Avertir le modérateur

Le racisme exutoire du mal vivre

gagne la France, mais pas seulement elle.

Support Wikipedia Non, la France n'est pas raciste, mais beaucoup de français le sont. La France n'est pas raciste par ce qu'elle accepta et accepte des gens de tous horizons dès lors qu'ils remplissent les conditions d'un visa, d'une intégration, d'une naturalisation. La France est un exemple d'humanité, c'est ce qui fit et fait sa richesse. De tous temps la France fut et est une terre d'accueil. La France à des départements d'Outre-Mer ou sont des gens de couleur, ils sont français. Notre équipe de football comporte de nombreux joueurs de couleur. Des ministres sont noirs et la plus emblématique est Madame Christine Taubira. La France est donc multiraciale, et elle forgea sont destin aussi par le sacrifice de soldats magrébins et noirs. Ce qui se passa par les insultes envers le président représentant la France aux cérémonies du 11 novembre, et par la Une de minute sur Christine Taubira l'assimilant à un animal est une attaque immonde contre une représentante de notre démocratie, contre nos morts, et notre république. Le climat d'inconfiance dans notre capacité à surmonter le chômage, les plans sociaux qui ne cessent de tomber et les faillites d'entreprises, ne justifient pas tout. En 2013 ce sont un peu plus de 1.000 plans sociaux qui furent officiellement ouvert, selon les données encore provisoires du ministère du travail.

La France est donc martyrisée, hystérisée, et ce ne sont pas les manifestations ni les dégradations en tous genres, ainsi que le changement de gouvernement, etc....qui vont améliorer la situation. Tout ce qui est fait est déconsidéré, c'est le divorce entre l’exécutif et une Commission européenne qui veut des réformes de structure, et disons-le franchement réduire nos avantages sociaux, et l'impossibilité de les faire. Les Français réclament des policiers, des transports, des subventions, la Bretagne, Marseille, Lille, .....une meilleure sécu, de meilleurs soins....tout ce qui est contraire à la réduction de nos déficits. Notre dette augmente comme nos impôts par ce qu'il faut faire face à toutes ces obligations, mais aussi à celle d'atteindre les 3 % de déficit sous la menace de forts taux d'emprunts.

La quadrature du cercle lorsque la croissance est absente.

La faute à qui, à l'Europe incapable bien entendu qui a accepté tout et n'importe quoi détruisant le social, mais aussi à l'Allemagne qui profite de la faiblesse des pays du Sud par ce qu'elle ne joue pas le jeu, n'ayant pas de SMIG, payant sa main d’œuvre migratoire avec une aumône.

Notre système productif est attaqué par cette concurrence mondiale qui nous oblige à nous remettre en cause. C'est une nouvelle France qui doit se mettre en marche face à l'évolution de l'internet qui détruit tout sur son passage, la Redoute en est l'exemple, mais aussi du monde dans ses incohérences par ce que certains pays jouent un jeu malhonnête par le fait qu'il n'y a aucune régulation de concurrence. C'est une guerre économique. On utilise de la main d’œuvre à très bas coûts par ce qu'aucune règle internationale ne régit le travail.

Le capitalisme règne en maître, alors qu'en France ce sont des lois qui régissent le coût du travail, outre l'Allemagne, dans beaucoup de pays, hors Communauté européenne, il n'y a pas de salaire minimum. On paye les ouvriers avec quasiment rien, voir même on ne les payent pas dans certains pays du Golfe. Il nous est donc difficile de lutter, nos avantages sociaux minent notre compétitivité par rapport aux autres !

Dans ce contexte, l'afflux d'immigrés fait peur, d'autant plus qu'il est montré comme responsable de nos difficultés. Exploité politiquement, les difficultés économiques aidant favorisent l'émergence du nationalisme d’où, le rejet de l'autre qui n'est pas comme nous. L'autre, différent de couleur et de race devient un exutoire qui, avec la liberté de parole, conduit à des propos racistes. La non condamnation de ces propos donne encore plus d'ampleur à leur expression, puisque les enfants sont tentés de suivre leurs parents dans leurs propos racistes.

Le racisme comme le fascisme obédiences droitières éclosent dans l'exploitation de la misère provoquée par cette même droite, le comble de l'arnaque.

La richesse des plus riches n'a jamais été aussi florissante.

Il fallu deux semaines pour que les médias s'emparent du racisme à la suite des attaques impardonnables contre Madame Christine Taubira. Ce ne fut sa fonction qui fut attaquée, mais sa personne. Mais aussi deux semaines pour que le gouvernement déclare son indignation, comme si il était pétrifié. C'est ce que les médias clamèrent, mais ce n'est pas ce que le gouvernement fit. De la bouche du ministre des relations Alain Viladies avec le parlement, Madame la Garde des Sceaux remercia le président de la République qui, dès la première minute et à deux reprises en Conseil des ministres fit une déclaration tout à fait solennelle contre l'agression dont elle fut l'objet. Mais, on aurait aimé que ce soit clamé plus franchement par le président directement envers Madame Taubira, au lieu de le faire en Conseil des ministres, ce qui n'aurait pas donné prises aux médias.

Il ne veut pas faire du Sarkozy !

D'après ce que l'on entend, ce serait pour ne pas entrer dans le jeu du FN ! Mais le FN, n'a pas besoin du gouvernement pour faire sa pub, elle est depuis longtemps sur les médias qui en sont les principaux responsables.

Pourquoi donc la ministre de la justice clame l'isolement dont elle fut l'objet ?

Dans une interview dans Libération du 29 octobre Christine Taubira clama, «ce qui m’étonne le plus c’est qu’il n’y a pas eu de belle et haute voix qui se soit levée pour alerter sur la dérive de la société française», et c'est vrai que l'on aurait aimer entendre l'opposition, la gauche et le président de la république. Ne pas envenimer le sujet d'accord, mais là c'est autre chose par ce que les attaques dont elle fut l'objet, sans réaction ferme de solennelle de l'opposition, de la gauche et du président, le racisme se banalise par la liberté de paroles qui se développe. Ce n'est pas la politique qu'entend mener le président, laissant la liberté au peuple de s'exprimer dans une démocratie à l'anglaise, mais les Français ne sont pas des Anglais.

Il n'y a plus aucune retenue lorsque des enfants donnent deux bananes pour la guenon !

Mais doit-il intervenir, sachant qu'il la nomma ministre de la république, et qu'elle fut ovationnée par la majorité au parlement ? L'opposition plus hypocrite resta muette approuvant ainsi les deux bananes à la guenon, que la honte s'abatte sur elle. S'il intervenait, il se lancerait dans le jeu alors qu'il doit être au-dessus de la mêlée.

La cause du racisme faschissant qui outre, la résultante de la crise, est la remise en cause du fonctionnement du monde ébranlé par le désir des peuples à plus de liberté et de justice. Le décalage social entre le Nord et le Sud accentué par les révoltes arabes est tel qu'il provoque une immigration importante qu'il nous est impossible d'arrêter. Les Français ont peur et éructent sur les immigrés, les noirs.

Cette poussée raciste n'atteint pas que la France, l'Italie dont on connait le passé fasciste retrouve ce vieux démon. Elle est plus atteinte que nous. Cécile Kyenge, ministre italienne est en proie à toutes les insultes. Six mois après sa nomination au gouvernement comme ministre de l'intégration, première femme noire dans un gouvernement italien, il ne se passe pas une semaine sans que des propos racistes la visent. Ils sont issus d'élus du parti anti-immigré de la Ligue du Nord ou de groupuscules d'extrême droite. De même, pour le joueur de foot noir de la squadra azura Mario Balotelli de l'AC Milan qui ne cesse d'être attaqué, voir, La droitisation de l’Europe est en marche sous l’effet de la crise.

Racisme, xénophobie, discrimination raciale, anti sémitisme, intolérance sont la constatation de la Commission européenne dans son rapport annuel sur les activités de l'ECRI, sur la période du 1 au 31 décembre 2011. Il note outre la crise, que les coupes dans les programmes sociaux augmentent la pauvreté, renforçant des sentiments négatifs accentuant la fracture sociale. Le multiculturalisme est remis en cause et la discrimination à l'emploi est omniprésente. Racisme et intolérance sont en hausse en Europe et conduisent à la violence raciste.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu