Avertir le modérateur

  • La Libye de transition,

    qui est a construire !

    Support Wikipedia Nous sommes nombreux à avoir approuvé notre engagement aux cotés des Américains et des Anglais pour abattre ce Kadhafi de malheur, mais avons nous pensé aux conséquences de cet engagement ? Peut être que vous Monsieur le président vous y avez pensé, mais sachant qu'elles ne seraient pas réjouissantes, un vrai guêpier de 300 millions de d'euros pour le moment, et combien après ? Vous nous avez engagés pour satisfaire un but personnel, la vengeance de l'affront de sa visite de 2007, mais aussi pour redorer votre blason de présidentiable ? Nous verrons si vous soutenez au Conseil de sécurité des Nations-Unis la demande de Mahmoud Abbas de reconnaître l’État Palestinien ? Votre proposition d'accepter la Palestine comme État observateur a été refusée à la fois par les Palestiniens et par les Israéliens. Vous n'avez donc plus le choix, il faudra vous déterminer.

    Les nouveaux dirigeants du Conseil National de Transition auront forte affaire avec un pays dévasté ou, les structures démocratiques qu'ils souhaitent mettre en place vont demander du temps et faire des victimes. C'est, à chaque révolution par les armes, l'instauration d'un régime militaire. On a le sentiment, bien que l'on ne veuille pas y croire, de se trouver dans le même guêpier que les Américains et la coalition en Irak. Peut être même pire par le fait que Kadhafi gouvernait son pays de façon tribale. La transposition de la démocratie dans une société tribale ne peut se faire que par la force comme d'ailleurs l'avait fait Saddam Hussein en maîtrisant les ethnies. En Irak, il avait construit une structure gouvernementale qui gouvernait par la terreur certes, mais le pays fonctionnait. En Libye, se sont les tribus qui font la loi locale, il suffit que le chef décide pour que la tribu suive. L'élimination de Kadhafi ne peut donc que conduire au chaos, c'est à dire aux règlements de compte, aux attentats, voir aux rivalités entre les dirigeants du Conseil de Transition devant les difficultés de pacification. Lorsque l’insurrection a commencée à Benghazi, rien ne présageait que la résistance du clan Kadhafiste pouvait durer aussi longtemps malgré les frappes aériennes et les soutiens des militaires instructeurs de la coalition sur le territoire Libyen, et des armes que vous avez, Monsieur le président, données aux rebelles.

    Le pays était gouverné dans un contexte d'opposition du Nord-est Benghazi-Tobrouk aux tribus majoritaires au Sud du pays pro Kadhafi. Nous avons donc imposé par la force la victoire de ces révoltés et ce Conseil de Transition qui en est issu, à une population pro Kadhafi majoritaire qui n'en voulait pas. En d'autres termes nous avons aidé ces révoltés à faire un «push» militaire contre un dictateur régnant sans partage depuis 42 ans, qui était malgré tout apprécié par une majorité des Libyens. Dans ces conditions même si Kadhafi est capturé, voire éliminé, un sentiment de haine parmi ces populations ne peut que subsister. Le Monde occidental s'est donc comporté de façon semblable à celle qui lui permit l'instauration de l’État d'Israël en négligeant la majorité des Palestiniens. La révolte Libyenne ne concernait au départ qu'une minorité de Libyens.

    3Document la révolte en Libye, le site de l’Élysée, France soir.

    Pour Sarkozy, c'est sa guerre à l'instar de Bush. Il n'en a négligé aucun détail, sauf peut être les conséquences futures qu'il ne supportera pas s'il n'est pas réélu, mais les Français oui. Outre le fait qu'il a décidé la livraison d'armes à la rébellion, il a étudié la topographie du terrain. Il s'est donc investi pour se venger de l'affront la visite de Kadhafi en France plantant sa tente bédouine dans le parc de l'hôtel Marigny. Visite décriée par nombre de personnalités politiques, «on n'invite un grand terroriste et un preneur d'otages international !» N'est-ce pas une politique au gré du vent, capricieuse. Ne s'est-il pas rendu en Libye en  décembre 2007 pour y vendre des armes, voir Takieddine, qui serait également intervenu dans l'affaire des infirmières Bulgares dont il s'est vanté la libération dont d'autres bien avant lui s'étaient investis.

    C'est la raison pour laquelle des pays comme la Russie, la Chine, le Brésil, l'Inde et l'Allemagne, soutenus par la Turquie, se sont abstenus de voter la résolution 1973 déposée par la France avec l'appui de la Grande Bretagne au Conseil de sécurité, et votée le 17 mars. Elle permet l'ingérence dans un État souverain et conforte l'influence de l'Occident sur les Nations-Unies, qui ont remplacé la Société des Nations, ce machin que dénommait le général de Gaulle !

    Dans le Sud tribal à 160 kms de Tripoli se trouve Bani Walid le berceau de l'influente tribu des Warfalla près d'un million de membres entièrement voués à «Allah, Muammar Lybia wa Bès» Allah Muammar la Lybie c'est tout ! Les Warfalla tout comme les Kadhafa 150.000 membres et les Margarha sont considérés comme les piliers du régime Kadhafiste. Kadhafi qui serait retranché dans le secteur de Bani Walid avec un millier de militaires et aurait subi le 10 septembre 5 frappes des avions de l'OTAN.

    3

    Document free actualités par Maria Golvina.

    Les forces de la rébellion ont tenté le 10/09/11 de s'emparer de Bani Walid et ont rencontré une vive résistance des pro Kadhafi. Ils ont refusé de déposer les armes à l'expiration de l'ultimatum du CNT. Le vendredi 16/09/11 les forces du CNT se sont retirées de la ville. En raison des tirs de roquettes incessants que lancent les derniers partisans de Mouammar Kadhafi. Impossibles à déloger, ces derniers ont eu raison des révolutionnaires qui promettent de «revenir plus tard» après s'être ravitaillés en munitions.

    «Selon des combattants du CNT, l'un des fils de Mouammar Kadhafi, Saïf al Islam, et Moussa Ibrahim, porte-parole de l'ancien gouvernement, se trouvent retranchés dans Bani Walid. Deux commandants du CNT ont été tués et deux autres blessés dans les combats samedi 10/09/11. Selon des médecins, deux soldats de Kafhafi et un du CNT ont été tués vendredi. Abdoullah Kanchile, un responsable du CNT, a pour sa part fait état de 4 ou 5 civils tués dans la nuit. «Ils tirent des roquettes Grad à partir de maisons, de telle sorte que les avions de l'Otan ne peuvent rien faire contre eux», a déclaré Kanchile qui fait état de 1.000 soldats loyalistes déployés dans la ville. Des pièces de métal et des carcasses de voitures témoignent de la violence des combats qui ont éclaté entre les deux camps vendredi à Bani Walid et à Syrte».

    3

    Document Le Monde.fr. L'utilisation de ce document implique le respect des conditions d'utilisation

    La ville natale de Syrte est également un des bastions des Kadhafistes. Kadhafi pourrait être réfugié dans cette ville à 360 kms à l'Est de Tripoli. La ville est régulièrement bombardée par l'OTAN depuis le lancement des opérations. C'est de cette ville que des missiles Scud ont été tirés sur les rebelles qui ont fait 11 morts et 34 blessés. Les forces armées du CNT à Misrata ont précisé que leurs combattants «essuient des tirs intenses. Le problème tient en particulier aux tireurs embusqués». D'après la chaîne Al-Jazira, les insurgés ont pris le contrôle de l'aéroport de Syrte, à une dizaine de kilomètres au sud de la ville, dans la matinée de vendredi 16/09/11. Sebha autre ville plus au Sud à 750 kms de Tripoli occupée par la tribu Kadhafa est également un bastion Kadhafiste. Kadhafi les a armés en constituant des forces spéciales dirigées par ses fils et des chefs tribaux. Ils sont déterminés de résister jusqu'à la victoire affirmant que la bataille est loin d'être terminée dans une intervention téléphonique sur Arraï basée en Syrie. Sebba une ville au bout du monde entre les mains des loyalistes. Voir aussi les Forces Kadhafistes résistent à Syrte et à Ben Walid.

    Au dernières informations l'annonce d'un gouvernement de transition se fait attendre. Les forces du CNT s’apprêteraient à lancer une nouvelle offensive sur Syrte et Bani Walid qui résistent encore le 27/09/11. Ces forces Kadhafistes n'ont rien à perdre, elles savent que pour elles c'est la mort. C'est donc pour eux le dernier combat des braves.

    La Libye se trouve donc devant le défi de la fragmentation au terme de 42 années de règne sans partage de Kadhafi, «le Guide». L'instauration d'un pluralisme qui est la règle pour nous Européens habitués à cette gouvernance, sera difficile pour des populations qui suivent les ordres du chef depuis toujours. Les mœurs ancestrales sont difficiles à modifier surtout si la religion Islamique persiste. Pluralisme et religion Islamique sont incompatibles pour une démocratie. Pour le Conseil National de Transition la période de transition ne devrait pas excéder 8 mois sur le papier. Le Conseil de transition désormais reconnu par une trentaine de pays comme pouvoir légitime, le FMI vient de le reconnaître, a préparé une déclaration Constitutionnelle datée du trois août qui prévoit la formation d'un gouvernement provisoire à Tripoli, puis six mois après l'adoption de nouveaux textes législatifs l'organisation d'élections générales. Il faut savoir que la rébellion est représente un groupement hétéroclite formé de jeunes qui n'ont aucune expérience, d'autre ayant une culture Occidentale et d'ex-djihadistes, en passant par les représentants de tribus et d'anciens membres du régime de Kadhafi. De plus le CNT à été soumis à des querelles internes qui ont conduit à des tensions après l'assassinat le 28 juillet d'Abdel Fatah Younis, un ancien fidèle de Kadhafi passé à la rébellion pour en devenir ministre de la Défense.

    Le 16/09/11 Sarkozy est allé faire sa petite visite avec David Cameron à Benghazy histoire de prendre un bain de foule les «récompensants» de l'aide apportée à la révolution Libyenne. Voyage tenu secret jusqu'à mercredi 14/09/11 pour des raisons de sécurité et connu après que Marianne et le Parisien ont annoncé le déplacement du président, voir le compte rendu d'Arnaud Leparmentier du Monde du déplacement du président.

    Une chose est certaine, tant que Kadhafi ne sera pas capturé, la pacification de la Libye sous un gouvernement démocratique ne pourra se faire. Pour information, voir aussi Libye et Côte d'Ivoire.

    Le prochain article sera, Il Manifesto, "la main mise du FMI sur le pétrole Libyen",

  • Martine Aubry remplaçante de DSK,

    un secret de polichinelle.

    3

    Martine Aubry en meeting à Nice, le 19 septembre. © Bruno Bebert / Sipa document Le Point.fr

    Support Wikipedia Il n'y a que ceux qui ne voulaient pas savoir que Martine Aubry était en réserve pour suppléer, soit à un refus de DSK de s'engager dans cette primaire socialiste souhaitant poursuivre sa fonction au FMI, soit dans le cas d'un refus personnel, soit d'une impossibilité matérielle. Son rôle en tant que secrétaire générale voulait, eu égard à la compétence de DSK sur la scène internationale, lui laisser la première place. Cela se comprend. On peut discuter du bien fondé de cette position et ne pas être de cet avis. Mais, il offrait l'avantage pour beaucoup de Français d'être le mieux placé pour battre Sarkozy, ce qui n'était pas mon avis. DSK était soutenu principalement par des sociaux démocrates de droite, tels Bayrou, Borloo, Morin, des Villepinistes, des UMP, la gauche centriste, mais pas par la gauche de la gauche socialiste et la gauche tout court. C'était donc principalement des faux soutiens s'il venait à se réclamer être de gauche avec le programme du PS. D'ailleurs, il n'en n'a jamais fait mention s'en tenant à un mutisme lui permettant d'engranger un maximum de soutiens, mais trompeur et suicidaire car il aurait été obligé à un moment donné de se déclarer. L'excuse de ne pas prendre part au débat politique national sous le prétexte de s'initier dans la politique intérieure en tant que responsable du FMI, fut une tromperie monumentale dès lors qu'il avait décidé de participer à la primaire. Cette position a été soutenue par Martine Aubry et d'autres socialistes, c'est évident. Pour lui, prendre part au débat des «primairistes» aurait été dégradant, vu la position internationale qu'il occupait. Le niveau des autres à ses yeux n'était pas à sa hauteur. Il avait d'ailleurs très mal digéré sa défaite contre Ségolène Royal en 2007. Ses supporters ne se sont pas gênés pour la descendre ensuite. Dans ce contexte, il fallait lui donner la primaire avec le minimum de risques, c'était une stratégie bien menée mais fausse. Elle aurait été lourde de conséquence par la suite pour le PS si les soutiens de droite centriste venaient à faire défaut. Car une fois désigné par les socialistes pour le premier tour, le ralliement de la gauche lui aurait fait défaut s'il aurait pris une position trop à droite, ou celui des centristes de droite dans une position trop à gauche. La candidature DSK telle qu'elle se présentait était un montage suicidaire pour le PS. Ce qui est arrivé dans la suite 2806 à sauvé le pays de DSK. Le soutien inconditionnel affiché par des dirigeants socialistes soutenant un complot, ou tout autre chose, alors qu'ils connaissaient son addiction sexuelle ne peut que leur être néfaste surtout chez les femmes puisque certains dirigeants n'ont eu, au début de l'affaire tout au moins, aucun regard pour Nafissatou Diallo. Voir la couverture de l'affaire DSK dans ce blog.

    La candidature de Martine Aubry a l'avantage, même si elle est de substitution d'être de gauche, mais elle va payer ses errements avec l'affaire DSK. Elle ne jouit pas d'une bonne cote d'une part sur les 35 heures, ce qui est injuste, le partage du travail est nécessaire pour résorber autant que faire se peut le chômage, et d'autre part sur le fait que son poste de première secrétaire est soupçonné de fraude électorale. Tout cela est bien dommage, Martine Aubry qui a une vraie compétence ministérielle ayant occupé d'importants postes. Mais aussi une volonté de changer la France qui souffre avec Sarkozy.

    Les médias de presse titrent que François Hollande profite du vrai faux soutien de DSK à Aubry. L'argument serait la déclaration de DSK lors de sa prestation sur TF1 au journal de 20 heures, confirmant l'existence de ce pacte de Marrakech. Peut être, que ce pacte de non agression entre eux est mal vu même parmi les socialistes, mais je n'en vois pas les raisons. Martine Aubry avait bien le droit de préférer DSK  pour son parti, c'est son ami. Mais le fait qu'il ait déclaré que Martine était à ses cotés lors que sa dure épreuve n'est pas vraiment un cadeau, ce qui fait dire à un député Strauss-Kahnien que c'est «le baiser de la mort». Pour Pierre Moscovici «j'ai noté qu'il a mentionné un pacte, pacte que Martine Aubry elle-même niait-il y a encore peu de temps», a-t-il expliqué sur LCI. «J'ai noté qu'il avait dit lui-même qu'il allait être candidat alors qu'elle nous disait il y a quelque temps qu'il n'y avait rien de fait». Le député André Vallini a achevé le travail. «François Hollande qui, lui, n'a jamais été dans aucun pacte ni aucun arrangement, n'est pas un candidat par défaut ou de substitution». Martine Aubry de répondre dans un déplacement à Nice, «est-ce que j'ai l'air d'une candidate de substitution ?» Et d'ajouter, «je suis la candidate qu'il faut, voilà le bon slogan !»

    Même Ségolène Royal qui, bien plus que les autres eu égard à ce qu'elle à encaissé des socialistes, a le droit de s'engouffrer aussi dans la brèche. Elle dénonce ce pacte comme «un certain arrangement avec la vérité». «Quand DSK dit qu'il y avait un pacte et que Martine a juré ses grands dieux qu'il n'y avait jamais eu ce pacte, en effet il y a un certain arrangement avec la vérité qui ne correspond pas, je crois, à ce qu'attendent les Français de leurs responsables politiques», a-t-elle déclaré mardi 20 septembre à France 3 Limousin. «Moi je crois que la politique, c'est de la vérité, c'est de la transparence, c'est ne pas mentir et ne pas tricher», a-t-elle ajouté, affirmant vouloir pour sa part «être la garante de la morale publique». «Avec moi, les Français doivent savoir qu'ils auront toujours la vérité, la transparence», a assuré Ségolène Royal. En outre n'ayant pas pu s'exprimer lors du premier débat de la primaire sur le cannabis, «je ne suis absolument pas favorable à cela, je pense que c'est irresponsable», a-t-elle lancé. «Avec moi, il n'y aura pas d'autorisation, c'est-à-dire de dépénalisation de la consommation du cannabis, parce que moi je veux donner aux jeunes de l'éducation, du travail et pas de la drogue !»

    Il est fortement regrettable que de tels propos s'échangent entre socialistes.

    Le tord que l'on peut lui reprocher c'est de ne pas avoir dit clairement ce qu'elle ferait si DSK venait à faire défaut. C'est une brèche dans laquelle s'engouffrent ses adversaires, d'autant plus que pour beaucoup elle aurait hésité à se lancer dans cette primaire, elle y serait allée avec retenue. Ce que l'on peut dire aussi c'est que DSK ne lui a pas rendu la monnaie de sa pièce. L'avance de François Hollande sur Martine Aubry est aussi   principalement le fait qu'il est reconnu plus proche de DSK que les autres primairistes, sauf Manuel Valls le Blairiste.

    A Nantes le mardi 20 septembre elle parle justice, c'est une de ses priorités avec l'emploi le pouvoir d'achat et l'éducation. Le choix de la ville ne doit rien au hasard. «C'est à Nantes que Sarkozy a mis en cause l'indépendance de la justice», rappelle Aubry, évoquant l'affaire Laëtitia.

    En tant que femme de gauche Martine Aubry place dans ses objectifs l'égalité homme femme estimant que rien n'est acquis et qu'il faut sans cesse être sur le sujet car le machisme est encore ancré dans la société. A travail égal salaire égal, c'est encore loin d'être le cas, c'est dans son programme, et c'est plus industriel que politique. «Nous avons conscience qu’il reste un important chemin à parcourir mais nous sommes déterminés. Les femmes comme les hommes de ce pays en ont assez du sexisme comme des inégalités, nous aussi».

    Invité de Libération, Martine Aubry clame que le projet socialiste est possible. 

    http://www.liberation.fr/politiques/06014093-martine-aubry-invitee-de-liberation

    Pour elle, «l’idée de progrès n’est pas morte, de nouveaux droits restent à conquérir et la gauche doit s’atteler à penser «la société des individus» ou des «personnes». Et l’État qui va avec, offrant le maximum de protections à ceux qui en ont besoin et le maximum de liberté à ceux qui la recherchent. Bref, au-delà des graves contingences économiques du moment, l’esquisse d’un modèle de société dont on espère qu’il sera complété ou contesté dans le cadre de la primaire».

    Le progrès au cœur de l'action
    «Cela a l’air cucul de le dire, mais réenchanter la politique, dire que la notion de progrès veut dire quelque chose aujourd’hui, dire que les Français me parlent aussi de leur angoisse de voir un pays rétréci, qui n’est plus envié, qui est regardé souvent avec mépris, ça compte».

    Les banques,
    séparer les activités de dépôt et les activités financières. «Depuis 2008, rien n’a changé», note Martine Aubry, qui prône une «séparation des activités de dépôt et des activités financières».

    Les eurobonds,
    Les eurobons,«Oui, je suis très favorable aux eurobonds et je regrette que Nicolas Sarkozy ait changé d’avis pour faire plaisir à Mme Merkel, qui sentait que les Allemands n’en voulaient pas. En contrepartie, elle lui a fait plaisir en lui faisant croire qu’elle croyait à sa règle d’or».

    Retraites:
    A partir à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler tôt ou pour les métiers pénibles. Martine Aubry a expliqué que pour «la retraite à taux plein concerne ceux qui ont commencé à travailler tôt ou ceux à qui nous dirons, après négociation avec les syndicats, que, par exemple, leur année à la chaîne chez Moulinex compte pour 1,2 année et non pas une année, car ce sont des travaux pénibles». Elle ajoute que «trois millions de Français ont commencé à travailler tôt, trois millions pourront partir à 60 ans à taux plein alors qu’on leur demande aujourd’hui d’attendre l’âge de 62 ans». «Oui, il faut augmenter la durée des cotisations parce que l’espérance de vie s’accroît, a expliqué Martine Aubry, qui a souligné dans le projet avoir «pris les hypothèses les plus dures, et nous avons dit, il faut passer aujourd’hui à 41 ans, puis à 41 ans et demi en 2025». Elle rappelle également «qu'on ne réglera pas le problème des retraites sans des ressources nouvelles», qui seront «les compléments de salaire qui, aujourd’hui, ne paient pas les cotisations retraites, les stock-options et les bonus, qui représenteront 2 milliards par an sur la participation et l’intéressement (les syndicats nous ont donné leur accord), qui représenteront 3 milliards par an. D’autre part, il faut faire financer les retraites par les revenus du capital et par les banques, nous avons prévu une taxation spéciale sur les banques, que l’on ne vienne pas nous raconter que cela ne va pas».

    Éducation:
    «un plan de refondation de l'école. Avec l’ensemble des organisations syndicales, nous avons convenu de démarrer le travail au lendemain de la primaire, afin qu’une des premières lois, à l’automne 2012, soit un plan de refondation de l’école sur cinq ans avec des moyens et des priorités» Martine Aubry s'engage à «recentrer la mission des enseignants qui est de donner une culture commune, de donner envie d’apprendre aux élèves, d’en faire des citoyens à même de se forger des opinions», et à «remettre les enseignants là où l’on en a le plus besoin, éventuellement prévoir 12 à 15 élèves par classe dans certains endroits, pour en mettre 30 dans d’autres.» Elle a également précisé qu'elle remettrait en place la carte scolaire. Lire la suite ici.

    La suite sera L'affaire Karachi (...............), et son ombre Takieddine,

  • DSK sur TF1,

    qui peut le croire un seul instant ?

    3

    Dominique Strauss-Kahn et Claire Chazal, dimanche soir, sur le plateau de TF1. Document Le Point.fr, © François Guillot / AP, Sipa

    Support Wikipedia Bien sûr il a fait une faute morale, mais il a fait plus que ça. Il déshonoré les Français. Il nous représentait au FMI et il n'avait pas le droit de faire ce qu'il a fait. Et puis pourquoi TF1 et pas France 2 la chaîne nationale ?  Combien-a-t-il touché pour cet interview regardé par 11 millions de téléspectateurs ?

    DSK sur TF1.

    http://www.youtube.com/watch?v=k645MQuNbG4

    Cette vidéo n'est plus disponible suite a une réclamation aux droits d'auteur soumise par TF1. On voit de suite la liberté médiatique de censure instaurée par le pouvoir actuel et ainsi que l'intérêt de TF1 d'exploiter cette interview pour en tirer un bénéfice commercial. Mais le comble de ce fait, est que DSK s'y est prêté en allant sur TF1.

    Il s'est excusé pour son épouse, pour sa famille, ses amis et aussi pour les Français, mais pas envers son parti politique dont certains lui trouvent encore des excuses au risque de condamner les socialistes qui comprennent que DSK n'est pas soutenable politiquement tels Ségolène Royal et Arnaud Montebourg.

    http://www.dailymotion.com/video/xl6diw_dsk-reactions-de-segolene-royal-et-arnaud-montebourg_news

    De même celle-ci que l'on peut visionner en cliquant sur le lien.

    Nous sommes restés sur notre fin.

    J'ai couvert cette affaire du début jusqu'à la décision d'abandon des poursuites pénales qui ne signifiaient pas une innocence mais seulement le fait que le procureur de New-York ne peut, en fonction des éléments qu'il possède conduire cette affaire jusqu'au jugement, ce que beaucoup contestent. Reportez-vous au dernier article «Peut-on-croire en l'innocence de DSK» qui regroupe tous ceux publiés et qui présente l'avis de l'avocat pénaliste Alan Dershowitz, professeur de droit à Harvard.

    Mais enfin, réfléchissons, cette femme de chambre serait devenue d'un coup d'un seul  amoureuse de DSK en pénétrant dans la suite 2806 pour faire une relation sexuelle non tarifée, et non violente, donc consentante avec lui ?

    Qui peut croire cela ?

    Tout le monde attendait que DSK présente ce qui s'est passé dans cette chambre 2806, il n'en fut rien. Nous savions tous qu'il y avait eu une relation «difficile» entre DSK et Nafissatou Diallo. Cette interview n'était donc que pour faire de l'argent !

    Alors nous avons assisté à un show de DSK favorisé par Claire Chazal bien timorée ne posant des questions que pour la forme c'est à dire sans valeur journalistique comme bien souvent ces journalistes, et cette chaîne, le font pour mettre l'opinion sous leur influence. L'avocat de Nafissatou Diallo a qualifié de blague cette interview et s'est dit déterminé à faire aboutir la procédure civile en allant au besoin jusqu'à Paris pour y recueillir la déposition de DSK. «Ce n'était pas une interview, c'était un coup publicitaire. Tout était préparé, c'était une blague», a déclaré Maître Kenneth Thompson, qui défend la femme de chambre accusant l'ancien patron du FMI de viol. «Si Dominique Strauss-Kahn avait été un chauffeur de bus de Brooklyn, vous pensez qu'ils auraient abandonné après avoir obtenu une inculpation ? Non», a-t-il lancé.

    S'il ne vient pas nous irons à Paris. Ce n'est donc pas terminé.

    DSK pour crédibiliser ses propos s'est appuyé sur le rapport de 25 pages qu'il tenait en main disant ce n'est pas moi qui le dit mais le procureur. Nous n'avons rien vu ! Mais pour que vous puissiez juger vous avez le rapport en Français posté par Rue 89, ici

    Le procureur affirme qu'il n'y a eu aucune contrainte ou violence entre DSK et Nafissatou Diallo . Le procureur dit, «les preuves physiques et les autres preuves ne permettent pas d'établir un usage de la force ou d'absence de consentement». Il ne dit pas ce que DSK a déclaré, «ce qu'il s'est passé dans la chambre 2806 le 14 mai 2011, ne comprend ni violence, ni contrainte, ni agression, ni aucun acte délictueux, c'est le procureur qui le dit, ça n'est pas moi». Je n'ai pas trouvé cette phrase après avoir lu et relu le rapport plusieurs fois.

    Par contre il écrit, «les preuves physiques, médicales ou autres qui sont disponibles dans cette affaire ne sont pas de grande valeur sur la question clé de l'usage de la force et de l'absence de consentement. Elles établissent de façon concluante que l'accusé a eu des contacts sexuels avec la plaignante le 14 mai 2011. Elles ne prouvent cependant pas que ces contacts ont été imposés par la force ou étaient non-consentis, et elles ne corroborent pas certains aspects du récit, par la plaignante, des faits incriminés». Évidemment si l'on attend d'avoir des éléments absolument incontestables, il n'y a plus besoin de faire d'enquête, c'est donc une bonne raison d'abandonner les poursuites !

    Concernant les traces de blessures, DSK dit, «dans le rapport du procureur, dans le rapport officiel, il n'y a rien, ni griffure, ni blessure, ni aucune trace de violence, ni sur elle, ni sur moi». «On a écrit qu'il y avait des traces matérielles d'agression, vous le rappeliez, le rapport du procureur dit qu'il n'y en a aucune». Ce n'est pas ce que dit le rapport.

    Il est écrit, «le seul constat physique que l'examinatrice a relevé est une «rougeur» qui a été observée lors de l'examen gynécologique. L'examinatrice n'a pas pu affirmer avec un degré raisonnable de certitude médicale que cette «rougeur» était une conséquence directe des faits incriminés, ni même que c'était une blessure ou un hématome. L'examinatrice a déclaré que cette rougeur pouvait être la conséquence des faits décrits par la plaignante, mais pouvait également être liée à une série d'autres causes».

    Un second expert médical, hautement expérimenté sur les questions liées aux agressions sexuelles, a examiné le dossier médical de la plaignante postérieur au 14 mai 2011 et a abouti aux mêmes conclusions que l'experte certifiée Safe, «à avoir que la coloration rouge était un élément non-spécifique, qui pouvait être attribué à de nombreuses causes autres qu'un traumatisme, friction, irritation, ou inflammation de la zone».

    «Cet expert a confirmé qu'on ne pouvait exclure que la rougeur ait été causée par la façon dont la plaignante affirme avoir été saisie, mais c'est selon lui peu probable». Manifestement on nie l'importance de ce que l'on constate, on l'attribue sans rien prouver à d'autre cause, il y a là un déni de justice.

    Blessure à l'épaule, la plaignante a d'abord évoqué une douleur à son épaule gauche, qu'elle évaluait à 5 sur 10 sur l'échelle de la douleur. Comme il est rapporté dans son dossier médical, la douleur a clairement diminué lors des heures passées aux urgences. L'examen médical de la plaignante n'a pas révélé de luxation, et «il n'a pas été effectué de radio». «Une déchirure musculaire et une contusion ont été diagnostiquées», bien qu'aucun bleu ni gonflement n'aient été observés sur son épaule. Après avoir constaté d'autres symptômes, parmi lesquels engourdissement et picotements dans ses doigts, la plaignante a vu un deuxième médecin pour une évaluation de sa colonne vertébrale. «A notre connaissance, ce médecin n'a pas dressé de diagnostic». On est dans le flou le plus absolu !

    «Par la voix de son avocat, la plaignante a lors assuré au procureur que sa blessure à l'épaule (choc type 2) résultait de sa rencontre avec le défendant. Elle n'a pas fourni aux services du procureur le document permettant d'avoir accès à son dossier médical antérieur aux faits, ce qui aurait permis de savoir s'il existait une blessure à l'épaule». Comme si on va faire un examen médical avant d'entrer dans une chambre pour prouver éventuellement que l'on est vierge !

    Un imminent expert orthopédique a été mandaté, il a conclu qu'avec un degré de certitude médicale raisonnable, cette blessure, «s'il s'agit bien d'une blessure, était plutôt causée par un usage répété à la verticale de son avant-bras lors de gestes rotatifs et vifs», «comme ceux que peut effectuer un sportif lorsqu'il lance un poids en hauteur». On est en plein folklore.

    L'expert en conclut donc que dans le cas où la blessure révélée par l'IRM aurait été causée lors d'un seul traumatisme, tel qu'elle l'a décrit, il aurait dû être accompagné, «d'une douleur importante, pas seulement au cours des douze premières heures, mais également lors des jours suivants». A la lumière de ces différents facteurs liés à la déclaration d'une blessure physique, et plus remarquablement suite aux conclusions de l'expert, «la blessure à l'épaule ne vient pas corroborer l'accusation d'agression sexuelle».

    La plaignante a affirmé pour la première fois qu'en conséquence du fait que l'accusé ait violemment saisi son sexe, «elle avait souffert de douleurs en urinant lors des premiers jours suivant l'incident. Les rapports médicaux ne font pas état d'une plainte de cet ordre, la plaignante ne l'ayant pas non plus rapporté aux procureurs avant le 27 juillet».

    Pour Dominique Strauss-Kahn, le procureur considérait la plaignante comme une menteuse absolue. DSK a dit,

    le rapport dit, «Nafissatou Diallo a menti sur tout». Ce rapport dit, «elle a présenté tellement de versions différentes de ce qu'il s'est passé que je ne peux plus en croire un mot». Le rapport dit «dans pratiquement chaque entretien que nous avons eu avec elle, elle nous a menti». Il n'est dit dans le rapport à aucun endroit que Nafissatou Diallo est une menteuse, mais qu'elle a menti perdant ainsi toute crédibilité !

    «Le témoignage de la plaignante au procès ne peut compter pour établir une preuve au-delà d'un doute raisonnable».

    Au cours de nombreux entretiens, la plaignante a donné des versions incompatibles avec ce qu'il s'est passé immédiatement après sa rencontre avec l'accusé, «ce qui ne nous permet pas d'établir ce qui s'est réellement passé ni de se reposer sur l'honnêteté du témoignage de la plaignante à cet égard». «Elle a également fait plusieurs fausses déclarations, que ce soit aux procureurs ou dans le passé. Certaines de ces déclarations ont été faites sous serment ou peine de parjure, ce qui constitue pour certaines d'entre elles des actes frauduleux».

    Parce que nous ne pouvons pas donner du crédit au témoignage de la plaignante au-delà d'un doute raisonnable, «nous ne pouvons demander à un jury de faire de même. Les preuves restantes sont insuffisantes pour justifier les poursuites criminelles. Nous sommes par conséquent obligés, au regard de questions aussi bien légales qu'éthiques, de nous diriger vers le non-lieu».

    On peut en penser ce que l'on veut, mais DSK a «arrangé» sur TF1 pour être présentables à son profit les décisions du rapport. On sent malgré tout que la juridiction de l’État de New-York, n'a pas vraiment voulu prendre en compte les faits, et de ce fait, les considère insuffisants. Il est logique de penser qu'un autre que DSK aurait vu l'accusation aller au procès.

    Le prochain article sera Martine Aubry remplaçante de DSK,

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu