Avertir le modérateur

  • Le pacte de responsabilité et de confiance avec Alstom,

    les deux sujets qui mobilisent la classe politique, pas les français qui souffrent.

    Support Wikipedia La classe politique est en émoi, elle a voté le 29 avril la confiance au gouvernement sur la purge de 50 milliards du pacte de responsabilité en trois ans, sujet de division d'un parti socialiste tiraillé entre sa gauche qui clame qu'elle n'a pas voté Hollande pour ça et une partie plus à sa droite qui voit dans ce plan que le président s'attaque au problème qui ronge notre économie, sa dette et le chômage. Il faut bien voir que les deux opinions se comprennent. Les députés socialistes a gauche furent élus dans des circonscriptions de gauche et comme la gauche socialiste et au delà, n'existent plus, comme le clame Jean Christophe Cambadélis, «c'est un échec total de la gauche face au FN», donc rester à gauche est une erreur. Ne pas prendre le virage social démocrate du président est une plus grande erreur. L'autre opinion consiste à prendre ce virage vers le centre social démocrate sachant qu'il faut faire face à nos engagements et qu'il faut réduire notre déficit. Seule condition pour ne pas s'enfoncer plus dans l'abime de nos dépenses. Autre argument à gauche et à gauche de la gauche pourquoi devrait-on aider les entreprises alors qu'elles font des bénéfices et qu'elles licencient à tout va ! Le chômage des séniors n'arrête pas de plomber la courbe du chômage ! Et même pourquoi tenir nos engagements européens pour ramener notre déficit sous la barre de 3 % du PIB ! Dans la première partie du raisonnement, l'aveuglement de la situation politique à gauche est total, les socialistes dans le Sud-est courent à la catastrophe aux européennes. De plus, concernant l'emploi hypocrisie est aussi totale, ne pas faire la distinction entre les grandes entreprises qui, c'est vrai ont faits et font d'importants bénéfices et les entreprises qui sont exsangues avec des marges ridicules qui les plaçant au bord du dépôt de bilan, est une erreur. De plus, François Hollande est accusé de mensonges, parce qu'il fait une politique contraire à celle qu'il avait annoncée pendant la campagne présidentielle. Ce qui est inexact et Martine Aubry le sait bien, n'a-t-il pas toujours soutenu qu'il redresserait les comptes de la France ? De plus, il ne fait pas une politique d'austérité, ceux qui clament cela n'ont qu'à passer du coté espagnol ou les salaires et pensions furent réduits de 20 %, mais aussi en Grèce, au Portugal, en Irlande pour voir ce qu'est une politique d'austérité. D'autre part, certains économistes n'arrêtent pas de clamer qu'il faut réformer pour réduire notre déficit, ils ont d'ailleurs été reçus à l’Élysée à déjeuner avec le président et d'autres qu'il faut relancer la consommation par l'augmentation des salaires des plus exposés, dont l'un d'entre eux fit un livre, nouveau best-seller économique, prônant l'augmentation des salaires. Seulement, il oublie qu'il faut d'abord relancer l'économie afin que l'on achète Français. La gauche socialiste et la gauche de la gauche sont dans l'erreur la plus absolue, prises dans un étau par les conditions économique et par le FN !

    La dessus, le président déclara lier son destin à la réduction de chômage alors que son prédécesseur socialiste, François Mitterrand, déclara que sur le chômage on tout essayé, avouant un constat d'échec. Le tout dans un contexte électoral catastrophique pour le parti au pouvoir ayant reçu une sacrée baffe aux élections municipales qui se renouvellera aux élections européennes. Pire scénario pour les socialistes on ne voit pas. On peut donc se poser la question, pourquoi s'acharner à vouloir redresser la situation économique française pour ne recevoir que des baffes et faire ainsi le bonheur de la droite qui, pendant ses dix années de gouvernance ne fit rien d'autre que d'accroître notre déficit et notre dette. Les socialistes hollandais sont des fous, ils font le boulot d'une droite qui en récoltera le fruit. Plus suicidaire comme politique on ne voit pas, car, il ne faut pas qu'ils se leurrent cette politique ne rapportera rien à François Hollande quelques soient les résultats de sa politique, il ne sera pas réélu. Toutes les voix de gauche lui manqueront.

    Quant à la droite qui sans rien faire d'autre que de clamer que ce n'est pas 50 milliards d'économie qu'il faut faire mais 130 milliards, bonjour les dégâts, elle se marre en attendant de récolter des sous par suite des fauteuils politiques qu'elle va engranger à cause de la défection de la gauche française qui préfère s'abstenir de voter. Situation ubuesque à gauche et situation non moins préoccupante à droite sauf à l'extrême droite qui attend bien au chaud que la France lui tombe dans ses mains, sans jamais avoir fait une politique responsable sinon critiquer celle des autres. Alors pourquoi les socialistes hollandais graissent-ils la corde pour se pendre ?

    J'avais écrit dès le lendemain des résultats catastrophiques du PS aux municipales qu'il fallait dissoudre l'Assemblée nationale et laisser faire à la droite sa politique avec ses divisions, seul moyen de creuser son tombeau par ce qu'avec une purge de 130 milliards, elle en aurait prit plein la figure.

    Alors vous dire maintenant que l'on ne m'a pas écouté ce qu'il faut faire dans un tel fatras politique et bien, rien d'autre que de continuer cette politique, qui sans résoudre parfaitement la situation de la France, lui apportera du souffle. Mais bien plus, parce qu'il faut aider les entreprises à sortir du marasme ou elles se sont mises, nombreuses sont celles qui n'ont rien fait pour faire face à la mondialisation, contrairement aux entreprises italiennes, qui avec une situation économique bien plus dégradée que celle que nous avons, ont réussi à ce que le commerce extérieur de leur pays soit positif. Il serait donc souhaitable que nos entreprises cessent de pleurer sur les charges trop lourdes, alors que d'autres avec des charges aussi lourdes, travaillent pour leur pays. Les entreprises françaises sont plus habituées à être subventionnées par l’État que les salariés par la politique sociale, ce qui fait que, même qu'étant privées, elles n'ont aucune vergogne à faire ce qu'elles veulent avec l'argent des Français.

    Seulement François Hollande veut réduire le chômage et qu'elles seules en ont la possibilité. Il va leur donner de l'argent avec ce pacte de responsabilité, pour qu'elles embauchent, alors qu'elles déclarent qu'elles ne pourront le faire que si leur carnet de commande le permet, ce qui revient à se foutre des Français, mais aussi du gouvernement qui fait tout ce qu'il peut pour les aider. Scénario politique plus idiot je ne vois pas, il fallait dissoudre l'Assemblée nationale.

    Hier 29 avril, les députés ont voté le plan d'économies de 50 milliards d'euros défendu par le premier ministre Manuel Valls, à 265 voix, contre 232. Les trois chevènementistes, apparentés au groupe PS, ont voté contre, tandis que 41 députés socialistes se sont abstenus. La majorité socialiste se rétrécie, elle devient rebelle, ce qui présage rien de bon pour la suite. Le manque de courage de François Hollande va le condamner, s'il est obligé de dissoudre l'Assemblée nationale, ce sera trop tard pour lui.

    Pour corser le tout, voila que notre fleuron national dans le domaine de l'énergie des turbines pour centrales électro-thermiques et nucléaires avec les éoliennes, Alstom presque privatisé par Sarkozy alors ministre des finances en 2004 au profit de Bouygues, est en difficultés. L’État avait alors acquis 21, % du capital d'Alstom qu'il revendra à Bouygues en 2006. Alstom prêt du dépôt de bilan fut sauvé et les salariés ne perdirent pas leur travail. A cette époque, notre Sarkozy national avait à faire avec Mario Monti le grand de la banque Goldman Sachs qui était commissaire européen à la concurrence. On ne peut, en effet, renflouer des entreprises avec l'argent des citoyens sans l'accord de Bruxelles, qui doit veiller à la concurrence. Or, Mario Monti se mit à écrire que cette affaire, qu'il eut à gérer avec Sarkozy, voir l'article du Figaro, Ma vérité sur l'affaire Alstom, pour montrer qu'il fut bluffé sur l'état économique d'Alstom en 2006. Le grand Sarkozy comme à son habitude marche un peu dans la fantaisie. Sarkozy a-t-il sauvé Alstom ? Non, mais il a sauvé les emplois de l'usine de Belfort. Pouvait-il faire plus, oui, parce qu'il laissa faire Bouygues qui n'a rien fait pour aider Alstom à faire face à la mondialisation.

    On sait que le mariage du béton avec l'industrie lourde ne fut jamais bon, mais Sarkozy intrépide s'en est moqué auprès de Bruxelles, sauf que l'on en voit les effets quelques années plus tard, ou il faut vendre Alstom, si l'on veut ne pas perdre ce qui reste, c'est à dire du travail pour les salariés. Cet exemple montre bien qu'il ne faut pas chercher, comme le fit souvent la gauche, pour sauver des emplois, aider les entreprises qui n'ont d'envergure, parce qu'elles se trouvent quelques années plus tard dans la même situation.

    La situation d'Alstom est due à l'incompétence de Bouygues qui chercha plus à gagner de l'argent qu'à développer Alstom. Son cas n'est malgré tout pas dramatique puisqu'il n'est pas en dépôt de bilan et qu'il peut être sauvé par un grand groupe international.

    L'affaire n'en est pas terminée pour autant, le gouvernement veut laisser le temps faire son œuvre, ce qui contrarie les actionnaires d'Alstom qui ont votés à l'unanimité pour Général électrique, alors que le gouvernement pencherait plus pour Siemens.

    Général électrique fait une offre de 12,4 milliards d'euro, alors que Siemens propose d'apporter l'essentiel de sa branche transport et de prendre 19 % du nouvel ensemble. Avec Siemens, Alstom resterait peut être français ? Mais pour les Allemands Siemens fait figure de marionnette face à l'ingérence du gouvernement français. Or l’État ne peut pas tout, il n'a plus les moyens de faire face aux problèmes posés par les entreprises en difficulté, la mondialisation impose sa loi.

    c4nlogo

  • Pierre Gattaz le rapace, ressort, 8 années plus tard un CPE

    pour les jeunes sans boulot!

    3620615_parisot_640x280

    Laurence Parisot, pas d'accord sur le SMIC jeune proposé par Pierre Gattaz, LP / Jean-Baptiste Quentin, document Le Parisien.

    Support Wikipedia Proposer un SMIC jeune inférieur au SMIC vieux sans prévenir tient de l'inconscience voir de la provocation dans notre pays. Mais peut être pas en Espagne, en Italie au Portugal qui sont, toutes choses égales par ailleurs, plus affectés que nous par la crise. En fait, nous ne sommes pas malheureux quand on voit ceux qui partent en vacances, aux sports d'hivers, en voyages à travers le monde, quand les grandes fortunes n'ont jamais été aussi importantes, quand des sportifs gagnent des millions, quand des vedettes de télé gagnent au delà de 10.000 euros par mois, quand les médecins, pas tous n'hésitent pas à vous demander des sur-honoraires qui vont jusqu'à 1.800 euros pour une intervention chirurgicale, quand ceux qui ont de l'argent s'évadent dans des paradis fiscaux et bien sûr j'en passe, mais vous avez compris mon propos, ceux là ont de la voix pas ceux qui triment pour vivre. C'est la France des banlieues, dans ces cages à poules au taux de chômage élevé, condamnée, abandonnée, misérable, parce que les statistiques ne donnent qu'une vue globale et ne veulent surtout pas faire de détail, on pourrait savoir. Pierre Gattaz propose un SMIC jeune, pour une période déterminée, moins rémunéré que le SMIC vieux, mais est-ce qu'il s'adresse à ces jeunes de banlieue ? Quand ils déclinent leur lieu d'existence ils sont rejetés par les patrons quelques soient leurs diplômes ! Le SMIC jeune pour eux, c'est du vent, ils votent FN en désespoir de cause quand ils votent. Quant aux Français riches qui peuvent payer, ils ne sont jamais sollicités par le patronat de Pierre Gattaz. Leur fortune est masquée, elle n'apparait pas. Il aurait pu proposer, par exemple, qu'ils financent, par solidarité, ces jeunes abandonnés. Cela aurait de la gueule. Il s'agirait d'un impôt de solidarité directe, mais bien sûr ils ne voudront pas, ils en payent déjà beaucoup trop ! Et puis ces jeunes sont des bons à rien, ils n'avaient qu'à apprendre dans des écoles ou l'on y met les profs que l'on ne veut pas ailleurs, seulement, ils habitent ou l'on a tout fait pour s'en débarrasser. Vous avez compris que ces jeunes là, SMIC jeune ou pas, n'existent plus alors ils votent FN ou deviennent djihadistes grossissant l'Islam intégriste ! Pour eux la civilisation occidentale ne peut plus rien.

    Mais, il y a les autres, ceux qui sont encore vivants sans boulot, mais que l'on peut encore aider. Le SMIC jeune serait un moyen de gagner de l'argent par leur travail et pour le patronat sans que cela lui coûte trop, le beurre et l'argent du beurre c'est toujours bon, parce qu'il ne faut pas oublier qu'il y a déjà le CICE et que début 2015 les charges des entreprises seront supprimées pour les salariés payés au SMIC vieux. Pas fou Pierre Gattaz, il montre bien dans ce propos son intérêt. D'une œuvre sociale, il squeeze les imbéciles, ceux qui ne voient pas plus loin que leur bout de nez. Non pas que sa proposition ne soit pas dénuée d'intérêt, elle est même séduisante mais, il faudrait qu'il s'engage à embaucher un certain nombre de ces jeunes, mais là, il vous répond que cela dépend du carnet de commandes. Donc c'est du vent ! Pas complètement, puisque cela régulariserait ceux qui travaillent déjà avec un salaire illégal sous le SMIC vieux. Mais alors pourquoi, ces jeunes ne sont pas embauchés à ce salaire inférieur au SMIC ? Quelle différence puisque c'est toléré.

    Je ne m'en sortirais pas pour trouver une qualité au propos de Pierre Gattaz et pourtant j'ai essayé. Je ne suis pas comme les syndicats avec Laurence Parisot et certains politiques qui crient au scandale. Nous vivons dans une hypocrisie totale ou le chacun pour soi domine parce que l'on sait bien que les réformes Hartz sous Gerhard Schröder ont permit, à l'Allemagne, d'avoir une économie florissante avec un commerce extérieur positif, mais au prix d'une misère, que l'on cache, parce que ceux, qui pourraient le faire savoir, n'ont pas intérêt à ce que cela se sache.

    Alors, la question se pose que faut-il faire ? Accorder à Pierre Gattaz se qu'il propose sans aucune garantie d'embauche, puisque déjà il n'embauche pas pour un salaire inférieur au SMIC vieux, mais il pourrait embaucher ?

    C'est un peu l'histoire de la TVA sur la restauration qui nous a montré que cela nous a coûté plus que rapporté. Quant à la droite on ne sait pas au juste, Alain Juppé parle d'un travail gratuit, pour Rachida Dati c'est de l'indécence, Eric Ciotti, je préfère qu'un jeune travaille même avec avec un salaire bas, il ne sait pas ce qu'est un salaire bas ! Même François Bayrou, on voit bien que ce n'est pas de leurs enfants qu'il s'agit. La droite a compris avec le CPE. En fait ces jeunes ne l'intéressent pas, pendant dix années de sa gouvernance qu'a-t-elle fait ? Le patronat de son obédience ne les embauche pas, seul le gouvernement fait ce qu'il peu avec les emplois aidés, qu'elle critique d'ailleurs. Quant à lui, voici ce que pense Najat-vallaud Belkacem ministre du droit des femmes, des sports, de la ville et de la jeunesse,

    Il faudrait donc que Pierre Gattaz s'engage un peu plus en définissant le contour de sa proposition, en donnant des indications sur le nombre de jeunes qui pourraient être embauchés et à quel salaire ? Le reste est un problème de courage et le président devrait, avec des précisions, le comprendre.

    Ce que je comprends mal, c'est la position de Laurence Parisot qui dénonce d'emblée la politique de l'esclavage, Laurence Parisot serait-elle de gauche ? C'est vrai qu'elle m'aime pas Pierre Gattaz, mais delà à dire que c'est de l’esclavage, alors que j'y trouve un intérêt !

    En fait, elle est cohérente avec puisqu'elle s'était opposée au contrat première embauche de Dominique de Villepin et qu'elle a défendu les intermittents du spectacle. Par contre Pascal Lamy, socialiste et ancien directeur de l'Organisation mondiale du commerce, n'y va pas par quatre chemins, plaidant pour de l'audace, «je sais que je ne suis pas en harmonie avec une bonne partie de mes camarades socialistes, mais je pense qu'à ce niveau de chômage il faut aller vers davantage de flexibilité, et vers des boulots qui ne sont pas forcément payés au SMIC».«Je connais des gamins de 15 ans dont les parents n'ont jamais eu de boulot. Pour moi, c'est le signe d'une gangrène. Une société où ceci peut se produire, sans qu'il y ait la révolution, c'est vraiment très inquiétant», ajoutant,«un petit boulot, c'est mieux que pas de boulot». C'est ce que beaucoup pensent sans oser le dire.

    J'aime bien ceux qui donnent des conseils, sans qu'ils soient engagés s'ils sont suivis et s'il y a un flop, ils vous disent, je ne vous ai pas obligé de suivre mes conseils et Pascal Lamy de dire à François Hollande d'engager les réformes sans tarder sur la mondialisation. Mais, il oublie que pour faire ces réformes il faut une majorité, qui peine à la lui accorder.

    Le chômage en mars à peu augmenté, 1.600 de plus qu'en février, mais se sont les séniors qui plombent tout, les entreprises pratiquent la politique de la terre brulée.

    «Les Français ont besoin d'un récit de la France dans le monde», plaide Pascal Lamy. Le vote Front national est un vote «de peur qui traduit des anxiétés considérables sur le cours du monde. Or, ces anxiétés sont en grande partie infondées, parce que quand on regarde ce qui se passe ailleurs, chez les Suédois, les Canadiens, les Allemands, il y a des tas de moyens de se redresser, à condition de voir le monde tel qu'il est», mais n'est-ce pas un monde qu'il a participé à construire ?

    Pascal Lamy déplore aussi que, «depuis vingt ans, on sert aux Français la même histoire selon laquelle leur pays rayonne sur une planète qui est en train de pourrir sous l'effet d'une mondialisation catastrophique». «Aussi longtemps qu'on ne changera pas cela, les Français resteront ce qu'ils sont aujourd'hui, les champions du monde du pessimisme, de la déprime».

    Il n'a pas encore comprit que les Français votent et le président fait comme il peut avec 18 % d'opinions favorables !

    Mais c'est combien le SMIC vieux, 1.445,38 € brut base 35 heures début 2014 soit 9,53 € brut de l'heure. 3,1 millions de personnes étaient rémunérées à ce SMIC début 2013. Il est le même pour tous ce qui est anormal. Un jeune n'a pas les mêmes besoins qu'une personne de 50 ans avec une famille. Il faudrait donc augmenter le SMIC pour ces personnes, au lieu de faire un SMIC esclavagiste comme le clame Laurence Parisot.

    c4nlogo

  • Les écoutes sont légales et les juges n'appliquent pas les méthodes de la Stasi.

    selon Sarkozy qui attaque la République française dont il fut le président !

    Il se berlusconise selon un ex ministre l'UMP !

    Support Wikipedia Avec ce propos Monsieur Nicolas Sarkozy, attaque ce qu'il y de plus fondamental dans un pays de droit, la justice et par la même les institutions de la République et par là même le président de la République garant des institutions. Il s'en prend directement au pouvoir socialiste, aux juges dont il voulait réduire leur pouvoir et aux médias qui font leur travail d'information, ça c'est, selon lui, la méthode Stasi ? Pour Nicolas Sarkozy la justice est aux ordres de l'exécutif comme elle l'était sous son mandat. Monsieur Nicolas Sarkozy, ne voit pas la différence entre ses méthodes ou il intervenait sur les procureurs généraux pour enterrer les dossiers politico-judiciaires et une justice qui est devenue libre d'exercer son devoir, enquêter, juger et condamner. Elle dérange, mais respire à la sortie du tunnel ou elle était enfermée.

    Monsieur Nicolas Sarkozy a montré son vrai visage celui d'un homme prétentieux, vulgaire qui ne fait pas honneur à son pays en qualifiant les juges qui ont ordonnés les écoutes d'appliquer les méthodes de la Stasi. Il montre au monde entier qu'il intervenait sur la justice parce qu'entre 2002 et 2007 ou il était ministre de l'intérieur il n'a cessé d'écouter, les écoutes ont explosées. Pour lui, son successeur fait de même. C'est de la diffamation sans preuve guidée seulement par le désir de manipuler l'opinion. Le but s'extraire par le mensonge, l'enfumage, qui sont les armes de cette droite contre le cours de la justice. Cela d'ailleurs lui a bien réussit puisqu'elle fut victorieuse aux municipales par la déroute socialiste dont elle profite sans y avoir été responsable, c'est pour cela que le président aurait dû dissoudre l'Assemblée nationale, je n'ai pas été entendu. Monsieur Nicolas Sarkozy est membre du Conseil constitutionnel, il n'y a plus sa place quand on attaque la République.

    Il est des écrits qui sont intolérables dans un pays comme la France ou justement le président de la République est élu directement par les Français, donc à l'opposé des méthodes de la Stasi de l'ex RDA. Il prend une comparaison insupportable qui est le fait d'une dictature pour justifier les écoutes. Il met en cause l'honneur de la justice et de la police ce qui revient à insulter ces corps d’État régaliens.

    Les écoutes judiciaires en matière criminelle ou correctionnelle, peuvent être ordonnées par le juge d'instruction lorsque les nécessités de l'affaire l'exigent. La peine prévue pour le crime ou le délit concerné doit être égale ou supérieure à 2 ans de prison. De plus, aucune écoute téléphonique d'un avocat ne peut être faite sans que le bâtonnier en soit informé. Voir les articles 100 à 100.7 concernant les interceptions de correspondances émises par la voie des télécommunications. Concernant les interceptions de sécurité, voir les Codes de la sécurité intérieure articles L 241-1 et suivants.

    Monsieur Nicolas Sarkozy est comme tout citoyen innocent de tous les faits dont il est suspecté dès lors qu'il n'est pas condamné. Il a, à sa disposition, toutes les procédures pour contester ces écoutes et le fait de s'adresser directement aux Français montre l'enfumage qu'il fait. Il rejette ainsi la justice et les prend à témoins, alors qu'ils demandent simplement l'application des lois.

    Il considère que François Hollande pour l'écarter d'un possible retour politique appliquerait les méthodes de la Stasi, dans sa situation politique le président a bien d'autres soucis.

    Quand il fut au sommet de l’État, qui ne se rappelle pas qu'elle fut orientée ? La justice des hommes est vulnérable, influençable, c'est d'ailleurs pour cela qu'il voulait la manipuler et réduire le pouvoir des juges.

    «Nicolas Sarkozy donne rarement des leçons de libertés publiques, ce qu’on peut aisément comprendre. Pas besoin de réveiller le souvenirs des peines planchers, de l’extension de la rétention de sûreté, de la loi sur l’audiovisuel public, du fichier Edvige, des test ADN, de l’exploitation des fadettes de journalistes par la DCRI, de la chute de la France dans le classement de la liberté de la presse», tiré de Rue 89, Le Nouvel Obs.

    La Stasi était le service de police politique, de renseignements, d'espionnage et de contre-espionnage de la République démocratique allemande, RDA. Son modèle fut le Ministère Gouvernemental Soviétique de police politique.

    Nicolas Sarkozy déclare être un citoyen comme les autres, en fait il ment. Un citoyen lambda ne pourrait pas insulter les juges en déclarant qu'ils appliquent les méthodes de la Stasi. Nicolas Sarkozy est imbu de supériorité, prétentieux, mal poli.

    Il ne peut admettre qu'il est devenu un Français ordinaire et ne plus être ce qu'il fut le ronge. Il ne peut admettre que le téléphone sonne moins, jusqu'à ne plus sonner dans quelques temps. Alors, il joue les gros bras, il fait avec ses amis un gouvernement mixte, il reçoit, des voitures s'arrêtent devant son immeuble gardé, un va et vient, une grande activité devant la porte. Un logement de fonction, un bureau, un secrétaire particulier, une voiture avec chauffeur, des gardes du corps le tout payé par les Français, est-ce des méthodes de la Stasi ? Et là, Le Figaro ne dit rien !

    Normal, il est le plus grand, le meilleur de tous. On lui imagine des scénarios au cas où le nul, qui l'a vaincu, de si peu, viendrait à démissionner. Il faut qu'il soit prêt, la France l'attend. On l'invite pour l'écouter à 100.000 euros le speech, rien n'est trop beau, trop cher pour récompenser sa valeur. Le professeur, index levés, démontre son raisonnement à une assistance conquise par ses doigts magiques, avec un sourire moqueur en coin, un Maître ! N'est-il pas avocat ? Maître en communication, rien ne l'arrête. On lui organise des commémorations, sa garde l'entoure, on fait venir des sympathisants surtout des femmes qui l'aiment pour son bain de foule, serrer des mains, faire des autographes, on lui fraye un passage tant la foule est dense. Le président c'est lui, l'autre à l’Élysée un usurpateur, il fait appliquer aux juges les méthodes de la Stasi.

    Il faut le comprendre, il est innocent et on l'écoute. Ah, s'il avait pu faire deux mandats il n'y aurait pas ces juges bâtards appliquant les méthodes de la Stasi.

    Il laissa la France dans un abandon total, sans réformes afin de ne pas se mettre à dos de nombreux de Français. Mais réélu, il aurait fait ce qu'il a de pire, sachant qu'il ne pouvait plus occuper cette fonction. Comme ses amis de l'UMP qui critiquent ce qui est fait et qu'ils n'ont pas faits. Perdre n'était pas prévu, alors un nul à sa place inadmissible. Les affaires en suspend apparaissent toutes en même temps, la justice d'un coup est devenue indépendante. Six affaires, c'est trop, mais pourquoi ? C'est la faute des juges qui appliquent les méthodes de la Stasi.

    Ne vient-il pas d'avouer ses échanges avec son avocat et l'ami Azibert. «Mon propre avocat se trouve accusé d'avoir abusé de son influence auprès de notre juridiction suprême. Cette fois, fini de rire, car c'est à pleurer d'indignation. Son «crime» être l'ami depuis trente ans d'un avocat général à la Cour de cassation, un des plus fameux juristes de France, à qui il a demandé des avis sur la meilleure stratégie de défense pour son client», Le Monde.fr.

    Ne démontre-t-il pas, dans ce propos, que son avocat vient chercher conseil auprès d'un avocat général auprès de la Cour de cassation pour la défense de son client !

    Les Français sont donc ravis d'apprendre qu'ils ont élu en François Hollande un des pires régimes soviétiques.

    c4nlogo

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu