Avertir le modérateur

  • L'université d'été du PS une OPA Aubryste,

    forte de ses 600 soutiens et plus !

     

     

    3

    Tous socialistes mais différents après les embrassades chacun dans son chemin.


    Support Wikipedia Les autres primairistes font pâle figure, François Hollande le mal aimé n'est pas à l'aise dans cette ambiance d'autant plus qu'il est donné vainqueur de la primaire au premier et second tour selon le baromètre de la primaire socialiste d'après une étude Ipsos-Logica Bussiness Consulting réalisée au téléphone sur un échantillon de 404 personnes de votants potentiels pris sur un échantillon de 3677 personnes représentant la population Française de 18 ans et plus, pendant la période du 16 au 22 août 2011.

    3Un montage tiré du sondage, le Monde.fr.

    La sympathie partisane est socialiste à 71 % ensuite viennent le PC-Front de gauche 8%, les Verts 6 % et l'extrême gauche 4 %. Les autres partis sont de 3 % à moins. Autant dire que ces primaires de la gauche ne concernent que les socialistes. 41 % au premier tour pour Hollande et 31 % à Aubry, 18 % à Royal qui remonte un peu. Au second tour, Hollande l'emporterait par 53 % contre 47 % à Martine Aubry, normal les porteurs de Royal sont plus enclins sur Hollande que sur Aubry, qui ne peut gagner, c'est évident. Rappelez-vous le Congrès de Reims ou la motion E de Ségolène Royale portée par Gérard Collomb l'avait emporté. Et puis le vote national des fédérations qui a  permit la victoire de Martine pour 102 voix sur Ségolène, vote contesté en son temps de falsification par deux journalistes Antonin André, Europe 1, et Karim, Rissouli, Canal+, dans leur livre, référence Wikipédia. Cela laisse des traces dans les sympathisants de Royal. De plus, Hollande qui est le père des enfants de Ségolène ratisse plus large, plus proche de Jacques Delors que sa fille Martine. Il s'en revendique la pensée, c'est d'ailleurs ce qui fait la colère de Martine plus à gauche que son père.

    La présence de Royal est donc un lourd handicap pour Martine, si Royale est en troisième position, au second tour Martine perd. Si Royale arrive seconde, ce qui ne peut être exclu étant donné son engagement, c'est aussi fichu pour Martine dans le contexte d'aujourd'hui.

    Il est évident qu'avec un tel sondage le camp Aubry, très largement représenté a l'université d'été, par à l'offensive, mais une offensive parmi ses partisans alors que cette consultation est pour tous ceux qui se sentent investis soit d'après le sondage 9 % de la population de gauche. Cela représenterait sur 42 millions de votants potentiels 3,8 millions de participants à la primaire ? Ce serait un succès inespéré.

    Dans l'affrontement, Martine Aubry François Hollande, celui-ci à oublié d'être présent, il ne savait qu'il fallait être là au début, pour un ancien secrétaire général pendant dix années il faut le faire, mais Lionel Jospin y était, il faut se montrer pour exister.

    Le sourire pincé d'Hollande.

    3

    Document Le Figaro.fr crédit photo Pierre Andrieu/AFP

    Un oubli ? Ou un oubli exprès franchement incorrect ? Arrivé deux heures après les discours d'ouverture, et de la fièvre médiatique des supporters entourant leur mentor Aubry, Royal, Valls et Montebourg mais aussi plus de 400 journalistes avec 5.000 participants. «Je suis arrivé après la bataille, si tant est qu'il y ait une bataille. Je viendrai désormais autant de fois que nécessaire pour faire pénitence, si c'est demandé», a-t-il plaisanté ?

    Chacun a pris la chaleur de l'ovation de ses supporters comme si la politique se résumait aux cris de Vive Martine, Vive Royal, Vive Hollande,... Martine, Royal, Hollande..... présidents ! Mais c'est aussi ça la politique c'est à dire sa cote de popularité, celle du peuple qui ne réfléchit plus lassé des mensonges et des entourloupes des politiques. Ces universités d'été ne sont suivies que par des initiés, le peuple de France est à la plage ou il oublie ses soucis pour un temps. Le programme politique sert à peu de chose, la preuve, ils sont tous socialistes et si différents ! Impossible d'avoir une valeur de vérité au dessus de celle des autres, chacun à la sienne, c'est d'ailleurs ce qui a fait que Jacques Delors à refusé de s'engager en décembre 1994 dans la course présidentielle, il en connaissait trop bien les contours et les chausse-trapes. On ne comprend donc pas l'engagement de Martine et le soutien de son père, ils ne peuvent gagner. Hollande le sait, et il se sent porté 42 jours avant le vote ce qui lui fait dire qu'il se sent investi. Vendre la peau de l'ours avant sa mort est toujours risqué, rappelons-nous Balladur et Chirac en 2002, mais les conditions étaient différentes.

    Bien sûr c'est une confrontation puisque chez les socialistes aucun des ténors ne prend le leadership sur les autres, ce n'est pas encore le cas de l'UMP mais cela le deviendra.

    Deux élus parisiens du 14ème arrondissement, sensibles aux idées de Benoît Hamon racontent qu'ils ne s'étonnent pas du climat ambiant. «C'est normal qu'il y ait une bataille d'égo», commente Olivier. «Quand il y a une compétition, il y a forcément des désaccords. Ils n'ont pas tous la même vision de la France ni les mêmes priorités», explique Nathalie. Le retour à la retraite à 60 ans que refuse Manuel Valls, l'austérité prônée par François Hollande, la démondialisation voulue par Arnaud Montebourg. Olivier dresse la liste. «Évidemment, il y a des différences. Et on en débat, c'est ça la politique !»

    Les grands hommes politiques n'existent plus, la cinquième république avec son régime présidentiel à détruit leur valeur issue de la quatrième elle même issue de la troisième, celle des grands qui sont devenus la référence Léon Gambetta, Henri Wallon, Jean Jaurès, Georges Clémenceau, et puis Pierre Mendès France, De Gaulle et François Mitterrand qui ont façonné avec Jules Ferry l'histoire de France. Ils avaient le pouvoir d'apporter autre chose que de suivre l'histoire, ils l'a construisait, ce qui se perd avec notre souveraineté devenue partagée, la mondialisation aidant balayant tout pour les marchés et les banques.

    Martine Aubry a tenu vendredi 26/08/11 une journée infernale avec ses 600 coordinateurs départementaux et deux radios nationales France culture et France inter. Un discours fleuve comme on peut le constater sur la vidéo ci-dessous.



    Un discours avec beaucoup d'énergie de volonté mais aussi beaucoup de retard à rattraper dans les sondages. 600.000 lettres sont prêtes pour expliquer «je veux vous parler de la France». Une vraie machine à son service pour gagner mais bien trop limitée au PS. Aubry tire à l’arme lourde contre Sarkozy. «Nous ne laisserons pas passer le budget 2012 qui ajoute l’austérité à l’austérité». Elle flingue «l’appel des très riches Français taxez-nous !» Signé par la fine fleur du patronat Français et publié par le Nouvel Observateur. Pour elle, «la droite n’a qu’un seul souhait, enfermer la France dans la crise», accuse-t-elle. En cheftaine des socialistes et voulant être celle de toute l'opposition, elle réitère les propositions des socialistes, s’attaquer au déficit public, bien sûr, «en mettant à plat les niches fiscales et sans oublier de relancer la croissance et de mettre au pas la finance». Et non à la «règle d’or», accusant Angela Merkel d'empoisonner la vie des socialistes dans toute l’Europe ! 

    Bien que Martine Aubry ait fait une OPA sur la Rochelle, espérant casser la dynamique Hollande et prendre son envol, peine perdue, elle ne décolle pas. Certes, il reste encore quarante jours et cela peut changer. Celle qui a marqué des points est incontestablement que Ségolène Royal par son punch, sa volonté clairement affichée, avec des propositions claires, elle parvient à étonner titre Le Figaro.fr. On sait que c'est une battante, qu'elle a conquis sa région la première fois rappelez-vous au grand étonnement de François Mitterrand. Ses partisans sont fous d'elle malgré les sondages, faisant depuis plusieurs mois du porte à porte. Son discours ce sont des solutions. Interdiction dans les licenciements boursiers, rendre public la liste des banques qui ont spéculé contre les États, le rétablissement de la première année de formation des enseignants, la mise en place de deux adultes par classe dans les collèges des quartiers défavorisés. «On ne sortira pas de cette crise dans le système actuel. Cela ne servirait à rien de colmater une nouvelle brèche. Mais la réponse à la précarité n'est pas dans l'assistanat. Elle est dans la responsabilité individuelle». Et puis «l'encadrement militaire des primo délinquants» ce qu'elle préconisait déjà en 2005 et qui avait provoqué un tollé. Ses partisans applaudissent, mais quelques huées sifflent aussi. La proposition choque toujours au PS. «Je ne veux plus que la gauche perde sa crédibilité sur ce sujet», réplique-t-elle avant de recoller avec le projet du PS qui prévoit le retour de la police de proximité. Au bout du compte, elle aura donné l'apparence de compter autant que les deux favoris, François Hollande et Martine Aubry, qui l'a écoutée dans la salle. Galvanisée par cette université, sûr d'elle, multipliant les rencontres elle a bluffé ses opposants. Le discours fleuve de Ségolène Royal.



    François Hollande moins convainquant à coté s'il n'était pas donné le favori des sondages il aurait été probablement absent. Après le discours d'Aubry, ce fut le sien dans la salle de l'Oratoire devant une salle comble de sympathisants.



    Pour Jean-Marc Ayrault Hollande président des socialistes à l'Assemblée, Hollande est en train de prendre une autre dimension, il renforce sa phase de présidentialisation. Pour Hollande, ce n'est pas Nicolas Sarkozy qui a créé la crise, mais «il a été incapable de trouver des solutions pour sa régulation !» «Comment pourrait-il trouver des solutions en 2012 ?». Il propose un «redéploiement des niches fiscales au service de l’emploi, de la compétitivité et de l’environnement. Réinvestissement des territoires, éducation …» Le discours est offensif, les applaudissements sont nourris. Le pic de l’applaudimètre est pour sa sortie sur l’appel des riches «Que les riches nous attendent, nous arrivons !» Lance François Hollande, la formule est bonne, Le Nouvel Observateur.

    Pour Arnaud Montebourg, il s’agit en cette période de crise comme lors de la Révolution, de renverser l’ordre ancien, de briser les chaines idéologiques, d’écrire l’histoire. C’est le sens de son projet de «démondialisation».«Je propose la reprise du contrôle de l'économie par la politique», afin de «mettre l'économie au service de l'intérêt général». Il n'est pas fondamentalement différent des autres primairistes qui globalement veulent arriver au même but mais n'emploient pas la même dialectique. «On ne battra pas le Sarkozysme en promettant l'austérité à ceux qui n’ont que leur travail pour vivre. On ne battra pas le Sarkozysme en leur promettant le nirvana du respect des critères de Maastricht ou les tables de la loi de l’Organisation mondiale du commerce. On ne battra pas Nicolas Sarkozy en appliquant ses idées à lui. On le battra en combattant les préjugés qui nous ont conduits à la faillite». Le discours d'Arnaud Montebourg,



    Le magasine The Economist de tendance libérale s'est introduit dans cette université d'été en critiquant les positions archaïques de la plupart des candidats, et ne cachant pas sa préférence pour Manuel Valls, crédité d'une «vision moderne de la gauche qui est rafraîchissante» le Blairiste en quelque sorte. Il voit en Manuel Valls le remplaçant de DSK.. «Il a osé énoncer des vérités telles que nous devons dire aux Français que l'effort budgétaire sera aussi important que celui qui a été réalisé après la Libération». «Le jour où les paléo-socialistes de la génération Mitterrand autoriseront de telles personnalités à émerger sera l'aube d'une vraie révolution», lance l'éditorialiste. Manuel Valls a réagi, «je ne sais pas s'il faut dire qu'on est satisfait, mais je trouve que l'analyse que fait The Economist sur les différentes personnalités, et sur ce que je représente, est pertinente», a-t-il répondu. Le discours de Manuel Valls,



    Le dernier discours est celui de clôture prononcé par Harlem Désir secrétaire général par intérim. Quelques extraits :

    «Nous ne cherchons pas la victoire pour la victoire, le pouvoir pour le pouvoir, nous voulons la victoire pour la France, nous voulons le pouvoir rendu aux Français. Car les Français attendent cette victoire, ils l'exigent de la gauche, ils l’exigent de nous». «Les Français n'oublieront pas le cynisme de ces Robins de bois à l'envers qui prennent aux pauvres pour donner aux riches, qui prennent au RSA pour donner à l'ISF, pour donner à M.Tapie, à Mme Bettencourt et au 1er cercle de l'UMP. Ces belles personnes qui, comme M.Wauquiez, qualifient les chômeurs de cancer de notre société ! Ces Tartuffes qui nous querellent sur les fichiers de nos primaires mais qui veulent ficher les allocataires sociaux comme Monsieur Mariani et Monsieur Bertrand !» «Berlusconi, Sarkozy, Merkel, Cameron, Barroso, ils n’ont su coordonner que leurs échecs, leur impuissance à sortir le continent de la récession, ils n’ont su coordonner que l’austérité qu’ils veulent imposer aux peuples d’Europe».

    La photo de famille clôture cette université d'été ou chaque primairiste a eu la possibilité de s'exprimer pour exposer ses objectifs. C'est déjà une confrontation qui les divisent mais qui ne les désunis pas en attendant les débats télévisés. C'est une leçon de démocratie ou chacun a pu montrer ses forces n'ayant qu'un seul but celui de battre Sarkozy. Jamais une telle occasion de prendre le pouvoir ne s'est si bien présentée, et s'ils n'y parviennent pas cela signifierait que ce parti tel qu'il est doit changer mais aussi que la gauche n'a plus d'avenir dans cette mondialisation libérale.

    Jean-Michel Baylet le radical socialiste s'est tenu à l'écart de ces confrontations écoutant les discours par courtoisie a-t-il dit. Probablement frustré, il a menacé avec ses onze élus radicaux au Sénat d'empêcher le basculement à gauche de la chambre haute.

    3

    Le prochain article sera Primaire PS la cible des candidats marque...

  • Fillon et le plan d'austérité dogmatique pour les agences de notation,

    sans potentialité de croissance !

     

     

    3

    Le Premier ministre Francois Fillon, accompagné du ministre de l’Économie François Baroin et de la ministre du Budget Valérie Pécresse, doit dévoiler mercredi 24 août à 18 heures des mesures nouvelles pour réduire le déficit. Document l'Express.fr, REUTERS/Eric Gaillard

     

    Support Wikipedia Nicolas Sarkozy et François Fillon ont accouché d'un patchwork de fond de tiroirs pour éviter de toucher à l'essentiel de leurs engagements c'est à dire tout pour préserver la classe supérieure et tout aux autres pour payer les nouveaux impôts. Comme le disait notre cher président, «je ne serais pas celui qui augmentera les impôts», mais comme à son habitude il n'a pas déclaré lesquels laissant aux Français le soin de les payer. Voyons, après avoir modifié l’assiette de l'ISF et accordé nombre d'avantages à cette classe sociale qui le soutien, pouvait-il en être autrement dans une période ou le spectre d'une dévaluation de note cote par les agences de notation se précisait. Un saupoudrage pour noyer le poisson comme c'est le faire notre président, alors qu'un plan clair s'appliquant sur les gros postes de dépense et de rentrées fiscales par une imposition franche des classes supérieures aurait été comprit par tous. Non, il va jusqu'à chercher l'application du taux normal de TVA à 19,6 % aux entrées des parcs à thèmes qui sont une détente pour les enfants, recette 100 millions, comme si ces 100 millions vont nous sauver du désastre, faut le faire ! Il aurait réduit les dépenses de la présidence, son salaire, les appointements de ses ministres qui sont des pions, députés et sénateurs que cela aurait eu un autre effet !Et puis, il y a les alcools, 0,3 milliards, les sodas 0,1 milliard par ce que ça fait grossir, et le tabac 0,1 en 2011 et 0,6 milliards en 2012 par ce que ça donne le cancer.

    Des gadgets que des gadgets, on grignote partout, mais les paramètres qui sont la cause de notre déficit ne sont que partiellement abordés. Par exemple, outre la TVA réduite sur la restauration un cadeau de plusieurs milliards sans aucun bénéfice palpable pour les Français qui n'est pas revue, la défiscalisation des heures sup de la loi Tepa, le paquet fiscal, quintessence de sa réflexion d'il y a quatre années, août 2007, et qui nous coûte très chère n'est plus appliquée aux entreprises, mais reste maintenue pour ceux qui en sont bénéficiaires. Le reste de cette loi à volé en éclats au cours des années. Le crédit d'impôt sur le revenu, l'allègement des droits de succession, l'ISF, l'abaissement du bouclier fiscal, ont été modifiés ou disparus. «Le travailler plus pour gagner plus» sur le dos des autres Français qui paient leurs impôts sur tout ce qu'ils gagnent ne le gène pas. Il s'en fout, ce qui compte c'est l'injustice fiscale qui lui permettra peut être d'être réélu. Ces millions de salariés qui en bénéficient représentent un réservoir suffisant pour lui donner les quelques points pour être au dessus des 50 %.

    Les chiffres sont accablants, 500 millions de crédit budgétaires seront annulés en 2011 et les recettes pour les finances publiques ne sont que de un milliard d'euros dès cette année, et parmi elles 200 millions d'imposition exceptionnelle des hauts revenus prévus en 2012 pour un revenu fiscal de 500 millions, c'est à dire après réduction de tous les avantages fiscaux, il faut le souligner. Et encore cette imposition est limitée à la durée du déficit, qu'importe c'est une bricole. Mais, n'ont-ils pas souhaité ces très riches Français dans leur cri «taxez-nous», de participer plus activement à l'effort national de réduction du déficit, se sentant gênés d'être ainsi protégés, de sorte qu'ils pourraient trouver que cette bricole n'est pas assez grosse. Décidément Sarkozy est intraitable.

    Comment voulez-vous faire de la croissance par une relance de l'investissement et de la consommation avec un tel programme ?

    Quand aux mesures d'austérité, elles sont de 11 milliards en 2012 pour tous classe supérieure et les autres, ce qui est insuffisant pour réduire notablement la dette mais assez pour éviter une décote de notre cote aux agences de notation. Dans cette optique le Gouvernement s’est déjà engagé à prendre pour 2013 des mesures en recettes supplémentaires pour un montant minimal de 3 milliards d’euros, dans le cadre de la loi de programmation des finances publiques. De plus un rabot de 10 % sur les niches fiscales s'ajoutera à celui voté l'année dernière et qui entrera pour sa part en vigueur en 2012. Un rapport de l'inspection des Finances nous éclaire sur ces niches fiscales. 

    C'est Le Figaro.fr qui révèle que 19 % des niches fiscales sont inefficaces et coutent à l’État 11 milliards d'euros. Mais ce n'est pas suffisant 47 % seraient jugées peu efficientes. Le graphique reproduit ci-dessous montre le détail de ces niches.

    3

    Le total est effarant 61,222 milliards perdus dans ces niches ! Mais combien rapportent-elles ? Certainement pas autant, on ne peut donc juger avec circonspection. C'est un rapport de 6.000 pages qui indique qu'il existe en France 470 niches fiscales réduisant les impôts et 68 niches réduisant les cotisations sociales et la CSG. Elles coûtent respectivement 66 et 38 milliards d'euros par an aux finances publiques. Mais les chiffres qui circulent sont incohérents entre eux. Ils évoquent aussi 500 dispositifs dérogatoires cumulant 100 milliards d'euros chaque année. Une économie de 15 milliards d'euros pourrait être faite, et même sans grand danger pour la croissance et l'équité près de 53 milliards d'euros, Les Echos.fr. Le rapport épargne la TVA sur la restauration et précise qu'il faudrait vérifier la qualité des emplois créés. Sur ce point la question est de savoir si d''autres pays de la zone euro ont autant de possibilités de réduction d'impôts, en particulier l'Allemagne ?

    La fiche de présentation des mesures référence Les Echos.

    http://www.scribd.com/doc/62999685/Fiche-de-presentation-des-mesures-de-rigueur

    Les gros postes pour 2012 sont,

    • Limitation de la possibilité pour les entreprises bénéficiaires de reporter leurs déficits dans le cadre de la convergence Franco-allemande, 0,5 en 2011 et 1,5 milliards en 2012,
    • Hausse de 1,2% des prélèvements sociaux sur les revenus du capital, 0,2 en 2011 et 1,3 milliards en 2012,
    • Suppression de l'exonération partielle de taxe spéciale sur les conventions d'assurance pour les contrats solidaires et responsables, 0,1 en 2011 et 1,1 milliard en 2012,
    • Suppression ou réduction des dérogations en matière de CSG, 0,8 milliards.

    Pour Jean-Louis Borloo dans le Parisien.fr, il faut réduire le salaire de ministres, pour une fois nous sommes d'accord, c'est mieux que cette bricole sur les parcs à thèmes. Il écrit plus fort. «On peut tout de suite augmenter de 19% à 25% le prélèvement forfaitaire libératoire qui s’applique au rendement du capital financier. Cela rapporterait deux milliards d’euros par an. Je suis également favorable à une nouvelle tranche d’imposition de 46% pour les hauts revenus. Et pour les très, très hauts revenus, c’est-à-dire plus d’un million d’euros par personne, je propose d’instaurer une taxe exceptionnelle de 4% pendant trois ans, ce qui ferait 50 % seulement pour trois ans. Enfin, les grandes entreprises paient moins d’impôts que les petites. Donc je propose pour celles qui sont cotées en Bourse, une taxe de 2% sur les bénéfices». Il supprimerait les niches fiscales pas celles qui touchent les foyers, mais celles réservées aux groupes qui vendent des filiales, qui sont exonérés de taxe sur les plus-values depuis 2004. «Il faut évidemment rétablir cet impôt». «Cela n’affectera ni la croissance ni l’emploi, et cela rapportera au moins six milliards d’euros». Bayrou n'a plus qu'à faire mieux.

    Quand aux socialistes c'est un peu chacun son programme montrant leur différence, bien qu'ils aient adopté le programme de leur parti. Ce n'est donc pas simple. 

    3Capture d'écran BFMTV.

    Pour Ségolène Royal «augmenter les impôts est la solution de facilité», «c'est la déprime». Elle a refusé «contre vents et marées d’augmenter les impôts et sa région a continué à avancer», souligne-t-elle. C'est très décevant. «C'est un plan qui, selon moi, fait l'impasse sur des mesures structurelles. Il n'y a pas de contribution significative des grandes fortunes. Pas de mesures de régulation du système bancaire et de taxation des mouvements de capitaux. Et rien contre la fraude fiscale, qui représente 45 milliards d'euros par an». Quand on est à l’Élysée, on ne peut se contenter d'éviter le pire. Tout ce qu'on retient de ce plan, «ce sont des taxes et des impôts nouveaux, alors qu'il faut mettre en place un cercle vertueux». Ma priorité, «c'est la relance de l'activité économique, à travers notamment un vaste plan en faveur des PME». Il faut leur faciliter l'accès au crédit bancaire, créer une véritable agence de l'innovation industrielle et une banque publique qui leur soit dédiée. Avec cette position sur les impôts, elle se démarque du programme des autres primairistes du PS.

    3Document La tribune actualités

    Pour François Hollande «la gauche doit dire quels impôts elle augmentera et qui les paiera». «Bricolage en matière de redressement des finances publiques et injustice dans les choix de dépenses comme de recettes». C'est le dernier budget du quinquennat, «donc il résume une politique». «Elle s'est révélée défaillante au double plan de l'équité et de l'efficacité». Nicolas Sarkozy laissera à son successeur une situation exceptionnellement dégradée de nos comptes publics et sociaux.

    3Capture d'écran France 2.

    Pour Marine Aubry «il faut faire effectivement une économie de l'ordre de 10 milliards d'euros, mais il faut encore une fois cibler une relance de la croissance par l'investissement, par l'emploi avec une conséquence en effet de moins de 10 milliards pour les finances publique, c'est un chemin. nécessaire».«La France souffre d'un triple déficit, «déficit de finances publiques, déficit d’emploi, déficit de compétitivité». «S’attaquer à l’un sans les deux autres est une impasse». L’efficacité c’est trouver un chemin qui concilie croissance et réduction des déficits. Le sérieux, ce n’est pas l’austérité, «c’est une politique cohérente de relance et de réduction des déficits». «Il faut inventer un nouveau modèle économique, social et écologique qui permettra de relancer notre économie, de créer des emplois, d’engager la transition énergétique et de rendre la société plus juste et sûre».

    Pour Thomas Piketty Directeur d'études à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS) et professeur à l’École d'économie de Paris, tout cela me paraît totalement absurde. Quelques mois après avoir perdu 2 milliards d'euros d'argent public au bénéfice des contribuables de l'impôt sur la fortune, «soyons clair, d'après les propres chiffrages du gouvernement, la réforme de l'impôt sur la fortune décidée avant l'été va faire passer ses recettes d'un peu plus de 4 milliards d'euros à moins de 2 milliards d'euros». «Le degré d'irresponsabilité budgétaire de ce gouvernement est flagrant alors que la situation des finances publiques est grave».

    A cela, la bonne nouvelle est l'augmentation du chômage fin juillet, elle est de 1,3 % par rapport au mois précédent, soit 36.100 personnes de catégorie A et sur un an il croît de 2,8 % selon les données de la Darès du 25 août. Il concerne  2.756.000 personnes. Au total, le nombre de demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s’établit à 4.128.000 en France métropolitaine fin juillet 2011, 4.391.900 en France y compris les DOM. Ce nombre est en hausse de 0,6 %, 24.300 personnes, au mois de juillet. Sur un an, il augmente de 4,3 %.

    Ceci montre que sans croissance l'emploi ne peut se développer et le chômage augmente. Il est évident qu'il montre l'échec total de la politique de Sarkozy avec l'augmentation de la dette et de la sécurité. Les cadeaux faits n'ont pas bénéficié aux Français, ils n'ont pas été employés pour l'investissement mais pour les paradis fiscaux, ce qui était prévisible depuis le début du quinquennat lorsqu'il approuvait la fuite fiscale de son grand ami Johnny Halliday.

    Le prochain article sera l’université d'été du PS une OPA Aubryste,

  • Peut-on croire en l'innocence de DSK ?

    L'innocence juridique, n'est pas celle de la morale !

     

     

    Support Wikipedia Celle des hommes seulement et encore cela dépend desquels ainsi que du lieu de l'affaire, des règles de justice, de la notoriété de l'accusé et de celle de la victime, tout un tas de conditions que la justice «juridique» des hommes si elle vous lave administrativement, elle ne peut vous blanchir du jugement de la conscience morale. C'est tout simple et cela tient en quelques mots, «Nafissatou Diallo n'est pas la première femme qui s'est plainte des abus sexuels de DSK. Il y a d'abord son ex maîtresse Marie-Victorine M., juriste âgée de 38 ans qui a décidé de «sortir de l’ombre et de parler au grand jour, sans rien dissimuler» puis, il y a sa liaison avec Piroska Nagit au FMI, mais auparavant il y a eu Tristane Banon, alors ça fait beaucoup d'autant que l'on ne connait pas les autres ? ». Certes ces femmes n'ont pas été violées, mais elles montrent que DSK est un homme qui n'hésite pas pour abuser d'elles. Il en faut bien moins en France pour mettre en prison un pauvre type, un passé douteux cela suffit.

    On se trouve devant quelque chose que l'on ne comprend pas, cette femme a menti ! Si elle a menti, donc elle n'aurait pas été abusée, pour ne pas écrire violée, elle aurait consenti ? En somme cette justice Américaine se résume à la conviction de 12 jurés à l'unanimité lors d'un procès. La moindre suspicion et l'unanimité ne serait plus possible ce que l'on prétend, alors on abandonne par ce que l'on est convaincu que DSK n'a abusé, mais aurait eu une «liaison forte» avec Nafissatou Diallo.

    Ce n'est pas l'avis de l'avocat pénaliste Alan Dershowitz, professeur de droit à Harvard qui déclare dans un entretien aux Échos, «j'ai été surpris car de très nombreuses affaires vont habituellement jusqu'au procès sur des bases beaucoup plus ténues. Il me semble que DSK a obtenu une sorte de traitement spécial. En général, dans un cas typique où une femme déclare avoir été violée et où il y a des questions sur sa crédibilité, l'affaire va jusqu'au procès surtout s'il y a la preuve d'un rapport physique. Il a eu droit à des égards particuliers comme cela arrive dans le cadre d'affaires hypermédiatisées».

    Si elle a menti, elle ment aussi lorsqu'elle prétend avoir subi une agression de DSK qui lui prétend qu'elle était consentie ! Mais qui peut faire croire qu'une pauvre femme de chambre de couleur dans un grand hôtel va accepter une relation sexuelle sur le champ d'un homme qu'elle ne connait ni d’Ève ni d'Adam lorsqu'elle entre dans sa chambre pour y faire le ménage, à moins bien sûr qu'elle soit une prostituée, ce qui n'est pas le cas de Nafissatou Diallo. D'aucun diront que c'est courant dans les grands hôtels puisque que les riches clients d'affaires font appel à ces personnes pour, loin de leurs épouses, passer un moment, ni vu ni connu.

    Elle a menti, pourquoi aurait-elle menti ? Quelle est son intérêt de mentir sachant que si elle ment, elle perd. Ne le sait-elle pas ? Serait-elle débile ou bien dépassée par l'évènement mondial de l'affaire ? Il y a de quoi pour une femme de chambre Guinéenne inconnue voulant défendre son honneur de perdre la tête, et de ne plus savoir ou elle en est, et de se contredire en se rappelant plus ce qu'elle avait déclaré. Tout dépend du moment, de la façon dont elle est questionnée, de la pression exercée, et là personne pour vous aider, vous comprendre, penser accuser DSK ! On provoque le faux pas, et ensuite, il n'est plus question de vous faire crédibiliser. Pour Nafissatou Diallo, ces incohérences seraient liées à des erreurs de traduction de son témoignage, du Fulani à l'Anglais, ou à des incompréhensions avec le procureur. Or, celui-ci relève que «la plaignante a montré à plusieurs reprises sa capacité à parler et à comprendre l'Anglais». «Nous ne pouvons pas être suffisamment sûrs de ce qui s'est passé le 14 mai», écrit le procureur, qui estime que «la crédibilité de la plaignante ne résiste pas à l'évaluation la plus basique». Or, il y a le rapport médical qui montre des impacts d'agression semblables à ceux subis par Tristane Banon en particulier la marque au vagin, et l'on fait une croix dessus ? Pour l'Express.fr, le rapport médical confirme le viol. Et puis n'aurait-elle pas eu peur devant cet homme qui se jette sur elle ? C'est une femme fragile et la peur de perdre sa place pourrait expliquer que DSK juge qu'elle aurait consenti ?

    Cette femme de chambre n'avait aucune idée de ce qui l'attendait, c'est bien évident. Elle serait en attente d'une demande d'asile, les experts disent que ce genre d'agression est très banal dans le cadre de ces demandes d'asile. Cette situation fait qu'elle était en état de super infériorité. De plus, cela arrive souvent que des supposés coupables avouent et puis se rétractent et même jugés coupables, ils sont graciés lors d'un procès en révision. Elle a donc tout perdu pour avoir «menti».

    Le procureur Cyrus Vance a justifié sa décision dans un rapport de 25 pages principalement en raison des doutes qui pèsent sur le témoignage de la jeune femme. «Notre investigation a sévèrement mis à mal la crédibilité de la témoin. Le nature et le nombre d'inexactitudes dans le récit de la plaignante nous empêchent de donner du crédit à la version des faits au-delà du doute raisonnable». «Bien que nous ne connaissons pas la réalité des faits, nous ne croyons plus en la plaignante». Nafissatou Diallo a, en effet, non seulement menti sur son passé, elle a notamment raconté qu'elle a été violée en Guinée par des soldats avant de reconnaître qu'elle avait tout inventé, mais a également avoué avoir menti sous serment pendant le procès. Elle a notamment donné trois versions différentes de ce qu'il s'était passé à la sortie de la suite 2806. Cyrus Vance avait donc toutes les raisons de ne pas la croire, mais aussi, il a eu peur d'être débouté par le jury, et s'il y va, et qu'il perd, sa réélection est compromise. Il ne peut donc exercer sa charge comme celle d'un procureur indépendant, voilà pourquoi il aurait probablement sacrifié la plaignante, les pressions de son entourage aidant.

    Cette femme est folle ou simplement dépassée ? Elle perdu pour avoir trop parlé, contacté un ami dans une prison, déclarer qu'elle pensait tirer un gros paquet de cette affaire, enfin que les bêtises d'une personne simple qui ne sait plus ou elle en est. Elle n'a pas su rester maître d'elle même et tranquille en attendant la décision du juge.

    C'est un stress qu'a bien géré DSK, mais il est rompu à ce genre de contrainte, ayant les meilleurs avocats il a gagné ! Victoire qui ne doit pas plaire à tout le monde en particulier aux femmes qui une fois de plus apparaissent les victimes. Alors on voit les Stauss-kahniens sortir du trou tout heureux de ce dénouement attendu par eux. Puisque justice n'est pas rendue à cette femme il se peut qu'elle le soit aux urnes présidentielles, beaucoup d’entre-elles se détourneront du vote socialiste. L'affaire n'est donc pas close pour autant.

    Le cri de joie des socialistes si, pour eux, il est justifié a quelque chose que l'on supporte mal pour cette pauvre femme. Elle n'est pour rien sur la dureté initiale du procureur mettant les menottes à DSK et sur son incarcération en prison. Elle n'est pour rien sur les conditions extrêmement sévères de sa libération sous caution. Elle n'est pour rien sur le comportement désordonné du procureur qui croyant tenir l'affaire de sa vie s'est ensuite dégonflé comme un ballon percé. Ils n'ont rien compris, DSK n'est qu'un poison pour eux !

    Une plainte au civil a été déposée dans le Bronx plus favorable aux noirs. Fera-t-elle la lumière sur ce qui s'est réellement passé dans cette chambre, puisque lors d'un procès civil, le droit Américain oblige la plaignante à répondre a toutes les questions même les plus dures, cela demandera plusieurs mois. Mais, ce procès ne peut ignorer le document à charge sur les mensonges de Nafissatou Diallo, ce qui rend très incertaine la décision d'une condamnation de DSK.. Il s'agira d'une question d'argent au préjudice subi, la finalité est donc moins grave qu'une condamnation à 74 années de prison, et c'est probablement bien pour cela que l'affaire n'est pas allée au procès pénal !

    L'avocat Kenneth Thompson a demandé la récusation du juge Cyrus Vance qu'il juge «partial», accusation qui a été rejetée quelques heures après, ce qui lui a permit, devant le refus qu'il lui a été assigné, d'en faire appel à la Cour d'appel qui devra déclarer, dans un délai de 30 jours, soit de rejeter l'appel, ce qui libérera définitivement DSK, soit de nommer un autre juge, ce qui est peu probable. Ce second appel aurait aussi été rejeté et DSK devrait récupérer son passeport rapidement et lui donner sa liberté.

    A cela s'ajoute une plainte en France déposée par les avocats de Nafissatou Diallo. Elle vise un proche de Dominique Strauss-Kahn, François Pupponi, un de ses adjoints à la mairie de Sarcelles, accusé de tentative de subornation de témoin. Cet élu aurait tenté de corrompre une femme susceptible de déposer contre Dominique Strauss-Kahn. Le parquet de Pontoise ouvre une enquête.

    Les réseaux Strauss-Kahniens auraient tout essayé. C'est un article de TF1 News qui révèle ce fait. «Depuis deux mois, les réseaux Strauss-kahniens en France ont tout essayé pour dissuader les femmes qui étaient ses victimes de porter les coups les plus rudes contre Dominique Strauss-Kahn», assure Maître Thibault de Montbrial, en affirmant avoir «affaire à très forte partie, des réseaux de désinformation» au service de DSK, alors que parallèlement, «les femmes qui se sont rapprochées de mon cabinet se sont montrées très craintives». Pour lui, «il était essentiel d'empêcher, dans le système judiciaire Américain, les avocats de faire venir à eux les femmes qui ont subi ce qu'a subi Nafissatou Diallo». Les proches de DSK affirment que cette histoire n'est corroborée par aucun témoin, mais l'avocat jure le contraire, «Dans cette histoire de Sarcelles, j'ai deux témoins qui racontent l'histoire. Elle est emblématique du comportement de l'entourage de Dominique Strauss-Kahn pour empêcher des témoins de se joindre à la procédure Américaine».

    L'affaire DSK le processus judiciaire en trois minutes. http://abonnes.lemonde.fr/dsk/infographie/2011/06/06/affaire-dsk-le-processus-judiciaire-en-trois-minutes_1531750_1522571.html

    Pour compléter cette affaire qui devrait être pénalement close, les articles, DSK pleads «not guilty», DSK presque innocent après avoir violé ?  Et maintenant DSK vas-t-il pertuberDSK, le feuilleton noir continue en France, font le point sur cette affaire.

    Les captures d'écrans.

    Le 22/08/11 Nafissatou Diallo entre au tribunal convoquée par le juge.

    3

    Kenneth Thompson et Nafissatou Diallo après l'entrevue du procureur.

    3

    Le 23/08/11 DSK arrive au tribunal convoqué par le juge Cyrus Vance pour lui signifier l'abandon des charges.

    3

    DSK au tribunal

    3

    DSK sort du tribunal

    3

    Abandon des charges DSK est un homme libre.

    3

    L'audience est terminée.

    3

    Kenneth Thomson fait appel

    3

    Fin de la partie pénale.

    Le prochain article sera Fillon et le plan d'austérité dogmatique pour les agences de notation.

    DSK à Paris libéré mais non blanchi. Arrivé ce matin dimanche 04 septembre à l'aéroport de Roissy avec un avion d'Air France au terminal 2E vers 7 h44 vol AF017. C'est par une porte dérobée qu'il est sorti de l'aéroport

    3

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu