Avertir le modérateur

  • La Franc-maçonnerie, dossier suite 28,

    les franc-maçons célèbres.

     

    Au cours de ces dossiers ont été révélés les franc-maçons qui ont fortement influencé le mouvement maçonnique mondial. Il est certain que les plus célèbres en ont tiré une gloire et ont su en développer la propagande, par leur action sur l'histoire, qui a été marquée par leur passage. Il s'agissait à son début de la noblesse qui avait le moyen d'agir sur les gens de cour dans des cercles dont ils se réservaient la gouvernance.

    Puis la Franc-maçonnerie s'est étendue, elle s'est ouverte, et des franc-maçons célèbres sont apparus dans tous les domaines de la vie publique. La galerie de ces franc-maçons est impressionnante, elle s'étend des hommes politiques, inventeurs, artistes, industriels, écrivains, philosophes, penseurs, intellectuels, mais peu d'ouvriers voire pas du tout. Il s'agit donc d'une caste des gens d'en haut et du milieu.

    Pour enter en maçonnerie, il faut être coopté, et cela frêne le développement à d'autres milieux. Il est évident qu'en obédience il faut savoir parler, et si de plus il y a de l'instruction et de la notoriété l'on est facilement admis et écouté. C'est d'ailleurs la même chose partout dès lors que la répartie est aisée et les propos pertinents. C'est aussi pour cela que de grands écrivains Français et étrangers étaient franc-maçons comme Voltaire, Diderot, Montesquieu qui se trouvaient aux tenues de la loge parisienne des «Neufs Sœurs». Plus tard ce sera au tour de Emile Littré, Charles de Laclos, du marquis de Sade, de Jules Vallès ou de Stendhal.

    Dans le reste du monde, parmi les plus célèbres on peut citer, Conan Doyle, Walter Scott, Rudyard Kipling, Oscar Wide, Goethe et Pouchkine. Victor Schœlcher qui en 1848 fit voter l'abolition de l'esclavage dans les colonies. Simon Bolivar qui s'illustra en devenant «el libérator» de l'Amérique du sud, et bien entendu Abraham Lincoln le président Américain qui provoqua la guerre de sécession, ils étaient tous des franc-maçons.

    L'indépendance Américaine fût en grande partie l'œuvre des Frères, et en particulier Benjamin Franklin qui trouva son inspiration au sein de la loge parisienne des Neufs Sœurs, et bien sûr Georges Washington le premier président des États-Unis. Aux États-Unis contrairement à la France nombreux sont les présidents qui étaient franc-maçons et ou qui ont eu des relations privilégiées avec la franc-maçonnerie.

    Cette présence maçonnique au sommet de l'État Américain a vu Harry Truman qui portera à tout jamais sur son profil le premier déclenchement nucléaire de l'histoire sur les villes de Hiroschima et de Nagasaki était maçons comme son prédécesseur Franklin Roosvelt qui, avec Wiston Churchill, un autre Frère, furent ceux qui, avec bien d'autres, vainquirent les nazis, voir aussi le dossier 22.

    En France, le maréchal Joffre vainqueur de la grande guerre était membre de la loge «Alsace-Lorraine», une loge qui lui était prédestinée. Jean Moulin l'icône de la résistance était franc-maçon.

    Plus loin dans le temps, sous le premier Empire en particulier, on l'a vu la famille Bonaparte qui fit les beaux jours de la Franc-maçonnerie. De Joséphine de Beaumarchais jusqu'à Jérôme Bonaparte né Giordano Buonaparte prince Français roi de Westphalie de 1807 à 1815, le plus jeune frère de Napoléon, en passant par Dumouriez, Cambacérès et Talleyrand, la liste est longue, voir le dossier suite 5.

    A la Révolution Française les franc-maçons n'ont pas manqués, c'est en partie vrai si l'on considère que Sieyès, Danton, ou Condorcet étaient tous passés sous le bandeau, voir le dossier suite 3. Même le sieur Joseph Guillotin l'inventeur de la «Veuve» célèbre machine à couper qui, il y a encore pas si longtemps, faisait encore du service. L'histoire raconte qu'il aurait regretté cette triste invention qui a raccourci bons nombre de ses Frères dont le chimiste Lavoisier.

    Heureusement la Terreur n'a pas raccourci scientifiques et autres inventeurs qui furent nombreux dans les Loges. On trouve Alexandre Fleming célèbre biologiste, médecin, physiologiste, scientifique, l'inventeur de la pénicilline qui permet de combattre l'infection par les staphylocoques. De Samuel Colt l'inventeur du révolver à barillet qui fait toujours des ravages, à King Gilet inventeur du rasoir électrique en arrivant à Louis Lumière à qui l'on doit le cinématographe.

    Cette énumération, nous montre que la Franc-maçonnerie ce n'est pas rien et que c'est bien autre chose qu'une secte quand tant de grands hommes sont passés sous le bandeau comme l'on dit...

    On y voit le Frère Macadam l'inventeur du revêtement du même nom, ainsi que Henri Ford, Walter Chrysler, André Citroën tous maçons. Et l'on peut lire que, peut être par pure coïncidence, que les fameux chevrons qui ornent ses voitures seraient directement inspirés de l'équerre et du compas ?

    La question qui vient à l'esprit est, comment ces grands hommes ont éprouvé le désir d'être franc-maçon ? Cela voudrait-il signifier que pour devenir grand c'est à dire une personne influente et reconnue, il faut obligatoirement être maçon ?

    Le parcourt de ce fameux bottin de la maçonnerie nous fait découvrir des Frères aventuriers et explorateurs, comme par exemple Surcouf le célèbre corsaire marin, ou encore Buffalo Bill le chasseur de Bisons. Ils défendaient les valeurs maçonniques. Parmi les explorateurs on trouve La Pérouse qui mena des expéditions dans le Pacifique, Peary qui fut le premier à atteindre le pôle nord ou encore Savorgnan de Brazza qui fit de nombreuses découvertes en Afrique. Ils ont tous planifié leur voyage au sein des loges. De même Armstrong et Aldrin dont l'appartenance à la Confrérie fait que des maçons ont été les premiers à marcher sur la Lune. Il y a aussi de grands musiciens Haydn (article de Nicole Desgranges), List, Beethoven et bien sur Mozart dont les dernières œuvres, «La Flute enchantée« et Le «Requiem» seraient d'inspiration maçonnique. Mais également deux jazzmen sont présents dans les loges de la Nouvelle Orléans. Duke Ellington et Louis Amstrong étaient des Frères. On trouve aussi des cinéastes célèbres comme Cécil B de Mille, Douglas Fairbanks, Peter Sellers ou encore Stanley Laurel et Oliver Hardy son inséparable compagnon.

    Que doit-on penser en voyant cette panoplie de frères maçons, et combien ne sont pas recensés, c'est dire l'importance de cette Franc-maçonnerie. Elle démontre une étendue étonnante, une toile d'araignée par une main mise sur le monde dans tous les secteurs. Elle est aussi d'une immense diversité, et est-ce à dire que tous ces maçons ont reçu la lumière celle inspirée par l'équerre et le compas, j'en doute ?

    (article conçu à partir des Dossiers d'Actualité de l'Histoire).

    Par Eric Garnier.

     

    img701.1248462847.jpg

    Goethe, Lincoln, Danton, Laurel et Hardy tous franc-maçons (photo 12.com)

    Le dossier suivant sera sur les origines de la Franc-maçonnerie c'est à dire les Chevaliers de la Table Ronde, les Templiers jusqu'au gouvernement mondial. J'aurais du commencer par cette origine de la Franc-maçonnerie mais, je pense qu'elle se comprendra mieux après avoir lu et compris les précédents dossiers.

  • La Franc-maçonnerie, dossier suite 27,

    Compléments symboliques.

     

    Équerres compas, pierre taillée, fil à plomb, les outils du compagnon du devoir sont devenus les symboles des Frères. Ils sont censés leur servir à s'élever plus haut que les cathédrales.


    En Franc-maçonnerie la symbolique est omniprésente, et cette symbolique par l'ambiance qu'elle développe favorise la réflexion. Les franc-maçons apprennent à regarder le symbolisme de tout ce qui existe, c'est donc le rituel d'initiation du premier degré. Faut-il en conclure que dans chaque chose il y a un symbole ? Probablement pas.

    Au Rite de l'Émulation, lorsque le Vénérable Maître demande à l'apprenti ce qu'est la Franc-maçonnerie, ce dernier répond que,

    c'est un système de morale sous le voile de l'allégorie aux moyens de symboles,

    (Les Dossiers d'Actualité de l'Histoire).

     

    La Franc-maçonnerie est une fraternité d'hommes et de femmes, dont l'ambition est l'élévation spirituelle de chacun et le perfectionnement moral de l'humanité. Pour y parvenir le Confrérie prodigue des enseignements moraux et sociaux s'appuyant sur le symbolisme d'outils d'usage des anciens bâtisseurs. C'est l'analogie et le symbole du développement personnel.

    img698.1248360090.jpgTablier de franc-maçon XIXème siècle collection particulière, (photo 12.com. AR)

    L'approche symbolique de la franc-maçonnerie n'est pas un jeu, et les initiés trouvent en elle le moyen de voir le monde. Ni doctrine, ni philosophie, ni encore moins thérapie ne peuvent contribuer à la démarche du franc-maçon qui ne peut être que personnelle. Les travaux maçonniques ne visent que la reconnaissance du soi individuel, l'élévation spirituelle et le développement moral.

    Elle n'est donc qu'une méthode et les symboles ne sont utilisés que comme moyens mnémotechniques  et comme illustration des leçons qu'elle enseigne. L'initiation maçonnique ne sert pas à comprendre les symboles, au contraire ce sont ces derniers qui permettent au Maçon initié de progresser dans sa démarche. Ils ont donc un rôle important au cœur de la démarche initiatique proposée aux Frères de la Confrérie. Mieux qu'un langage ou une philosophie, le symbolisme est finalement une façon de penser basé sur l'intuition. Le Grand Orient de France dit à ce sujet,

    «dans le monde profane, l'enseignement s'adresse à la faculté de ce qu'on appelle intellect. Il est inévitable, de ce plan, que l'autorité de celui qui enseigne se traduise par une doctrine, par un système dogmatique. L'enseignement initiatique, dépasse de loin le stade intellectuel en faisant appel à l'intuition».

    Dans cette optique il est important de préciser que l'intuition serait avant tout le fruit de l'initiation. Aussi la démarche initiatique maçonnique est bien particulière. Alliance d'apprentissage et d'intuition, elle permet à ceux qui croient en elle d'accéder à, la connaissance de soi et ainsi de s'élever spirituellement. Mais au-delà, le symbolisme emprunté au passé lointain, perpétuerait le savoir des anciens. En cela, le symbolisme est une méthode qui, en s'appuyant sur l'expérience du passé est résolument tournée vers l'avenir.

    Par Eric Garnier des Dossiers de L'Histoire.


     

     

    img699.1248360112.jpg

    Le symbole de la Croix s'inscrit dans un exégèse symbolique et ésotérique des «Hauts grades» J.Delacour, Croix philosophique (photo 12.com, Musée de la Franc-maçonnerie)

    Je tenais à reproduire cet article car il montre la pensée maçonnique d'un initié.


     

    «Nul n'entre ici s'il n'est géomètre» Pythagore.

    En maçonnerie, la géométrie est synonyme d'équilibre et de connaissance. Elle est à la fois l'outil logique et rationnel qui est essentiel à toutes recherches mais c'est aussi le rappel que cette étude se doit d'être absolue et doit envisager tout l'univers du possible. Qui ne connais pas le fameux théorème de Pythagore, a partir duquel toutes les mathématiques ont été conçues ainsi que tous les édifices et constructions érigées par l'homme. La géométrie analytique est la base de l'étude des courbes tridimensionnelles et des surfaces, et de la trigonométrie, de la mécanique etc....

    Imaginée par les Égyptiens ils s'en servaient pour répartir les terres après les crues du Nil, la géométrie est de suite apparue indispensable.

    Les aspirants aux études théologiques summum de l'apprentissage, se devaient de maîtriser le «Trivium», la grammaire, la dialectique et la rhétorique et le «quadrivium», à savoir, la musique, l'astronomie, l'arithmétique et bien sur la géométrie.

    L'époque médiévale donne à la géométrie une dimension beaucoup opérative. Les tailleurs de pierre en tirent toute la quintessence, ils voient en elle le moyen de conjuguer le beau et le solide, l'art et la technique. Par cet aspect la géométrie revêt un caractère sacré. Ériger une cathédrale, une église ou tout lieu sacré, c'est approcher le divin. Une fois terminé l'édifice en question devra être comme le Temple de Salomon, à l'image de l'homme et de l'univers. En maçonnerie c'est au grade de compagnon que la géométrie est liée. On sait bien que le premier métier du compagnon est le tailleur de pierres, celui qui est à la base de la construction des cathédrales.

    Au cours de son évolution l'apprenti découvre l'Étoile Flamboyante et la lettre G qui figure en son centre. Ce G représente cinq significations, mais celles que le compagnon retient est la géométrie. C'est à ce stade qu'on l'initie à cet art sacré qui symbolise non seulement les fondements historiques de la Franc-maçonnerie mais enseigne les règles à observer par l'initié, le chemin à parcourir et la parfaite harmonie à atteindre, (tiré des Dossiers d'Actualité de l'Histoire).

     

    Quelques autres franc-maçons ?

    Aujourd'hui beaucoup dévoilent leur appartenance à la Franc-maçonnerie, cela voudrait-il signifier que le secret n'est plus respecté, ou bien que, compte tenu de l'évolution de la société et des mœurs, son appartenance maçonnique ne constitue plus un secret quand nombre de ministres ou d'hommes politiques ont rompu ce secret. C'est donc pour beaucoup un secret de polichinelle.

    Xavier Bertrand ancien ministre du travail et aujourd'hui secrétaire général se l'UMP a reconnu être l'un des Maîtres de la Loge des filles d'Isis du Grand Orient de France. Guy Drut ancien ministre de la jeunesse et des sports est membre de la Grande Loge Nationale Française, tout comme le fût le maire de Nice et ministre de l'économie de l'industrie et de l'emploi chargé de l'industrie Christian Estrosi, il n'en ait plus de même aujourd'hui. Gérard Colomb maire de Lyon reconnaît appartenir au Grand Orient, et il confirme la forte implantation maçonnique dans sa région. Sa ville comporte aujourd'hui environ 5.000 initiés. Lyon a été l'une des capitales Européenne de la Franc-maçonnerie, voir le dossier 2. Victor Augagneur maire de la ville de 1900 à 1905 membre du Grand Orient, et d'autres personnalités qui ont déjà été citées. Yvette Roudy, Vice présidente de l'Internationale socialiste, ancienne ministre de la condition féminine députée du Calvados et membre de la Grande Loge Féminine de France fondatrice de la Loge Louise Michel. Jean Luc Mélenchon sénateur de l'Essonne ancien ministre de l'enseignement professionnel, appartient à la Loge Roger Leray membre du Grand Orient. François Rebsamen maire de Dijon appartient à la Loge solidarité et progrès du Grand Orient. Pierre Marion ancien directeur de la DGS de mai 1981 à novembre 1982 a adhéré çà la Grande Loge Unie d'Angleterre. Marc Blondel ancien secrétaire général de Force Ouvrière a été fondateur de le Loge République. Alexandre Adler déclare être maçon depuis 2.000. ( Les dossiers de l'Actualité de l'Histoire).

     

    La suite 28 sera les franc-maçons célèbres.

     

  • La Franc-maçonnerie, dossier suite 26,

    musee_maison_macons2.1248269685.gif

    Voir ici

    Les tabliers maçonniques du Musée de la Grande Loge Nationale Française.

     

    76-b.1248269756.gif

     

    zoom_t2-030.1248269854.jpgTablier de Maître,

    peint sur soie
    fin du XVIII° siècle France.

    l: 30 cm ; h: 30 cm

    Superbe tablier en soie peinte de la Maison Brun (modèle déposé à la bibliothèque nationale), le Temple en forme de rotonde rappelle les «Fabriques» de la fin du XVIII° siècle. Il faut noter combien sa mise en valeur spatiale est soulignée par la balustrade qui relie les colonnes, le pavé mosaïque en perspective et le compas qui le domine, au premier plan les Outils et sur la bavette, le G dans l’Etoile flamboyante. La fraîcheur des couleurs est remarquable. Le galon bleu qui l’entoure indique que son propriétaire travaillait au Rite Français.

     

    zoom_t2-685.1248270488.jpgTablier de Maître,

    peau imprimée début du XIXème siècle France.

    Le modèle de ce tablier est souvent présenté comme étant «celui d'Helvetius donné à Voltaire le soir de son initiation», mais il est possible d'en douter si l'on considère que certains éléments sont plutôt postérieurs à la période considérée (la Pyramide et le Palmier dont la mode date plutôt du Retour d'Égypte, la Ruche symbole maçonnique plus fréquent sous l'Empire)

    Pour le reste, il présente un décor aux éléments habituels pour la fin du XVIIIème siècle ou le début du XIXème, Temple circulaire avec ses marches, 2 Colonnes, Soleil et Lune, Niveau et Fil à Plomb, Épée et Maillet.

     

    zoom_t2-1049.1248270956.jpgTablier d'adoption,

    sur soie début du XIXème siècle France
    l: 30 cm ; h: 27 cm.

    Si la Franc-maçonnerie Française de la fin du XVIIIème siècle se revendique, à l’instar de la Franc-maçonnerie anglaise, comme exclusivement masculine, elle n’en invente pas moins une Franc-maçonnerie dite «d’adoption» qui pratique un rituel différent et qui est à destination des femmes. Elle connaît un grand succès avant la Révolution, les grands noms de la Cour s’y pressèrent. Elle devait connaître une seconde vigueur sous l’Empire avec Joséphine comme Grande Maîtresse. Ce tablier, très rare, est celui que portait les Sœurs de la Maçonnerie d’adoption et comprend comme décor, les éléments symboliques spécifiques de leur rituel : un Autel en centre de la composition, sur lequel brûlent deux Cœurs enflammés, la Tour de Babel, une Ruche, des Épis de blé, deux arbres (un Acacia et l'Arbre de la Connaissance avec un Serpent). La bavette, elle-même, témoigne de ce symbolisme avec une Échelle et une Rose.

     

    zoom_t2-024.1248271344.jpgTablier dit aux trois vertus,

    en peau avec impression monochrome et franges
    fin du XVIIIème siècle Angleterre

    l:39 ; h:49

    Tablier de Maître monochrome en peau présentant allégoriquement les trois vertus théologales. Elles sont représentées par trois femmes, la première sur la bavette avec des enfants dans ses bras (Charité), les deux autres sur le tablier, une à gauche avec une Ancre (l'Espérance) et l'autre à droite avec le Livre sacrée (la Foi). Elles encadrent une composition comprenant autour des trois Grandes Lumières (Équerre, Compas et Volume de la Loi Sacrée), plusieurs symboles maçonniques, parmi lesquels, le Soleil, la Lune, l'Œil, les Outils, l'Échelle, les 3 Colonnettes,... Les franges du Tablier indiquent qu'il appartenait, soit à un Vénérable, soit à un dignitaire de Loge.

     

    zoom_t2-322.1248271639.jpgTablier de Vénérable Maître,

    en peau et tissu, broderies dorées début du XXème siècle Écosse.

    l: 41 cm ; h: 39 cm.

    Ce tablier de Vénérable Maître est caractéristique des tabliers écossais avec sa bavette arrondie. Équerre, le Compas et l’Arc de cercle sur la bavette et les deux taux sur le tablier indiquent qu’il s’agit d’un tablier de Vénérable Maître.

     

    b2-255.1248273789.jpgLe Chevalier de Rose+Croix.

    Longtemps considéré comme le nec plus ultra de la Franc-maçonnerie, le grade de Chevalier ou Sublime Prince Rose+Croix illustre bien l’irrigation chevaleresque des Hauts Grades, il se retrouve à la fois dans le Rite Français (7ème et dernier degré) et dans le Rite Écossais Ancien et Accepté (18ème degré). D’une très haute spiritualité, avec un rituel dont la beauté et la profondeur sont remarquables, il s’est traduit également par des décors, tablier, camail (sautoir) et bijou, où s’expriment toute la richesse et la splendeur des objets maçonniques.

    Trois catégories principales de décors existent sur les tabliers, tout d’abord, un décor assez simple avec la Croix et la Rose, ensuite un décor ajoutant à cet élément principal le Pélican nourrissant ses petits, enfin, des décors associant à ces éléments des symboles de degrés précédents.

     

    zoom_t2-1216.1248274146.jpgTablier de l'Arche Royale

    Soie brodée début du XIXème siècle.

    Angleterre rare tablier de l'Arche Royale en soie à décor polychrome finement brodé. Au centre des deux Colonnes formant l'Arche, figurent l'Arche d'Alliance, les Chérubins et Zorababel.

    L'Œil qui voit tout surplombe la scène. De part et d'autre, sont disposés l'Agneau et les Outils symboliques. Sur la bavette, la devise «Sit Lux et Lux fuit» (Que la Lumière soit et la Lumière fut) sous un Soleil rayonnant.


     

    dscn14162.1248274653.jpg


    Le mot du Conservateur.

    Le Musée de la Maison des Maçons, musée maçonnique de la Grande Loge Nationale Française, est heureux et fier de présenter grâce à internet une part importante de ses collections, non seulement aux francs-maçons mais aussi au grand public. Les uns et les autres pourront ainsi découvrir ou redécouvrir la réalité de la Franc-maçonnerie, de son histoire et de sa culture. Une première partie du site, la vitrine, permet au visiteur pressé de découvrir quelques unes des pièces les plus belles et les plus significatives du musée maçonnique de la G.L.N.F. La visite du Musée virtuel permet de mieux appréhender la Franc-maçonnerie en sept étapes,

    le franc-maçon, la Loge, le cheminement du Maçon, l'agape, la vie profane, les œuvres d'art maçonniques et enfin la bibliothèque.

    Une partie Exposition virtuelle présentera régulièrement sur ce site des présentations thématiques d'objets du Musée, tandis que la partie dernières acquisitions vous permettra de suivre la politique de développement du Musée de la Maison des Maçons. Si Lamartine demandait «Objets inanimés avez vous donc une âme… », nous savons que les objets maçonniques portent en eux une part de l’âme de ceux qui s’en servirent.

    Se promener, même virtuellement, parmi les objets et les livres de notre musée, c’est retourner soi-même au monde d’où ils proviennent, celui des rêves, des espoirs, des interrogations aussi de ceux qui les utilisèrent, c’est y chercher comme le reflet de nos propres rêves, de nos propres espoirs et de nos propres interrogations. Dans le miroir qu’ils nous tendent, il y a encore matière à un cheminement initiatique… Alors, nous verrons dans les objets maçonniques les symboles qu’ils supportent et qui en font des œuvres d’art, car ils expriment la quintessence de la démarche du franc-maçon.

    Parce qu’il est reconnaissable au premier coup d’œil, l’objet maçonnique témoigne avec éloquence de cette inscription de toute démarche initiatique dans une transcendance universelle qui élève le franc-maçon et lui permet ensuite de rayonner dans l’immanence du monde. Installé au cœur de la Maison des Maçons qu’est l’Hôtel de la G.LN.F., ce musée maçonnique est donc d’abord celui des francs-maçons. De tous ceux, qui, depuis 1717, participent à cette grande aventure humaine et universelle, individuelle et collective qui s’appelle la Franc-maçonnerie et qui se reconnaissent dans le respect des traditions, de la spiritualité et des règles de la régularité. Quelque soit leur rite, leur langue, leurs opinions, ils se retrouvent aujourd’hui comme ils se retrouvaient hier entre le Compas et l’Équerre posés sur le Volume de la Loi Sacrée, pour travailler à leur propre perfectionnement et à l’amélioration morale et spirituelle de l’humanité «A la Gloire du Grand Architecte de l’Univers».

    François GEISSMANN.


    Le Grand Maître François Stifani de la GLNF

    gd_img_20080224175312.1248277281.jpg

     

    Je n'ai pas demandé l'autorisation de publier ces quelques œuvres au Musée, pensant que je contribue à faire les faire connaître. Si toutefois, la Grande Loge Nationale de France s'y opposerait, je retirerais ces tableaux pour les remplacer par d'autres probablement moins significatifs et moins beaux.


    Les grandes Obédiences Françaises en 2009.


    img700.1248418902.jpg

     

    Le dossier 27 suivant sera sur les compléments symboliques.

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu