Avertir le modérateur

La Franc-maçonnerie, dossier suite 24,

la période contemporaine .

 

Sarkozy et la Franc-maçonnerie suite.

 

Depuis l'histoire de la république aucun président n'avait franchi les portes du temple de la Franc-maçonnerie, et bien cela a été fait pas notre cher président Sarkozy en janvier 2008 au Grand Orient de France. Seul Albert Lebrun un socialiste l'avait fait en 1932. C'était sur l'invitation du GO de se rendre en tenue blanche fermée dans leur temple.

Après le discours de Nicolas Sarkozy, à Rome, sur les «racines chrétiennes de la France», Jean-Michel Quillardet, le grand maître du Grand Orient, 2005- 2008, s'est ému publiquement de la menace implicite sur la laïcité que recelaient de tels propos.

Si certains se demandaient à quoi pouvaient encore bien servir les francs-maçons, Nicolas Sarkozy leur a fourni la réponse. Il a réveillé les loges qui ont démontré qu'elles ne badinaient pas avec la laïcité. Après le discours du Latran, Jean-Michel Quillardet, a été le premier à réagir, suivi par sept obédiences, du Droit humain à la Grande Loge féminine de Memphis Misraïm.

 

«Nous avons immédiatement demandé un rendez-vous à l'Elysée, raconte-t-il. Nous avons été reçus dès le 8 janvier».

Une heure d'entretien avec cinq anciens grands maîtres dont Alain Bauer, un proche de Sarkozy.

 

«Ce n'est pas vous, les francs-maçons, qui aimez tant débattre, qui allez me reprocher de faire la même chose, leur a lancé le président. J'ai des convictions religieuses, je ne vois pas pourquoi je ne les exprimerais pas !».

 

Il a réuni quelques anciens Grands Maîtres pour demander collectivement un rendez-vous à l'Elysée. C'est au cours de cette rencontre qu'a été lancée l'invitation.

Après avoir rassuré ses hôtes sur le fait que la loi de 1905 sur la séparation de l'Eglise et de l'Etat ne subirait que des aménagements techniques mineurs, le président conclut ainsi,

 

«vous ne pouvez tout de même pas me reprocher de lancer le débat. Mais nous serions heureux qu'il se poursuive au Grand Orient de France, répond Jean-Michel Quillardet. J'attends votre invitation officielle».

 

Celle-ci n'a pas encore été envoyée mais la date et la forme sont à peu près arrêtées. Ce sera après les municipales, en mai ou en juin, avec une allocution d'accueil du grand maître, un discours de Nicolas Sarkozy sur un thème de son choix, puis quelques questions de la salle. Les francs-maçons ont rarement été aussi bien traités par un chef de l'Etat.

Ces bonnes dispositions ne peuvent pas résulter de la proportion de ministres initiés au sein du gouvernement, elle est quasi nulle, si l'on excepte le cas, non négligeable il est vrai, de Brice Hortefeux, qui a longtemps fréquenté la Grande Loge nationale Française (GLNF).

Alain Bauer 2000-2003, aurait pu faire augmenter la proportion, mais il a refusé à deux reprises, la première fois quelques mois avant l'élection, la seconde à la fin de l'année dernière, de devenir ministre délégué à la Sécurité publique, préférant rester l'«expert en tout» du président, de la banlieue à la criminalité en passant par les jacqueries étudiantes. A l'Assemblée nationale et au Sénat ? Les connaisseurs voient un peu plus d'un parlementaire sur dix appartenir à la confrérie.

«Certains ne se dévoilent vraiment pas, explique l'un d'entre eux, plutôt partisan de la transparence. Et puis d'autres doivent-ils être comptés comme tels, alors qu'ils ont passé six mois en loge il y a trente ans ?»

Et de citer le cas de Christian Poncelet. Soutenu par les Frères de la haute assemblée lorsqu'il s'est présenté à la présidence du Sénat, celui-ci est souvent présenté comme maçon et ne dément pas, allant même jusqu'à distribuer des poignées de main «codées», avec pression du majeur, aux dignitaires maçonnique.

 

Le GO contre Sarko ?

L'épisode de l'amendement sur les tests ADN, à l'automne dernier, a été l'occasion de mesurer l'influence fraternelle dans les hémicycles et de constater que celle-ci ne s'exerce pas de manière univoque. Alors que le Grand Orient prend publiquement position contre l'amendement et le principe, le président de la fraternelle parlementaire, le député PS Pierre Bourguignon, tente de mobiliser ses troupes.

«Mais les francs-maçons se sont dispersés au moment du vote, car la discipline de groupe l'emporte sur cette appartenance, regrette Jean-Michel Quillardet. Je crois que la solidarité était d'autant plus difficile à tenir que Thierry Mariani, l'auteur de l'amendement contesté lui-même, est très proche de la GLNF»

Que reste-t-il, alors, de l'influence maçonnique ?

D'abord, une force numérique qui ne cesse de croître. Au Grand Orient, les effectifs augmentent de 1 000 personnes par an, pour atteindre environ 50 000 membres, alors qu'ils n'étaient que 30 000 au plus fort de la IIIème République.

«Cette vague d'adhésions a commencé il y a plusieurs années mais elle ne se ralentit pas, constate Pierre Mollier, directeur de la bibliothèque de l'Obédience et du Musée Maçonnique. Elle concerne pour beaucoup des cadres moyens, des professions libérales, de hauts fonctionnaires aussi. Mais le profil typique, c'est le médecin de 40 ans qui a beaucoup travaillé et vécu dans la camaraderie pendant ses longues études, puis s'est trouvé esseulé dans son cabinet et veut retrouver à la fois un lieu d'échanges et un centre d'intérêt dans sa vie».

Une vision quelque peu idyllique de l'engagement, qui, dans certains secteurs comme la police, l'Education nationale ou les entreprises publiques, reste un notable accélérateur de carrière. Sans parler de l'immobilier, ou de tout ce qui concerne les prestations offertes aux collectivités locales, où certaines loges sont presque consacrées au business.

 

Combien de divisions ?

Vous avez dit business ?

 

A l'énoncé de ce mot fatidique, tous les regards se tournent vers la GLNF, dont l'image a été meurtrie dans les années 90 par divers scandales. Forte de la reconnaissance que lui offre Londres, berceau de la franc-maçonnerie dite «régulière», celle-ci pratique un ostracisme certain à l'égard des autres obédiences, comme la Grande Loge de France (GLF) ou le Grand Orient, qui en sont plus qu'agacés.

La GLNF comptait 5 000 adhérents il y a vingt ans et revendique un effectif de 38 000 personnes, en croissance de 3 500 nouveaux arrivants chaque année,

«38 000 frères appartenant à des catégories socioprofessionnelles élevées et dotées de capacités de réflexion, est-ce que ça constitue une force d'intervention et d'influence ?»

Bien sûr que oui,

s'exclame avec satisfaction François Stifani, le tout nouveau grand maître de la Grande Loge nationale Française, qui assure que la frénésie prosélyte de ces dernières années est révolue.

Ce n'est pas l'avis des frères des autres obédiences, outrés par l'agressivité commerciale, si l'on ose dire, de la GLNF. Exemple, à Valence, dans la Drôme, a longtemps existé une seule loge, affiliée au GO. Le vénérable est un chef de service hospitalier, et l'on trouve parmi les membres un magistrat, plusieurs médecins et d'autres professions libérales. Un grand classique de la maçonnerie provinciale. Au fil du temps sont apparus d'autres ateliers relevant de la GLF, de Droit humain, obédience mixte plutôt classée à gauche, et de la Grande Loge féminine de France (GLFF).

Tout ce petit monde vivait en bonne intelligence jusqu'à la fondation d'une loge de la GLNF. Des cadres de cette obédience venus des environs ont été missionnés pour trouver un local, assurer une tenue par mois dans la ville et créer ainsi une loge montée de toutes pièces qui n'accueillait, au départ, aucun habitant de la ville. Puis ils ont établi la liste de personnes «socialement intéressantes», auxquelles ils ont adressé un courrier pour se présenter et leur proposer de les rejoindre.

« Comme toujours avec le marketing direct, même appliqué à la franc-maçonnerie, la plupart des destinataires ont jeté la lettre au panier. Quelques-uns se sont manifestés tandis que d'autres étaient déjà dans des loges concurrentes, et se sont indignés de ce racolage déloyal, raconte un responsable du Grand Orient en province. A supposer que nous voulions nous aligner sur eux, nous ne pourrions pas, nous nous ferions lyncher par nos adhérents».

Le GO, pourtant, a répliqué à ce dynamisme un peu excessif en organisant des sortes de séances d'«amphi-retape» dans les facultés et dans les grandes écoles. Une révolution dans la maison, avec pour objectif affiché un rajeunissement des cadres et comme résultat quelques adhésions et des scènes parfois cocasses. A l'Institut d'études politiques de Bordeaux par exemple, ville où la maçonnerie est solidement implantée, un étudiant demande à Alain Bauer, parti en terre de mission, si Alain Juppé est franc-maçon,

 

«Non, ça n'aurait pas été possible, répond ce dernier. Pourquoi ? interroge l'étudiant. Car Alain Juppé aurait tout de suite voulu être grand maître, et comme il n'aurait supporté personne, il se serait retrouvé seul dans sa loge».

 

Une sortie qui a connu un certain succès parmi le public, un peu surpris... La Grande Loge de France se montre beaucoup plus discrète, comme le souligne son grand maître, Alain Graesel, «Je fais une réunion publique par semaine autour d'un thème qui peut être la spiritualité non religieuse, la refondation d'un humanisme modernisé ou les conséquences éthiques des progrès scientifiques». La dernière, à Saint-Etienne, a tout de même réuni 450 personnes, dont la moitié seulement étaient des maçons. Mais nous ne sommes ni favorables au prosélytisme, ni partisans de nous impliquer dans les débats politiques tels que le trou de la Sécu. Ce qui nous intéresse, c'est la «méta». Pour le reste, pas besoin d'être franc-maçon, il suffit de se comporter en citoyen responsable.

Le nombre de divisions, de plus en plus important, de chaque obédience, à commencer par la GLNF, est la première raison qui incite les pouvoirs en général à tenir les francs-maçons pour des quantités non négligeables, et le réseau qu'ils forment, malgré leurs querelles de chapelle, pour un vecteur d'influence à ménager, voire à flatter. Avant d'être invités à l'Elysée, les Grands Maîtres ont été reçus, en novembre 2007, par François Fillon à Matignon, et Jean-Michel Quillardet, du GO, par Michèle Alliot-Marie Place Beauvau.

 

Les forteresses maçonniques.

La persistance de bastions inexpugnables, ensuite, donne une assise à l'institution. La plus grosse fraternelle (regroupant les frères par corps de métier, au risque d'augmenter les dangers de collusion et de trafic d'influence) est celle de l'Éducation nationale, qui compte près d'un millier de personnes, suivie par celle du ministère de l'Intérieur, baptisée «Club La Reynie», forte de plus de 700 membres.

La statistique d'un quart des commissaires francs-maçons a longtemps couru et est désormais exagérée, mais toutes les obédiences sont représentées parmi les forces de l'ordre, avec une prédilection pour la sécurité publique et le renseignement. Le Grand Orient se taille la part du lion dans cette clientèle massive.

«Certaines loges sont composées de policiers à plus de 60 %, raconte un ancien vénérable. Quand je présidais la mienne, il m'arrivait d'appeler un de mes homologues, dans un autre atelier, pour lui demander d'accueillir un flic, parce que nous affichions complet chez nous».

Jamais un ministre de l'Intérieur ne s'est privé d'un conseiller franc-maçon, capable de discuter avec les syndicats policiers et de décrypter un organigramme non publié où les hiérarchies sont parfois inversées par le poids maçonnique de chacun. Au côté du Club La Reynie, qui ratisse large, la préfecture de police de Paris a sa fraternelle propre, de même que les hauts fonctionnaires de tous les ministères et des cénacles plus spécialisés comme le Cercle Joffre, consacré au monde du renseignement et tellement à cheval sur le secret de l'appartenance qu'il n'invite que des conférenciers eux-mêmes initiés, donc tenus à la discrétion sur les membres qu'ils auraient pu reconnaître.

Le secret, dans la police, pose un problème spécifique qui demeure un sujet tabou, comment un frère exerçant des fonctions d'autorité dans des enquêtes sensibles s'arrange-t-il avec le serment maçonnique qu'il a prononcé, dans le cas où des frères se trouvent mis en cause dans le dossier ? La question n'est pas seulement théorique,

«la plupart des francs-maçons n'ont rien à voir avec les affaires financières, mais on trouve souvent des francs-maçons dans ces dossiers-là»,

assure un magistrat. Actuellement, une affaire en cours d'instruction pour abus de biens sociaux à Paris implique plusieurs frères, parmi lesquels deux anciens policiers, dont un très haut gradé, qui savent, à l'occasion, aller aux nouvelles chez leurs anciens collègues. Le mouvement de privatisation a beaucoup nui à l'influence maçonnique, qui a toujours recruté massivement dans les entreprises nationalisées. EDF ou Air France, mais aussi La Poste, où, aujourd'hui encore, une promotion sur deux ou trois est accordée sur des critères d'appartenance fraternelle.

Mais, à l'inverse, l'essor du mouvement associatif ne peut que favoriser celui des francs-maçons, qui sont présents en masse dans de grosses machines comme la Ligue de l'enseignement ou de grandes institutions de défense des handicapés, par exemple. L'influence, enfin, est surtout locale, municipale ou départementale.

Un haut fonctionnaire en poste à Limoges a mis du temps à comprendre que l'ex-député (et ancien magistrat) Alain Marsaud était un franc-maçon moins gradé que le maire socialiste de la ville.

Un détail qui n'en est pas un dans une ville où plus de la moitié des décideurs portent le tablier. A Bergerac s'est tenu, le 13 novembre, un procès surréaliste opposant deux anciens dirigeants d'une grosse association locale gérant des centres d'aide par le travail pour les handicapés. Une affaire compliquée mais dans laquelle tous les protagonistes sont francs-maçons, puisque le principal mis en cause, Charles-Marie Girault, a été introduit au Grand Orient par le représentant de la partie civile, lui-même défendu par le bâtonnier, ancien vénérable de la loge.

Toutes ces appartenances ont fait l'objet de dépositions et d'échanges inhabituellement vifs devant le tribunal. «Les liens maçonniques entre les parties, avérés en cours d'instruction, ont parfois pesé sur la procédure», note Me Thibault de Montbrial, avocat de Charles-Marie Girault. Il est vrai que ce dossier, assez insignifiant sur le fond, mobilise la justice française depuis huit ans, à la suite d'une décision de la chambre de l'instruction de Bordeaux qui exigeait un renvoi en correctionnelle. Il a donc fallu attendre le 15 janvier pour revenir à la case départ, avec un jugement de relaxe favorable à Charles-Marie Girault, celui qui avait révélé les liens maçonniques unissant tous les protagonistes.

A Lyon, Gérard Collomb et certains adjoints n'ont jamais fait mystère de leur appartenance. Une manière de couper court aux fantasmes qui circulaient en ville. Mais voilà, les francs-maçons qui acceptent avec décontraction de dévoiler leur appartenance sont encore très minoritaires. Un vrai problème dans une démocratie moderne et libérée de toute menace totalitaire, susceptible de relancer une «chasse au maçon». Mais peut-être ce réseau tire-t-il une grande partie de son influence et de son aura de cette obligation de silence, qui permet à chacun de se dévoiler mais qui interdit à tous de révéler l'appartenance de l'un des leurs, éléments tirés du Point.fr ici.

On voit bien que la Franc-maçonnerie est avant tout du business pour la marche vers le pouvoir, en fait elle n'a pas changé depuis son essor du XVIIème siècle, réservée à des castes socialement de position moyennes ou supérieures. Mais ce qui paraît le plus surprenant est que même la droite que l'on pourrait croire être en dehors de cette association, semble plus imprégnée que la gauche du temps de Mitterrand. Au train ou vont les choses, la Franc-maçonnerie à encore de beaux jours devant elle. Les hommes politiques de toutes idéologies sauf probablement ceux de l'extrême droite ou de l'extrême gauche pour qui cette association est à rejeter, trafiquent obligatoirement avec elle, comment faire autrement eu égard à son influence.

L'influence de la Franc-maçonnerie ne s'arrête pas à la politique même dans le roman policier, le polar, elle se développe ou probablement on ne l'attendait pas !

En effet, deux auteurs, Éric Giacometti, Journaliste, qui a enquêté, à la fin des années 90, sur la Franc-maçonnerie dans le cadre des affaires sur la Côte-d'Azur, Jacques Ravennes, et c'est son pseudonyme, qui est un Franc-maçon élevé au grade du rite Français, ont co-écrit des romans policiers... Avec «Le Rituel de l'Ombre» (2005), «Conjuration Casanova» (2006), «Le Frère de sang» (2007), «La Croix des Assassins», 200 et «Apocalypse» (2009), tous parus aux Éditions Pocket,

«Collection Thriller», Éric Giacometti et Jacques Ravenne mettent en scène le héros principal, le Commissaire de police Antoine Marcas, un franc-maçon, qui combat certaines sociétés secrètes et certaines loges maçonniques maléfiques et criminelles... On peut retrouver toute l'actualité de ces deux auteurs, dont j'ai lu toutes les œuvres.

Il s'agit d'un de mes amis journaliste reporter citoyen «Dominique Dutilloy» du site Come4News sur lequel mes articles sont également publiés qui m'a suggéré de présenter les œuvres de ces auteurs, ici.

 

La suite au dossier 25 qui traite des sociétés secrètes.

Commentaires

  • Dans toutes les sectes, la vitrine est toujours belle!
    Sinon, comment on attraperait les "GOGOS"?
    La franc-maçonnerie est beaucoup plus subtile que toutes les autres sectes!
    Un certain nombre des francs-maçons se sont retrouvés dans cette organisation sans connaître ce qu'elle est réellement., n'ayant vu que la magnifique vitrine, ce qu'on a bien voulu leur montrer… avant Internet, il n’était pas évident de faire des recherches pour en savoir plus! et c’est vrai qu’elle est magnifique cette idéologie de la « lumière », cette fraternité entre personnes élues entre elles, cette réunion de têtes pensantes pour les autres (qui ne le pourraient et qui n‘ont surtout rien demandé), cette façon de faire sérieusement de la politique d’une façon plus que Démocratique au sein d‘une élite, mieux que dans les partis politiques…
    Il y a maintenant à découvrir l'arrière boutique! de quoi être surpris! Un monde immoral!
    En faire partie serait particulièrement utile par exemple pour s'assurer sa carrière en politique, dans l‘administration, dans certaines entreprises, pour éliminer un concurrent, abuser de la justice au détriment de profanes, etc.
    Là, je crains malheureusement faire de la pub pour la boutique!
    Il y a ceux qui savaient et ceux qui ne savaient pas, bien que l'idée d'entrer dans une société secrète devrait interpeller logiquement, moralement chacun d'entre nous!
    Après quelques mois d’analyse, je considère que la franc-maçonnerie est une
    SECTE INVERSEE
    Premier argument:
    Ce sont les francs-maçons qui l’affirment, « c’est difficile d’y entrer mais on peut facilement en sortir ».
    Deuxième argument:
    les sectes ne nuisent qu'à ceux qui y entrent...
    Au contraire, la franc-maçonnerie nuit à chacun d'entre nous dans tous les domaines, dans notre vie de tous les jours! Là, je passe , car le sujet est trop vaste pour le réduire en quelques lignes. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir Internet et constater le nombre d’ « affaires » dans lesquelles des francs-maçons sont ou ont été impliqués, en particulier en bande organisée, pour constater les dégâts dans notre société… Bien que nombreuses sont les affaires étouffées et pour cause, les frères sont nombreux dans la police, la gendarmerie, le milieu des avocats, la magistrature!
    Troisième argument:
    Il n’y a pas de « gourou ». Il semble exister une hiérarchie pyramidale qui ne permets pas de savoir qui dirige réellement et qui donne l’impression aux adeptes que chacun d’entre eux détient une part de pouvoir, avec les « planches », les débats… Une impression d’organisation démocratique!

    Pour ce qui est du « bourrage de cerveau », pas de différence.
    Il y a des références religieuses, même si certains appellent le « patron »  possible le « grand architecte ».
    On recherche l’isolement de l’adepte, celui-ci ayant des devoirs de secret absolu, y compris envers sa famille proche, ses amis. Il y a aussi une initiation, un vocabulaire spécifique sur la base d’une inventivité très imaginative pour ne pas dire démentielle, des « menaces de mort consenties par tous » pour celui qui dénoncerait, transgresserait les règles de secret, des têtes de mort un peu partout, sur certains tabliers, à l‘envers des tabliers, sur une table, dans les divers décors…
    Certains anti-maçons affirment que la franc-maçonnerie serait d’origine satanique…
    Piste à étudier, peut-être pas aussi débile que cela parait! En voici ma raison!
    Dans de nombreux dialogues sur Internet que j’ai eu avec des francs-maçons, nombreux sont ceux qui m’ont écrit cette phrase récurrente, lorsqu’il était question de l’immoralité de certains d’entre eux:
    « Nous ne sommes que des hommes »
    Est-ce une phrase enseignée dans les loges? Probablement!
    Cette phrase m’apparait signifier que l’immoralité étant dans l’homme, qu’il faudrait l’accepter tel quel! Serait-ce donc que l’immoralité dans les loges serait un tout petit travers de rien du tout? On est pas très loin du satanique! Par contre, on est très éloigné des religions traditionnelles!
    Cela expliquerait beaucoup de choses!
    http://lamafiadanslesuddelafrance.blogs.nouvelobs.com

  • Bonjour,

    La Franc_maçonnerie est aussi le reflet de notre société, elle n’est pas exempte de dérives, et la condamner c’est condamner notre société.

    La Franc-maçonnerie n’est pas apparue par l’opération de Saint-esprit, elle date des templiers mais aussi avant les Chevaliers de la Table Ronde vous le verrez dans les prochains dossiers.

    Je ne peux qu’être de votre avis, mais j e ne veux pas faire d’amalgame, les bons et les mauvais sont partout, nous n’y pouvons rien .

    La Franc-maçonnerie n’est pas une secte légalement, et probablement qu’elle ne l’est pas en fait sauf pour ceux qui pratiquent ces extravagances pour donner un caractère surnaturel à leur obédience.

    Il ne faut pas tout condamner en bloc, elle fonctionner comme cela depuis 496 ans après Dieu.

    Avec mon amitié,

    A.Mirolo

  • Dans un rayon de 10km j ' ai connaissance de par ma Profession ..... de 10 graves DÉRIVES Maçonniques toutes caractérisées par un Silence assourdissant des Médias locaux et toutes liées à des magouilles financières . Sont impliqués Bâtonnier de l ' ordre de .. , Pdt de la Chambre de .... , Professions Libérales diverses , importante entreprise , Amicale L. ... .Il faudra plus de 10 ans pour que certaines soient enfin sanctionnées , dont une interdiction d ' exercer de 3 années . Certes une grave sanction , mais qui aurait sans doute entraîné une interdiction définitive d ' exercer si certaines faits extrêmement graves n ' avaient pas été occultés .

  • à A. Mirolo,
    Réponses:
    "La Franc_maçonnerie est aussi le reflet de notre société, elle n’est pas exempte de dérives, et la condamner c’est condamner notre société".
    C'est très exagéré que d'affirmer que de condamner la franc-maçonnerie, c'est condamner notre société ou alors ça devient intéressant... POURQUOI?
    "Il ne faut pas tout condamner en bloc, elle fonctionne comme cela depuis 496 ans après Dieu."
    La révolution Française, a fait changer notre systéme politique en France en 1789... et pourtant la royauté existait depuis plus longtemps que la franc-maçonnerie! Ca a été possible!
    "De Gaulle à restauré la Franc-maçonnerie dans son honneur, et ce n'était pas un initié."
    Vous convenez donc qu'à l'époque de De gaulle à laquelle vous faites référence, la franc-maçonnerie n'était pas honorable, ce qui m'apparait être aussi le cas aujourd'hui!
    Pour d'autres sujets sur la franc-maçonnerie, http://lamafiadanslesuddelafra...velobs.com

  • Réponses à A MIROLO:
    "La Franc_maçonnerie est aussi le reflet de notre société, elle n’est pas exempte de dérives, et la condamner c’est condamner notre société".
    C'est très exagéré que d'affirmer que de condamner la franc-maçonnerie, c'est condamner notre société ou alors ça devient intéressant... POURQUOI?
    "Il ne faut pas tout condamner en bloc, elle fonctionne comme cela depuis 496 ans après Dieu."
    La révolution Française, a fait changer notre systéme politique en France en 1789... et pourtant la royauté existait depuis plus longtemps que la franc-maçonnerie! Ca a été possible!
    "De Gaulle à restauré la Franc-maçonnerie dans son honneur, et ce n'était pas un initié."
    Vous convenez donc qu'à l'époque de De gaulle à laquelle vous faites référence, la franc-maçonnerie n'était pas honorable, ce qui m'apparait être aussi le cas aujourd'hui!
    Pour d'autres sujets sur la franc-maçonnerie, http://lamafiadanslesuddelafra...velobs.com

  • LA FRANC-MACONNERIE et la MORALE…
    Il m'apparaît qu'il faille être « immoral » et « pervers » pour accepter d’entrer dans une « organisation », sachant qu'elle est secrète, que personne ne devra dévoiler qui en fait partie et que chacun devra répondre à tous les services, les collaborations suggérées, demandés par les uns et les autres, en particulier ceux des grades supérieurs, sachant qu’il est très difficile de les refuser, sans être mal considéré par le groupe, l’individu ayant pris l‘engagement formel d‘aider ses « frères »…
    Ce genre d’engagement ne peut aboutir à terme qu’à une situation de corruption généralisée, inévitable et à amener des « personnes perverses » à s’engager dans ce genre d’organisation, pour divers intérêt bien sûr pervers, celui entre autres de ne pas avoir à répondre devant la justice de ses délits…
    Les francs maçons se défendent d’être dans une religion, mais quand on insiste sur le secret imposé à chacun, ils font toujours une comparaison avec les religions traditionnelles ancestrales et reconnues officiellement en affirmant que dans celles-ci, personne n’est obligé de s’annoncer, de s’afficher croyant et pratiquant… et donc que la situation serait du même ordre… Amalgame abusif erroné… les religions traditionnelles n’imposent pas de « règles de clan » d’entre aide et le secret de leurs membres, sur l‘organisation, sur qui en fait parti et sur ce qui s‘y passe!
    Les religions sont « ouvertes », pas la franc-maçonnerie!
    La morale enseignée par ces religions est claire et n’est pas potentiellement suspecte!
    Je ne connais pas de catholiques, de protestant, de juifs, de musulmans d’hindous… qui refusent de dire qu’ils sont croyants et qu’ils pratiquent leur religion!
    Ils en sont tous fier et le revendiquent!
    A noter que seules certaines sectes imposent ces contraintes…
    Donc la Franc maçonnerie est au moins une secte…
    Les mafias aussi fonctionnent sur ces bases…
    La franc-maçonnerie ne serait-elle donc pas alors une secte mafieuse?
    Je m'étonne même que l'état accepte l'existence d'une telle organisation sur son territoire... Affaire de moralité publique et Républicaine!
    Constat… Cette secte est une « secte de nantis, plutôt bourgeoise, sûr élitiste »… Elle ne peut donc être qu’honorable! Combien sont les hommes politiques de tous bords à être à genoux devant…
    Elle n’est pas accessible à tous!
    Tout le monde ne peut pas payer une adhésion annuelle d’un minimum de 300 €, seulement pour soi-disant philosopher une à deux fois par mois sur soi-même et la société, plus frais de costume, d’accessoire et de repas…
    Et si l'état se servait de la franc maçonnerie, en particulier comme régulateur de crises… cela expliquerait son aveuglement, son mutisme, sa soumission!
    Ce n’est pas pour rien que de nombreux nouveaux frères, récemment « engagés » sont des responsables de syndicats ouvriers, de nouveaux partis écologistes, centristes et d’extrême gauche… Dans ce cas précis, ce nivellement des catégories sociales de la société peut être suspect, sachant que cette organisation est hiérarchisée et que nombreux sont les membres de bas niveaux ne sachant pas qui se trouve dans les plus hauts grades, en fait qui dirige le sommet la « pyramide ».
    Combien sont les frères qui entrent, s’infiltrent dans les nouveaux partis et dans quels buts?
    Combien sont les frères qui entrent dans nos municipalités en nombre majoritaire pour en être les maîtres?
    A noter que lorsqu’on est engagé dans la politique de haut niveau, il apparaît être important d’être « frère » (environ 50 % le seraient). Faute de ne pas l’être, il apparaît alors utile d’être entouré de « frères »!
    Etre frère ou en être entouré sert donc bien à quelque chose, en particulier, en politique! Que l’on ne nous dise plus, comme c’est souvent le cas, que la franc maçonnerie n’aides pas les carrières des initiés, au dépends des profanes.
    En fait, la franc maçonnerie m'apparaît être le bras droit de l'état...
    Il paraîtrait que la franc-maçonnerie serait à l'initiative de la plupart de nos lois et
    les francs maçons seraient l'élite du pays, comme par hasard, souvent en opposition aux doctrines officielles des église traditionnelles… sachant que les églises sont « le mal et ringardes » et la Franc-maçonnerie « le bien et la modernité » !
    L’immoralité serait donc alors modernité! Finalement, ça doit être vrai!
    Les non francs maçons, les profanes, que valent-ils? a quoi cela sert-ils qu'ils aillent voter?
    Les non éclairés, c’est-à-dire la plupart d’entre nous, ne seraient-ils pas des « moutons » que l’on manipule à volonté… à la solde indirecte des « frères trois points » et de leur secte? Tous les franc maçons ne sont pas malhonnêtes, certains se sont fait embobiner, malheureusement inconsciemment, au nom de l‘idéologie de façade, comme dans la plupart des sectes!
    Je suis outré de constater combien les discours des francs maçons sont démagogues, en particulier en s’attribuant des avancées humaine historiques. Il n’est pas rare de constater que des francs-maçons plus honnêtes que d’autres contestent certains points de détail comme par exemple que la franc maçonnerie serait à l’origine de la Révolution Française, que les francs-maçons auraient été déportés en masse comme les juifs pendant la dernière guerre!
    Les manipulations, le mensonge, m'apparaissent être dans la nature de la franc-maçonnerie… dans ma situation vécue actuelle, dans une affaire qui m'oppose à ma municipalité, il m’apparaît exister une méthode de franc-maçon d'élimination "d'opposants politiques ou (et) économiques", lorsqu'on est à la fois Maire et franc-maçon...
    Je vous cite les propos du Maire en question lors d'une question orale en conseil municipal, parlant de moi... (enregistrée sur internet) "Nous allons jouer avec lui au juge".
    Evident, le Maire savait d’avance qu’il serait protégé par la justice et qu’il ne risquait rien, car au moins 50 % des juges sont franc maçon et il savait aussi que le dossier finirait évidemment par être jugé par un frère! Et là, les manipulations et les mensonges, entre frères, ça s’y connait!
    J’ai été débouté à deux occasions de ma plainte au tribunal administratif de montpellier!
    C'est pour cela que j'ose parler sans complexes, avec insistance, de secte mafieuse, en parlant de la franc-maçonnerie...
    En conclusion, la « franc-maçonnerie et la morale » (titre de mon texte), c’est évidemment incompatible!
    J’ai un problème, pour mes prochains votes… Comment puis-je éviter de voter pour un franc-maçon? Comment puis-je savoir qui est franc-maçon, qui ne l’est pas? Je crains que les seules solutions possibles soient de voter blanc ou de ne pas aller voter…
    Au passage, si les francs-maçons étaient aussi respectables qu’ils le prétendent, il devrait y avoir longtemps, (depuis 2 années que je dénonce les abus de pouvoir, les manipulations dont je suis victime) que mes droits légitimes bafoués auraient été retrouvés et mes agresseurs désignés, jugés, et non protégés!
    Les francs-maçons sauraient, parait-il, faire le ménage dans leurs rangs!
    Pas constaté à ce jour, à mon sujet!
    Je vous invite à lire la suite sur ce blog pour en savoir plus…
    http://lamafiadanslesuddelafrance.blogs.nouvelobs.com

  • Bonjour,

    Pourriez-vous être plus concis.

    Il m'apparaît qu'il faille être « immoral » et « pervers » pour accepter d’entrer dans une « organisation », sachant qu'elle est secrète, que personne ne devra dévoiler qui en fait partie et que chacun devra répondre à tous les services.......

    Je ne le crois pas.

    Ce genre d’engagement ne peut aboutir à terme qu’à une situation de corruption généralisée, inévitable et à amener des « personnes perverses » à s’engager dans ce genre d’organisation, pour divers intérêt bien sûr pervers, celui entre autres de ne pas avoir à répondre devant la justice de ses délits… Les francs maçons se défendent d’être dans une religion.........


    On peut facilement donner sa démission, ce qui n'est guère possible avec une secte.

    Les religions sont « ouvertes », pas la franc-maçonnerie! La morale enseignée par ces religions est claire et n’est pas potentiellement suspecte! Je ne connais pas de catholiques, de protestant, de juifs, de musulmans d’hindous… qui refusent de dire qu’ils sont croyants et qu’ils pratiquent leur religion! Ils en sont tous fier et le revendiquent! ........

    La Franc-maçonnerie n'est pas une religion.


    Affaire de moralité publique et Républicaine! Constat… Cette secte est une « secte de nantis, plutôt bourgeoise, sûr élitiste »… Elle ne peut donc être qu’honorable! Combien sont les hommes politiques de tous bords à être à genoux devant… Elle n’est pas accessible à tous! Tout le monde ne peut pas payer une adhésion annuelle d’un minimum de 300 €, seulement pour soi-disant philosopher une à deux fois par mois sur soi-même et la société, plus frais de costume, d’accessoire et de repas.......

    Cen'est pas une secte, bourgeoise certes, honorable cela dépend des franc-maçons, les hommes politiques ont intérêt d'en faire parti, c'est une école de culture et d'échange.


    En fait, la franc maçonnerie m'apparaît être le bras droit de l'état... Il paraîtrait que la franc-maçonnerie serait à l'initiative de la plupart de nos lois et les francs maçons seraient l'élite du pays, comme par hasard, souvent en opposition aux doctrines officielles des église traditionnelles… sachant que les églises sont « le mal et ringardes » et la Franc-maçonnerie « le bien et la modernité » !..............................

    Le bras droit de l'État, un peu. La Franc-maçonnerie a contribué à développer nos lois sociales, mes dossiers le relate, vous ne les avez pas lus ?

    Il n’est pas rare de constater que des francs-maçons plus honnêtes que d’autres contestent certains points de détail comme par exemple que la franc maçonnerie serait à l’origine de la Révolution Française, que les francs-maçons auraient été déportés en masse comme les juifs pendant la dernière guerre! .....................................

    Beaucoup prétendent que la révolution Française est d'origine maçonne, mes dossiers l'évoquent. Les franc-maçons ont payé un lourd tribut sous l'occupation Allemande, on ne peut le nier.

    Je ne peux répondre à votre problème particulier, je le regrette.

    Bien à vous,

    A.Mirolo

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu