures et des transports ont annoncés le samedi 29 août une série de mesures pour renforcer la sécurité dans les trains. Parmi ces mesures des billets nominatifs devraient être mis en place pour les trains transfrontaliers de longue distance (Thalys, Lyria, Elypsos, Tello......). Des patrouilles multinationales pour le contrôle des bagages là ou c'est possible seront renforcées dans les gares et dans les trains. Des contrôles simultanés et coordonnés entre européens sur des trajets ciblés complèteront cette batterie de mesures déclara Bernard Cazeneuve.

C'est une marche de plus vers plus de sécurité, mais on voit notre impuissance et les moyens à mettre en œuvre devant cette recrudescence terroriste désordonnée en dehors des filières djihadistes connues.

 

 

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu