Avertir le modérateur

  • Les sondages financés par l'Élysée,

    et le parlement n'enquêtera pas !

     

    Ça y est circulez il n'y a rien à voir ! Comment ces socialistes ont eu le courage de demander des comptes à l'Elysée, mais la Constitution ne le permet pas voyons. Mais alors nous ne saurons jamais pourquoi tant d'argent a été utilisé pour ces sondages ? Quel exemple de démocratie pour celui qui primait la transparence des comptes, oui mais il n'avait pas explicité de quels comptes il s'agissait. Un futé notre président. l'Elysée c'est son jardin secret, les sondages c'est important, on agit selon ce qu'ils sont, s'ils sont bons on continue et s'ils sont mauvais on corrige et on lance l'identité nationale juste pour récupérer un peu pour les prochaines élections régionales, après que le service militaire obligatoire ait été supprimé du temps de Jacques Chirac ! Dans cette affaire le président de l'Assemblée nationale Bernard Accoyer un ardent défenseur des droits de l'opposition s'était laissé aller en accordant aux socialistes du crédit, sachant bien qu'en fin de compte le bureau de l'Assemblée, et la commission des lois toutes deux UMP, auraient émis un avis négatif, irrecevable ont-ils déclarés. On peut s'étonner que les députés socialistes ne connaissent pas les subtilités de la Constitution pour s'être fait remis à leur place. Or, l'article 51-2 entré en vigueur le premier mars 2009 définit :

    «Pour l'exercice des missions de contrôle et d'évaluation définies au premier alinéa de l'article 24, des commissions d'enquête peuvent être créées au sein de chaque assemblée pour recueillir, dans les conditions prévues par la loi, des éléments d'information. La loi détermine leurs règles d'organisation et de fonctionnement. Leurs conditions de création sont fixées par le règlement de chaque assemblée».

    Or notre Constitution prévoit un domaine réservé à notre président qui ne s'applique pas à cet article. Il ne peut être mis en cause par son statut de président, article 67 et 68 de la Constitution, mais nous pourrions quand même savoir, et qu'importe la Constitution l'honnêteté va au delà de toute législation. Il y a quelque chose à cacher le contraire serait étonnant. Lorsqu'il a s'agit pour les infirmières Bulgares, Sarkozy a permit la commission d'une enquête qui ne pouvait que glorifier son action en squeezant les efforts de Benita Ferrero-Waldner commissaire Européenne aux relations extérieures pour leur libération et qui s'était énormément investie, mais il s'était opposé à l'audition de sa femme de l'époque Cécilia, une hypocrisie que bien sûr l'UMP ne pouvait qu'approuver.

    Une commission d'enquête n'est pas légale constitutionnellement quelque soit le sujet puisqu'

    «il ne peut, durant son mandat et devant aucune juridiction ou autorité administrative Française, être requis de témoigner non plus que faire l’objet d’une action, d’un acte d’information, d’instruction ou de poursuite. Tout délai de prescription ou de forclusion est suspendu».

    Cette divine phrase l'autorise à gérer sans contrôle parlementaire les sommes qui sont allouées à la présidence en vertu de la séparation des pouvoirs, et en faire ce qu'il veut, mais la responsabilité morale qu'en fait-il ? La polémique enfle le parti socialiste envisage une nouvelle demande de commission d'enquête sur ces sondages du gouvernement et de l'Elysée payés avec les crédits votés par le Parlement.

    «Puisqu'on nous dit qu'on ne peut pas contrôler le président, eh bien nous allons contrôler le gouvernement», a indiqué M. Ayrault sur RMC en précisant que «le texte est quasiment prêt et qu'il sera déposé au plus tard lundi 30/11/09». Dans un communiqué, le groupe PS précise qu'il «réitère sa demande en l'élargissant à l'ensemble des enquêtes financées par des crédits publics votés par le Parlement». «Il est hors de question que nous laissions Nicolas Sarkozy transformer l'Élysée en cité interdite de la république» ajoute Jean Marc Ayrault. L'objet de cette commission d'enquête est de comprendre et de vérifier l'existence d'un système de manipulation de l'opinion alliant les cellules de communication de l'Élysée et du gouvernement, certains sondeurs et certains médias. La résolution sera présentée et déposée lundi, ajoute le groupe. Ils sont donc décidés à causer des soucis au président !

    La présidence a déboursé 392 288 euros en 2008 pour des Politoscopes, réalisés toutes les deux semaines, alors que cette enquête était disponible sur les deux médias. «Les comptes-rendus facturés à l'Élysée étaient entièrement disponibles en ligne gratuitement» assure ainsi Yves Rolland, magistrat à la Cour des Comptes. Quinze études sur les trente-cinq mettent en doute l'intérêt de telles commandes payées par la présidence ont été également publiées dans la presse, selon Philippe Séguin, le président de la Cour des Comptes.

    A coté des frais du chef de l'État, la Cour des Comptes s'était intéressée dans son rapport sur la gestion des comptes de l'Élysée. Les accusations ont été contestées par Opinion Way qui assure que les résultats vendus au cabinet contenaient également des questions supplémentaires et «des tris détaillés par catégorie de population des résultats de nos enquêtes publiées, comme le font depuis longtemps la plupart des instituts d'études». Ce qui justifierait une facturation spécifique, «Cette autre prestation ne correspond donc aucunement aux questions financées par LCI et Le Figaro», assure ainsi le communiqué. Quelques soient les conditions de ces sondages, une dépense de cette importance paraît excessive. Le fait de ne pas permettre cette commission d'enquête constitue une grave entorse à la démocratie, il est bon de rappeler que Nicolas Sarkozy lorsqu'il a été élu avait souhaité que les dépenses soient contrôlées par la Cour des Comptes, transparence, transparence disait-il !

    Mais nous savons tous qu'il aime dépenser et pourquoi se gêner quand il peut le faire ! N'avez-vous pas remarqué qu'il a peu de considération pour ceux qui ne sont pas de son bord. Et même on se demande parfois comment ses ministres peuvent le supporter.

    A cette dépense on apprend de plus que les effectifs et les salaires ont flambés dans les ministères. Les personnels des cabinets ministériels ont vu leur rémunération augmenter de 56,8% et leurs effectifs de 11%. Ce qui fait dire au député socialiste René Dosière que «le gouvernement ne connaît pas la crise», oui mais il y a l'emprunt de 30 milliards pour ces augmentations qu'il nous faudra rembourser avec le reste !

    Des effectifs passés de 2 949 à 3 277. Les effectifs globaux, membres du cabinet plus personnels chargés des fonctions de support sont passés de 2 949 à 3 277. Ce qui fait une augmentation de 11,1%. Les rémunérations ont, dans le même temps, connu «une progression vertigineuse de 56,8%». Elles sont passées de 24,6 millions d'euros à 38,6 millions. S'y ajoute la progression des indemnités de sujétions particulières, ISP, en hausse de 20,6%. Comme le nombre de bénéficiaires a augmenté, le montant moyen des primes par personne a gagné 11,7%. Ils devaient être très mal payés. En fait, il sait bien graisser pour ne pas que cela coince et diviser pour régner est sa doctrine, l'essentiel est d'avoir une légère majorité pour être réélu, et pour les régionales il graisse. Un détail, Jean Louis-Borloo utilise 48 chauffeurs et Bernard Kouchner 40 personnes dans l'intendance, pourquoi faire moins quand on peut faire plus ! Le Nouvel Observateur.fr

    Depuis, la parution dans ce journal en ligne le premier ministre François Fillon à démenti le 28/11/09 ces augmentations, soulignant des erreurs commises dans les calculs du député René Dozière, voir ici.

    Nous les retraités c'est de l'ordre du 1 % et basta, sans plus de commentaires.

    Mais, ce n'est pas tout, pendant qu'on est dans cette dynamique Bruxelles envisage d'augmenter les 38.000 Agents de 3,7 %. Il faut savoir que par exemple José Manuel Barroso et le président du Conseil, Herman Van Rompuy, percevront une indemnité de 304 000 euros nets par an, à laquelle s'ajoutent des indemnités de résidence et de représentation.

    Nous sommes vraiment des pauvres types.

  • Le sommet mondial de Copenhagen c'est pour quoi ?

    La prise de conscience sur le climat des émissions de gaz à effet de serre.

     

    Du 08 au 13 décembre 2009 se tiendra à Copenhagen le sommet de l'ONU sur le climat. Le COP-15, la quinzième Conférence of the Parties of the United Nations Framwork Convention on Climate Change and the 5th Metting of the Parties (COP/MOP5) to the Kyoto Protocol.

    United Nation Climat Change Conférence.

    200px-cop15_logosvg.1259133671.png

    frontpage_picture.1259134126.jpg

    Il est fait pour rassembler tous les pays signataires de la Convention-Cadre des Nations- Unies sur le Changement Climatique(CCNUCC). L’événement est de taille mais tous n'en mesurent pas son importance, ou hésitent de s'engager dans des réformes couteuses, mais il semble qu'il y ait des évolutions. Depuis le protocole de Kyoto entré en vigueur en 2005, et qui vient à expiration en 2012, la France et l'UE ce sont investies dans la prise de conscience en clamant l'impérieuse nécessité de réduire les émissions de ces gaz afin d'éviter que cette enveloppe terrestre frêne la remontée de la chaleur du rayonnement infrarouge vers l'atmosphère, et réduit, tout en absorbant et réfléchissant le rayonnement solaire.


    400x225_effet.1259134761.jpg

    Origine Séverine Alibeu 27/11/08


    Le dioxyde de carbone, CO2, principal gaz à effet de serre est responsable de ce réchauffement climatique provoqué par notre industrialisation. Notre empreinte écologique a augmenté de 2 % entre 2005 et 2006 et de 22 % sur la dernière décennie, à la fois du fait de l'augmentation de la population mondiale, et de la consommation par habitant. Nous utilisons trop de ressources par rapport à ce que la terre peut fournir et nous produisons plus de déchets qu'elle ne peut en absorber. En Europe, la capacité des prairies et des forêts à stocker le CO2 émis par les activités humaines est compensée par les pratiques agricoles intensives, selon une étude internationale publiée le 22 novembre dans Nature Géoscience. Ce bilan des flux de gaz à effet de serre montre que les écosystèmes terrestres européens n'absorbent que 2 % des émissions domestiques, industrielles et aux transports. Ce puits de carbone potentiel est déjà comblé par l'oxyde nitreux dû à l'emploi d'engrais et le méthane émis par les ruminants.

    Ce concept d'empreinte écologique a été inventé au début des années 1990. Son unité est  «l'hectare global», dont les capacités de production ou d'absorption des déchets correspondent à la moyenne mondiale des «performances» des terres agricoles et des écosystèmes (bio-capacités). L'empreinte écologique d'un pays correspond au nombre d'hectares globaux nécessaires pour fournir les denrées alimentaires et les fibres textiles consommées par sa population, pour construire ses villes et ses infrastructures, et pour absorber ses déchets, gaz à effet de serre compris. Les émissions de CO2 sont converties en nombre d'hectares de forêt requis pour les absorber, «La terre toujours été surexploitée par l'homme ici» .

    Ces gaz émis par le charbon et les hydrocarbures brulés piègent le rayonnement dans l'atmosphère terrestre et engendrent alors son réchauffement. Le dioxyde de carbone, le méthane, l'oxyde de d'azote, ou oxyde nitreux, et les chlorofluocarbures sont les gaz les plus abondants dans l'atmosphère terrestre, après la vapeur d'eau.

    Il est mesuré que ce fait met notre terre dans une étuve provoquant ainsi un auto-échauffement qui est progressif d'environ 0,19 °C par décennie. Le but de ce sommet est donc de conduire à un accord entre les pays industrialisés dits riches et les pays émergents Brésil, Inde, Chine, Mexique pour la période 2012-2017 afin qu'ils s'engagent pour mettre en œuvre une politique de réduction d'émission de ces gaz. Mais aussi pour des aides financières et techniques pour les pays les plus pauvres.

    L'étude perspective scientifique faite depuis le rapport du GIEC de 2007 nous met en garde sur un réchauffement possible terrestre d'environ 7 ° Celsius au cours de ce siècle. Un chiffre qui vient s'ajouter aux prévisions inquiétantes faites il y a deux années.

    Cette étude récente qui est intitulée «Diagnostic de Copenhague», montre que la planète se réchauffant de 7 °C entrainerait un accroissement du niveau des mers pouvant aller jusqu'à deux mètres au pire. Elle actualise les conclusions du Groupe d'Experts Intergouvernemental sur l'évolution du Climat, GIEC, rapport historique de 2007, et les nouveaux chiffres s'ajoutent à ceux des pires scénarios décrits, il y a deux ans. Les auteurs, dont plusieurs faisaient partie du dernier groupe d'étude de 2007, lacent un appel «final scientifique» pour les négociateurs des 193 pays sur le climat réunis à la conférence climatique de l'ONU à Copenhagen pendant deux semaines, texte traduit de la référence le réchauffement mondial dépasse les prévisons.

    Ce rapport nous montre l'évolution de la température terrestre au cours des 140 dernières années.

    figspm_1as.1259147884.gif

    Ce graphique présente une évolution par paliers ce qui semble confirmer ce que certains scientifiques notent depuis peu, mais cela ne veut signifier que la température de la terre ne s'accroît pas d'une façon graduelle.

    The Copenhagen Dianostic.

    Augmentation des émissions de gaz à effet de serre. En 2008 les émissions mondiales de dioxyde de carbone générées par les combustibles fossiles étaient en hausse de presque 40% par rapport aux émissions générées en 1990. Même si les taux d’émissions mondiales se stabilisent aux niveaux actuels, il y a une probabilité de 25% que juste 20 ans d’émissions de plus entraîneraient un réchauffement climatique supérieur à 2°C. Même avec zéro émission après 2030. Chaque année de retard prise dans la mise en place de mesures adéquates accroît les chances que le réchauffement dépasse 2°C.

    Les récentes températures mondiales prouvent qu’il s’agit d’un réchauffement d’origine humaine. Au cours des dernières 25 années, les températures ont augmenté à un taux de 0,19 °C par décennie, en bon accord avec les prédictions basées sur des augmentations de gaz à effet de serre. Même au cours des 10 dernières années, malgré une diminution du forçage solaire, la tendance est toujours celle du réchauffement. Des fluctuations naturelles et de courtes durées continuent à se produire comme d’habitude mais il n’y a pas eu de changements marquants dans la tendance au réchauffement sous-jacente.

    Accélération de la fonte des nappes de glace, des glaciers et des calottes glaciaires. Les mesures effectuées par satellite et sur la glace prouvent actuellement sans aucun doute que les nappes de glace du Groenland et celles de l’Antarctique perdent de leur masse à une vitesse croissante. La fonte des glaciers et des calottes glaciaires dans les autres parties du monde s’est aussi accélérée depuis 1990.

    Rapide déclin de l’étendue de la glace de mer arctique. La fonte d’été de la glace de mer arctique s’est accélérée bien au-delà des prévisions des modèles climatiques. Cette zone de glace de mer fondue en 2007-2009 a été d’environ 40% plus étendue que les prévisions moyennes des modèles climatiques du 4ème rapport d’évaluation du Groupe Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC Rapport d’évaluation AR4).

    Sous-estimations actuelles de l’élévation du niveau de la mer. Les satellites montrent que l’importante élévation moyenne mondiale du niveau de la mer (3,4 mm/an durant les 15 dernières années) est de 80% supérieure aux dernières prévisions du GIEC. Cette élévation accélérée du niveau de la mer est en accord avec la double contribution de la fonte des glaciers et des calottes glacières, et de celle des nappes de glace du Groenland et de l’Ouest Antarctique.

    Révision des prévisions concernant le niveau de la mer. Il se peut que dès 2100 le niveau de la mer dans le monde entier soit au moins deux fois plus élevé que les estimations du 1er groupe de travail, spécifiées dans le 4ème rapport d’évaluation du GIEC, et si les émissions non pas été modifiées il pourrait bien dépasser 1 mètre. La limite supérieure a été estimée comme, une élévation du niveau de la mer de 2 mètres dès 2100. Une fois que les températures mondiales se seront stabilisées, le niveau de la mer continuera à s’élever pendant des siècles et des élévations du niveau de la mer de plusieurs mètres sont prévues au cours des prochains siècles.

    Tout retard dans la prise de mesures pour lutter contre le réchauffement climatique risque d’entraîner des dégâts irréparables. De nombreux éléments vulnérables du système climatique, tels que les nappes de glace continentales, la forêt tropicale amazonienne, la mousson en Afrique de l’Ouest et d’autres, pourraient brusquement subir des changements irréversibles si le réchauffement continuait dans un scénario de maintien de statu quo pendant toute la durée de ce siècle. Le risque d’enfreindre des seuils critiques «points de basculement» augmente fortement avec un changement climatique continu. Par conséquent, attendre des niveaux plus élevés de certitude scientifique pourrait signifier que des points de basculement seront enfreints avant qu’ils soient reconnus.

    Le point de changement doit arriver vite. Si le réchauffement de la planète doit être limité à un maximum de 2°C au dessus des valeurs pré-industrielles, les émissions mondiales doivent atteindre leur plus haut niveau entre 2015 et 2020 puis décroître rapidement. Pour stabiliser le climat, une société dé-carbonisée mondiale, avec pratiquement zéro émission de CO2 et d’autres gaz à effet de serre dits à longue durée de vie, doit être établie bien avant la fin de ce siècle. Plus particulièrement, les émissions annuelles moyennes par habitant devront diminuer à un niveau bien au-dessous d’une tonne métrique de CO2 vers 2050. Ce qui représente une baisse de 80 à 95 % par rapport aux émissions par habitant des pays développés en l’an 2000.


    Alors il importe qu'il y est une prise de conscience mondiale si l'on ne veut pas dans des décennies, voire même maintenant, subir les premiers effets du réchauffement de notre terre. D'ailleurs les bouleversements climatiques que l'on subit depuis peu, ouragans, cyclones et autres inondations, tsunami n'auraient-ils pas, par suite des différences de température d'un point à l'autre du globe, des effets massiques de courants s'amplifiant par suite de la rotation de la terre ? De plus quand on voit des pans entiers de glace des hémisphères nord et sud s'écrouler en mer, quand on voit que nos glaciers fondent comme neige eu soleil, que les neiges du Kilimandjaro ne sont plus qu'un rêve, il y lieu de s'inquiéter. Il nous faut réduire notre train de vie, modifier notre façon de vivre, changer nos moyens de production agricole, réduire nos conditionnements et nos déchets, ne pas salir notre terre en d'autres termes, rendre notre production industrielle propre. Mais, c'est nous Européens des pays industrialisés qui consommons trop alors que des populations n'ont pas de quoi se nourrir. Comment se fait-il que cette richesse que nous exploitons soit si mal répartie, que faisons nous pour que cela change, peu. Ne serait-ce pas l'égoïsme de la richesse qui exploite les masses jusqu'à la misère ? En fait tout dépend de tout.

    La difficulté est que cette transformation présentera un coût d'autant plus important que le retard pris sera grand. Pour l'UE, le coût annuel serait de l'ordre de 65 milliards d'euros surtout dans les pays du sud et du centre de l'Europe d'après une étude de la commission Européenne divulguée par France Soir.fr. C'est donc un sacrifice important que l'UE envisage de mettre en œuvre. Or, d'argent nous n'en avons pas ou peu, notre population s'est considérablement accrue, nous vivons plus longtemps, nous devons nourrir plus de bouches, soigner plus de gens, et tout cela à un coût qui ne peut être utilisé pour développer des moyens de production sains, les humains avant, il convient donc d'être écologique, marcher quand c'est possible au lieu de prendre sa voiture par exemple. Comme jeter un papier, mais le mettre dans une poubelle est plus propre et responsable. Nous polluons nos mers en y versant nos déchets au point tel que des algues tueuses se développent anarchiquement rendant nos rivages dangereux, mais le pire c'est que nous déforestons nos forêts, les poumons de notre planète.

    Ce sommet de Copenhagen ne semblait pas faire l'unanimité. Mais depuis un changement d'attitude des États-Unis se fait sentir, le président Obama se rendra le 09 décembre à cette conférence ainsi que le premier ministre Chinois Wen Jiabio. L'information à été révélée lors du point de presse régulier du ministre par le porte parole Qin Gang. La Chine est le premier émetteur de gaz à effet de serre, elle s'engage à réduire ses émissions de carbone jusqu'à 45 % mesurés par rapport à sa production économique, un objectif visant à maintenir sa forte croissance tout en maîtrisant sa production. En septembre, le président Hu Jintao s'était engagé à réduire la croissance des émissions de CO2 de son pays par point de PIB, intensité carbonique, «de façon notable» d'ici à 2020, sans précisions chiffrées. Mercredi 25/11/09, le représentant spécial de la Chine pour les discussions sur les changements climatiques, Yu Qingtai, a réaffirmé que la priorité de son pays était le développement, accusant par ailleurs les pays industrialisés de ne pas avoir respecté leurs engagements sur le climat. L'objectif ne signifie pas que la Chine réduira ses émissions totales de carbone d'ici 2020. Étant donné la croissance prévue de son économie, ses émissions de réchauffement de la planète devrait augmenter au cours de la prochaine décennie, mais à un rythme beaucoup plus lent que si la Chine n'avait apporté aucune modification.

    Les États-Unis ont fait des gestes significatifs en présentant des objectifs chiffrés de réduction de leurs émissions polluantes. Monsieur Obama estime que sa présence donnera un élan aux négociations en augmentant ses chances de succès. Il n'arrivera pas les mains vides et présentera un objectif de réduction de 17 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici à 2020, avec pour objectif 83 % d'ici à 2050. La feuille de route serait une réduction de 17 % d'ici à 2020, 30 % d'ici à 2025 et 42 % d'ici à 2030, a dit son administration.

    L'Ultimatum climatique


     

     

  • Albert Camus au Panthéon,

    le petit qui veut être comme le grand !

     

    Petit à petit la mayonnaise prend, cela fait bien de faire comme François Mitterrand s'inclinant devant les cercueils de Jean Jaurès, de Jean Moulin, et de Victor Schoelcher et y déposant une rose le jour de sa prise de fonction le 21 mai 1981. Un hommage symbolique à ces trois hommes qui ont incarnés le combat des socialistes, la résistance et la lutte contre l'esclavagisme, mais aussi lors du transfert des cendres de Jean Monnet le 09 novembre 1988, de René Cassin et de Marie Curie le 20 avril 1995 avec celles de son époux Pierre Curie.

    François Mitterrand devant le Panthéon le 21 mai 1981.

    viewmultimediadocument.1258973958.jpg

    Crédit photo : Sipa Paris.fr

    Mais également comme l'a fait en 1996 Jacques Chirac transférant au Panthéon les cendres d'André Malraux le 23 novembre 1996. En 2002 ce sont les cendres d'Alexandre Dumas qui rejoignent celles de Voltaire, Rousseau, Hugo et Zola, écrivains qui ont participés symboliquement à la construction de la Nation. Le cercueil était entouré de mousquetaires et d’une Marianne métisse lors de la cérémonie. Cela devient un rituel, Mitterand, Chirac et maintenant Sarkozy pourquoi pas ? Il faut laisser une trace autre que celle d'une politique pas toujours à la hauteur de la fonction, et le symbolisme du transfert des cendres des Grands Hommes exceptionnels qui ont façonnés notre république lorsque l'on s'incline devant le cercueil, est une image qui reste pour l'éternité.

    Le transfert des restes d'une personne de notre Nation qui, lors de son existence s'est montré une Grande Dame ou un Grand Homme exceptionnels, est conditionné par le fait qu'il doit être de nationalité Française ou naturalisé, que ses restes soient encore disponibles, et c'est ensuite par décret du président de la république sur proposition du premier ministre et sur rapport du ministre de la culture et de la communication que le transfert peut avoir lieu. D'autres conditions sont probables et cela dépend en fait de la volonté du président de la république qui supplante tout, mais probablement aussi de la famille de l'illustre personnage. Pour les femmes ce devrait être la même chose, seulement elles sont beaucoup moins nombreuses seules deux d'entres elles y sont entrées il s'agit de Sophie Berthelot pour ne pas la séparer de son époux, et Marie Curie deux fois prix Nobel. Le machisme s'exerce jusqu'au Panthéon.

    Le 20 novembre, le président Sarkozy souhaite faire entrer les restes d'Albert Camus au Panthéon,

    «C'est vrai que j'ai pensé que ce serait un choix particulièrement pertinent que de le faire entrer au Panthéon», a déclaré le chef de l'Etat.

    «Le président de la République y pense», confirme l'un de ses proches, tout en assurant que la décision n'est pas prise. On ne peut qu'approuver.


    h_4_ill_1075418_albert-camus.1258992871.jpg

    L'écrivain Albert Camus en juin 1947, prix Nobel en 1957 à l'âge de 44 ans


    Cette idée a germée pendant le voyage de Sarkozy dans l'ancienne citée Romaine à Tipaza en Algérie le 04 décembre 2007.

    Accompagné de plusieurs membres du gouvernement et de guides, leurs regards furent émerveillés, face à la mer un paysage de «Noces» rappelant le livre qu'Albert Camus avait offert à Nicolas Sarkozy. Le mot d'ordre, tout est magnifique «C'est beau, hein ?», ne cessait d'interroger le président. «Depuis que j'ai lu le livre, j'ai envie de venir ici».

    «Depuis le début de l'humanité, il y a des hommes qui habitent ici. On peut le comprendre lorsqu'on voit la beauté exceptionnelle du site. Et puis c'est un lien entre les deux rives de la Méditerranée. Il y a Camus qui nous tient des deux côtés», commentait le chef de l'État.

    La stèle à la mémoire d'Albert Camus érigée en 1961 et gravée par Louis Bénisti face au Mont Chenoua à Tipaza près d'Alger, «Je comprends ici ce qu'on appelle gloire le droit d'aimer sans mesure»

    180px-stele_dalbert_camus_a_tipaza.1258993393.jpg

    Fin 2007 l'ancienne journaliste Catherine Pégard conseillère du président de la république avait organisé un déjeuné avec le président et la fille de l'écrivain Catherine Camus et ses anciens amis. C'était pour célébrer le discours de Stockholm lorsque que Camus avait reçu le prix Nobel de littérature. Cela a été l'impulsion du transfert des restes d'Albert Camus par Sarkozy qui connais bien l'œuvre de Camus auquel il a rendu cet hommage en allant à Tipaza lors de son voyage en Algérie. Rien n'est fait, il faut avoir notamment l'accord des familles nuance un proche qui indique, qu'à sa connaissance, l'écrivain n'a pas fait d'opposition de son vivant.

    Et c'est là que tout se corse le fils d'Albert Camus Jean Camus présente un refus. Selon son entourage, Jean Camus estimerait qu'une telle décision serait un «contresens» sur la vie de l'auteur de «l'Homme révolté». Il craindrait une «récupération» de son père par le chef de l'Etat. Ce qui ne peut être nié comme d'ailleurs pour tous les présidents qui ont Panthéonisés nos gloires, ce n'est pas sans arrière pensées politiques.

    La situation apparaît compliquée la fille de Camus qui gère l'héritage de son père serait d'accord mais refuse de parler de son frère. Le problème est de savoir si celui-ci qui vit dans la discrétion et gère son héritage peut s'opposer à un transfert de son père au Panthéon ? Il serait curieux que malgré le refus du fils on passe outre sa décision qui d'ailleurs n'a pas été annoncée publiquement.

    Alors depuis que l'annonce a été faite, la polémique enfle. François Bayrou parle de récupération politique, Olivier Todd spécialiste de Camus craint l'ensevelissement de la pensée de l'écrivain sous les honneurs républicains. A gauche on dénonce une nouvelle forme de l'ouverture sur la dépouille d'un écrivain de gauche. Jean Daniel, le fondateur du Nouvel Observateur et qui fut l'ami d'Albert Camus, estime que l'homme de «l'héroïsme de la mesure» ne pourrait pas se trouver bien dans un temple de la démesure, et préfère qu'on laisse Camus à Lourmarin. Ce n'est pas par antisarkozysme. C'est un lieu qu'il avait étudié, chanté, qui l'avait rapproché d'Algérie», déclare au Monde Jean Daniel.

    «Le caractère écrasant de la consécration me paraît contraire aux notions que Camus a approfondies. Pour moi, Camus c'est l'auteur de «l'Homme révolté, l'héroïsme de la mesure». Je ne vois pas le Panthéon glorifiant l'héroïsme de la mesure. Camus a été totalement libertaire. Jamais le reniement du totalitarisme ne l'a fait rejoindre le centre ou la droite», poursuit Jean Daniel.

    Alors refuser l'entrée de Camus au Panthéon pour objectif politique de Sarkozy me parait inconvenant, Albert Camus mérite cet honneur national et ce n'est pas le premier écrivain philosophe de gauche qui serait au Panthéon.

    L'Étranger extraits :

    «Extrait 1 : Meursault et Marie à la plage»

    J'ai pris le tram pour aller à l'établissement de bains du port. Là, j'ai plongé dans la passe. Il y avait beaucoup de jeunes gens. J'ai retrouvé dans l'eau Marie Cardona, une ancienne dactylo de mon bureau dont j'avais eu envie à l'époque. Elle aussi, je crois. Mais elle est partie peu après et nous n'avons pas eu le temps. Je l'ai aidée à monter sur une bouée et, dans ce mouvement, j'ai effleuré ses seins. J'étais encore dans l'eau quand elle était déjà à plat ventre sur la bouée. Elle s'est retournée vers moi. Elle avait les cheveux dans les yeux et elle riait. Je me suis hissé à côté d'elle sur la bouée. Il faisait bon et, comme en plaisantant, j'ai laissé ma tête en arrière et je l'ai posée sur son ventre. Elle n'a rien dit et je suis resté ainsi. J'avais tout le ciel dans les yeux et il était bleu et doré. Sous ma nuque, je sentais le ventre de Marie battre doucement. Nous sommes restés longtemps sur la bouée, à moitié endormis. Quand le soleil est devenu trop fort, elle a plongé et je l'ai suivie. Je l'ai rattrapée, j'ai passé ma main autour de sa taille et nous avons nagé ensemble. Elle riait toujours. Sur le quai, pendant que nous nous séchions, elle m'a dit : "Je suis plus brune que vous." Je lui ai demandé si elle voulait venir au cinéma, le soir. Elle a encore ri et m'a dit qu'elle avait envie de voir un film avec Fernandel. Quand nous nous sommes rhabillés, elle a eu l'air très surprise de me voir avec une cravate noire et elle m'a demandé si j'étais en deuil. Je lui ai dit que maman était morte. Comme elle voulait savoir depuis quand, j'ai répondu : "Depuis hier." Elle a eu un petit recul, mais n'a fait aucune remarque. J'ai eu envie de lui dire que ce n'était pas de ma faute, mais je me suis arrêté parce que j'ai pensé que je l'avais déjà dit à mon patron. Cela ne signifiait rien. De toute façon, on est toujours un peu fautif. Le soir, Marie avait tout oublié. Le film était drôle par moments et puis vraiment trop bête. Elle avait sa jambe contre la mienne. Je lui caressais ses seins. Vers la fin de la séance, je l'ai embrassée, mais mal. En sortant, elle est venue chez moi. Quand je me suis réveillé, Marie était partie. Elle m'avait expliqué qu'elle devait aller chez sa tante. J'ai pensé que c'était dimanche et cela m'a ennuyé : je n'aime pas le dimanche. Alors, je me suis retourné dans mon lit, j'ai cherché dans le traversin l'odeur de sel que les cheveux de Marie y avaient laissée et j'ai dormi jusquà dix heures.

    «Extrait 2 : La demande en mariage»

    Le soir, Marie est venue me chercher et m'a demandé si je voulais me marier avec elle. J'ai dit que cela m'était égal et que nous pourrions le faire si elle le voulait. Elle a voulu savoir alors si je l'aimais. J'ai répondu comme je l'avais déjà fait une fois, que cela ne signifiait rien mais que sans doute je ne l'aimais pas. "Pourquoi m'épouser alors?" a-t-elle dit. Je lui ai expliqué que cela n'avait aucune importance et que si elle le désirait, nous pouvions nous marier. D'ailleurs, c'était elle qui le demandait et moi je me contentais de dire oui. Elle a observé alors que le mariage était une chose grave. J'ai répondu : "Non." Elle s'est tue un moment et elle m'a regardé en silence. Puis elle a parlé. Elle voulait simplement savoir si j'aurais accepté la même proposition venant d'une autre femme, à qui je serais attaché de la même façon. J'ai dit : "Naturellement." Elle s'est demandé alors si elle m'aimait et moi, je ne pouvais rien savoir sur ce point. Après un autre moment de silence, elle a murmuré que j'étais bizarre, qu'elle m'aimait sans doute à cause de cela mais que peut-être un jour je la dégoûterais pour les mêmes raisons. Comme je me taisais, n'ayant rien à ajouter, elle m'a pris le bras en souriant et elle a déclaré qu'elle voulait se marier avec moi. J'ai répondu que nous le ferions dès qu'elle le voudrait. Je lui ai parlé alors de la proposition du patron et Marie m'a dit qu'elle aimerait connaître Paris. Je lui ai appris que j'y avais vécu dans un temps et elle m'a demandé comment c'était. Je lui ai dit : "C'est sale. Il y a des pigeons et des cours noires. Les gens ont la peau blanche."

    «Extrait 3 : Le meurtre»

    J'ai pensé que je n'avais qu'un demi-tour à faire et ce serait fini. Mais toute une plage vibrante de soleil se pressait derrière moi. J'ai fait quelques pas vers la source. L'Arabe n'a pas bougé. Malgré tout, il était encore assez loin. Peut-être à cause des ombres sur son visage, il avait l'air de rire. J'ai attendu. La brûlure du soleil gagnait mes joues et j'ai senti des gouttes de sueur s'amasser dans mes sourcils. C'était le même soleil que le jour où j'avais enterré maman et, comme alors, le front surtout me faisait mal et toutes ses veines battaient ensemble sous la peau. A cause de cette brûlure que je ne pouvais plus supporter, j'ai fait un mouvement en avant. Je savais que c'était stupide, que je ne me débarrasserais pas du soleil en me déplaçant d'un pas. Mais j'ai fait un pas, un seul pas en avant. Et cette fois, sans se soulever, l'Arabe a tiré son couteau qu'il m'a présenté dans le soleil. La lumière a giclé sur l'acier et c'était comme une longue lame étincelante qui m'atteignait au front. Au même instant, la sueur amassée dans mes sourcils a coulé d'un coup sur les paupières et les a recouvertes d'un voile tiède et épais. Mes yeux étaient aveuglés derrière ce rideau de larmes et de sel. Je ne sentais plus que les cymbales du soleil sur mon front et, indistinctement, le glaive éclatant jailli du couteau toujours en face de moi. Cette épée brûlante rongeait mes cils et fouillait mes yeux douloureux. C'est alors que tout a vacillé. La mer a charrié un souffle épais et ardent. Il m'a semblé que le ciel s'ouvrait de toute son étendue pour laisser pleuvoir du feu. Tout mon être s'est tendu et j'ai crispé ma main sur le revolver. La gâchette a cédé, j'ai touché le ventre poli de la crosse et c'est là, dans le bruit à la fois sec et assourdissant, que tout a commencé. J'ai secoué la sueur et le soleil. J'ai compris que j'avais détruit l'équilibre du jour, le silence exceptionnel d'une plage où j'avais été heureux. Alors, j'ai tiré encore quatre fois sur un corps inerte où les balles s'enfonçaient sans qu'il y parût. Et c'était comme quatre coups brefs que je frappais sur la porte du malheur.

    Albert Camus, L'Étranger, 1942.

    Ce roman prend place dans la trilogie que Camus nommera le cycle de l'absurde.

    On voit que même pour glorifier à homme pour l'éternité, des oppositions apparaissent qui sont pertinentes et non dénuées de raison, mais Albert Camus n'a nul besoin d'être au Panthéon, mais pourquoi n'y serait-il pas ?

    Albert Camus devrait être transféré au Panthéon pour le cinquantième anniversaire de sa mort en 2010.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu