Avertir le modérateur

  • Faut-il perdre de la liberté pour vivre,

    et déporter les musulmans ?

    Support Wikipedia Les sujets que j'ai retenus ce mois de décembre, sont le travail du dimanche du catalogue Macron pour doper la croissance, la suite de l'interview d'Éric Zemmour au Corriere Della Sera du 30 octobre et les incidents de Joué-les-Tours, Dijon et Nantes. Le catalogue Macron un texte libéral pour l'aile gauche du PS et trop mollasson et dur à droite pour les professions règlementées. Les propos d'Éric Zemmour sur les musulmans qui provoquèrent l'arrêt de «Ça se dispute» entre Zemmour et Nicolas Domenach. Et la politisation du FN sur les trois faits divers attribués pour sa propagande politique à une vague d'actions terroristes. Tout cela sur un fond de chômage qui ne cesse de croître malgré les efforts de l'exécutif. Il faut bien distraire les Français sur des sujets d'importance médiatique.

    Le chômage nous y sommes habitués depuis des décennies, il n'est plus un sujet d'actualité, il fait partie de nos conditions de vie et François Hollande fut très imprudent de déclarer que son bilan sera fonction de sa baisse. Il n'a aucun pouvoir sur la politique des entreprises, autre que de leurs insuffler de l'argent dont elles sont libres d'en faire ce qu'elles veulent. Les chiffres de novembre donnés en décembre montrent 27.400 pertes d'emplois soit + 0,8 % ce qui porte, sans ce réjouir, à 3,488 millions de chômeurs en catégorie A, soit 181.000 de plus qu'en début d'année dont de nombreux quinquagénaires. J'insiste sur ces plus de 50 ans qui plombent tous les efforts, mais soulagent les entreprises, qui, profitants du changement politique, virent à plein charriot ceux qu'elles gardaient par contrainte. L'après Sarkozy permit cette vague de chômeurs due aux conséquences d'une politique industrielle volontairement bloquée pour la réélection de Sarkozy. De nombreuses entreprises étaient en situation de dépôt de bilan, les dix années de droite furent catastrophiques bien qu'habituées à être subventionnées, elles n'ont pas investi et ne se sont pas adaptées aux marchés.

    Hollande n'aurait jamais dû s'engager à battre Sarkozy parce qu'il n'était pas taillé pour ce poste, trop confiant, faisant un peu juvénile après la machine UMP, mais aussi irréaliste eu égard à la situation économique de l'ère sarkozyste. Mais revenons au travail du dimanche qui passionne tant certains compatriotes.

    Ce travail du dimanche me fit penser au début du travail salarié de la femme. Beaucoup d'entre nous n'ont pas connu le temps ou l'épouse restait au foyer familial pour les taches ménagères, les enfants et son époux avait pour obligation de nourrir la famille. C'était l'époque de la famille et je vous assure que ce n'était pas si mal. Je me souviens que le dimanche je mettais mon costume pour aller à la messe et ma mère faisait le repas que nous attendions. Nous n'étions pas riches mais heureux entre nous. C'était, aussi, un jour ou la famille se retrouvait avec oncles et cousins et les conversations étaient passionnées. Et puis vint la société de consommation qui bouleversa tout avec la libéralisation de la femme. Si elle lui apporta un statut social, la reconnaissance d'égalité à l'homme, son émancipation tant sur les mœurs que sa liberté d'agir en femme indépendante, ce que j'approuve, l'obligea au travail salarié. Mais pas seulement à cause de cela, à cause aussi, et c'est à ce que je voulais en venir, au fait que l'époux ne pouvait plus, par son seul salaire, répondre à l'évolution de la société de qui détruisait, petit à petit la qualité de vivre que nous avions. À cela, ajoutez la libéralisation du crédit et vous obtenez une cellule familiale ou les époux travaillent pour éponger leur crédits dans une ambiance ou chacun pense à son boulot pendant que les enfants vont comme ils peuvent. Je ne suis pas certain que l'on y ait gagné quand le nombre des divorces ne fait qu'augmenter. Peut être sommes nous allés trop loin puisque la famille a explosé ? D'une société familiale nous sommes passés à une société d'égoïsme ou le chacun pour soi domine. La télévision, les ordinateurs, les tablettes, les smartphones, internet, font que l'on se parle de moins en moins, on pianote. Les enfants n'ont plus goût à la lecture absorbés dès qu'ils rentrent de l'école à s'envoyer des meals. Le français se perd et la culture n'est plus que pour les familles d'une certaine classe sociale. À cela, ajoutez les difficultés de logement ou ces familles se trouvent par contrainte dans la périphérie des villes parce que les loyers sont moins élevés, et vous avez une autre fracture de la société. Faut-il pour autant cultiver le travail par celui du dimanche pour accroître le revenu familial ? Peut être, mais ne sont concernés que ceux qui travaillent, ce qui ne réduit pas le chômage mais fracture un peu plus la société. Vous avez compris je ne suis pas pour travailler le dimanche, mais peut-on aller contre cette évolution ?

    Elle s'impose dans une société de consommation par le touriste qui achète et autant qu'il achète en France. Le catalogue Macron, qui n'est pas encore une loi, fait la distinction entre les villes à fort potentiel touristique international qui peuvent ouvrir jusqu'à minuit et les autres. Le texte prévoit de passer de 5 à 12 ouvertures dominicales annuelles sur autorisation du maire, ce n'est pas une révolution. Son avantage résiderait dans le fait qu'il réglementerait l'anarchie entre les autorisations préfectorales et communales qui conduisent à des conditions salariales différentes. Le principe resterait le volontariat avec des conditions salariales et de repos bien posées. Faut-il s'en réjouir oui, dès lors que déjà ce travail du dimanche existe et qu'il devient nécessaire de le circonscrire.

    Venons en à l'interview d'Éric Zemmour au Corriere Della Sera dont l'archive de l'interview est donnée ici. Le Corriere titre:

    «Il successo di Zemmour, l'arrabbiato anti-elite, La Francia si è suicidata ».

    Le succès de Zemmour, l'anti-élite en colère, La France s'est suicidée.

    Quelques extraits de l'opinion de Zemmour ressentie par Montefiori Stefano correspondant à Paris du Corriere, «Contro l?eredità del maggio 68, il femminismo, l?immigrazione, l?Europa e le nozze gay, Zemmour ha scritto un libro pieno di rimpianto per l?epoca d?oro (secondo lui) in cui gli uomini sapevano imporre la loro autorità di padri e mariti e la Francia non era «invasa dai musulmani salafisti». «Contre l'hérédité de mai 68, le féminisme, l'immigration, l'Europe et le mariage Gay. Zemmour a écrit un livre plein de regrets de l'époque d'or dans laquelle les hommes savaient imposer leur autorité de père et d'époux et la France n'était pas envahie des musulmans salafistes». «La gente mi ferma per strada e mi dice che finalmente qualcuno esprime la loro sofferenza. Il popolo francese non si rassegna a vedere la Francia morire sotto i suoi occhi». «Les gens m'arrêtent sur la route et me disent que finalement j'exprime leur souffrance. Le peuple français ne se résigne à voir la France mourir sous leurs yeux». «Ma io lo rivendico, il populismo». «Mais moi, je revendique le populisme». «Ma io non denuncio un complotto, critico un?evoluzione della società imposta dalle élite francesi. Negli ultimi quarant?anni queste élite hanno agito secondo le tre D: derisione, decostruzione, distruzione della Francia, in nome dei grandi ideali, ovvero l?Europa, l?apertura al mondo, il progresso». «Mais moi, je ne dénonce pas un complot, je critique une évolution de la société imposée par l'élite française. Durant les dernières quarante années cette élite a agit selon trois directions, dérision, déconstruction, destruction de la France au nom de grands idéaux vers l'Europe, l'ouverture au monde, le progrès». Siamo il Paese con la prima comunità musulmana d?Europa «Nous sommes le Pays avec la première communauté musulmane d'Europe». «I miei antenati erano berberi di religione ebraica, non erano certo i galli, ma io oggi dico che i miei antenati sono i galli. Tutto questo non esiste più. I musulmani hanno un loro codice civile, è il Corano. Vivono tra di loro, nelle periferie. I francesi sono stati costretti ad andarsene».Lei allora che cosa suggerisce? Deportare cinque milioni di musulmani francesi?«Lo so, è irrealista, ma la storia è sorprendente. Chi avrebbe detto nel 1940 che un milione di pieds-noirs , vent?anni dopo, avrebbero lasciato l?Algeria per rientrare in Francia? » «Mes aïeux étaient berbères de religion hébraïque, mais ils n'étaient pas des coqs, mais moi actuellement, je dis que mes aïeux étaient des coqs. Tout ceci n'existe plus. Les musulmans ont leur code civil, c'est le Coran. Ils vivent entre eux dans les banlieues. Les Français ont été contraints de s'en aller. Alors qu'est-cela suggère? Déporter cinq millions de Français musulmans ? Je le sais, c'est irréaliste, mais l'histoire est surprenante. Qui aurait dit qu'en 1940 un million de pieds-noirs, vingts après auraient laissé l'Algérie pour rentrer en France ?».

    Éric Zemmour évoque bien la déportation irréaliste de cinq millions de musulmans ! Il fait un amalgame de tout et pour lui l'anti-élite c'est le peuple. Évoquer le départ des pieds noirs à une déportation des musulmans revient à sous entendre un conflit armé entre eux et les Français. Je croyais cet homme plus intelligent ! Mais, il est exact, des Français ont quittés des zones commerciales de banlieues, on n'y voit plus de commerçants français ! Mais Éric Zemmour pousse le bouchon un peu loin, ce n'est pas parce que certaines zones sont désertées de commerces français que les habitants de ces zones les ont quittées. D'une façon générale, Zemmour exagère dans ses propos pour bien marquer son opinion politique. La liberté de parole n'est plus une liberté dès lors que les arguments sont mensongers, exagérés de faits réels qui trouvent un échos parmi ceux qui voient dans les musulmans le malheur français. Je ne suis pas comme Mélenchon qui désapprouve son éviction de «itélé», à cela, il rejoint Marine Le Pen, Christine Boutin et le député Éric Ciotti, tout comme Louis Alliot vice président du FN ! Cette censure de «iTélé» qui est une chaîne privée ne l'empêche pas d'exercer son talent ailleurs, il n'est donc pas censuré.

    Quant aux faits divers des agressions de Dijon, de Joué-les-Tours et de Nantes, il apparaît qu'elles n'ont aucun lien.

    À l'agression de Dijon par un homme de 40 ans ayant eu 157 passages en psychiatrie en une dizaine d'années, la procureure de la République Madame Marie-Christine Tarrare déclara, cette dramatique affaire est l’œuvre d'un déséquilibré et il ne s'agit absolument pas d'un acte terroriste, de plus, elle indiqua que l'homme gardé à vue avait «reconnu parfaitement les faits, tout en jugeant ses motivations floues et peu cohérentes».

    À Joué-les-Tours un jeune Français de 20 ans d'origine burundaise fut tué par les policiers après qu'il blessa trois fonctionnaires. Il hurla «Allah Akbar», (Dieu est grand) avant d'être abattu au commissariat de Joué-les-Tours. L'agresseur avait commis des actes de délinquance classiques mais n'était pas fiché pour des activités à caractère terroriste », précisa au commissariat de Joué-lès-Tours Bernard Cazeneuve. En revanche son frère était connu pour ses positions radicales et envisagea, un temps, de partir en Syrie avant d'y renoncer.

    À Nantes ce fut une camionnette qui fonça dans la foule blessant onze personnes dont quatre grièvement, avant que l'agresseur se porta une dizaine de coups de couteaux. Dans son véhicule, immatriculé en Charente-Maritime, on retrouva un carnet contenant des propos confus témoignant de difficultés psychologiques et familiales. L'homme était connu pour vol simple et recel en 2006 et dégradation de véhicules en 2008. Son état fut jugé sérieux mais ses jours ne seraient pas en danger.« On ne peut parler d'acte de terrorisme », estima la procureure de Nantes, ajoutant, «ça paraît un cas isolé». Il n'y a pas «de revendication particulière», dit-elle. «Ça ressemble, sous réserve de vérifications, à un acte du même genre que ce qui s'est produit à Dijon», dimanche.

    Ces trois faits divers sanglants ont marqué les esprits. Un amalgame fut vite fait pour attribuer ces faits à des actes terroristes. Pour Alain Philippot ces actes relèvent évidemment du terrorisme, allant jusqu'à dire que le gouvernement à les jambes qui flageolent ! Quant à Marine Le Pen, elle railla l'UMP pour son silence sur ces drames. D'une façon générale les politiques furent prudents en déclarant qu'il fallait approfondir. Seul le FN s’aventura à qualifier ces actes de terrorisme.

  • La hotte de Noël du Sarkozy nouveau chargée de ringards

    dans un comité de chapeau à plumes selon Alain Juppé !

    Villepin-Sarkozy

    Une rivalité qui commença en 1997 lorsque dans un même bureau Sarkozy avait déjà décidé de bouffer Villepin. Puis dans l'affaire Clearstream qui se termina en janvier 2010 par la relaxe de Villepin, Sarkozy avait alors déclaré vouloir «le pendre à un croc de boucher» !

    img008

    Impression écran.

    Support Wikipedia En fait Sarkozy n'avait plus nécessité à le pendre, Villepin n'était plus un concurrent crédible pour la présidence élyséenne. Sarkozy, tueur politique reconnu écarte tous ceux qui osent se mettre sur son chemin, même ses amis et collaborateurs. C'est lui point barre ! Sauf qu'avec Hollande, un mou sans expérience gouvernementale, une honte pour Sarko qui s'est fait bouffer alors qu'il avait déclaré n'en faire qu'une bouchée ! Ce qu'il n'a pas encore digéré ! Mais ce sont les Français qui lui ont dit non, pas Hollande ! Son retour est donc une revanche contre les Français, bigre ! En 2017, Hollande probablement hors course, non par Sarkozy, mais par sa propre famille politique, quoique que tout soit encore possible, il est encore présent et l'euro perd 10 % avec un pétrole moins cher et un taux d'intérêt jamais atteint, rien n'est donc perdu. N'est-il pas d'un autre gabarit dans l'art de la politique ? Si éliminé de la course présidentielle de 2017, il aura au moins à affronter Valls, Aubry ou Ségolène qui, elle aussi a besoin d'une revanche ! D'ailleurs, elle monte par ses arguments pertinents. Je la vois mieux placée par rapport à Valls et Aubry, parce que plus à gauche que Valls et énarque et plus socialiste moderne que Aubry ! De là, à ce que Hollande lui donne le coup de pouce qu'elle mérite, il n'y aurait qu'un pas. Sarkozy aussi ringard que son soutien politique n'a rien d'un homme neuf. Il aura à affronter Juppé, Fillon, Le Maire, qui sont pour l'alliance au centre, et comme il les écartera d'un revers de manche comme Villepin, il se coupera du centre droit, qui dans ces conditions, fera cavalier seul au premier tour en proposant Juppé voire Bayrou. Je ne vois pas Christophe Lambert ou Hervé Morin. C'est perdu pour Sarkozy, son retour est un four, aucune idée, une nullité éclatante et ses casseroles vont bien finir par produire leurs effets ! La justice est lente mais il reste un peu plus de deux années ! Son staff ne brille pas par son intelligence alors il cherche une crédibilité par ses visites aux autres chefs de gouvernement de même obédience, abaissant encore plus Hollande, ce qui doit surement plaire aux Français ! Il paraît qu'il n'y aura pas de photo publiée entre Merkel et lui, elle n'a pas osé ! Quelle opinion doivent avoir ces responsables étrangers de la seconde France de Sarkozy ? Mais une chose est certaine, il ne laissera jamais la liberté d'expression à ses ministres sautant à pieds joints sur la Constitution, parlez-en à Fillon !

    Rien n'arrête cette droite, même pas une haine de 17 ans entre Sarkozy et Villepin , même pas le paquet d'affaires qu'il traine, même pas Mediapart avec ses investigations qui firent plus de mal à la gauche qu'à lui. Il n'y a qu'à voir l'affaire Bettencourt qui par en couilles par la faute de l'ex comptable Claire Thibout, principal témoin, supposée de faux témoignages et mise en examen. Il n'y a pas qu'Hollande qui s'est fait piéger par Cahusac ! L'investigateur Mediapart est aussi arrosé par ce panier de crabes.

    Élu avec 64,5 % à la présidence de feu l'UMP, bien qu'il en espérait plus de 80 % comme un bon dictateur du temps d'avant les révolutions musulmanes il caracole dans les médias. Rien ne l'arrête, puisqu'il veut changer le nom de l'UMP comme étant celui d'un mauvais souvenir, dont il se sert ! Même pas le fait que la droite de gouvernement s'appela, RPF, UNR, UNR-UDT, UDR, RPR, puis UMP, de quoi vous donner le tournis et le change pour les novices. On voit dans ces sigles le parcours tortueux de cette droite. En fait, si l'habit change, le contenu reste et pour eux n'est-ce pas l'essentiel ? Ce qui compte n'est-ce pas aussi se sentir neuf avec une tête manquant de neurones ? Mais faire un comité des vieux ringards, Balladur 85 piges tout juste plus jeune que moi, Juppé 69 berges et Villepin 61 ans, c'est tout ce qu'il a trouvé ! Il faut dire qu'il n'y a plus tellement de grandes pointures à l'UMP quand on voit les seconds couteaux qu'il a choisis, NKM vice présidente, un vrai placard, Laurent Vauquier secrétaire général devant des Juppé, Fillon, Frédéric Péchenard ancien patron de la police nationale, Christian Estrosi, Brice Hortefeux, que l'on ne présentent plus. Des sarkozystes bons teint tous à ses bottes, mais que valent-ils ? Pendant les deux années de son purgatoire on a vu ! Alors, le pauvre, il fait avec ce qu'il a dans une obédience de droite dure et policière ! Il est certain qu'avec une telle machine de guerre les couacs sont exclus. Vous me direz que du coté du FN c'est encore moins brillant ! Élue avec 100 % des voix Marine le Pen, un score jamais atteint par un dictateur inexpérimenté !

    L'affaire Bygmalion avec ses millions envolés a de quoi faire penser que ce parti ne fut dominé que par une bande d'arnaqueurs même si Nicolas Sarkozy a remboursé sa dette avec ses pénalités. Ce qui ne le dédouane pas du fait de sa fraude, c'est l'intention qui compte. C'est lui qui fut puni pas son parti ! Mais les millions ne sont pas envolés pour tout le monde, et là, voyez-vous je pense à ceux qui ont renfloué par leurs dons les 11 millions d'une partie du dommage. Ils furent trompés profond. Le comble dans cette histoire est que nous avons participé à ce remboursement puisque 60 % de ces dons seront restitués, sous forme d'impôts, aux donateurs ! Ils sont forts ces "umpistes" faire payez aux Français le dommage de leur gestion ! J'eus beaucoup de mal à le digérer, mais je ne dois pas être le seul !

    Mais ils n'étaient pas au courant ces grands responsables, alors ils sont excusables, et c'est pour cela que le chef fut élu avec cette marge de 15 % ce qui aurait de quoi faire pâlir d'envie tout dirigeant de gauche sans casseroles. Mais à l'UMP, qu'importe on paye pour le bonheur de son chef puisqu'il n'était pas au courant ! Il faut le croire, c'est donc que c'est vrai, ils ne sont pas si idiots de payer pour un chef qui aurait fraudé ! On pourrait le croire ! Plus Sarkozy est accablé de suspicion, mis en examen, chargé comme un mulet par ses casseroles, plus la droite l'encense et paye, c'est le nirvana politique !

    À gauche c'est une toute autre politique, plus le chef se défonce pour naviguer entre Bruxelles, les frondeurs et les entreprises, plus il est défoncé ! Plus il cherche à réduire le chômage, plus les entreprises licencient, la montée de la courbe des séniors licenciés en dit plus tout autre argument, et il prend une baffe aux élections. Plus il fait des lois pour réduire leurs charges, CICE, Pacte responsabilité et de solidarité, plus elles font de la surenchère. Plus il supprime les impôts pour ceux dont le revenu est inférieur ou égal à 1,5 Smig, plus à sa gauche c'est le dénie de réalité ! Plus il se montre normal, plus il est bashing. Avant les Français se plaignaient de la mise en scène des présidents qui se prenaient pour des monarques, maintenant qu'ils ont un homme simple avec une cravate mal centrée, à l'arrière d'un scooter avec un casque sur la tête qui va voir sa dulcinée, plus il est descendu. Plus il veut une présidence juridiquement irréprochable, plus il vire les ministres et députés socialistes accusés de conflits d'intérêt, plus il est haït ! Allez comprendre ?

    En fait il n'est que l'exutoire d'une situation dont il n'est pas responsable. Ce ne sont pas les deux années de sa présidence qui ont mis la France dans l'état actuel. Elle l'était bien avant. Ce n'est pas non plus l'UMP-PS c'est bien plus l'UMP que le PS qui s'est trouvé écarté des responsabilités pendant dix années. Le comble dans cette incohérence, c'est un PS déboussolé par la perte successive d'élections et une droite qui caracole, alors qu'elle ne fit aucune réforme de peur, de ne pouvoir, assurer la réélection de Sarkozy ! Ces déserteurs socialistes préfèrent surement les 155 milliards d'austérité prévus par Alain Juppé !

    Dès que Hollande fut élu, il s'est trouvé confronté au problème de Peugeot, en difficultés financières mis en stand-by par la droite pendant la campagne présidentielle. C'est bien Sarkozy qui prit l'engagement à Bruxelles de respecter les 3 % de déficit et c'est Hollande qui est chargé de les faire appliquer dans la continuité de la parole donnée, la France ne peut se désavouer ! Sa gauche qui critique ne fait que dénier une réalité. Sarkozy ne fit rien pour réduire la dette. C'est bien pendant les dix années de droite qu'elle s'est accrue de 500 milliards et c'est Hollande qui doit la réduire ! La France se trouve dans un virage économique et industriel qui ne fait que commencer, attendez de voir les emplois valser avec l'imprimante trois D. Tout est remis en cause, c'est sans précédent et Hollande en prend plein la tronche ! La politique des dernières décennies balayée, nous entrons dans l'ère cybernétique et numérique ! La droite est incapable d'y faire face !

    img010Il s'en passe des choses à l’Élysée. Le président fut photographié en compagnie de sa dulcinée dans le jardin de l'Hôtel d’Évreux que Louis XV acheta pour la marquise de Pompadour. C'est de ses appartements, qu'il fut photographié par une taupe sarkozyste ! Franchement c'est plus un président bon vivant qu'un président suspicieux. Après enquête, ce sont cinq membres du personnel dont quatre embauchés par Sarkozy, habilités à travailler dans les appartements présidentiels, ils furent mutés dans un autre service. L'enquête ne permit pas de trouver le coupable. Mais c'est bien plus qu'une photo, Sarkozy était au courant depuis deux années des faits et gestes du président ! Qu'importe il a le cuir dur. On voit ainsi la morale de celui qui veut être à nouveau président !

    Mais, ce n'est pas tout derrière son dos se tenait des causettes entre son ami de promo de 30 ans Jean-Pierre-Jouet reconverti hollandiste et les journalistes du Monde Fabrice Lhomme et Gérard Darvet. Causettes enregistrées, avec son accord dont il ne semblait plus se rappeler qu'elles étaient enregistrées ! Faut pas nous prendre pour des imbéciles. Le sujet, tout simplement une requête de François Fillon pour que la procédure de l'affaire Bymalion sur les frais de campagne de Sarkozy soit activée. Tout le monde sait que Fillon n'avait pas digéré que ces frais soient payés par l'UMP ! Il ne s'en était pas caché. Au centre de ce cirque de menteurs impunis se situa un déjeuné dans un salon privé d'un grand restaurant, le Pavillon Ledoyen, le 24 juin, au cours duquel fut évoqué cette affaire entre les trois guignols aussi menteurs les uns que les autres. Ils étaient Jean-Pierre-Jouet, François Fillon et le comparse ami des deux, Antoine Gosset-Grainville ancien directeur de cabinet de Fillon ! La première controverse porta sur celui qui était à l'origine du rendez-vous. Jean-Pierre-Jouet prétendit que c'est Fillon, Fillon prétendit avoir déjeuné à sa demande, et Gosset-Grainville le confirma, c'est là que l'histoire devient abracadabrantesque. Mais ce ne fut pas l'essentiel qui résidait dans le mensonge rattrapé de Jean-Pierre-Jouet. Au départ il prétendit la non demande de Fillon concernant l'activation de la procédure judiciaire sur cette affaire, tapez vite, tapez vite, Fillon aurait-il clamé ! Ayant appris, gros mensonge, que des enregistrements effectués par les journalistes du Monde, Jean-Pierre-Jouet se rétracta deux jours après mettant ainsi dans l'embarras l’Élysée et les socialistes obligés d'avaler une autre couleuvre et de soutenir Jean-Pierre-Jouet à l'Assemblée dont la droite demandait sa démission. La droite UMP ne manque jamais de ridicule lorsque dans ses bans sont plusieurs mise en examen. Jouet en aurait même parlé au président qui aurait botté en touche, toute intervention de sa part dans la justice étant exclue. Décidément à l'ENA on n'apprend pas la roublardise avouer un mensonge est une faute pardonnée par Dieu, mais accusateur par la classe politique qui ne ment jamais ! On sait bien qu'à l'UMP, c'est d'abord la première chose qui est enseignée, ne jamais avouer ! Et Fillon, droit dans ses bottes comme un mousquetaire, avec des mots pleins la bouche en guise d'épée, se fit l'accusateur du mensonge de Jean-Pierre-Jouet. Et la situation se retourna contre l’Élysée. Les journalistes du Monde confirmèrent bien l'enregistrement qu'ils étaient près à donner à la justice si elle en ferait la demande. Or, le simple raisonnement ne peut que montrer que c'est Fillon qui avait intérêt à faire activer cette procédure judiciaire. Jean-Pierre-Jouet, même s'il fut son collaborateur n'a rien à voir dans les magouilles de l'UMP. J'en terminerais là sur cette affaire entre les mains de la justice, mais c'est comme dans toute affaire, il faut trouver à qui profite le crime ! Comment voulez-vous que les Français ne crachent pas sur les politiques en les mettant tous dans le même sac !

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu