Avertir le modérateur

Voilà qui fait plaisir, pourquoi je voterais Hollande,

après deux années auprès du président Sarkozy.

3

C'est Dominique Antoine ancien conseiller de Nicolas Sarkozy à l'éducation de 2007 à 2009 qui, déçu par son mentor déclare au Monde.fr qu'il votera Hollande, document l'Express.fr , afp.com/Eric Feferberg.

Support Wikipedia Il n'est jamais trop tard pour bien faire, et se rendre compte, après deux années auprès de notre président, que ce qu'il est, n'est pas une performance. Nombreux sont ceux, qui bien avant qu'il ne le devienne, avaient vu en lui, qu'il ne serait pas un bon président pour la France. Mais, il faut lui rendre hommage du courage qu'il manifeste en déclarant qu'il voterait pour François Hollande. Beaucoup de politiques ou sympathisants UMP ne l'exprimeront pas avant le vote du second tour le 02 mai, bien qu'ils le pensent. Ce qu'il lui reproche c'est de ne pas avoir fait de l'éducation une priorité nationale. En 2007 Nicolas Sarkozy affirmait «qu'il est possible de changer l'école», ce qu'il a fait, mais pas comme il l'entendait.

Il a considéré un honneur de travailler deux années dans l'équipe du président, mais ce furent deux années de déception. Sarkozy écrivait en 2007 «20 % de nos jeunes quittent l'école sans qualification, je ne peux m'y résoudre», ce fut donc pour lui le motif de son engagement pour changer les choses. L'énergie de Sarkozy l'avait ébloui, ce qui montre qu'il ne raisonne pas. Sa volonté de rupture et ses qualités hors normes lui avaient donné confiance. En fait, il fut toujours écarté du premier cercle des conseillers présidentiels, des conservateurs, des libéraux, des budgétaires offraient un mur infranchissable. Il voulait que l'éducation nationale soit le lieu ou l'on apprenne, ou l'on enseigne un peu comme elle le fut il y a des décennies.

Il se réjouissait dans son imaginaire ou les maîtres seraient heureux de recevoir du président une lettre qu'ils pourraient lire à leurs élèves. Et encore bien plus que ça, jumeler chaque enfant des écoles avec le fantôme d'un enfant Juif gazé dans les camps. Un rêveur d'imaginer que cela puisse être possible avec Sarkozy.

Son ambition redonner aux professeurs l'autorité des savoirs. En fait ce fut, et il le déplore, la logique des marchés, l'éducation de l'argent donnant aux parents la possibilité du choix de leur établissement. Quand aux budgétaires réduire les effectifs dans un ministère dispendieux pour satisfaire à la finance internationale. On comprend là que l'éducation nationale n'est pas pour Sarkozy le ministère à choyer, il vote trop à gauche.

Comme bien souvent les conseillers n'ont que peu d'expérience, comme celle de leur mentor, car s'il fallait de l'expérience pour diriger un pays ou conseiller son président peu pourraient revendiquer un tel savoir. Alors l'éducation des quartiers sensibles, les impasses sur les orientations des élèves peu doués ou défavorisés socialement étaient méconnues. Ils sont peu intéressant les pauvres.

Ils méconnaissent l'éducation nationale, elle leur fait peur.

Les objectifs prioritaires étaient ailleurs, l'économie, le social et l'on voit ce qu'ils sont devenus ! L'international, la défense, la sécurité intérieure des domaines porteurs électoralement, au sacrifice de l'éducation de nos enfants.

Dans le domaine éducatif, il retiendra de ce quinquennat, «80 000 suppressions d'emplois, la fin de l'année initiale de formation des maîtres, la semaine de quatre jours à l'école primaire. Même si l'on place, dans l'autre plateau, les évaluations généralisées des compétences des élèves, le bilan est maigre». Il regrette de ne pas avoir su ce faire entendre du président, bien qu'il juge que ce fut impossible. Il ne le croit plus quand il annonce à Laurence Ferrari que s'il est réélu, il faudra changer l'éducation nationale.

Alors, il regarde en face François Hollande et ses 60.000 emplois sur cinq ans, il les souhaite par ce qu'il a la conviction qu'ils sont utiles à l'école, et qu'ils ne seraient pas gaspillés. François Hollande a été son professeur d'économie à sciences Po, et il croit en lui quand il parle de l'avenir de la jeunesse. Un candidat qui dit que l'histoire de la république se confond avec celle de l'école. C'est dans la classe que ce fait l'éducation des élèves dans la relation maître-élèves que se joue d'après lui l'avenir de l'école.

Il apprécie que Vincent Peillon connaisse bien l'éducation nationale et qu'il soit dans l'équipe de François Hollande. Vincent Peillon, ce socialiste, qui a fait un enfant dans le dos à Ségolène Royal qui voulait en faire son secrétaire si elle devenait première secrétaire du PS. Il aurait comprit l'inutilité des réformes imposées par la rue de Grenelle. Il fondrait son projet sur la recherche-action, la diffusion des bonnes pratiques, la formation des maîtres dont, il tirerait les orientations à mener. Pour lui l'éducation sera bien, si François Hollande est président, une priorité nationale.

En 2002, Dominique Antoine avait été nommé directeur de cabinet de Xavier Darcos, ministre délégué à l'enseignement scolaire, et directeur adjoint de celui de Luc Ferry, ministre de l'éducation nationale. Ancien conseiller éducation, culture, jeunesse et sports du président de la République, 2007-2009, le Monde.fr.  

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu