Avertir le modérateur

Le 1er mai 2015 confirme la décadence du syndicalisme français.

De fête du travail il est devenu jour d'oppositions syndicales et d'affrontements politiques.

premier-mai-fete-travailleurs

La révolte de Haymarket Square (Chicago le 4 mai 1886) document hérédote net.

Doit-on s'en réjouir surement pas alors que le syndicalisme devrait être la voie de tout salarié pour la défense de ses droits. Et cela d'autant plus dans cette période ou est remis en cause le Code du travail. Quand on assiste aux supers profits des dirigeants d'entreprise et cela même lorsque leur gestion ne fut pas à la hauteur de leur poste, on ne peut que regretter que la puissance des salariés ne puisse agir pour combattre cette dérive. La situation de l'emploi n'est pas due à la seule conjoncture mais également à celle entretenue des entreprises, je ne parle pas des petites qui subissent, comme leurs salariés la crise, mais des donneuses d'ordre. Le chômage n'est pas un mal pour ces supers dirigeants bien au contraire. Or, au lieu de réagir par un syndicalisme fort, comme en Allemagne, on fait le contraire. La faute à qui, à tous, mais principalement aux syndicats qui, par leur division, leur obédience politique n'ont pas su montrer leur valeur à s'unir et à rassembler les salariés.

Pour celui qui n'a pas connu les premiers mai de l'après guerre, il ne peut se rendre compte de la façon avec laquelle ils ont évolués et pas en bien pour les travailleurs. J'écris évolués parce que le premier mai résume toute l'histoire du syndicalisme dans ses combats pour la dignité de l'ouvrier, mais aussi la fête du travail et en tant que telle, la fête des travailleurs. La fête des travailleurs c'était la fête des métallos des usines et de tous ceux qui du balayeur, à l'employé comptable en passant par le maçon, ont fait que ce jour revendicatif devienne leur jour de rassemblement. Ce sont ceux qui avaient les mains dans le cambouis et qui se retrouvaient en nombre de la Nation à la République sous la bannière du syndicat CGT, le seul à l'époque de mes souvenirs qui représentait cette classe laborieuse de la société. Ce ne fut pas facile et il y eut des morts comme l'histoire nous l'apprend, ci dessous. Le pouvoir aux mains de la bourgeoisie capitaliste et le prolétariat à celui de l'ouvrier dont Karl Marx le décrit si bien dans Das Kapital. Aujourd'hui les premiers mai ne sont plus ce qu'ils furent, les défilés sont moins denses, moins enthousiastes ou le chacun domine dans son syndicat alors que d'autres, à fins politiques, endommagent cette fête des travailleurs qui ne devrait avoir de distinction politique. Le monde ouvrier s'est fracturé pour son malheur par ses obédiences politiques et son conservatisme. Mais bien plus que ça, c'est à un autre monde qu'il est confronté sans trop savoir ce qu'il apportera. Un monde ou l'ouvrier bâtisseur n'existera plus remplacé par des machines intelligentes qui ne pourront défiler de la Nation à la République. Le premier mai ne sera plus qu'un souvenir des luttes syndicales, les travailleurs n'existant plus, mais il restera un jour particulier puisque le jour du muguet, le jour du porte bonheur, le jour du retour des beaux jours. Mais est-ce vraiment ce que souhaitent ces millions de Français qui subissent le chômage ?

Instauré par l'internationale ouvrière il commémore les luttes ouvrières pour la journée de 8 heures. Le point de départ de cette fête du travail fut le samedi 1er mai 1886 ou à Chicago fut lancé par les syndicats américains un mouvement revendicatif de 200.000 travailleurs, 340.000 dans tout le pays, pour la journée de travail de 8 heures. Cette date du 1er mai ne fut pas choisie par hasard, puisqu'elle s'agissait du jour ou les entreprises américaines faisaient le compte comptable de leur année, le «moving day», jour ou les ouvriers devaient déménager pour retrouver du travail..

Ce fut un mouvement revendicatif syndical endeuillé lors de la manifestation le 4 mai par le décès de sept policiers à la suite d'une bombe jetée par des anarchistes, ils furent condamnés à mort. Trois années plus tard, en 1889, le Congrès de la IIème Internationale socialiste réunit à Paris pour le centenaire de la Révolution française et de l'exposition universelle décida de faire du 1er mai la journée internationale des travailleurs avec pour objectif la journée de huit heures, voir ici. Les huit heures dans la durée de 24 heures se décomposaient en 8 heures de travail, 8 heures de repos et 8 heures de sommeil.

En 1890 le 1er mai fut célébré pour la première fois dans la plus part des pays et en 1891 à Fourmies dans le Nord la manifestation vira au drame. La troupe tira sur la foule dix personnes furent tuées, dont deux enfants de onze et treize ans .

220px-Rosa_eglanteria_img_2056Avec ce nouveau drame, le 1er mai s’enracina dans la tradition des luttes des ouvrières européennes. Les militants épinglaient à la boutonnière une églantine écarlate, Rosa canina ou Rosa rubiginosa, fleur traditionnelle du Nord, en souvenir du sang versé et en référence au calendrier républicain de Fabre d’Églantine qui proposa une fête du travail au 3ème jour complémentaire des sans-culottides, décret du Frimaire an II, révisé le 7 Fructidor an III. C'est en son honneur que les manifestants la portait en remplacement du triangle rouge des premiers défilés. C'est en 1907 que le muguet remplaça l’Églantine. Le muguet fut porté à la boutonnière avec un ruban rouge symbolisant le sang versé.

C'est le 30 avril 1919 que le Sénat ratifia la loi instituant la journée de travail de huit heures et déclara le 1er mai jour férié. À partir de cette loi le premier mai fut le jour du rassemblement de la gauche syndicale et des régimes socialistes. En 1920 l'Union des Républiques Sociales Soviétiques décida que le premier mai sera chômé et deviendra fête légale des travailleurs.

InaEdu02029Le 1er mai 1937 Staline assista à une grande parade militaire à Moscou. Au fait de sa gloire il montra au monde sa puissance. En 1937 l'URSS était la troisième puissance mondiale derrière les États-Unis et l'Allemagne. Depuis 1934, l'URSS ne cessa de faire un effort militaire considérable pour ne pas apparaitre en infériorité par rapport à l'Allemagne. Après la seconde guerre mondiale ou l'URSS accusa la perte de plus de 20 millions d'hommes les premiers mai furent toujours des défilés militaires pendant la longue période de la guerre froide afin de montrer sa puissance. Le 24 avril 1941 le maréchal Pétain instaura officiellement par la loi René Belin le premier mai comme fête du travail et de la concorde sociale. René Belin fut l'un des principaux responsable de la CGT devenant ministre du travail de Pétain de juillet 1940 au 18 avril 1942. Il avait choisi la Révolution nationale et signa la loi du 3 octobre 1940 sur le statut des juifs aux coté de Pétain, Laval, Darlan......

Que c'est loin, mais que c'est aussi présent parce qu'un tel fossé sépare ce que furent les luttes ouvrières d'antan et ce qu'elles sont aujourd'hui. Elles ne sont plus pour la journée de 8 heures mais pour l'existence de son travail.

Il faut reconnaître que le syndicalisme français est en perte de confiance et cela depuis les années 1950 comme le représente le graphique suivant,

Le_taux_de_syndicalisation_en_France-2

Référence Institut Supérieur du travail, ici.

En trente années le syndicalisme français a vu ses effectifs divisés par trois toutes obédiences confondues. Le taux moyen de syndicalisation des ouvriers est de 8 % actuellement, c'est dire que les syndicats ne sont plus une composante ouvrière de la société française. Et cela est bien dommage, un syndicalisme fort c'est une position forte eu égard au patronat, et l'assurance d'être écoutés. De plus, cela éviterait la composante politique du gouvernement, d’où une dépolitisation syndicale. Les affaires d'ordre social seraient traités par les représentants sociaux des deux classes patronat et syndicats de la société française. Malgré cette représentation ridicule, ils continuent à être consultés par les autorités gouvernementales, serait-ce à reconnaître qu'ils sont utiles pour leur pouvoir mobilisateur ? Probablement, mais leur faible représentativité n'implique pas qu'ils ne seraient pas écoutés dans le cas d'un mot d'ordre de rassemblement pour une cause nationale par opposition à une cause sectorielle qui serait jugée partisane.

Le premier mai 2015 s'est déroulé sous de fortes oppositions syndicales. Indépendamment des chiffres des participants, qui on le sait sont, entre ceux des organisations syndicales et ceux de la police, dans un rapport de trois. Il faut bien constater que le défilé parisien de 2015 était plus clairsemé que celui de l'année précédente. Les quatre syndicats CGT, FSU, Solidaires et Unsa ont défilé de la République à la Nation sous le mot d'ordre Austérité ! Comment peut-on considérer cette revendication sérieuse alors que nous ne sommes pas en austérité comparativement à la Grèce, l'Espagne, le Portugal et l'Italie ! Cet exemple, avec d'autres, montre que ces syndicats ne peuvent être crédibles. On peut être de gauche, mais être insensible aux efforts d'un gouvernement qui fait tout pour justement ne pas faire une politique d'austérité dans une conjoncture internationale difficile, montre que ces syndicats ne peuvent être écoutés. Quant aux autres syndicats CFDT et FO, la CFDT accueillait les jeunes de moins de 36 ans pour un festival au Bois de Vincennes à l'Insep et FO faisait cavalier seul au mur des Fédérés au cimetière du Père-Lachaise pour un traditionnel hommage aux morts de la Commune de Paris en 1871.

Quant au FN son traditionnel rassemblement le premier mai en hommage à Jeanne, Marine Le Pen dut faire face aux Femmen arborant avec le salut hitlérien un oriflamme nazi sur un balcon place de l'Opéra et au comportement incontrôlable de son père. Une journée qui fera date au FN, Marine Le Pen accusée par son père de déviation politique sous influence de son second couteau Florian Philippot, Jean-Marie-Le-Pen voit en lui le responsable de son éviction et la déviation politique du parti qu'il a formé !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu